Castres à l’envie !

L'arrière castrais Romain Teulet ne lâchera pas ce ballon que Yann David convoitait aussi. Au final, c'est le Toulousain quise retrouve en position de déséquilibre.

Opération délocalisation et opération réhabilitation réussies pour le CO à Béziers. Les paris sportifs et économiques étaient risqués mais les Castrais ont gagné, ce qui explique leur tour d’honneur à la fin de la rencontre.Le fait du match tient dans l’entame décisive des Castrais qui, dès les premières minutes, ont démontré une envie toute… rochelaise. Cela s’est traduit par un 13 à 0 après le premier quart d’heure alors que le Stade toulousain a concédé cinq pénalités dans les dix premières minutes.

A l’image de toute la première mi-temps, Castres n’a pas eu beaucoup de ballons propres à jouer mais a été irréprochable au niveau de l’état d’esprit faisant feu sur ses temps forts. Sur l’essai tarnais, Mc Intyre a pris avec beaucoup de hargne l’intérieur de Doussain – alors que beaucoup trop de Toulousains étaient partis sur l’extérieur – pour retrouver Masoe. Un essai qui aurait été refusé si M. Berdos avait demandé l’arbitrage vidéo puisque les images ont démontré que le géant castrais avait lâché le cuir dans l’en-but. Il n’y avait cependant rien à dire sur le fond tant la domination territoriale était castraise. Le Stade a dû en effet attendre la demi-heure de jeu pour inscrire les trois premiers points (pénalité de Doussain) alors qu’au départ, les Toulousains avaient opté pour la pénaltouche mais avaient échoué.

Le contre de Kulemin

Avec un avantage de dix points à la pause, le CO savait que la machine toulousaine allait accélérer. Ce fut effectivement chose faite mais les champions d’Europe ont donné des pénalités faciles à Teulet, le buteur castrais dont la réussite manqua sur les bords de l’Atlantique la semaine dernière. De plus, le Stade n’a pas eu assurément le même rendement offensif que face à Agen et le match défensif de Castres en est évidemment la principale cause à laquelle il convient d’ajouter une somme inhabituelle de ballons tombés. Ce que Laurent Labit résumait ainsi : « On a eu la réussite et on a aussi bénéficié du fait que Toulouse n’a pas évolué à son niveau. » Pour allumer le feu à la Méditerranée, l’essai de Nicolas a relancé le Stade à dix minutes alors que le champion d’Europe était mené de 13 points. A la base, on trouve une grande percée de Clerc servi avec justesse par Bezy dont l’entrée a semblé dynamiser le jeu toulousain. Revenu à six points, Toulouse menaça le CO jusqu’à la dernière action. Une pénaltouche. Kulemin assura alors un contre sur un lancer de Lacombe en début d’alignement.. Assurément le geste du match.

Source : la Dépêche du Midi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s