Jouez (intelligemment) !

Dans cette rencontre, les Bleus ont alternés entre le très bon et le franchement médiocre. Un mal bien de chez nous !

 

 

Nous savions tous que ce premier match à Croke Park allait être particulièrement difficile. Malgré certaines actions prometteuses des Français la déception est grande. Pourquoi ? 

 

En regardant ce match, j’ai eu un sentiment de déjà-vu, le sentiment qu’on rentre toujours dans les mêmes travers. Ça fait 20 ans que c’est la même chose, les joueurs, les entraîneurs, les systèmes de jeu passent, les mêmes fautes perdurent… Ce mal est peut-être bien français et sort du simple cadre du rugby, en France on sait faire ce qui est compliqué mais on ne sait pas faire ce qui est supposé facile. Démonstration : Après un magnifique essai collectif inscrit par Imanol Harinordoquy (qui restera je pense dans nos mémoires) la France prend le score en main et passe ainsi devant l’Irlande (3 à 7). Alors que la logique voudrait qu’avec le vent en notre faveur et le pied énorme de Beauxis qu’on remette tout de suite la pression dans les 22 mètres irlandais, Dimitri Szarzewski commet une faute au sol dans la minutes suivantes, sous les poteaux bien sûr. O’Gara ne demandait que ça ! L’Irlande revient donc au score 6 à 7. Je ne parle pas des nombreuses fautes en touches, sur nos lancers qui devaient être des moments forts pour nous et qui se sont transformés en moments faibles. Résultat des comptes nos Bleus doivent entamer une course poursuite derrière les Diables Verts. Alors qu’on pense qu’elle vient de faire le plus dur en recollant au score c’est au tour de Cédric Heymans de confondre vitesse et précipitation et qui part s’emmurer dans un paquet de verts et fait une faute au sol, alors que le bon sens aurait voulu qu’on passe la balle à un gros et qu’on créée d’abord un point de fixation. Si le cran des Bleus s’est avéré payant sur certains coups, et je pense bien sûr à cette magnifique relance de 60 mètres suite à une touche rapidement jouée depuis nos 22, ce fut, parfois aussi, le grand n’importe quoi : De telles relances sont efficaces justement parce que le bon sens voudrait qu’on trouve une solution moins risquée et que leurs côtés irrationnelles ont le don de surprendre la défense adverse. Maintenant si la France cherche à remonter tous les ballons à la main depuis ses 22 mètres, l’effet de surprise ne marche plus ! Une autre chose qui nous suit depuis 20 ans, c’est cette faiblesse dans le jeu au pied. Je ne vois pas pourquoi dans notre conception, très française, du rugby veut que le jeu à la main soit « noble » et le jeu au pied soit « vilain » ? Il suffit de regarder le 15 de départ pour comprendre qu’encore une fois, le jeu au pied n’est pas considéré. On semble vouloir utiliser le jeu au pied qu’en dernier recours et ne le laisser qu’à un seul joueur. De là vient d’ailleurs le dernier essai, on laissa le soin à Beauxis de trouver une touche sous la pression de deux mastodontes verts prêts à le dégommer, alors qu’il aurait été préférable que ce soit Tillous-Bordes qui s’y colle derrière son paquet d’avant par l’intermédiaire d’une chandelle. Du coup Beauxis trouva une petite touche dans nos 22, les verts se sont encore une fois servi de leur bon alignement en touche pour lancer une dernière attaque meurtrière, puisque bien servi par O’Leary, D’Arcy transperça la défense bleue.

 

Le rugby est une chose simple, la France n’est jamais aussi bonne que lorsqu’elle fait les choses simplement, le vrai génie français consiste en sa simplicité, son bon sens,  si nos touches sont bonnes, si on sait alterner jeu au pied, jeu à la main. Si on sait utiliser toute la palette que nous offre un jeu aussi riche, aussi magnifique, que le rugby, alors le fameux french flair fera la différence.  Et si ce french flair n’était autre que la joie de jouer et de prendre le rugby pour ce qu’il est : un jeu ?

Publicités

5 réflexions au sujet de « Jouez (intelligemment) ! »

  1. Moi je suis degouté du match de samedi, on avait tout pour gagner sauf la détermination en défense ce que nous avions pourtant cru comme acquis. Ya eu d’excellentes choses produites mais trop de fautes pour pouvoir gagner. Pourquoi j’ai ce sentiment qu’avec l’équipe de france de rugby on n’arrivera jamais à rien si ce n’est des exploits de temps en temps… Bref, sinon as tu des infos concernant les nouveaux chantiers de Revol? C pour rajouter des dates sur le calendrier?

  2. Ce match m’a laissé un sentiment étrange. Comme si l’équipe était sur la bonne voie, et qu’il ne manquait plus que qq réglages pour offrir un rugby cohérent… mais que ces réglages étaient les plus difficiles de tous à faire. On sent un fond de jeu dans cette équipe, une trame, qui arrive à s’exprimer pleinement lors de certains éclairs de lucidité. Mais cette lucidité est rare et on a souvent l’impression de voir des poulets courageux mais sans tête s’évertuer sur la pelouse.
    Alors, pourquoi ce sentiment que les gars ne jouent pas intelligemment ?
    Plusieurs raisons sans doute, notamment le manque de leader incontestable dans le jeu et le palmarès. Le capitaine Nallet est clairement un mauvais choix, et l’an dernier ça pouvait passer grâce à ses perfs exemplaires, mais là il est grillé à cause du trop grand nb de matchs joués. Le seul leader incontestable est, à mes yeux Harinordoquy, qui est le patron de la 3° ligne, encore plus que Dusautoir selon moi. La fatigue peut aussi expliquer ces errements, on a l’impression qu’une des 2 équipes cesse d’avoir du jeu après la 60’, je crois que là encore la faible intensité de notre championnat n’aide pas à préparer les joutes européennes.
    Une autre raison à avancer est le manque de vécu qu’ont ces joueurs ensemble. 3 jours de stage + 4 jours d’entraînement, c’est pinuts. On peut donc espérer que les joueurs vont acquérir ces automatismes sur la durée et qu’on verra les résultats de cette cohésion à Twickenham. Mais là encore, le calendrier stupide nous rappelle à une dure réalité : après le match face à l’Ecosse les joueurs vont retourner en club au lieu de rester à Marcoussis pour pouvoir mieux bosser. Ils reviendront 5 jours avant le match du vendredi soir face aux gallois, youpi encore une belle incohérence !! Et quand bien même, les résultats commenceraient à venir en fin de tournoi que la tournée d’été avec des joueurs fatigués et démotivés passera par là, que les mêmes erreurs se répèteront. C’est triste à dire, mais le jeu ambitieux du staff ne peut pas s’adapter à l’EDF dans les circonstances actuelles. Pourquoi ?
    Parce que ce jeu nécessite beaucoup plus de repères que celui proposé par Laporte. Le jeu de Laporte fonctionnait plutôt correctement de 2004 à 2007 dans les mêmes conditions de libération des joueurs par leurs clubs, mais parce qu’il était plus facile à mettre en place physiquement et psychologiquement. Le jeu que souhaite établir Lièvremont nécessite bcp de temps, or le staff ne dispose que de 3 jours et il doit faire semblant d’être aux anges devant la presse. Pour que le jeu de Lièvremont se mette en place plus vite, il faudrait que l’équipe soit composée à 70% de joueurs issus des 4 premiers du Top 14 + qq individualités comme Harinordoquy, Traille, Chabal, Parra.
    Voilà pour moi la principale raison de l’échec du XV de France : son manque de vécu, à fortiori le peu de vie commune pour les mbs de cette équipe qui est surtout une sélection.

    Je pourrais parler aussi de la composition du XV de France qui ne compte pas dans ses rangs de suffisament de bons sauteurs pour assurer une excellente conquête, ainsi je verrais plutôt une troisième ligne Dusautoir-Harinordoquy-Bonnaire avec 2 maîtres incontestés de la touche. La deuxième ligne est intéressante avec Chabal, mais si on part avec l’idée qu’il n’assurera pas la totalité du job habituel d’un 2° ligne car fusion incongrue d’un centre et d’un n°8, il faut dans ce cas que le second deuxième ligne soit une vraie machine dans les rucks, je ne vois actuellement que Millo-Chlusky, Privat et Thion pour assurer dans ce domaine. D’où une préférence pour un attelage Chabal-Thion avec M-C sur le banc. Au centre, Jauzion commence à me laisser perplexe, on dit tjs de lui qu’il faut le mettre dans « les conditions » pour qu’il démontre son potentiel, il n’en reste pas moins que les Traille, Mermoz, Baby et Fritz n’en demandent pas tant pour faire leur boulot correctement.

  3. ok avec castaignede, Jauzion que j’aime bien n’est plus le grand joueur qu’il a été. heureusement des mecs comme David, Mermoz devraient prendre la releve !

  4. Belle analyse du Petit Prince. Tout ce que tu dis est certainement vrai. Moi je m’étonne de l’éviction de chabal pour le prochain match. Si le 5 de devant a peché en Irlande, je pense que la faute est avant tout due aux premieres lignes. Trop de fautes, dominées dans le combat sur les duels. Ouedraogo trop tendre, Bonnaire n’aurait pas fait de mal à mon avis. Je ne sais pas si un Mermoz a la capacité à franchir comme Jauzion en premier centre. Frits est magique. Sans doute le meilleur centre français du moment.

  5. Merci encore une fois pour tous ces commentaires avisés ! Je pense que Mermoz peut apporter énormément à l’équipe de France comme il le fait très bien à Perpignan. le Stade toulousain doit regretter de ne pas lui avoir laisser plus de temps de jeu. C’est peut être le meilleur centre français depuis Philippe Sella : puissant, rapide et très technique. Joueur à suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s