L’Angleterre tremble mais gagne à Cardiff


Chris Ashton bien servi par Toby Flood s'en va inscrire le premier de ses deux essais

En ouverture du Tournoi des VI Nations 2011, le grand favori pour la victoire finale, l’Angleterre, est allée s’imposer au Millenium de Cardiff (26-19). Malgré une forte domination, ce succès n’a pas été simple à obtenir, les Gallois résistant bien mais commettant trop d’erreurs dans un match engagé mais plein d’approximations. Le XV de la Rose affirme ses ambitions peut toujours rêver de son premier Grand Chelem depuis 2003.

Il y avait tout dans ce premier prime-time d’ouverture du Tournoi entre nations britanniques. Au Millenium de Cardiff, entre Gallois et Anglais, il y avait de l’engagement, de la mobilité, du défi physique, mais aussi des maladresses, des fautes grossières et des pertes de balles à foison. Entre une équipe locale en manque de confiance et de résultats depuis bien longtemps, et des visiteurs venus auréolés de l’étiquette de favoris pour la victoire finale dans ce Tournoi 2011 après leurs belles prestations en novembre.

L’intensité du match apparaissait après seulement 39″ de match, avec un énorme choc entre Cueto à Stephen Jones, qui restait sonné quelques secondes au sol. La physionomie du match donnait quelques indices après six minutes, et deux pénalités complètement ratées par les Gallois Hook (3e) puis Jones (6e). Et si l’Angleterre était plus souvent sanctionnée en début de match, comme sur ce premier mouvement d’envergure accéléré par Foden avant d’être pénalisé, elle était la première à inscrire des points. Après avoir montré sa robustesse en défense, la Rose envoyait ses premières piques à force de « picks and go » dynamiques, magnifiés par un trou pris entre les piliers par Flood à 25m dans l’axe pour servir Ashton (14e, 0-7). La mêlée galloise commençait à subir la supériorité adverse, offrant une pénalité (19e, 0-10), tandis que l’alignement en touche n’était pas en meilleur état. Une grossière faute du Parisien Haskell donnait à Jones les trois premiers points des Diables Rouges (22e, 3-10), redonnant de l’allant à une formation qui aurait pu marquer un superbe essai en contre de 80m si Foden n’était pas revenu sur Stoddart (26e). Les hommes de Warren Gatland reprenaient confiance, et jouaient même dix minutes en supériorité numérique suite à une nouvelle faute grossière de Deacon (28e), synonyme de carton jaune pour le remplaçant de la révélation de novembre, Courtney Lawes blessé. Si Jones réduisait l’écart (6-10), Flood redonnait de l’air (32e, 6-13) aux Anglais, qui voyaient Powell être remplacé par Jones à la 34e minute. Sur la dernière action dans le temps additionnel, Shane Williams perçait mais tapait à suivre à l’entrée des 22m adverses, réduisant à néant un beau mouvement (40e+1).

Au retour des vestiaires, les grosses fautes réapparaissaient, permettant à Jones de ramener encore le Pays de Galles (43e, 9-13), mais également de renvoyer son pilier droit Mitchell sur le banc pendant dix minutes, donnant une nouvelle pénalité à Flood (47e, 9-16). L’Angleterre intensifiait sa main-mise sur le jeu, et après une mêlée et une sortie rapide sur un ruck, Ashton héritait du ballon sur son aile pour son deuxième essai personnel, le deuxième de son équipe (56e, 9-23). Hors du coup au score, les Gallois réagissaient à l’heure de jeu avec un intervalle superbement pris par Roberts pour servir un peu derrière lui Stoddart, pour le premier essai de l’équipe locale, faisant rugir de plaisir le Millenium (60e, 16-23). La fureur des contacts montait d’un cran, après avoir subi un plaquage dangereux, Flood était remplacé par Jonny Wilkinson (67e), Byrne remplaçant numériquement Stephen Jones pour prendre le poste d’arrière, Hook venant à l’ouverture. Il passait une pénalité (70e, 19-23) qui redonnait totalement l’espoir aux siens. Sous pression, les Anglais remettaient au goût du jour leur ancestrale tradition du jeu fermé, de pilonnage en force, de pick and go pour attendre l’ouverture ou la faute. Mais après trois minutes passées sur leur ligne, les Gallois bénéficiaient de la pénalité salvatrice (74e). Ce n’était que partie remise pour Jonny Wilkinson, qui passait la pénalité offerte (76e, 19-26) pour réaffirmer la proche victoire du XV de la Rose. Le rideau défensif anglais ne lâchait plus, et l’Angleterre s’imposait (26-19).

Si l’équipe de Martin Johnson a parfois montré autant d’enthousiasme et d’envie de jouer qu’en novembre dernier contre les Blacks ou les Wallabies, elle s’est montrée beaucoup moins tranchante, l’arrière Foden ayant bien peu d’occasions de se mettre en avant. Reste que s’imposer à Cardiff n’est jamais chose aisée, même contre des Gallois moins bien armés mais courageux. Néanmoins, il n’y a pas que de la brillance dans un Grand Chelem…

Source : France télévision

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s