Des Bleus pas très saignants


Le match fut compliqué pour l'attaque tricolore !

Que dire ? On s’est tout de même pas mal ennuyé hier soir devant notre télévision. Pourtant la première mi-temps était pleine de promesses, mais ensuite plus rien. Quelles sont les forces et faiblesses de ce XV de France ? A un an de la Coupe du Monde et avant un match qui s’annonce capital face à l’Australie traitons d’y voir plus clair :

Au rang des satisfactions on retiendra bien sûr la victoire, elles furent assez peu nombreuses contre l’Argentine ces derniers temps pour qu’on la déprécie. La mêlé et la prestation des avants dans son ensemble furent satisfaisantes, il s’agit-là de l’unique certitude sur laquelle pourra s’appuyer le XV de France dans un avenir proche. La défense est également à classer du côté des points positifs, même si les Argentins n’ont pas vraiment été dangereux. J’attends de voir la tenue de notre défense face aux Wallabies, équipes autrement plus électrique que celle des Pumas. Je retiendrai enfin le jeu au pied qui fut nettement profitable au XV de France et qui permis d’occuper le terrain et aux Bleus de se sortir de situations délicates.

Malheureusement le test-match de la Mosson nous aura laissé sur notre faim avec un sentiment de frustration comme c’est souvent le cas après un France – Argentine. Un manque de fluidité, un manque de repère dans les transmissions, manque de vitesse aux ailes, incapacité à multiplier les temps de jeu. Plus on avance, plus on s’approche de la Coupe du Monde et moins cette équipe à de repaires ! A chaque fois que la balle a été envoyée à l’aile cela s’est terminé par une touche avec un lancer argentin !

Attardons-nous un petit peu sur la prestation des joueurs. Comme je l’ai déjà dit plus haut, il n’y a pas grand-chose à reprocher à nos avants qui furent vaillants tout le match. Les mêlés ont été d’une manière générale dominées par les Bleus et l’arrivée des remplaçants (Ducalcon, Guirado) n’ont pas affecté le rendement en mêlé. En revanche du côté des touches il semblerait que le joueur catalan a eu du mal à trouver ses repaires, mais il est vrai que la gestion des remplacements par les entraineurs n’a pas été glorieuse n’ont plus. J’y reviendrai. Enfin ! Nous avons vu Sébastien Chabal dans le seul registre où il excelle véritablement qui est celui d’un joueur d’impact derrière lequel on peut jouer (à condition qu’il ne perde pas de ballon en route), avoir voulu l’enfermer dans le cinq de devant et le coller aux tâches ingrates ne me semblait pas très pertinent. Malgré tout, je préfèrerai une troisième ligne Dusautoir – Harinordoquy – Ouedraogo que je trouve plus mobile et nous donne plus d’assurance en touche. Pour moi Chabal reste un excellent joueur d’impact que l’on peut faire rentrer dans les 20 dernières minutes.

Damien Traille a été précieux par son jeu au pied mais a éprouvé énormément de mal à lancer sa ligne de trois-quarts. La paire de centre Jauzion-Rougerie ne m’a pas spécialement marqué. Certes l’Auvergnat a joué juste en défense, il vola même un ballon aux Argentins dans un ruck. Mais ce qu’on peut attendre d’une paire de centre au bout d’un moment c’est de franchir. A part un franchissement en fin de première mi-temps complètement improductif que retiendra-t-on de cet essai Jauzion – Rougerie ? Idem, pour notre triangle offensif 11-14-15 incapable de mettre le feu dans la défense argentine. Leurs vis-à-vis argentins, Camacho et Amarosino ont eux aussi manqué de tranchant, mais au moins ont été capable de faire jouer derrière eux et d’assurer la continuité du jeu. Je ne sais pas si d’autres ont pu observé la même chose que moi, mais j’ai eu le sentiment qu’entre un trio 10-12-13,  puissant et un peu lent, et un autre trio 11-14-15, rapide mais n’arrivant pas à faire la différence, il manquait quelque chose.

Le résultat de tout ça, c’est que de toute les équipes de la première division mondiale (Tri-nations, 6 Nations + Îles du Pacifique et Argentine) la France est celle qui propose aujourd’hui le jeu le plus triste de toutes. Je ne dis pas le moins efficace parce que ce serait mentir, mais le plus ennuyeux. Ce qui est complètement paradoxale pour une équipe d’entraineurs qui prétendaient que la France allait révolutionner le jeu. C’était flagrant, après chaque ruck, après chaque regroupement, la balle tardait à sortir, impossible de mettre de la vitesse dans ce match ! Plus ça va, plus le jeu du XV de France semble triste !

Alors que faire ?

Je ne détiens pas la vérité et proposer avec un clavier restera toujours plus facile que de gérer un groupe d’hommes. Souvent le manque de tranchant de la ligne de trois quart vient d’un manque de soutient des avants. Hier, le jeu semblait s’organiser autour de trois blocs : un groupe d’avant qui s’obstina au combat et aux tâches obscures, les 10-12-13 qui jouèrent dans un registre, et le trio offensif dans un autre registre. Chacun de ces trois blocs a joué son propre rugby sans se soucier de celui des autres, sans cohésion entre les blocs. Après les Blocs offensifs qui firent le succès de Bernard Laporte, les blocs improductifs sont une nouvelle invention de notre trio d’entraineurs ! Une première solution consisterait peut être à mettre une troisième ligne plus mobile en substituant Bonnaire et Chabal par Ouedraogo et Harinordoquy (en 8), cette dernière pourrait être d’avantage au soutien des trois-quarts. D’ailleurs il m’a semblé que l’entrée d’Harinordoquy a apporté un peu plus de cohésion dans le jeu. Ensuite, je remettrai une vraie paire de centre avec Bastareaud derrière lequel on peu jouer accompagné de Jauzion ou de Mermoz. Pour les ailiers et l’arrière, je n’ai pas de noms bien précis car à chaque sortie j’ai été un peu déçu de ce côté-là, j’aimerais bien revoir Fall et voir Porical dans un match de très haut niveau. Si aucun nom ne ressort on pourrait toujours utiliser le trio offensif du Stade toulousain qui à défaut d’être sensationnel en équipe de France possède déjà des repaires entre joueurs. C’est pourquoi j’attends avec impatience le retour des Mermoz, Bastareaud et Trinh-Duc.

Enfin, je me demande si la meilleure solution pour apporter du jeu ne reste pas le pragmatisme, les joueurs commencent en général à prendre des initiatives quand ils ont des schémas de jeu simples et suffisamment de repaires pour se sentir en sécurité. Les entraineurs du XV de France veulent s’orienter vers un jeu complexe, mais le temps dont ils disposent ne leur permet pas de faire la synthèse et les joueurs n’ont pas le temps de se l’approprier.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Des Bleus pas très saignants »

  1. Comme tu dis, attardons nous d’abord sur les joueurs:
    Rougerie très intéressant. Un bon compromis entre le tranchant et la vitesse de Marty et la puissance de Bastareaud.
    Traille sans solutions, a joué comme un centre. Encore un match pour voir s’il peut réellement être la doublure de Trinh-Duc. Sinon il faudra un véritable ouvreur en doublure du montpelliérain (Wisniewski, Skrela).
    Parra relativement lent quand on voit le boulot qu’a fait le huit de devant. Je préfère définitivement des 9 dynamiques et éjecteurs comme Cowan ou Genia. En France, il y a Dupuy et Michalak sur ce profil de 9 vif et dynamique.
    Le triangle offensif trop timide. Ça se comprend pour la première sélection d’Huget, mais Palisson sérieux en 15 apporterait plus de folie à l’aile gauche où Andreu est à des années lumières de Médard-Clerc-Malzieu. En 15 Poitrenaud et Porical sont les meilleurs.
    Dans le cinq de devant no soucy pour les titulaires. Guirado par contre est loin derrière le duo Szarzewski/Servat. Je le trouve un peu « gros » physiquement quand on le compare aux deux autres, qui paraissent bien plus toniques. En troisième talonneur je pense que Noirot ou Terrain sont devant. Il faudrait voir Schuster en remplaçant face aux Wallabies, autrement Poux resterait la valeur de secours en vrai polyvalent gaucher/droitier. En deuxième ligne Nallet et Pierre sont très complémentaires et présentent l’avantage d’être coureurs et assez bons sauteurs. Sur le banc une option physico-solide type Thion est intéressante depuis son retour de forme, sinon Millo-Chlusky ou Papé.
    En troisième ligne Bonnaire est excellent mais il a le même profil que Dusautoir. Du coup il manque un flanker grand champ. A mon sens Dusautoir doit être le titulaire blindside avec Bonnaire en doublure, Ouedraogo le titulaire openside avec Lapandry en doublure. Et Harinordoquy en 8 avec Chabal en impact player.
    Mon XV type : Poitrenaud-Clerc-Rougerie-Jauzion-Médard-Trinh Duc-Parra-Harinordoquy-Ouedraogo-Dusautoir-Pierre-Nallet-Mas-Servat-Domingo.
    Sur le banc : Porical, Traille, Dupuy, Chabal, Thion, Ducalcon et Szarzewski.

    Mais n’oublions pas qu’il y a d’autres soucis, au-delà des joueurs. Et ça c’est plus chiant car il ne suffit pas de faire « la bonne liste » pour trouver les solutions. En effet, les principales plaies de notre équipe vont bien au-delà du choix des joueurs :
    – Le gain du ballon dans les rucks est abominable !! Il faut qu’ils s’y mettent à cinq et encore ils mettent dix plombes à le sortir. Du coup les demis en chient pour orienter le jeu car la défense adverse est replacée, tandis que le nb de solutions offensives est extrêmement réduit avec autant de joueurs engagés dans le ruck. Quand on voit les néo-zed, mais aussi les anglais et les australiens qui n’ont besoin que de 2-3 joueurs seulement pour assurer la conservation du ballon, faut pas s’étonner après qu’il y ait des surnombres à leur avantage !!
    – Et le coup de pied par-dessus ça existe ? Quand on a toute une défense qui fonce sur soi on ne passe pas le ballon !! S’il n’y a qu’un seul rideau qui fonce comme un seul homme, il faut alors tenter le coup de pied par-dessus qui prendra les défenseurs à rebours. Avec des centres aussi grands que Jauzion et Rougerie pour récupérer ces par-dessus c’est the strategy.
    – La circulation du ballon est nulle à chier !! Aucun liant !! Aucune coordination. Il est inadmissible que sur la percé de Rougerie personne ne soit à son soutien. Le clermontois aurait été entouré de All Blacks, il aurait eu une solution à gauche, à droite mais aussi derrière !! Je lis dans les brèves chaque semaine que les avants et les trois-quarts se sont entraînés chacun dans leur coin, faisant des exercices spécifiques à leur secteur. Mais c’est invraisemblable de passer les ¾ d’un entraînement séparément !! Comme si le rugby se jouait à 8+7 !! C’est d’une connerie !! Pour que les avants puissent se porter au soutien des ¾ il faut qu’ils soient habitués à s’entraîner « à balles réelles » ensemble. Et bien sûr il faut bosser la condition physique, car l’aérobie ça se bosse !!
    – Enfin, quand donc ces soi-disant professionnels vont-ils apprendre à courir droit ? Non le terrain ne s’élargit pas quand on court vers la touche, bande d’***… Ça ce n’est même pas le problème de l’entraîneur, c’est juste un problème de cerveau pas bien paramétré chez les joueurs…

    • « Je lis dans les brèves chaque semaine que les avants et les trois-quarts se sont entraînés chacun dans leur coin, faisant des exercices spécifiques à leur secteur. Mais c’est invraisemblable de passer les ¾ d’un entraînement séparément !! Comme si le rugby se jouait à 8+7 !! » -> Ça confirme exactement mon analyse !

  2. Mais évidemment que ça confirme ton analyse. Cette équipe veut bien faire, le staff sûrement aussi car je prends ces trois personnes pour des honnêtes hommes. Toutefois ils manquent clairement de métier. Retières a fait un excellent boulot, hormis peut-être pour les rucks. Ntamack, le plus brillant joueur des 3 est sans doute le plus aux fraises de tous avec ses expériences incessantes depuis 3 ans. Et si les adjoints peuvent à la limite être inexpérimentés, ce n’est pas tolérable de la part du sélectionneur en chef. Hors Lièvremont, avec sa petite expérience dacquoise, est sans repères d’où un discours incohérent. Et la faute en revient à ces *** de la fédé qui ont préféré garder la main sur un jeune sélectionneur, plutôt que de se fier à un indépendant (Novès, Saint-André, etc.)
    Vite Galthié ou Lagisquet ou Brunel, en rêve Novès

  3. C’est sûr que ça fait chier de mettre quelqu’un comme Bonnaire sur le banc mais il est malheureusement trop proche du profil à Dusautoir, le capitaine. Oudraogo apporte sa vitesse qui lui permet d’être pratiquement toujours le 1er soutien de l’attaque, comme à Montpellier.
    En revanche, ça enlève des assurances en touche sachant qu’on n’a pas de Matfield ou de O’Connell en deuxième ligne. Perso, même si Pierre est un de nos meilleurs deuxièmes lignes en touche, je pense que Maestri et Fakaté sont supérieurs. On le voit, la plupart des sauteurs internationaux sont des deuxièmes lattes (Sharpe, Donnely, Matfield, Albacete, Palmer) et on n’a pas ce profil chez nous. Nous on préfère des tracteurs (Nallet, Millo-Chlusky, Thion) en 2L et on doit donc prendre des aériens en 3L (Bonnaire, Hari, voire Chabal).Si on regarde la troisième ligne des Blacks, il n’y a pas de profil aérien à la Bonnaire mais « pour faire simple » un gratteur (Kaino), un coureur (McCaw) et un puissant (Read). Idem chez les Boks, les Aussies et les anglais. Ce qui donne chez nous Dusautoir-Chabal-Ouedraogo ou Burban-Picamoles-Lapandry. Mais ça ne diminue en rien le talent de Bonnaire et Harinordoquy bien au contraire.

  4. En tant qu’ancien troisième ligne 🙂 j’aime bien le profil de de Harinordoquy, il a ce côté guerrier qu’il manque parfois au 8 de devant… Les autres sont combatifs certes, mais ils leur manque ce côté « mauvais garçon »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s