Mister Rugby Président !!!

Voici un article que j’avais laissé sur le regretté blogue de Monsieur Salviac, l’ancien commentateur du rugby de France télévisions, http://www.mondialdurugby.com ,… À l’époque je signais tous mes posts, Mister Rugby, voilà pourquoi j’ai décidé de reprendre ce même pseudonyme pour mon blogue.  À savoir que la plupart de ces idées ont été reprises dans le projet de l’Amicale des Clubs de Rugby Amateurs Français, Amicale (dont voici le site internet : http://www.rugby-amateur.com) qui ambitionne de prendre la tête de la FFR. Je n’en veux pas à ces messieurs d’avoir repris ces idées, parce qu’une bonne idée est faite pour être partagée et reprise. Néanmoins, un petit courriel n’aurait pas fait de mal à personne. Bref, voici le pseudo-projet devenu vrai :

 

Chers compatriotes, Chers passionnés,

J’ai l’énorme plaisir de vous annoncer que je suis candidat au poste de Président de la Fédération Française de Rugby. Il ne s’agit pas d’une ambition personnelle mais plutôt de mettre à bien un grand projet pour notre sport dans notre pays. Voici mon projet :

1/Une vraie culture rugby pour tous les français.

À l’heure où tout le monde parle de nomination de notre entraineur national, je souhaite ne pas rentrer dans ce-jeu-là et parler avant tout du rugby pour tous. Parce que le premier des devoirs du Président de la FFR n’est certainement pas de nomer l’entraineur national et de s’occuper en exclusivité du XV de France. Avant toute chose, la première des nombreuses responsabilités du Président doit être celle du bien-être de tous les pratiquants et de tous les amoureux du rugby en France. La seconde est celle de faire partager cet amour par tous. Vous n’êtes pas sans savoir que la FFR n’est qu’une fédération moyenne, plus grandes que celles de baseball ou de Football américain certe, mais bien plus petite que celles de Foot, ou bien même celles d’Athlétisme, de handball ou bien encore de basket. C’est pourquoi je ne veux pas rentrer dans ce phénomène de starisation du rugby. Je demande un peu d’humilité qui est l’une des valeurs fondamentale de notre sport.

La première des choses en laquelle je crois, c’est que notre sport et porteur d’un certains nombres de valeurs chères aux français, je disais donc l’humilité, mais aussi l’esprit de famille, le courage, l’esprit d’équipe, la passion,etc… C’est pour cela que je crois que ce sports est porteur de fortes valeurs éducatives et qu’il peut apporter tout simplement du bonheur à beaucoup de nos compatriotes.

C’est pourquoi je propose :

Que la DTN cherche à mettre en place un projet de développement du rugby dans le milieu scolaire via une étroite colaboration du ministère de l’Éducation Nationale. La FFR, via nos 1 720 clubs, doit apporter une aide matérielle et humaine aux collèges et lycées de France pour le développement du rugby dans le milieu scolaire en essayant de créer un maximum d’équipes de rugby UNSS. L’idéal serait de disposer d’un minimum d’une équipe par établissement.

On pourrait imaginer la création d’un championnat UNSS qui ne viendrait pas doubler nos compétitions de clubs chez les jeunes, mais d’une sorte de fusion des compétitions scolaire-club chez les jeunes. Peut être pouvons nous mettre en place des compétitions de 7 pour les classes de 6ème et de 5ème, de rugby à 10 pour les classes de 4ème et de 3ème et enfin du XV pour nos lycéens. Si il y a suffisament de participants, les lycées qui en ont la possibilité pourraient organiser en paralèlle des tournois de rugby 80 pour leur équipes réserves. Ces compétitions ne seraient pas réservées exclusivement à un publique masculin : l’idée serait aussi d’assurer l’éducation des françaises de demain.

Le rugby féminin un potentiel encore inexploité !

Ne doutez pas aussi qu’aux côtés des professeurs d’EPS qui n’ont pas forcément une grande connaissance de notre sport, mais qui en revanche connaissent parfaitement les bien-fait du sport comme moyen d’éducation chez l’enfant, nos éducateurs apprendraient énormément. L’idée ne serait plus de gagner tel championnat ou tel tournoi sans intérêt, mais bien de faire du rugby un vecteur de la bonne éducation de nos enfants. Et aussi de donner une vraie culture rugby au plus grand nombre de français.

J’insisterai pour que le rugby soit implanté particulièrement dans les zones ou l’éducation est en difficulté, dans les banlieues, dans nos campagnes les plus reculées, dans nos DOM-TOM trop souvent oubliés, dans noc collèges et lycée français de l’étrangers. Je n’oublierai personne.

J’y crois de tout mon coeur parce que ce sport où quelque soit votre gabarit il existe une place pour vous. Parce qu’il est LE sport d’équipe par excellence parce que chacun y a sa place. Tout celà fait du rugby un véritable sport universel.

Parce que je crois aussi que le rugby peut-être un fort vecteur de cohésion, j’implanterai le rugby dans le monde de l’entreprise. On n’arrête pas de faire du sport après 30 ans. En promouvant notre sport dans les entreprises, en faisant comprendre tout ce qu’une équipe de rugby peut apporter à une entreprise en terme de cohésion. Pour l’entreprise aussi, il existe d’autres types de rugby que le XV, encore une fois le 10, le 12 ou le rugby 80 peuvent source de plaisir et parfaitement adapté à ce-milieu-là.

Parce que le club n’est pas tout. Cette politique doit aussi exister au niveau universitaire. On peut imaginer un championnat entre 10 grandes villes universitaires qui mettraient chacune a disposition les meilleures infrastructures sportives pour leur équipe de rugby, comme celà existe aux États-Unis avec la NCAA.

2/ Une vraie politique pour nos clubs.

Bien-sûr ne renions pas le fait que notre culture de l’Ovale repose essentiellement et avant tout sur le club. C’est pourquoi j’ai voulu mettre le club au centre de tout nos projets.

J’essaierai de continuer la politique d’expansion du rugby au-delà des frontières traditionnelles de l’Ovalie. Et si possible le projet 100 villes-100 clubs, il existe encore de nombreuses villes où il y a un manque d’infrastructure.

Abandonons aussi ces championnats de Fédérale B et d’autres équipes réserves. Faisons jouer nos réserves dans des divisions inféreures celà à pour effet de relever le niveau de ces divisions. Sans parler du bonheur, pour des clubs de Fédérale de pouvoir recevoir et affronter des clubs prestigieux tels que le Stade Toulousain, le Stade Français ou bien encore l’USAP. Celà leur garantierait à coup sur une recette importante aux guichets.

Je maintiendrai aussi de façon artificielle, mais cette fois-ci de façon COMPLÊTEMENT TRANSPARENTE, des clubs de grandes villes et de régions délaissées du rugby (Marseille, Lille, Strasbourg, Nantes, Rennes) en Fédérale. En contre-partie ces clubs devront posséder un centre de formation avec les meilleurs joueurs de leurs régions respectives et devront jouer essentiellement avec des joueurs issus de ces centres de formation.

3/La gestion de l’Élite.

Gardons ce système de Coupe d’Europe/Top 14. Mais essayons de donner à la Coupe d’Europe un format plus léger avec moins de clubs et plus de matchs entre clubs de très haut-niveau. Une formule de 4 poules de 4 me semble la bonne.

Revenons au sytème d’élimination directe pour le bouclier européen. Ce système me semble bien plus léger.

D’un autre côté, ajoutons 2 clubs supplémentaires à notre Top 14. Je vois deux bonnes raisons à celà :

Premièrement-Il faut éviter la consanguinité du rugby et le problème c’est qu’à 14, on s’oriente de plus en plus vers un championnat du Sud-Ouest. Si la tendance s’inverse les effets perverse d’un championnat seraient pire encore, car nous nous retrouverions d’un championnat très élitiste joué entre grandes villes. Loin des racines du rugby Bayonne, Béziers, Narbonne, Agen. Le championnat idéal reste celui qui laisse la place au rugby des grandes villes et celui de nos campagnes.

Deuxièmement-Avec 16 clubs, celà laisse la possibilité à de jeunes joueurs français tentés par l’expérience du rugby pro de se faire une expérience dans un des clubs du Top 14.

Pour cette même raison je propose aussi la création d’un tournoi inter-regionale ESPOIR(5 ou 6 régions maximum) avec des joueurs de -21 ans pour les arrières et -23 ans pour les avants. Ces joueurs seraient fournis pendant l’espace de deux ou trois mois par les clubs de Fédérales 1, 2 et 3, car je suis persuadé que ces divisions sont riches en talents. Ce tournoi ESPOIR aurait vocation à servir de réservoir pour les clubs du Top 14 et de ProD2.

4/ LNR-FFR : une vraie colaboration

La LNR n’est pas un contre-poids que la FFR trainerait comme un boulet. Il existe deux forces importante dans le rugby français et les deux ne peuvent continuer comme si l’autre n’existait pas, mais au contraire travailler en étroite colaboration au moins sur deux axes : LE JEU : Notre structure nous empêche de faire comme dans l’hémisphère sud et de travailler tous les détails en équipe nationale. En revanche en unifiant nos compétances on pourrait travailler ces détails sur le jeu au niveau des clubs. Comme celà avait été fait à une époque avec les rendez-vous du lundi à Toulouse et à Paris. On pourrait aller même plus loin et faire participer activement les entraineurs des clubs professionnels de façon ponctuelle dans le projet de jeu de la DTN. Il est complètement stupide de savoir que nous possédons une infinité d’entraineurs très compétents avec des profils très différents capable de nous faire travailler des domaines de jeux différents suivant leur profile et qu’on se limite à 1 SEUL entraineur pendant 4 ans. Alors que tous pourraient intervenir de façon ponctuelle quand besoin est.

LA COMMUNICATION : Je comprends qu’une structure professionnelle soit libre de communiquer librement, mais il faudrait arrêter de communiquer chacun de son côté, le grand public risque de s’y perdre. Fédérons tout ça !

Limitons le nombre de joueurs étrangers dans nos clubs : Il est heureux de voir que les championnats français, Top 14, ProD2, et Fédérale 1 sont en train de faire le bonheur de bien des sélections étrangères. En revanche il est triste qu’en même temps le XV de France soit en manque de bons joueurs ou de joueurs avec certains profiles à certains postes(Numéro 15, piliers). L’idée serait d’avoir moins de joueurs étrangers qui ne sont que des second couteaux. Et avoir plus de très bons joueurs. Je me demande pourquoi la Super League de rugby à XIII britannique a pu imposer à la franchise des Dragons Catalan un quotas de joueurs français en toute légalité et que d’un autre côté cette pratique serait complètement illégale pour les clubs de la LNR.

Ayons un peu de bon sens ! Est-il logique qu’un joueur comptant 50 sélections avec l’Argentine ou avec l’Australie soit considéré comme européen ?

5-Le XV de France

Le XV de France est la cerise sur le gâteaux, le dernier étage de la pyramide, une équipe dont nous devrions être tous très fiers. Cette équipe doit être celle de tous les français et la FFR doit garder la main dessus. Il ne peut pas appartenir à un petit groupe mais au plus grand nombre. Il est important que les politiques de jeu mises en places dans nos pôles espoirs déjà depuis des années, dans nos sélections jeunes, se retrouve au niveau du XV de France. L’idée n’est pas de faire un rugby de soixante-huitard attardés mais au contraire d’un jeu moderne et total. Le XV de France ne peut plus être celui d’un entraineur, même s’il doit y avoir un chef à bord, mais celui de toutes les forces, de toutes les compétences du pays. C’est pourquoi je pense que les clubs professionnels doivent apporter leur compétences (avec un salaire en contre partie) humaines et pourquoi pas matérielles -si besoin est- au XV de France.

Il faut absolument que la FFR se réappropie l’image du XV de France. Je comprends qu’un grand équipementier qui investit des millions d’euros dans le XV de France cherche à profiter de l’image du XV de France. Il me semble par exemple que la FFR devrait avoir son mot à dire sur le choix du maillot.( Peut être pourrait on faire du moderne avec de l’ancien, puisque nous sommes en pleine mode vintage, par exemple).

En revanche, il serait bon pour pouvoir financer ce projets ambitieux de trouver un sponsor maillot au XV de France. Ce serait une entrée d’argent importante. L’argent serait versé directement et de façon totalement transparente au développement du rugby (cf. Partie 1), le plus fort au service du plus faible, quelque chose qui serait à l’image de notre sport. Le sponsor serait choisi avec beaucoup d’attention : Certains sponsors sont partenaires du rugby depuis plus de 20 ans (Société Générale, EDF, etc..), il serait logique qu’ils aient le droit de tirer partie de leur investissement. Après il ne s’agit pas de faire comme nos sélections de basket et de hand qui ont transformé nos joueurs en hommes sandwiches. Les trois seules couleurs qui pourraient être utilisées seraient le bleu, le blanc et le rouge. Je ferai remarquer que pratiquement toutes les autres sélections le font (Angleterre, Afrique du Sud,etc…).

La Coupe William Webb Ellis une obsession très française peu fructive...

Arrêtons de ne penser qu’à la Coupe du Monde. Cette politique ne nous a rien apporté. Les All Blacks ne l’ont pas gagnée depuis 20 ans et pourtant ça reste l’équipe la plus connue, la plus forte et la plus mythique du monde. Plutôt que d’essayer d’être bon une fois tous les 4 ans, essayons plutôt de hisser la France au premier rang du classement IRB.

Voyez-vous mon programme n’est pas celui de faire du XV de France une grande équipe de rugby. C’est après tout ce travail fait en amont que notre sélection nationale deviendra une grande équipe. Si on pratique le meilleur des rugbys du monde le titre suprême, le graal, ne sera qu’une formalité sinon on aura apporté beaucoup de bonheur, en partageant notre culture avec le plus grand nombre et c’est bien là l’essentiel.

Bien sûr tout ceci n’est qu’une énorme blague ceci étant il y a sans doute des idées à exploiter. Non ?

Signé : Mister Rugby

 

 

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Mister Rugby Président !!! »

  1. Bonjour Mister Rugby,
    Je voudrais juste réagir au chapitre concernant le sport scolaire et l’UNSS, domaines que je connais « de l’intérieur »!
    Je ne sais pas trop comment vous avez construit votre analyse, quelle connaissance du milieu vous avez, mais voilà ce que je peux vous en dire:
    * des projets de développement, similaires à ce que vous proposez, ont déjà été mis en place en amont de la coupe du monde [scolarugby pour le primaire et planète ovale pour le secondaire] avec un très gros succès auprès des enseignants et des élèves, et une efficacité interessante, surtout en terre pas très ovale.
    * Le projet de la fédération UNSS est organisé autour de 3 grands pôles : le pôle « compétition », qui renvoit à toutes les rencontres qui débouchent sur un championnat de France, le pôle « formation/responsabilisation » qui concerne toutes les formations de jeunes arbitres, le pôle « promotion/animation » qui permet la mise en place d’actions innovantes dans différentes activités.Le rugby en UNSS, pôle « compétition », est organisé en deux championnats, le championnat « équipes d’établissement » pour le tout-venant des établissements scolaires et qui se joue à 7, et le championnat « excellence » réservé aux sections sportives et grosses équipes [minimes et cadets] qui se joue à 12. [tout ça, ce sont les programmes 2004/2008, il y aura peut-être du changement après 2008]. Les catégories ne sont pas des catégories par niveau de classe mais bien des catégories d’âge.La dynamique de pratique est assez variable d’un département à l’autre, d’une académie à l’autre. De nombreuses académies ont mis en place en rugby des tournois divers qui entrent dans le cadre du pôle « animation/promotion ».
    De plus, il ne faut pas oublier que c’est une fédération multisports…qu’une licence à l’UNSS permet et encourage la pratique de plusieurs sports proposés par l’association sportive de son établissement et/ou par l’UNSS.
    * ce qu’il se passe :
    -dans les équipes d’établissement, il y a souvent une ossature de quelques joueurs de clubs, complétée par des athlètes, des handballeurs, des footballeurs, toutes sortes d’élèves! C’est la richesse de l’UNSS, de proposer aux élèves une pratique multisports.
    -il y a de nombreuses équipes de filles, très nombreuses. Toutes ou presque constituées de filles qui ne sont pas licenciées FFR. Et qui font parfois la démarche de se licencier dans un club, après avoir découvert le rugby en scolaire. Le rugby féminin en scolaire a énormément progressé ces dernières années.

    Voilà, j’espère ne pas avoir été trop longue…
    C’était juste pour vous donner quelques précisions sur ce qui existe/se passe, précisions indispensables pour faire des propositions qui aient du sens, de la cohérence.
    [je ne comprend pas trop ce que vous entendez par « fusion des compétitions scolaires/clubs chez les jeunes »…]

    [il y a une petite rubrique « rugby scolaire » dans mon blog]

  2. Joli projet.

    Il est évident que les méthodes de gouvernement de la FFR ne lui laissent pas la moindre chance d’influencer le projet fédéral.

    Un peu d’utopie ne fait jamais de mal.

    En tout cas, si vous parvenez à la tête de la FFR, la prochaine étape consistera à favoriser l’absorption de l’IRB par la FIRA 🙂

  3. Pour Antoine je répondrai que l’absorption du Board par la FIRA est en projet, et puis si jamais un jour, moi, MR Rugby suis président de la République je proposerai la création d’un véritable Ministère du Rugby et des Affaires Ovalistiques. Autant que l’argent du contribuable soit investi dans des choses sérieuses et importantes comme le rugby. LOL

    Pour Snödroppe, merci pour toutes ses précisions sur le rugby pratiqué en UNSS. Ça fait plus de dix ans que j’ai quitté le lycée et bientôt 13 ans que je n’ai pas fait un match en UNSS, j’imagine que depuis ce temps-là de l’eau a du couler sous les ponts.

    Effectivement, je me souviens qu’à l’époque on pratiquait du rugby à 12 (Pourquoi 12 ? Si les matchs internationaux sont à 15 ?). Sur un terrain légèrement plus étroit (si je me souviens les limites du terrain étaient fixée par la ligne des 5 mètres). J’ai le souvenir d’un rugby très brouillon, ou en effet on pouvait retrouver deux centres côte à côte avec un premier gars qui venait de jouer un match international dans les sélections de jeunes et un autre qui n’avait pratiquement touché un ballon ovale de sa vie. C’était quelque chose d’assez surréaliste.

    Je crois profondément au rugby scolaire.

    Ce que j’entends par  » fusion des compétitions scolaires/clubs chez les jeunes » :

    Je trouve qu’il est assez saugrenu de vouloir faire jouer à des jeunes deux matchs (de rugby) par semaine. Ni mêmes les joueurs professionnels ne font ça (je suis d’accord pour dire que l’intensité n’est pas la même, mais bon…). À la limite c’est peut-être réalisable pour un sport tel que le Volley où quoi qu’on en dise, il n’existe pas une phase combat. Je vous garantie que déjà en Cadet et Junior, les matchs sont rudes.

    Je ne sais pas comment ça pourrait être réalisé mais il me semble que les clubs de rugby devraient marcher main dans la main avec les collèges et lycée de France. Il faudrait, en réalité que ces sélections du mercredi en UNSS deviennent et fonctionnent comme un véritable club. L’Amour du maillot, le don de soi, la fièreté, l’orgueil, le combat font entièrement parti des valeurs de ce sport. Ce sont des choses qu’on apprend en club et pas en UNSS.

    En revanche, j’ai le souvenir qu’en club, il n’était chocant pour personne qu’on demande à des petits minimes d’aller « relever la mêlée » si on à une mêlée dans nos 5 mètres, De « distribuer un pruneaux aux gonzes qui se mettent hors-jeux »… Et puis si c’est l’équipe du patelin d’à côté, tout est permis ! Même monsieur le maire sera là pour applaudir vos plus belles poires ! Je n’invente rien !

    Il me semble que mettre des passionnés de rugby aux côté de vrai professionnels du sport serait fructifs pour tout le monde. Les matchs UNSS pourraient très bien se jouer le samedi, avec la colaboration des écoles de rugby. Les éducateurs chercherait à la fois :

    -À Faire pratiquer un rugby de qualité, parce que de toutes les équipes engagée en UNSS, combien jouent à la baballe et combien cherchent vraiment à mettre en place un rugby de qualité ? (Vous me répondrez que pour un international, un bon match de Fédérale 2 pourrait ressembler à de la baballe)

    -Former l’adolescent, en lui enseignant, le respect des règles, le respect de son corps, d’autrui, du jeu et de l’arbitre. Mais aussi la fièreté, le courage, la compétition, la dignité, l’Amour du maillot.

    Je sais que c’est un idéal, mais à mon avis il serait bon que ce soit l’école, et non plus les municipalité, qui reprenne les affaires sportive de notre nation. Tout ça rentrerait dans un programme bien plus vaste de remettre l’école au centre de notre république. Bref, passons…

    On peut toujours rêver ! Non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s