Marseille sur Rugby

Après avoir écrit un article sur le rugby bordelais, et sur l’Union Bordeaux-Bègles, je vous propose de faire un tour sur une ville peu connue de l’Ovalie : Marseille la Mediterranéenne !

Derby Mediterranéen entre Nice et Marseille (en azur)

Marseille, son vieux port, son église notre dame de la garde, ses quartiers pitoresques, sa bouillabaisse, son melting-pot, son pastis, et son … Rugby ! Marseille est surtout connu en France pour son très célèbre club de football, l’Olympique de Marseille (le seul club français à avoir gagner une Coupe d’Europe des clubs Champions), mais peu de gens savent qu’il y existe aussi une vraie et très vieille tradition rugby. D’ailleur comme c’est le cas dans de nombreuses villes françaises, le « rugby football » est arrivé dans la cité phocéenne avant le « football association ». Les amoureux du rugby à XIII le savent probablement le club de Marseille XIII était un mythe de ce sport avec ces 5 victoires en Coupe de France (1948, 1949, 1957, 1965 et 1971) et un titre de Champion de France remporté en 1949. Les jeunes marseillais qui ont découvert,à l’automne dernier, les joies du ballon ovale ne s’en doute certainement pas, mais il fut même une époque où l’Olympique de Marseille jouait en ouverture des matchs du Marseille XIII (il est vrai que les deux clubs phares devaient se partager une même pelouse du Stade Vélodrome et qu’il était difficile pour les footeux de passé derrière les rugbymen qui l’abîmaient quelque peu). Le rugby pourrait faire son grande retour dans la capitale provençale, à XV cette fois-ci, avec la fusion du Marseille-Provence XV avec le club de Vitrolles la cité phocéenne a retrouvé la Fédérale I et ambitionne de monter assez rapidement en ProD2, avant pourquoi pas de jouer parmis l’élite du rugby français et continental. Bien sûr, nous n’en sommes pas encore là, mais il faut bien reconnaître que la grande métropole du sud de la France a des arguments de poids : il s’agit de la deuxième commune de France, ainsi que du premier port de hexagonal, le projet (déjà bien avancé) Euromediterranée qui n’est rien de moins que le plus grand chantier urbain d’Europe devrait apporté à la ville un second souffle et ferait d’elle la concurrente directe d’une ville telle que la Catalane Barcelone. La culture du rugby marseillais n’est pas seulement historique, sachez qu’avec 1111 licenciés la préfecture des Bouches-du-Rhône n’est plus très loin des 1586 licenciés de son homologue de Haute-Garonne, Toulouse. L’école de rugby du club de Marseille-Vitrolles a connu un boom sans pareil suite au Mondial 2007, et la récente fusion a permis aux juniors et aux cadets des deux clubs d’acceder au meilleur niveau de chacune de ces deux catégories. Voilà de quoi assurer l’avenir du club ! Le rugby s’organise petit à petit autour du vieux port avec par exemple la création de l’association Marseille Rugby (http://www.marseillerugby.com)qui regroupe les 7 clubs de la cité phocéenne ou bien encore la rue du rugby où, chaque jour de match au Vélodrome, s’y déroule une troisième mi-temps dans une ambiance très sud-ouest. Aussi les élus locaux pensent à la création d’un enceinte d’une vingtaine de milliers de places qui pourrait accueillir des matchs du Top 14, celui-ci se trouverait à proximité du Vélodrome qui fait aussi l’objet de projet de rénovation (certains voudraient l’agrandir à 80 000 places et le couvrir, reste à trouver le financement). Voici le site concernant le projet pour un stade de rugby : http://www.unstadepourmarseille.info

Les marseillais éprouvent un profond amour pour leur ville et apprécient tout ce qui peut la faire briller. Nul ne doute que si la ville héberge un grand club de rugby, ce dernier sera l’objet de toutes les attentions, voir de toutes les passions. Il serait complètement fou pour que le rugby se prive d’une telle ville, parce que Marseille est une ville à part. Toulouse, est une ville rugby et pourtant, avec le Téfécé, possède un club de foot qui est capable de remplir le Stadium à chaque journée de championnat et de jouer des matchs de Ligue des Champions. Le Stade français l’a prouvé avec un peu d’imagination il est possible de construire durablement un grand club de rugby aux côtés d’un grand club de foot. Pourquoi Marseille ne pourrait pas en faire de même avec le rugby ?

Vidéo Le Coq Sportif sur le rugby à Marseille :

Publicités

7 réflexions au sujet de « Marseille sur Rugby »

  1. Tant mieux pour marseille, en plus s’il y a beaucoup de licenciés c’est le plus important. Qu’attend le club pour se structurer et aller de l’avant? Est il possible de voir une ascension semblable à celle du Stade français?

  2. Oui mais avec l’équipe qu’ils ont en Fed I, il va surtout falloir ne pas retomber en Fed II avant de penser à la montée.

  3. salut je me nomme konate mohamed je recherce un club de rugby je suis un joueur de je suis de la cote d’ivoire et mon numero est le 00225.08.19.28.45

  4. Mouais marseille, devrait être un rgand club, je dit bien devrais.
    Problème de ce genre d’équipe 5idem pour Nice) On infiltrre des milliers voirs des millions d’euros pour un groupe sénior, on ne pense pas à la formation ou bien à la reserve. Les resultats des Nationale B de ces équipes sont probants. Honnetement pour avoir joué contre Marseille, vois des joueurs pleuré sur le terrains car l’arbitre leurs met un rouge après avoir été insulté… je trouve ça lamentable. Surtant quand ce même joueur passe son après-midi à faire sa racaille en remplaçant. Apres deux trois partie de manivelle l’équipe marseillaise ne tenais plus la route. Donc avant de vouloir visé les haut de tableau et les niveaux Pro il serait deja bien de maitrisé le niveau amateur et pas qu’en 1. De plus l’équipe 1 marseillaise n’est pas non plus un exemple de rugby, quel gachi de voir de si beau jouer faire un si mauvais rugby…

  5. Très cher Thor8one,

    Que peut-on reprocher aux dirigeants du rugby marseillais ? D’injecter des millions d’euros dans un club ? ça me semble indispensable si l’on veut créer à terme un grand club professionnel. Ce qui est certains c’est qu’avec la crise le rugby pro ne pourra pas vivre de façon pérenne en ce concentrant dans ses seuls fiefs du Tarn, du Gers, Pays Basques, Roussillon et Landes. J’en ai déjà parlé dans un autre billet, si je regarde le classement de la Ligue 1 de football, je retrouve des clubs basés dans des villes telles que Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Nice, Lille et Nantes qui sont les huit plus grandes aires urbaines de France. Si je regarde le classement du Top 14, seules Paris et Toulouse y sont représenté. Qu’on le veuille ou non, il faut chercher l’argent là où il se trouve. Vous remarquerez que comme part hasard, Toulouse et Paris sont les deux clubs qui ont obtenu les meilleurs résultats depuis 1995, an I du rugby professionnel. Quand on voit les résultats des clubs français et la triste 7ième place de l’équipe de France au classement mondial IRB, on peut se poser des questions. Aujourd’hui l’Argentine et les Pays de Galles se trouvent devant nous, la Russie et l’Italie sont en train de faire de gros efforts. La France doit rester une locomotive, pour moi ça passe par un championnat avec des villes comme Marseille, Lyon et Bordeaux.
    Votre critique du club de Marseille-Vitrolle me semble injuste, puisque comme je l’ai dit le club est probablement aujourd’hui le plus grand club de France en nombre de licenciés (devant le stade français), il y a eu une volonté de créer une véritable synergie entre les différents club de l’agglomération : ainsi le SMUC et le RC Marseille-Est participe au capital de la société Marseille-Vitrolles, il me semble qu’il s’agit là d’un concept novateur qui pourrait exister dans d’autres villes et région de France. Mais cette synergie va au-delà d’une simple participation financière, et ça doit vois intéresser puisque la formation est au centre de vos préoccupation, les 4 clubs en question ont eu la volonté de réunir les meilleurs jeune au sein d’une équipe cadet Alamercy, sous le nom de « Pôle Phocéen XV », l’objectif étant de permettre au meilleur jeune de la ville de se former en confrontant les meilleurs équipes cadets hexagonalles. Au moment ou certains clubs d’un même départements se tirent la bourre, alors qu’ilest évident qu’il n’y a pas la place pour deux clubs pro, on verra quels seront les résultats dans dix ans…

    Le rugby du Sud-Ouest constitue évidamment un socle important sur lequel le rugby français pourra toujours s’appuyer et qui est solide, chose que n’ont pas probablement le basket et le handball, mais ce socle aussi solide soit-il reste insufisant pour passer à la vitesse supérieure. L’apport de ville comme Lyon, Nice et Nantes nous apprteraient invraisemblablement un grand bol d’air frais !

    J’aime plus que tout au monde, ce rugby des campagnes, amateur. Mais si l’on veut un jour être champion du monde, ça passe par plus encore de professionnalisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s