Finale : À qui le Graal ?

Le Bouclier de Brennus ! L\'objet de toutes les convoitises !

 

Vingt-huit match en saison régulière, une demi-finale, une finale, le Top 14 est une véritable croisade, qui compte ses blessés, ses victoires épiques, ses défaites humiliantes, ses forteresses imprennables, ses cathédrales, ses larmes, ses coups de sang, mais au bout… le Graal, dans notre religion, il s’appelle le Bouclier de Brennus. Deux clubs habitués à l’épilogue se retrouveront samedi soir. On le sait les Auvergnats arriveront assoiffés, il est probable que les Toulousains le soient tout autant, car la plupart des joueurs n’ont jamais été Champions de France.

 

La question que beaucoup se pose : Le Clermont Auvergne est-il prennable ?

 

Jamais les joueurs de la préfècture du Puy-de-Dôme n’ont semblé être aussi forts. Je dirais même plus que rarement une équipe n’a paru aussi herculéenne dans le Championnat. L’an passé, le Stade Français a réalisé une saison exceptionnelle, menant la poule unique de la première, à la dernière journée, revenant au score en finale alors qu’on pensait que le Clermont Auvergne avait fait le « break ». Tandis que les Parisiens surprennaient plus par leur force de caractère, leur esprit de gagnant,  les Arvernes, eux, étonnent par leur jeu fluide et presque sans faille :

Ils ont un gros paquet d’avants, avec de l’expérience et de la jeunesse, de la puissance et de la mobilité, ils sont fort en mêlé, en touche, leurs demis ont une capacité a accélérer le jeu. Leur jeu est vraiment très fluide et très spectaculaire, ils semblent vraiment sûrs d’eux.  Le jeu au pied, qui est le grand défaut de bien des équipes françaises est pour Clermont une grande force. On ne reviendra pas sur leur triangle d’attaque hors-norme.

 

De l’autre côté, il y a Toulouse au jeu flamboyant, mais qui a été victime d’une série de blessure, Clerc, Nyanga, Ellissalde, Poitrenaud, Ledevedec, ça fait un sacré vide, même pour le grand Stade Toulousain. Le jeu du Stade Toulousain a connu une baisse de régime justement à cause de tous ces blessés, ceci étant, ils ont des joueurs capables de faire la différence, et peuvent tromper les Auvergnats en mettant un faut rythme et sont capables d’accélerer au moment opportun. Il ne faut pas oublier que Toulouse était devant Clermont, en première partie du Championnat, et que c’est lorsque l’ASM a été éliminée de la Coupe d’Europe en même temps que le Stade Toulousain devait jouer les phases finales qu’elle a creusé l’écart dans le Top 14. Les Stadistes auront une grande envie de remettre les pendules à l’heure.

 

Il semblerait que les Auvergnats aient fait l’impasse sur la Heineken Cup pour se concentrer sur le Championnat alors que la Coupe d’Europe semblait vraiment à leur portée, les Toulousains eux ont choisi d’être présent sur les deux tableaux, quoi qu’il en soit, le perdant risque de ce mordre les doigts samedi soir.

Yannick Nyanga blessé, un coup très dur pour les haut-garonnais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s