Un Top 6 bouleversé

A l'image de Kelleher et Vermeulen, la dernière journée aura toute son importance pour désigner les demi-finalistes.

1- Perpignan (80 points) >>> qualifié pour les demi-finales
Le champion a tenu jusqu’au bout. Comme la saison passée, l’USAP termine en tête de la saison régulière. Parfois déficient face aux « petites »équipes avec des défaites à Montpellier, Bourgoin et Albi, le champion de France en titre est parvenu à se retrousser les manches devant les cadors. Les hommes de Jacques Brunel ont su mettre un dernier coup de collier en fin de saison pour s’assurer une place parmi les deux premiers. Attendus au tournant, les Catalans ont répondu présent en toute discrétion. Comme la saison passée… Le club présidé par Paul Goze réussit pour la première fois de son histoire à se qualifier trois fois de suite pour les demi-finales. Grâce notamment à un parcours sans faute à Aimé-Giral (13 victoires). S’ils laissent volontiers le statut de favoris aux autres, les Sang et Or sont les premiers prétendants à leur succession.

2- Toulon (80 points) >>> qualifié pour les demi-finales
C’est LA surprise du chef. Au lendemain d’une saison difficile conclue par un maintien arraché en fin de championnat, le RCT a su se relever. Bien renforcé par des vedettes internationales (Jonny Wilkinson, Juan Martin Fernandez-Lobbe) et des valeurs sures françaises (Pierre Mignoni, Laurent Emmanuelli ou Sébastien Bruno), le club varois a réussi une saison exceptionnelle. Parfois balbutiante en début d’année, la troupe toulonnaise a su trouver son rythme de croisière sous les ordres de Philippe Saint-André, transfuge de Sale. Grâce à une incroyable série de neuf victoires de rang (11 toutes compétitions confondues), Toulon a validé son billet pour les demi-finales. Grâce là aussi à un parcours quasi parfait à domicile (12 victoires, un match nul). Le club de Mourad Boudjellal retrouve les demi-finales pour la première fois depuis 1995.

———————————————————————————————————

3- Clermont (75 points) >>> reçoit le Racing en barrages
Clermont devra passer par un match de barrages pour accéder au dernier carré. Régulièrement dans le trio de tête, les Clermontois ont laissé leur place à Toulon et Perpignan qui se sont montrés plus constants lors des matchs décisifs. Echaudée par son élimination en quart de finale, l’ASM ne vise rien d’autre que le titre cette saison après avoir perdu trois finales consécutives et dix au total. Avant d’en arriver là, il faudra se débarrasser du Racing-Métro. Parfois intermittents dans la performance, les hommes de Vern Cotter ont retrouvé l’envie en début d’année avec une efficacité offensive toujours aussi redoutable en championnat et en H Cup. Une bonne série (cinq victoires consécutives) qui a permis au club auvergnat de se qualifier pour les quarts de finale de Coupe d’Europe mais aussi de reprendre sa position en haut de tableau. Faute de retrouver le Stade de France en H Cup (après la défaite face au Leinster 29-28), Clermont entend bien prendre ses quartiers dans l’enceinte dionysienne via le championnat. Avec une issue enfin heureuse.

4- Toulouse (74 points) >>> reçoit Castres en barrages
En grand habitué, Toulouse sera une nouvelle fois présent pour l’explication finale du championnat. Présent lors des seize dernières demi-finales, le Stade Toulousain doit passer une marche supplémentaire pour porter le record absolu à 17. Les hommes de Guy Novès ont connu une saison difficile. Peu épargnés par les blessures (Elissalde, Michalak, Millo-Chluski, Kunavore…), les champions de France 2008 ont rapidement assuré leur place dans le Top 6. Une qualification mi-figue mi-raisin pour Guy Novès, qui déplore le faite de jouer un match supplémentaire. Mais le parcours européen des Rouge et Noir a contraint le technicien à faire tourner son effectif pour être compétitif sur les deux tableaux. Qualifié pour les demi-finales de H Cup face au Leinsterle 1er mai prochain, Toulouse n’oublie pas le championnat. Et même si le Stade apparaît un peu en retrait cette année, il reste l’un des favoris pour le Bouclier de Brennus. Les champions ne meurent jamais. Il devra le prouver contre Castres qu’il a battu dans la douleur (25-17) samedi.

5- Castres (73 points) >>> se déplace à Toulouse en barrages
La révélation de l’année. Aux portes de la Pro D2 la saison passée, le CO a parfaitement réussi sa mutation dans le sillage du duo d’entraîneurs Laurent Labit-Laurent Travers débarqués de Montauban durant l’intersaison. Les deux hommes ont apporté de nombreux joueurs dans leurs valises mais aussi une méthode qui a  fait ses preuves tout au long de la saison. Les cadres McIntyre, Masoe ou Teulet ont retrouvé la confiance et ont brillé tout au long de la saison. Au point d’emmener Castres au sommet du Top 14. De longs mois durant, le club du président Jean-Philippe Swiadek a pris place sur la plus haute du marche du podium sans jamais craquer. La réussite du CO a permis de voir éclore de nouveaux internationaux comme l’ailier Marc Andreu, vainqueur du Grand Chelem avec l’équipe de France. Trois défaites consécutives face à Perpignan, Clermont et Toulouse ont fait dégringoler le CO à la cinquième place. Qu’importe, le club retrouve le parfum des phases finales pour la première fois depuis 2001.

6- Racing-Métro (64 points) >>> se déplace à Clermont en barrages
Vingt ans après le dernier titre décroché par la génération « show-biz », le Racing renoue avec son glorieux passé. Promus de Pro D2, les hommes de Pierre Berbizier ont réussi le coup de maître de s’offrir une place dans le Top 6. Les arrivées de Sébastien Chabal, Lionel Nallet, Francois Steyn ou encore Julien Saubade ont apporté un surplus d’expérience à l’ossature de l’équipe qui évoluait à l’étage inférieur la saison passée. Après un début de championnat difficile, les Racingmen ont appuyé sur l’accélérateur au début de l’automne. Forts de neuf succès consécutifs, les Franciliens se sont mis dans le sens de la marche et ont supplanté le voisin du Stade Français. Sans aucune pression, les Ciel et Blanc veulent désormais viser le plus haut possible. Ils ont tout cas réussi leur retour au plus haut plan en bousculant la hiérarchie.

Source : rugby365.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s