En toute franchise… (2)

Continuons aujourd’hui notre tour d’horizon des clubs professionnels français avec les clubs des régions Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes et Auvergne.

MIDI-PYRÉNÉES

 

120px-logo_cr_midi-pyrc3a9nc3a9es_svg

 

10/ Montauban Tarn-et-Garonne XV

 

Points forts :

 

         Culture rugbystique et élan populaire autour du stade Sapiac.

         Club organisé qui grandi pas à pas.

         Le club a obtenu des bons résultats et vient de prouver qu’il avait le niveau pour jouer au plus haut niveau, y compris au niveau continental.

 

Points faibles :

 

         Une lutte interne qui pourrait être fatale au club.

         La concurrence de nombreuses autres candidatures dans la région (Albi, Castres, Agen, Toulouse)

         La proximité avec le géant toulousain, peu évidente à gérer.

         Une rénovation du stade Sapiac évidente.

 

Chances d’obtenir une franchise : 55%

 

11/ Stade Toulousain

 

Points forts :

 

         Un club prestigieux dont la notoriété va bien au-delà du rugby et du territoire hexagonale.

         Club possédant le plus grand palmarès du sport français, seul club hexagonal, toutes disciplines confondues, à avoir été trois fois champions d’Europe.

         Plus grand pourvoyeur de joueurs pour le XV de France.

         Excellent centre de formation qui fourni non seulement le Stade Toulousain mais aussi la plupart des autres clubs professionnels.

         Un style de jeu qui a inspiré des entraineurs dans le monde entier.

         Des infrastructures qui viennent d’être modernisées.

         Le soutien du public toulousain.

          Toulouse est l’une des principales aires urbaines de France.

         Ville dynamique et économiquement en plein développement.

         De nombreux soutien financiers de partenaires privés comme des collectivités locales.

         Le football a le Real Madrid, le Baseball les NY Yankees et le rugby le Stade Toulousain.

 

Points faibles :

 

         Pas vraiment de points faibles, une grande concurrence, au niveau du sport de haut niveau, qui ne font que prouver le dynamisme de la ville. Cela n’est pas un vrai problème puisque malgré la présence d’autres sport professionnels, les Toulousains s’identifient d’abord à travers le Stade Toulousain.

 

Chance d’obtenir une franchise : 0 % de chance d’avoir un système franchisé sans la présence du Stade Toulousain en son sein.

 

12/  Colomiers Rugby

 

Points forts :

 

         Un bassin de population, économique et industriel qui permettrait la présence d’un deuxième club toulousain.

         De nombreux clubs de l’agglomération pourrait se joindre au projet (Blagnac, le TUC-TOEC, l’Union) pour former un Grand Toulouse Rugby.

         La possibilité de partager son stade et ses structures avec le Toulouse Olympique XIII.

         Des structures qui sont appelés à être modernisées, certe, mais qui sont déjà existantes à Colomiers.

         Colomiers a toujours été une sorte de laboratoire du jeu toulousain.

 

Points faibles :

 

         La présence de l’ogre Stadiste, mais aussi de nombreux autres sports professionnels (Le Téfécé, et le Toulouse Olympique XIII qui accèdera probablement à une place en Super Ligue d’ici quelques années.)

         Trouver un public pour un tel club ne serait pas évident.

 

Chances d’obtenir une franchise : 20 %

 

13/ Sporting Club Albigeois

 

Points forts :

 

         L’incroyable élan populaire acquis lors de ses deux années passées en Top 14.

         Une ville moyenne, mais possédant un bassin de population toutefois suffisant pour accueillir une formation professionnelle.

         La ville, à proximité de Toulouse, bénéficie de l’influence économique de la capitale occitane.

         Une magnifique région, que beaucoup qualifie de « Toscane Française », qui pourrait attirer de nombreux touristes britanniques en cas de participation à la Coupe d’Europe.

         Pas de présence d’autre grand sport professionnel dans le département. Le XIII étant rayé de la carte.

         Un peuple tarnais grand amant de l’ovale et complètement passionné.

          

Points faibles :

 

         La concurrence avec le Castres Olympique, distant d’une trentaine de kilomètre.

         L’absence de partenaires importants (à l’image des Laboratoires Fabres) à Castres, et des finances qui ne sont pas aux mieux puisque le club a été relégué financièrement.

         Un stade qui n’est absolument pas adapté au sport professionnel.

         Albi, n’est pas historiquement le grand club du département, ce titre appartiendrait plutôt au Sporting Club Graulhétois ou au Castres Olympique.

 

Chance d’obtenir une franchise : 45 %

 

14/  Castres Olympique

 

Points forts :

 

         Club possédant une legitimité historique plus importante qu’Albi puisque le CO appartient à l’élite du rugby français depuis des années.

         L’omniprésence des Laboratoires Fabre dans la structure du club.

         La présence de Pierre Yves Revol à la tête de la LNR aidera surement le club.

         Historiquement, Castres peut être considére comme le premier club professionnel français.

 

Points faibles :

 

         Une notoriété départementale mis à rude épreuve après l’arrivée d’Albi en Top 14.

         Encore et toujours des infrastructures sportives qui ne sont pas à la hauteur.

         Des résultats sportifs en baisse constante depuis une quinzaine d’année, époque où le CO était l’un des 4 plus gros clubs du championnat français et possédait le plus gros budget (13 millions de francs, soit à peine 2 millions d’euros !).

 

Chance d’obtenir une franchise :  55 %

 

Remarque : On en parle beaucoup moins que sur la Côte Basque que dans le Rhône-Alpes, mais le Tarn gagnerait beaucoup à présenter une seule candidature. Albi, Castres, Graulhet, Mazamet, Lavaur et Gaillac (tout en conservant des entités différentes au niveau amateur)  pourrait présenter une candidature unique qui assurerait la présence du Tarn dans l’élite. Reste à savoir où logerait cette équipe, Albi ou Castres ? Quel nom ? Quinze Pays du Cathare ? Avec une telle formation, le Tarn pourrait être connu à travers toute la France et pas uniquement pour sa nouvelle Miss France.

 

15/ Football-Club Auch

 

Points forts :

 

-Des résultats incroyables obtenu à base de valeurs ovaliennes : combat, amour du maillot, respect de l’adversaire, camaraderie, etc.

 

Points faibles :

 

-Les deux passages en élite semblent indiquer que le FC Auch n’a pas la taille pour évoluer au plus haut niveau du rugby français. Ni économiquement, ni même sportivement, car il arrive un moment oà la seule volonté de déplacer les Pyrénées de suffisent plus.

 

Chance d’obtenir une franchise : 15 %

 

16/ Tarbes Pyrénées et FC Lourdes

 

Points forts :

 

         À mis chemin entre Perpignan et Bayonne, les Pyrénées, terre de rugby, pourrait avoir un grand club. Tarbes  et Lourdes sont idéalement placés.

         Un passé important pour les deux clubs.

         Lourdes est une ville de renommé mondiale qui attire chaque années des millions de touristes.

 

Points faibles :

 

         Le manque de résultats des deux clubs.

         L’activité économique insuffisant pour y créer un grand club et un bassin de population limité.

         L’impossibilité de faire un grand club pyrénéen, car Tarbes, Lourdes et Pau appartiennent à des départements et même des régions différentes, difficile de fédérés tout le monde autour d’un seul projet, surtout que le 64 possède déjà deux grands clubs professionnels. C’est dommage parce qu’entre Tarbes, Pau, Lourdes et Auch il y a sans doute la place pourfaire quelquechose.

 

Chance d’obtenir une franchise : 8 %

 

LANGUEDOC-ROUSSILLON

 

cr_lr_logo

 

17/ Racing-Club Narbonne Méditerranée

 

Points forts :

 

         Grand club historique du championnat français

         Ville idéalement placée, carrefour important du bassin méditerranéen, porte entre l’Occitanie et la Catalogne.

 

Points faibles :

 

         Plus aucun résultats significatifs depuis que le rugby est passé pro.

         Un stade qui semble trop petit pour accueillir des matchs du Top 14.

 

Chances d’obtenir une franchise : 20 %

 

 

18/ AS Béziers-Hérault

 

Points forts :

 

         Un des plus beaux palmarès du rugby et du sport français.

         Un public toujours présent même dans la difficulté.

         Un stade de la Méditerrannée adapté aux exigences du Top 14.

         Un club qui continue de former de grands joueurs (Yannick Nyanga, Dimitri Swazewski)

         Une culture de l’ovale et du jeu d’avant.

         Un bassin de population convenable.

 

Points faibles :

 

         Malgré son impressionant palmarès, Béziers ne semble plus être la référence du rugby héraultais. Il semblerait que Montpellier, qui peut s’appuyer sur un bassin de population plus important, soit devenu la référence du Languedocienne.

 

Chances d’obtenir une franchise : 40 %

 

19/ Montpellier-Hérault RC

 

Points forts :

 

         Un des meilleurs centre de formation du pays.

         Un stade flambant neuf et complètement adapté au monde du sport professionnel, avec la possibilité de délocaliser certains matchs à la Mosson.

         Une des aires urbaines les plus importantes du sud de la France.

         Une activité économique dynamique, Montpellier est la ville de France dont le taux de croissance est le plus élevé. La ville gagnerait une moyenne de 1 000 habitants par mois !

          L’arrivée de partenaires privés très importants (le PMU entre autres).

 

Points faibles :

 

         Un manque de résultats évident, même si petit à petit le club progresse.

         Existe-il une véritable culture de l’ovale à Montpellier ? Jusqu’à présent la ville se prennait plutôt de passion pour le ballon rond, mais il se pourrait que le rugby qui connait une insolente croissance prenne l’un des fiefs des « manchots ».

         La concurrence d’autre sport pro (football, handball) , mais là aussi, celà semble surtout indiquer une certaine bonne santé économique.

 

Chances d’obtenir une franchises : 90 %

 

20/ Nîmes-Camargues RC

 

Points forts :

 

         Une situation idéale entre Sud-Est et Sud-Ouest

         Un bassin de population assez important.

         Un club de foot qui n’est pas au mieux, le rugby à peut être une chance à prendre.

         Le rugby nîmois a fait un passage remarqué dans l’élite dans les années 90, ce passage fut sans doute riche en expérience.

         Des sponsors locaux qui peuvent appuyé le club (Perrier, entre autres).

         L’exemple du voisin héraultais prouve qu’il y a de la place pour le rugby dans la région.

 

Points faibles :

 

         Nîmes est traditionnellement une ville de foot.

         Les mauvais résultats du club depuis le début des années 2000. Le club est actuellement en Fédérale II.

 

Chances d’obtenir une franchise : 20 %

 

21/ USAP

 

Points forts :

 

         Une passion  pour le rugby sans pareil en France et un public d’inconditionnel, l’un des 10 clubs qui possède le plus d’abonnés tous sports confondus.

         Une forte identité régionale dont l’USAP est l’un des vecteurs

         Palmarès important et le club a obtenu de bons résultats ces 10 dernières années.

         Club qui est à la fois capable de faire venir des grandes pointures internationales (Dan Carter, Daniel Herbert) mais aussi de lancer de nombreux jeunes de son centre de formation au plus haut niveau.

         Excellents résultats des équipes jeunes : juniors et cadets.

         Bassin de population relativement important et qui sera sans doute appelé à se développer avec l’arrivé d’une ligne TGV entre Barcelone et Perpignan.

         Possibilité grâce à de nombreux efforts effectués depuis une dizaine d’années de se tourner vers la très riche Catalogne, l’une des régions les plus riches d’Europe.

         Des infrastructures digne d’un club de football de Ligue 1.

 

Points faibles :

 

         Peu ou pas de points faible, l’USAP est un club complet, l’un des rares qui soit complètement prêt pour le rugby professionnel. Histoire de chercher la petite bête noire, je dirais que certains supporters usapistes ont tendances à prendre les dérives du ballon rond. Mais ça serait généraliser que de dire cela, et puis les catalans n’ont pas, hélas, le monopole de la bêtise.

         La présence dans la ville d’un autre grand club de rugby, celui des Dragons Catalans XIII, mais cette présence n’a pas fait trop d’ombre au club quinziste. Loin de là. Il a probablement contribué à faire du Roussillon l’une des places fortes et incontournables du rugby français et européen.

 

Chance d’obtenir une franchise : 98 %

 

PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR

 

 

22/ Pays d’Aix Rugby Club

 

Points forts :

         Le meilleur club d’un des départements les plus peuplés de France.

         Une structure professionnelle déjà existante.

         Un public habitué au match de la ProD2 (Entre Istres dans les année 90 et le PARC aujourd’hui)

 

Points faibles :

 

         Si la ligue veut accorder une franchise à un club des Bouches-du-Rhône autant qu’elle le fasse directement sur Marseille.

         Pas de grand stade dédié au rugby dans la région.

 

Chance d’obtenir une franchise : 10 %

 

23/ Marseille-Vitroles

 

Points forts :

 

         Marseille est l’une des trois plus grande métropole de France.

         Marseille-Vitroles est l’un des plus grand club de France en nombre de licenciés (si ce n’est le plus grand).

         La fusion avec Vitroles à permis de créer des équipes jeunes (cadets et juniors) compétitives au plus haut niveau dans leurs catégories respectives.

         Mis à part le foot, la ville est en manque de sport professionnel (Pas d’équipe de Basket, équipe de handball ayant disparu). D’ailleurs il fut un temps où la Ligue Nationale de Basket-Ball avait songé ouvrir une franchise sur Marseille.

         Le club bien qu’évoluant en Fédérale I à déjà une structure juridique professionnelle.

         Les clubs marseillais sont déjà fédérés autour du projet « Marseille Rugby »

         Succès populaire autour du rugby à chaque fois qu’un grand match y a lieu.

 

Points faibles :

 

         Si l’on excepte le Stade Vélodrome (propriété de la municipalité mais réservé au football), il n’existe aucune enceinte capable de recevoir une équipe de rugby professionnelle. Un Stade de 20 000 places est en projet à côté du Stade Vélodrome, mais cela reste un vague projet, la mairie semble plus vouloir se concentrer sur la rénovation et la modernisadtion du vélodrome.

         La concurrence du RC Toulon et viceversa : La ligue pourrait craindre qu’une formation marseillaise fasse de l’ombre aux Varois sans pour autant obtenir le même succès populaire.

         Résultats sportifs qui malgré les efforts tardent à venir le club se trouvant dans les derniers de sa poule en Fédérale I.

 

 

Chance d’obtenir une franchise : 30 % et beaucoup plus si la ville se trouve un stade pour le ballon ovale.

 

24/ Rugby-Club Toulonnais

 

Points forts :

 

         Une culture populaire autour du rugby unique en France.

         Bassin de population important.

         Historiquement le Var à toujours été une enclave rugbystique dans le Sud-Est.

         Un budget très important et un président de club qui déborde d’ambition.

         Un stade Mayol qui, on le sait, doit être agrandi et surtout modernisé mais qui bénéficie d’un emplacement exeptionnel en plein coeur de la ville.

         Le club avec ses transferts sensationnels vient d’acquérir une notoriété mondiale dans le monde de l’ovale.

         Le RCT a toujours été un grand club formateur et peut s’appuyer sur un département du Var, riche en talents.

 

Points faible :

 

         Une culture du rugby-spectacle qui peut agacer les plus conservateurs et surtout qui peut entacher l’image du rugby dans son ensemble.

         Un club et une équipe qui entre passé et futur, Varois et Maoris, ont le plus grand mal à se trouver.

 

Chance d’obtenir une franchise : 85 %

 

25/ Rugby-Club Nice Côte d’Azur

 

Points forts :

 

         Un passé rugbystique déjà existant grâce à une présence du club en élite dans les années 80 et 90.

         Un projet ambitieux au service du rugby.

         Une aire urbaine allant de Nice à Cannes en passant par Antibes et englobant le complexe Sofia-Antipolis avoisinant le millions d’habitant.

         Une région connue dans le monde entier pour sa splendeur qui attirerait à coup sûr les touristes, notamment les touristes britanniques en cas d’accession en Coupe d’Europe.

         Depuis la disparition d’Antibes en Basket (et à part le football) peu de grands clubs professionnels sur l’ensemble de la région.

 

Points faibles :

 

         Pas d’infrastructures pour le rugby professionnels.

         La concurrence du rival Toulonnais.

         Malgré le bassin de population, un public pas toujours facile à faire venir au Stade et qui semble plus réagir à l’effet de mode même le foot rencontre des difficultés.

         Plus de résultats significatif depuis que le club a été relégué pour des raisons financières.

 

Chance d’obtenir une franchise : 25 %

 

RHÔNE-ALPES

 

 

26/ CS Bourgoin-Jallieu

 

Points forts :

 

         Le club mériterait probablement le titre de meilleur club formateur de France (Chabal, Bonnaire, Milloud, Boussès, Nallet, Glas, Pierre, tous formés au club).

         Le CSBJ est le club rhônalpin ayant obtenu les meilleurs résultats au cours de la dernière décénie et de ce fait a déjà acquis une certaine notoriété régionale.

         Plusieurs délocalisations dans d’autres stades de la région se sont avérées être à chaque fois des succès populaires ce qui confirme la notoriété régionale précédemment citée.

         Le club est soutenu financièrement par Martinet.

         À mi chemin entre Lyon et Grenoble, la ville de Bourgoin-Jallieu est idéalement placée.

 

Points faibles :

 

         Une ville démographiquement peu développée.

         Le manque d’intérêt évident de la municipalité et des autres collectivités pour moderniser les infrastructures du club qui sont probablement les plus vétustes du Top 14. C’est à se demander si la municipalité croit encore en son club.

         En étant basé à Bourgoin le club à du mal à atteindre la notoriété d’autres grands clubs régionaux tels que l’Olympique Lyonnais (football) ou l’ASVEL (Basket-Ball).

         La concurrence de Lyon et de Grenoble.

 

Chances d’obtenir une franchise : 55 %

 

27/ FC Grenoble

 

Points forts :

 

         Malgré la présence d’un grand club de football, le FC Grenoble a su garder une place de premier choix dans le coeur des Grenoblois ce qui semble prouver la popularité du rugby dans cette région.

         Le Sud-Est n’est que très peu représenté dans le Top 14 et la création d’un système de franchises devrait permettre de réparer cette injustice.

         Un bassin de population certe moins important que celui de Lyon mais qui reste malgré tout, l’un des plus importants du quart Sud-Est de l’Hexagone.

         La création d’un Stade des Alpes de 20 000 places semblent convenir parfaitement au rugby pour peu que le FC Grenoble retrouve l’Élite.

 

Points faibles :

 

         Depuis une dizaine d’année le CSBJ a pris très nettement la pôle position régionale.

         La concurrence du football qui est en train de prendre de l’importance dans la ville suite à la montée du club local en Ligue 1. Cependant, cela pourrait être une raison supplémentaire pour y installer une franchise.

         Moins peuplée que Lyon et avec de moins bons résultats que Bourgoin, la ville à très peu de marge pour attirer sur ses terres une franchise, mais cela reste « jouable ».

 

Chance d’obtenir une franchise : 45 %

 

28/ Lyon Olympique Universitaire

 

Points forts :

 

         Bien sûr le principal point fort de Lyon est sa démographie, la capitale rhônalpine est le deuxième centre urbain de France derrière Paris.

         Le facteur économique : la région est l’une des plus riches et des plus dynamiques d’Europe.

         Certe le rugby ne possède pas encore de stade digne de ce nom, mais avec le déménagement du club football local vers son « OL Land » la municipalité a l’intention d’attribuer le Stade Gerland et ses 41 000 places au rugby : Ni Bourgoin ni Grenoble ne pourraient alors lutter.

         Il manque au Sud-Est et à la vallée du Rhône, un très grand club à l’image du Stade Toulousain dans le Sud-Ouest et du Stade Français en Île-de-France et ce géant ne pourrait exister qu’à Lyon.

         Le LOU a été sacré deux fois Champions de France, le facteur historique peut faire la différence en dernier recours.

 

Points faibles :

 

         Avec l’Olympique Lyonnais qui cherche a devenir l’un des tous meilleurs clubs de football d’Europe mais aussi l’ASVEL qui est l’un des caïds du basket hexagonal, le rugby ne semble vraiment pas une priorité pour les Lyonnais et pour la municipalité. Toutefois il y a de la place pour un grand club de rugby lyonnais mais ce dernier devra vraisemblablement compter surtout et vant tout sur des partenaires privés.

         Tant que l’OL n’aura pas déménagé à Décines, le rugby n’aura pas de stade. On peut imaginer que c’est aussi pour cela que la municipalité lyonnaise n’est pas pressée de voir monter le LOU en Top 14, ça lui évite d’investir dans un stade alors que le Stade Gerland devrait se libérer d’ici peu (juillet 2010). Une fois fait on peut supposer que la commune s’intéressera un peu plus au cas du ballon ovale.

 

Chance d’obtenir une franchise : 65 %

 

AUVERGNE

 

 

29/  ASM Clermont Auvergne

 

Points forts :

 

         L’un des tous meilleurs clubs français durant ces 15 dernières années atteignant plusieur fois la finale du Championnat.

         Un club, une région, une multinationale : on ne trouve pas mieux pour la création d’un grand club professionnel.

         Des infrastructures adaptées au rugby professionnels.

         Une aire urbaine relativement importante.

         Malgré la présence du Clermont Foot et d’un club de Basket professionnel, l’ASM reste LE grand club Clermontois.

         Le club est un grand fournisseur de talent au XV de France.

         Même dans un système franchisé, il nous faudra un second…

 

Points faibles :

 

         À part la création d’un grand club de rugby professionnel à Riom ou d’une franchise de NFL à Ennezat je ne vois pas ce qui pourrait empêcher l’ASM Clermont Auvergne de décrocher une franchise. Une irruption imminente du Puy-de-Dôme peut être ?

 

Chance d’obtenir une franchise : 98 %

Publicités

Une réflexion au sujet de « En toute franchise… (2) »

  1. Ping : Le Blogue de Mister Rugby

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s