Un Super-héros américain crucifie les Ospreys

L'Américain N'Gwenya a fait parler la poudre à Anoeta

Sous une chaleur étouffante, Biarritz a trouvé les forces pour venir à bout des Ospreys (29-28) et obtenir sa qualification pour les demi-finales de la H Cup. Mais que ce fut difficile…

par Baptiste Desprez, le 10-04-2010
La finale en ligne de mire
Biarritz a souffert, mais Biarritz est passé. Dans la fournaise d’Anoeta, les Biarrots ont réalisé un grand match pour venir à bout de vaillants Gallois (29-28), jamais battus et toujours désireux de jouer le moindre ballon. Mission accomplie pour les protégés de Serge Blanco qui accèdent, pour la première fois depuis 2006, au dernier carré de la plus belle des compétitions au terme d’une partie étouffante et teintée d’un suspense insoutenable. Mais, poussés par un public très présent, les Basques ont démontré toute leur supériorité dans les secteurs clés de la mêlée fermée, des phases au sol et de la touche. «On peut aller encore plus loin», clamait Damien Traille avant la rencontre. Les ambitions de l’international ont été entendues par ses partenaires qui peuvent rêver d’une finale au Stade de France le 22 mai prochain. Avant, il faudra se débarrasser du Munster ou de Northampton à Anoeta.

Yachvili et Traille au rendez-vous
Auteurs d’une entame parfaite, concrétisée par un drop de Traille dès la première minute (3-0) et d’un essai de la fusée Ngwenya (12e), qui a déposé Shane Williams après une course de phénoménale de 85 mètres (10-0), les hommes de Laurent Rodriguez ne pouvaient rêver à un meilleur départ. Mais comme Clermont face au Leinster vendredi soir, le BO a tremblé en voyant Ryan Jones (10-7, 19e) et Lee Byrne (16-12, 34e) marquer deux essais avant que Biggar ne remette son équipe à hauteur juste avant la pause (16-15, 39e). Comme souvent dans pareilles situations, la pause à fait un bien fou à des Basques au souffle coupé par la chaleur de San Sébastian. Mais au contraire des Auvergnats la veille avec Brock James, Biarritz a pu compter sur ses hommes forts que sont Dimitri Yachvili, parfait dans son rôle d’organisateur et de buteur, et Damien Traille, auteur d’un 100% au drop (3/3), sans parler de la performance d’un pack véritablement monstrueux à Anoeta.

Un suspense insoutenable
Au retour des vestiaires, une pénalité de Biggar permettait à son équipe de prendre pour la première fois du match l’avantage au score (16-18, 45e). Mais samedi, il en fallait plus pour déstabiliser les coéquipiers d’Imanol Harinordoquy. Deux minutes plus tard, Yachvili redonnait un point d’avance aux siens (19-18, 47e) alors que l’essai de Balshaw, après une jolie inspiration de Ngwenya, permettait au BO de creuser l’écart (26-21, 49e). Mais jusqu’au bout, les Gallois sont restés dans le match avec deux pénalités de Biggar (53e, 70e) et un essai de Walker (75e). Malgré une dernière tentative de drop de l’ouvreur gallois à la sirène, c’est bien le BO qui validait son billet pour les demi-finales de la Coupe d’Europe. «C’est une grande joie, une grosse satisfaction, soufflait exténué Damien Traille. Maintenant on va savourer

L’incroyable essai de Ngwenya face aux Ospreys.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un Super-héros américain crucifie les Ospreys »

  1. Impressionné par ce BO !! Et que dire de MONSIEUR Traille !! Un des plus grands joueurs français depuis bientôt 10 ans !! Avec lui, Jauzion et Mermoz on est servi en 1er centre de haute facture. Le plus avec lui est son immense lecture du jeu qui lui permet de jouer avec un égal talent en 12, 15 ou 10. Néanmoins, son gabarit, sa technique et sa vitesse en font plus un centre/ouvreur qu’un arrière. Par ses accélérations (l’attaque qui se conclut par un en-avant du Yach à 5m), sa lecture du jeu (passe à N’Gwenya dans ses propres 22 après avoir analysé en 2 secondes la situation) et la qualité de son jeu au pied (touches, drops), Traille se présente même comme une alternative en 10 pour l’EDF où on cherche la doublure de Trinh-Duc. Il n’y a qu’à voir au BO où il fait tout, et son boulot de centre et en grande partie celui du 10 Peyrelongue. L’ouvreur Peyrelongue est d’ailleurs à mon sens le maillon faible de cette équipe, car dans les gros matchs ils est invisible, il ne se troue pas mais n’apporte pas ce qu’un ouvreur de niveau européen doit apporter. Dommage car avec un ouvreur de classe européenne, le BO ferait encore plus peur.
    Pour revenir au match : une grosse mêlée, Yachvili essentiel au jeu spécifique du BO, les leaders présents (Thion, August, Harinordoquy) et de très bons attaquants avec la fusée N’Gwenya (il va concurrencer Usain Bolt à ce rythme !!), mais aussi Balshaw très sûr en 15, malheureusement souvent blessé. Les points négatifs : une défense friable pour une équipe qui ne se découvre pourtant pas tellement en attaque ; des avants qui devront être encore plus au taquet en ½, car ceux du Munster sont d’un autre gabarit que ceux des Ospreys ; des arrières qui devront donc être plus joueurs car les irlandais se découvriront moins que les gallois.
    Espoirs pour le BO : un public fantastique dans un très beau stade, un groupe régénéré, peut-être le retour de Taele, Lund et Vahafolau.

    Pour les Ospreys, ça me fait penser à Clermont. Troisième ¼ de finale d’affilée paumé, malgré un très bon jeu qui fait du bien aux yeux. Des arrières inspirés (Bowe, Hook, Byrne, Phillips) et de l’audace dont nous devrions nous inspirer quand ils n’hésitent pas à lancer dans le grand bain un jeune comme Biggard (20 ans) au poste si stratégique d’ouvreur. Pendant ce temps, nos Bélie, Doussain, Bernard, Barraud, Bosch joueront encore à 23 ans en espoir, catégorie hyper prestigieuse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s