La France martyrisée… mais toujours debout !

Mike Philipps ouvre, mais la défense française reste vigilante

Marc Lièvremont « Nous serons champions du monde ! »

La France est en finale, elle a respecté son abonnement d’une finale tous les 12 ans après celles perdues en 1987 et 1999. Nous aurions dû sauter de joie, la France devrait s’embraser. Mais rien de tout ça. Quelques supporteurs fredonnent timidement « On est en finale ! On est en finale ! » devant les caméras de télévisions. Pas de cortège de voitures klaxonnant, pas de drapeaux tricolores aux fenêtres, on aura beau prétexter que cette compétition se joue le matin et que cela casse l’effet Coupe du Monde, il y a des signes qui ne trompent pas. Bien sûr, Marc Lièvremont fanfaronne devant les médias : « nous sommes en finale et c’est tout ce qui compte » et d’ajouter « Nous serons champions du monde ! ». A vrai dire, nous aimerions tellement qu’il dise vrai. Je vais être honnête de toutes les Coupes du Monde, c’est en cette équipe de France que j’ai eu le moins confiance et le moins de raisons d’y croire. Quand je vois tous ces brillants prédécesseurs qui se sont heurtés à de plus coriaces adversaires lors de leur tentative de la conquête du graal, le sérieux du XV de France de 1995, le géni de 2003, la brillante ligne de ¾ et le redoutable paquet d’avant de 1987, on a du mal à croire que cette équipe puisse remporter cette coupe convoitée depuis 24 ans.

Une victoire plus que laborieuse

Il faut reconnaître que cette victoire face aux Gallois fut laborieuse, que la France ne doit sa victoire qu’aux coups de pieds ratés d’un rien des buteurs gallois malchanceux, à la sévérité de Monsieur Rolland sur un placage qui n’aurait peut être mérité qu’un simple carton jaune. Même si toutes les décisions de l’arbitre ne furent pas à l’avantage des Bleus, loin de là.

Si le petits bleus n’ont pas manqué de courage cette fois-ci, on a tout de même le sentiment que cette équipe perd facilement le fil du jeu et se retrouve vite désemparée. Après le carton rouge du capitaine Warburton, l’équipe de France semblait complètement perdue et ne pas savoir que faire. Jouer ou déjouer ? Tout le contraire de cette magnifique équipe des Dragons qui ne se découragea pas et joua crânement sa chance jusque dans les arrêts de jeu.

A 80 minutes du bonheur suprême

On a pour coutume de dire, un peu bêtement, que l’Equipe de France n’est jamais aussi forte que lorsqu’on ne l’attend pas. Très sincèrement, je ne sais plus quoi penser de cette équipe de France, je me suis encore une fois terriblement ennuyé en les voyant jouer, mais j’étais tellement content de voir que malgré tout ils joueront la finale dimanche, avec une étiquette de challengeurs qui leur va si bien. Nous n’avons plus qu’à leur souhaiter bonne chance. Les joueurs sont à 80 minutes du bonheur suprême. Qu’ils partent sans regret. Une finale, ça se gagne.

Publicités

2 réflexions au sujet de « La France martyrisée… mais toujours debout ! »

  1. nos glorieux anciens avaient certes du talent mais ils manquaient cruellement d’intelligence et d’ouverture d’esprit sur le monde anglo-saxon pour accepter que gagner passe avant jouer. C’est pour cela qu’ils ont monté les BaaBaas…et qu’ils n’ont pas gagné de titre en 87, 99, 2003 ou même 2007. Je mettrai 1995 à part puisque Nelson l’avait achetée pour son pays tout neuf.

    Je me souviens avoir lu des articles élogieux sur les argentins de 2003 mais qui n’ont rien fait de plus que nous hier soir : grosse défense, solidarité et agressivité au contact, et puis quand on a la balle, on fait bien ce qu’on peut avec ..

    Savourons le moment et le beau match que ne manqueront pas de nous réserver les Blacks dimanche prochain.

  2. Le jeu prôné par Bernard Laporte et celui de Pierre Berbizier ressemblait à tout sauf à un jeu de baballe tout de même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s