L’USCABBG est morte vive l’Union Bordeaux-Bègles !

À une treizième place de ProD2 péniblement obtenue, l’entité chargée du rugby professionnel girondins était néanmoins dans le livre des records, en effet de tous les noms à ralonge ridicules qui existent dans le sport professionnel, l’Union Stade Bordelais-Cercle Athlétique Bordeaux-Bègles Gironde, méritait la palme ! 

Voilà qui est réparé depuis hier, 21 mai, le président Laurent Marti a officialisé un nouveau nom, plus sobre celui-ci : l’Union Bordeaux-Bègles. 

Il faut dire que l’Union du Stade Bordelais et du CABBG, c’était un peu le mariage de la carpe et du lapin. Tout opposait ces deux clubs. Le Stade Bordelais (anciennement Sbuc) était l’un des plus anciens clubs de rugby hexagonaux. Un club dans la plus grande tradition britannique à l’image du Stade français ou du Racing-Club de France. Blazer obligatoire. Le CABBG, lui, est le club de la banlieue bordelaise, Bègles, un club de cheminots et d’ouvriers. Politiquement rien était facile, l’élégante Bordeaux et sont maire UMPiste Alain Juppé, de l’autre Noël Mamère, en vert et contre tous ! Vous le voyez rien était gagné d’avance. 

Pourtant cela fait longtemps que beaucoup rêvent d’un grand club dans la capitale girondine. Bordeaux, c’est une aire urbaine de plus d’un million d’habitants, un bassin économique et industriel de première importance, et surtout une culture de l’ovale qui n’a rien à envier à son éternelle rivale Toulouse. N’en doutez-pas ! Le Stade Bordelais UC n’est-il pas le père du rugby dans le Sud-Ouest ? Aujourd’hui, Bordeaux est surtout connu pour son football et son célèbre club des Girondins de Bordeaux. Mais sachez que cela n’a pas toujours été le cas : Le football est arrivé bien plus tard, dans les années 30,  à Bordeaux avec un club d’immigrés espagnols, le Deportivo espagnol de Bordeaux, qui avait fusionné avec le Sporting-Club de la Bastidienne cette fusion n’ayant pas fonctionné il fallait trouver un club résident pour le Parc Lescure, stade construit à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 1938 (qui était révolutionnaire pour l’époque puisque c’était le premier stade au monde complètement couvert et sans aucun piliers gênants la visibilité). On fonda alors les Girondins de Bordeaux. Après le titre obtenu par le CABBG en 1991, certains décident de redonner au rugby ses lettres de noblesse dans le port de la lune en relançant le Sbuc qui avait embauché pour l’occasion un jeune entraineur du nom de Bernard Laporte, Vincent Moscato, William Teychouères, les champions. Deux grands clubs dans une même ville, voilà qui n’était pas du goût de la très visionnaire, avant-gardiste et démocratique FFR de l’époque qui metta des batons dans les roues du club. Écoeuré le jeune entraineur bordelais se laissa tenter par les sirènes d’un petit club parisien de troisième division (ex Fédérale 3), au nom du Stade Français.

Aujourd’hui avec une Union qui prend forme, mois après mois, avec un Bernard Magrez de retour aux affaires, un Laurent Marti fédérateur, la bénédiction des anciens comme Olivier Brouzet ou Guy Accocebery  nous avons, enfin, toutes les clés en main pour redonner au rugby la place qui est la sienne à la plus britannique des villes françaises.  

Le Tramway de Bordeaux aux couleurs de l'Union Bordeaux-Bègles

Publicités

6 réflexions au sujet de « L’USCABBG est morte vive l’Union Bordeaux-Bègles ! »

  1. Joli historique du rugby dans la capitale girondine. En effet, la région de Bordeaux est très rugby. Pour moi, il est même étonnant de voir que cette ville n’a pas eu ou su attirer des ressources nécessaires pour avoir un grand club professionnel au jour d’aujourd’hui. J’espère que cela viendra assez rapidement pour les amoureux de rugby dans cette région.

  2. Oui, le baptême de l’UBB crée de grands espoirs pour l’avenir du rugby dans notre place forte bordelaise. Et je rêve de voir un jour prochain Toulouse venir jouer sur la pelouse de Moga.

    Si la rivalité Toulouse Bordeaux vous intéresse, je vous signale un bouquin dont je suis (modestement) l’auteur et qui traite des multiples facettes de ce sujet :
    Toulouse Bordeaux, l’un dans l’autre
    Éditions Loubatières
    Il peut être commandé sur mon blog :
    http://slegrand.vall.free.fr/?cat=4

    En tous cas, souhaitons à l’UBB un parcours victorieux vers les sommets et ce, dès la saison prochaine !

  3. Ce post répond à mes questions , en effet je m ‘étais toujours demandé pourquoi Bordeaux , ville historique du Rugby Français située en pleine  » ovalie » , est plus connue pour son club de baballe que pour son Rugby ; j’ espère que cette union va inverser la tendance car Bordeaux mériterait un club de première division . Par ailleurs j’ aimerai également revoir du Rugby à XIII de haut niveau dans cette agglomération qui devrait être capable de bien figurer dans ces deux formes majeures du Rugby ( tout comme Paris d’ ou je suis) .

  4. À l’époque il existait dans la banlieue bordelaise le club de Talence à XIII, qui était devenu Bordeaux-Talence, puis Girondins de Bordeaux XIII, c’était à l’époque de la France Rugby League et du PSG XIII, je crois que ce club a été relancé mais avec de petits moyens et ambitionne de retrouver l’élite d’ici quelques années.

  5. Ping : Un Stade Chaban-Delmas rénové pour accueillir l’UBB ? | Le Blogue de Mister Rugby

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s