Opération rachat !

Un rugby plus simple, plus efficace et plus valeureux : C’est la France qu’on aime !

Trois essais à zéro, une victoire qui ne se discute pas, que demande le peuple ? Rien de plus, en fait, au sortir de ce tournoi qui laissera un goût amer à une équipe de France qui n’a que rarement montré son vrai visage, du moins celui qu’on a vu hier et qu’on imagine être le bon. La France a retrouvé une équipe et des hommes durs au mal, c’est déjà ça. Ça suffira à préparer le voyage en Nouvelle-Zélande, avec l’espoir de progresser pour défendre ses chances réellement au « pays du long nuage blanc ».

Face aux Gallois, contrairement à ce qu’indique le score, ce fut loin d’être une promenade de santé. À la pause, l’avantage français (11-3) était flatteur. En position de remporter le tournoi après la défaite de l’Angleterre en Irlande, les Britanniques, qui devaient s’imposer avec plus de 26 points d’écart, y allèrent en effet de bon coeur dès le début du match pour ouvrir le score grâce à Hook (0-3, 3e).

La France, qui sut répliquer assez vite par Parra (3-3, 7e), montra ensuite la profondeur de ses doutes actuels en tricotant un rugby désolant fait de chandelles ou de ballons perdus à l’impact. Malmenée, elle sut en revanche resserrer sa défense pour tenir le choc et faire appel à un hyper réalisme providentiel. Un ballon arraché au coeur de l’attaque galloise permit ainsi à Nallet de tout enfoncer dans les vingt-deux pour un essai inespéré (11-3, 37 e).

Incapables de se libérer et de s’imposer dans le jeu, les Tricolores s’en remirent une fois encore à un contre pour trouver de l’air. Alors que le poireau gallois tentait de reverdir, Hook, l’ouvreur, vit son dégagement buter sur les grandes paluches de Pierre qui envoya Nallet pour son deuxième essai (18-6, 45 e).

Bien servie par les événements, la France ne manqua pas de retrouver de la confiance, d’autant que ce vieux pirate de Hook dut abandonner le galion gallois pour acte de flibusterie (57e). Ses équipiers le payèrent cher car, ô miracle, le coq refit le beau sur un joli coup de pied de Trinh-Duc par-dessus pour l’indispensable Clerc (28-9, 59e).

Ce fut suffisant pour tenir Galles en respect dans une fin de match qui eut parfois envie de devenir fofolle. Mais les Bleus revanchards refusèrent d’encaisser un essai. Et pour cela, il leur sera beaucoup pardonné.

Source : La Voix des Sports

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s