RCT : les demi-héros sont fatigués

Les Toulonnais ont fait preuve d’une solidarité impressionnante. Ils retrouveront le Vélodrome le 23 mai.

La victoire a des vertus réparatrices, une qualification en finale, davantage encore. Ce n’est pas nouveau. Mais à pareille époque – la saison a été longue et par bonheur pour le RCT, elle n’est pas terminée -, c’est toujours mieux de le rappeler au moment où trois matchs (soyons positifs !) capitaux attendent un groupe d’au moins… 25 titulaires.
Ce groupe a besoin de souffler. Ce difficile succès (19-12) ramené de ce déplacement en terre irlandaise confirme cette impression laissée au lendemain du match héroïque contre Perpignan au Vélodrome. Un stade que les Toulonnais, pour leur plus grand bonheur, retrouveront pour la finale du Challenge européen dans trois semaines.
Toujours plus haut
Et la haie d’honneur d’un comité d’accueil improvisé, composé d’au moins deux cents supporters, à l’arrivée des joueurs sur l’aéroport de Hyères, hier après-midi, a dû leur faire chaud au cœur.  Avec leurs brins de muguet généreusement offerts à la main, les demi-héros (joueurs, staff et président), certes fatigués, semblaient touchés, presque gênés d’une réception aussi chaleureuse que spontanée.
Concernant cette demi-finale victorieuse acquise dans la douleur, on mettra en exergue, encore une fois, la solidarité de ce groupe de nouveau remanié et cette folle envie d’aller toujours plus haut. Tous, ensemble.
Et sans les passer sous silence, nous ne nous appesantirons pas sur les manqués du début de rencontre. Ils auraient, en effet, pu engendrer des conséquences bien plus fâcheuses sans la débauche d’énergie des « Rouge et Noir » déployée en seconde période pour endiguer les assauts irlandais.
ça ne passera pas à chaque fois
Court dans la préparation de ce match couperet, Saint-André ne se voilait pas la face sur les difficultés rencontrées devant le Connacht qui préparait leur fête depuis trois semaines. Le manager varois sait bien que ce qui est passé à Galway ne passera pas à Saint-Etienne, devant Clermont ou le Racing. A ce niveau-là, on ne peut se permettre le luxe de gâcher de telles opportunités.
« On se créé cinq ou six occasions et on ne parvient pas à conclure. Il est heureux que nous y soyons finalement parvenus après l’incroyable série de mêlées à cinq mètres », soulignait PSA avant d’ajouter aussitôt. « Le côté positif de ce match compliqué, c’est d’être parvenu à rester cohérents et disciplinés d’autant qu’à certains moments mes joueurs auraient pu dégoupiller. Notre défense a été très bien organisée. Pendant 20-25 minutes, ça chauffait. Mais par leur investissement et leur férocité, mes joueurs ont tenu. Ils se viandent pour chacun. On a eu une bonne tenue de mêlée même si on a connu un déficit en touche. Les Irlandais avaient bien dû étudier nos lancements de jeu dans ce secteur. Ils avaient une bonne lecture. Il est heureux pour nous que Connacht n’ait pas de banc. »
Avec quelques pépins physiques (les cervicales pour Wilkinson et Taumeopeau, le genou pour Marienval) mais surtout un billet en poche pour cette première finale de l’histoire du club, les Toulonnais qui ont d’ores et déjà signé une saison exceptionnelle ne veulent plus s’arrêter. Ils n’entendent pas, pour autant, se laisser griser par leur série de victoires et leurs chaleureux supporters. « Cœur chaud, tête froide », voilà les nouveaux maîtres mots.

Source : Var Matin

Essai De Mafileo Kefu en demi-finale du challenge européen (Vidéo : rugbydump.com)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s