Trois scenarii pour un Mondial : Le scenario noir…

Il y a tout juste un an, chacun avançait son pronostique en vu du Mondial qui était à venir. Mr Rugby avait alors lancé sur le blogue de Pierre Salviac trois scenarii possibles : Un noir, un gris et… un rose ! Je vous propose de relire ces lignes en commençant par le plus sombre des trois :

Les All Blacks en trance avant leur finale victorieuse de la Coupe du Monde à Saint Denis

« A moins de 100 jours du mondial, j’ai décidé d’imaginer trois scenarii possibles pour le prochain mondial : Noir, gris ou Rose. Aujourd’hui commençons par le scenario noir :

 

Pourtant nos petits bleus s’étaient bien repris après la sévère déculotté donnée par les All Blacks en juin, les bleus avaient aisément gagné leurs matchs de préparation pour le mondial en battant les anglais 24-12 et les gallois 43-12. La double défaite des terribles All Blacks en Australie et en Afrique du Sud (seulement deuxième au classement général) lors des Tri-Series avait redonné à nos bleus et au monde entier des raisons d’espérer.

 

Après une cérémonie d’ouverture plutôt réussie les petits français rentraient donc assez confiants sur la pelouse du Stade de France pour affronter des Pumas qu’ils connaissaient bien. Comme ont pouvait s’y attendre le match entre les deux meilleures équipes latines était très fermé. Les tricolores mennaient de 21-17 face à des argentins, qui eux pouvaient se venter d’avoir mis deux essais alors que la France n’en avait pas incrit un seul, mais dans les 3 dernières minutes du match, Augustin Pichot dans un geste de folie, alors qu’il se trouve dans les 22 mètres français, tape à suivre par dessus un ruck et se débarrasse ainsi du ballon, le geste aura surpris la défense française et le magicien Hernandez, lancé plein pot, récupère le ballon, s’arrache à deux défenseurs français en position de centre et s’en va applatir sous les poteaux. Un vent glacial souffle alors sur le stade de France… La France devra maintenant absolument battre des irlandais qui ont bien l’intention de remporter pour la première fois la timballe. Bernard Laporte décide de faire jouer l’équipe la plus offensive possible pour mettre le maximum d’essais face aux namibiens et aux géorgiens, Beauxis jugé plus rapide et plus offensif remplace donc Skréla à l’ouverture. Le match contre les namibiens le 16 septembre ne sera qu’une simple formalité et le XV de France gagne facilement 74-16. Le plus dur, finalement, aura été les sifflet du Stadium de Toulouse pour les joueurs et les critiques très dures des journalistes qui ne cessent de critiquer les choix de l’entraineur pour le staff. Plutôt que de féliciter les joueurs à la tunique frappée du coq qui auront malgré tout fait une bonne prestation, la presse sportive préfère rappeler le peu d’interêt qu’offre de tels matchs.

 Le match de la deuxième chance peut commencer face à des irlandais revanchards, déçus d’avoir perdu de la sorte lors du dernier Tournoi des 6 nations. Tout est encore possible, y compris arracher une première place de cette poule D qui ouvrirait un boulevard jusqu’au demies-finales pour le XV de France. Nos petits français sortent un match héroïque en bien des points, la défense est omniprésente mais les irlandais gagnent le combat et leur athléticité se fait sentir. Au final : 20-20. Triste résultat, les français passent à la trappe.

Le cauchemard n’est hélas pas terminé : à la sortie du Stade de France se produisent des heurts entre des pseudo-supporters français et irlandais probablement plus habitués aux joutes du PSG que celles des 6 nations. Produit d’une surexposition médiatique du rugby ? La question fait débat. Un agent des forces de l’ordre est gravement blessé.

 

Le reste ? L’Argentine gagne une irlande assez fatiguée de son match contre les français et s’offre pour la première fois de son histoire les demies-finales du mondial. En quart de finales, les irlandais après avoir fait jeu égal à égal lors de la première mi-temps s’effondront complètement face aux terribles All Blacks en se prennant pas moins de 7 essais lors de la deuxième mi-temps !

 

Les All Blacks passeront aisément le cap des demi-finales face à des Wallabies qui auront dû batailler dur en ¼ pour venir à bout des champions du monde anglais.

 

Enfin arrive le moment de la grande finale, une panne de courrant empêchera la cérémonie de cloture de se dérouler correctement. Le moment de grace fini, le président Nicolas Sarkozy est sifflé lors de son discours. Finalement notre XV n’est que le reflet d’une France, autrefois rayonnante, qui sombre de plus en plus. Le Président de la République remet donc la coupe Webb Ellis à Richie McCaw, capitaine des Kiwies qui nous auront donné tout au long de cette coupe du monde une leçon de beau jeu. 20 ans après la Coupe du Monde revient au pays du long nuage blanc.

 

Épilogue :

Les retombés médiatiques de cette Coupe du Monde sur le rugby seront minimes (à peine plus importante que ceux des derniers mondiaux) ; Beaucoup avaient voulu comparer le mondial de rugby 2007 avec celui de football 1998, ils avaient oublié que le football est un sport à dimension mondial. Le rugby, lui, est et restera probablement un sport régional dominé par une île qui compte 3 millions d’habitants. En 1998, la Coupe du Monde de football s’était déroulée en été ce qui lui avait donné une odeur de grande fête populaire, un 14 juillet avant l’heure. La plupart des gens ont regardé les matchs du XV de France chez eux et non-pas dans des bars ou sur les  places publiques avec écrans géants comme s’était le cas en 1998. Si lors du match d’ouverture et du match contre l’Irlande le rugby à enregistré des audimats record pour le ballon ovale, la passion s’est vite éteinte dès l’élimination de la France. Seul le public habituel du rugby aura suivi les phases finales de la Coupe du Monde. Pour le grand public, la comparaison entre le jeu néo-zélandais et celui produit par les français a donné une mauvaise image de marque à notre XV national. Le pire, c’est que beaucoup d’investisseurs qui comptaient mettre leur argent dans le rugby des clubs se retirent. On ne parle plus de projets de grands clubs au Racing, à Lyon ou à Toulon. Pour la première fois la ligue voit des clubs qui doivent revoir leurs budget à la baisse. L’illusion d’un grand sport national est bel et bien terminé. Jugé trop coûteux, Canal + propose à la ligue de retirer ce système de Pay per view pour les matchs du top 14 et donc de renégocier le contrat. La ligue n’a d’autres choix que celui d’accepter, elle sait que de toute façon elle ne trouvera pas mieux ailleur. On empute ensuite notre Top 14 de deux clubs, pour créer un Top 12 de la consanguinité entre Albi, Montauban, Castres, Agen, Toulouse et Auch. Un Top 12 qui offre la part belle aux seconds couteaux étrangers et on se rend vite compte que les joueurs d’une nouvelle génération qui pourraient nous redonner l’espoir n’existent pas. Le rugby français est malade et se relevera difficilement… »

Publicités

5 réflexions au sujet de « Trois scenarii pour un Mondial : Le scenario noir… »

  1. Ok pour le scénario noir. Mais bon, sans attendre les autres que je n’ai pas lu, quelles sont tes conclusions à toi en tant que fin observateur et passionné de ce sport? Qu’a vraiment apportée la Wrc2007? Meme si notre championnat n’est pas parfait, aujourd’hui il attire tout de même de grands noms de ce sport. Qui l’aurait cru? Des choses restent à améliorer, on est d’accord et nous en avons déja parlé auparavant mais en règle générale est ce que tout cela ne va pas dans le bon sens?

  2. C’est difficile à dire.

    Il y a bien eu une baisse de 20% du nombre de téléspectateurs pour notre championnat. Je pense que ce sont surtout des personnes qui regardent le rugby de temps en temps et qui avec la Coupe du Monde ont eu leur dose de rugby pour 2007. Mais c’est vrai qu’avec un championnat dont 9 clubs sur 14 sont encloitré dans 3 régions, il est difficile d’avoir des prétentions nationales. Je ne vais pas revenir là-dessus. La qualité du championnat a été moyenne et les gens ne s’y trompent pas. L’attitude de certains clubs de faire l’impasse à l’extérieur est presque criminelle et complètement indigne d’un sport qui prétend être professionnel. Les clubs disent que c’est de la faute du calendrier, la ligue dit que c’est la faute du Board et on attend toujours que la solution vienne de l’extérieur.

    Pour ce qui est des grands noms de ce sport, je pense que c’est très positif encore faudrait-il qu’il reste un petit peu plus de 6 mois dans nos clubs. Mais globalement c’est positif, il faudrait juste que les journalistes parlent un peu plus de l’ovale et arrête de parler des bobos du PSG. Mais je pense que des mecs comme Sonny Bill Williams, Mark Gasnier (dont on a beaucoup parlé, en particulier sur ce blogue), Carter, Masoe, Jerry Collins, Matt Henjak vont faire parler d’eux. Je crois beaucoup aussi en les nouvelles règles qui devraient apporter un peu de clairvoyance.

    Dans le scenario « rose » que vous pourrez lire, sur ce même blogue très prochainement, j’avais imaginé des matchs du XV de France regardés par 14 millions de téléspectateurs (en pensant que ce chiffre était complètement fantaisiste) en réalité plus de 18 millions de téléspectateurs ont regardé la demi-finale France-Angleterre lors du dernier mondial, sachez que c’est mieux que le dernier quart-de-finale entre le Brésil et la France en foot qui n’a fait « que » 17 900 000 spectateurs.
    Des rues et des places pleines, à Paris, Bordeaux, Toulouse, Montpellier et Marseille devant des écrans géants, le rugby ne sera jamais plu comme avant.
    Pour en revenir à notre compétition domestique, je ne veux pas être trop une trop mauvaise langue et craché dans la soupe. Alors qu’un peu partout sur internet on trouve une critique parfois exagéré de Serge Blanco, j’ai préféré sur ce blogue dresser un bilan globalement positif. N’oubliez pas d’où vient le rugby.

    Pour ce qui est du nombre de pratiquant, parce que pour moi c’est vraiment le plus intéressant, sachez que la FFR n’a pour l’instant que très peu communiqué sur ces chiffres. Il y a eu probablement une augmentation, combien ? combien de jeunes ? Quels catégories ont le plus bénéficiés du mondial ? Quel pourcentage de ses nouveaux arrivants reprendront une license pour la saison à venir ? Le rugby à XIII a-t’il, lui aussi profité, du Mondial de rugby à XV ? Si quelqu’un à tous ces chiffres sous la mains. Sachez qu’il m’intéresse.

    Je crois qu’il faut passer à la vistesse supérieure, et essayer de conquérir les régions satellites et les pays satellites du rugby. Je m’explique :

    – Il existe un noyau dur de régions particulièrment rugbyphiles : Pays-Basque, Grand Sud-Ouest, Roussillon, Septimanie, Var, à un degré moindre l’Auvergne, la Vallée du Rhône, Je crois qu’il faudrait renforcer le rugby dans les endroits où il est populaire mais qu’il a du mal à décoller complètement : Région parisienne, Alpes, Marseille, etc. Sachez par exemple qu’en nombre de pratiquants Marseille et Toulouse ont des chiffres tout à fait comparables. Ça vaut dire que le potentiel est là !

    Même chose au niveau international : Grand sport en Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Australie, France et Royaume Unis, il faut faire un effort sur le développement du rugby en Italie, en Espagne, au Portugal, au Canada ou en Russie (qui vient de mettre en place une ligue professionnelle dont je reviendrais dessus très bientôt.=

    Pour résumer je dirais une chose : Il faut poursuivre les efforts, et c’est le moment ou jamais de mettre les gaz.

    MR RUGBY

    PJ : Je vous propose une vidéo de TF1 sur l’effet Coupe du Monde : http://s.tf1.fr/FluxJt/jt20d10102007/jt20d10102007r19.asx

  3. Si je devais écrire tout ce que j’ai à dire sur cette CDM 2007 (bien ou mauvais), ce serait trop long. Je me contenterais donc de lister les + et les – sans aller dans des explications trop longues.
    Les +:
    -la leçon de courage et d’abnégation des Pumas argentins avec leur 3° place historique
    -la victoire au courage de la France face à aux All-Blacks
    -les bonnes performances de la Géorgie, des Fidji, des Tonga
    -le retour de la fière Albion

    Les -:
    -le parcours cahotique de la France à domicile
    -l’Irlande, Galles et l’Italie
    -le jeu développé avec un summum lors de la finale: « pack de bourrins vs pack de bourrins bis »
    -la stratégie ultra défensive du XV de France avec zéro initiative
    -le « buzz » médiatique tout autour du XV de France (caméras partout, lecture de la lettre de Guy Môquet, etc.)
    -le summum, la liste des 30 de Laporte:
    1.Chabal 2° ligne sur le banc au lieu d’être titulaire en 8
    2. Nallet pas titulaire
    3.Dominici cuit par rapport aux 3 autres ailiers et ce depuis plus d’un an
    4.Laporte avait décidé de ne prendre que 13 arrières et la répartition fut vraiment douteuse avec 3 ouvreurs, 3 trois-quart centres, 4 ailiers et 1 arrière. Ma liste à moi aurait été: Elissalde, Yachvili, Michalak, Beauxis ou Skrela, Traille, Jauzion, Fritz, Castaignède, Clerc, Rougerie, Heymans, Poitrenaud, Jeanjean.

  4. 1/ D’accord avec tous les +

    Bien que les Pumas n’aient pas été un exemple de beau jeu non plus et que leur stratégie devait montrer tôt ou tard des limites. Mais c’est vrai qu’au niveau de la cohésion c’est une équipe qui a joué soudé et qui nous a procuré beaucoup de plaisir.

    J’ajouterais, en premier, l’élan et l’engoument populaire autour de ce mondial et du XV de France, comparable a celui de 1995 en Afrique du Sud. Ça restera je pense un des plus beaux mondial de l’Histoire de ce jeu.

    Pour les –

    Je trouve que les commentaires sont sévères vis-à-vis de Laporte.

    La France n’a pas eu le monopôle de la stratégie défensive dans ce mondial. Je ferais remarquer que cette tactique a fonctonné à merveille pour le quart contre les All Blacks et auraient pu très bien fonctionné contre les Anglais.

    Un quart une demie, ça se gagne et ça ne se perd à rien : un mauvais rebond, une passe en avant non sifflé.

    Pour ce qui est de Chabal, je ferai remarquer que Lièvremont a tiré les mêmes conclusions que Laporte quant à l’avenir de ce joueur en équipe de France. Le problème Chabal c’est que c’est un joueur avec une puissance exceptionnelle, alors que justement l’équipe de France manque de puissance par rapport à beaucoup d’équipe. L’inconvénient c’est qu’à chaque poste il y a meilleur spécialiste que lui. Personnellement je l’utiliserais en remplaçant polyvalent.

    Le fait d’avoir pris un seul arrière était une prise de risque énorme, un coup de poker qui n’a pas marché. Ce que je ne comprend pas c’est d’avoir choisi Traille comme « Utility Back » alors que Thomas Castaignède, qui est pour moi le meilleur 3/4 français de ses dernières années, le seul qui merritrait le All of fame. N’a pas été choisi, il aurait été sans doute été plus utile que Traille en 15.

    Mais je crois qu’on a perdu contre les anglais pas pour ne pas avoir joué (les anglais ont moins joué que nous) mais surtout parce que :

    – notre mêlé était moins performante.
    -nos alignement en touche n’étaient pas aussi bons que celui des anglais.
    -Leurs coups de pied étaient plus précis (les leurs tomber toujours 1 mètre devant la ligne des 22, les nôtres systématiquement 1 mètre à l’intérieur des 22 adverses).

    Je sais qu’en disant cela je me démarque de tous les spécialistes et tous les chroniqueurs rugby de l’Hexagone, mais je pense qu’on a perdu cette demie, plus sur ce genre de détails que pour ne pas avoir joué. J’assume.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s