USAP : La maison catalane est en feu !

C’était il y a seulement un peu plus de deux ans et pourtant les images de l’USAP championne de France semblent être vieilles d’une éternité…

Une déroute sportive sans fin !

USAP championne de France, des images d'une autre époque !

Désormais le mythique club sang-et-or va devoir lutter pour éviter la relégation en Pro D2, premier effet d’un Top 14 Orange où le niveau entre les équipes est de plus en plus homogène. Vous n’osez pas y croire ? Et pourtant, c’est une réalité, l’USAP pointe actuellement à la douzième place devant le Biarritz Olympique qui est sur une pente ascendante et devant leurs bourreaux du week-end le LOU qui n’avait pourtant eu que 4 jours pour se préparer au match. Jacques Delmas a été limogé, mais l’électrochoc escompté n’a pas eu lieu. Les Catalans recevront dans 15 jours une équipe bordelaise aux dents longues. Le club qui a bénéficié de 7 réceptions à domicile lors des matchs ‘aller’, n’en aura que 6 pour les matchs ‘retour’.

Sylvain Deroeux, nouveau messie du club ? Il faut le souhaiter !

Sylvain Deroeux : l’homme de la situation ?

Pendant ce temps-là, le président Paul Goze continue sa petite salade est a placé l’ancien joueur du club Sylvain Deroeux à la Coordination sportive du club. Ancien troisième-ligne du PUC et de l’USAP, Sylvain Deroeux s’était surtout occupé d’affaires extra-sportives depuis sa retraite notamment en devenant le Président de Provale, le syndicat des joueurs professionnel et en devenant l’un des hommes forts de la marque de prêt-à-porter rugbystique Otago. La décision de Paul Goze de placer à un poste stratégique un homme qui est donc resté éloigné pendant plusieurs années des terrains peut laisser perplexe.

Une gestion d’amateur !

Paul Goze

Héritant pourtant d’une machine à gagner (1 titre de champion, et deux saisons régulières terminées à la première place), l’homme fort du rugby catalan semble avoir multiplié les décisions hasardeuses qui pourraient être fatales pour le club : Azema, Nathan Hines, Cusiter, Burger ou encore Jacques Brunel, autant de joueurs ou entraîneurs qui sont partis du club alors que leur contrat couraient toujours sans ne jamais la moindre indemnité ! Paul Goze a choisi de lancer des jeunes du centre de formation plutôt que d’aller chercher des joueurs confirmé. Décision courageuse, mais qui malheureusement n’est pas aujourd’hui productive, les jeunes tardent à montrer ce qu’on attendait d’eux et on peut légitimement se demander s’ils ont vraiment le niveau pour jouer le Top 14. Alors bien sûr, tout n’est pas noir dans la gestion de l’ancien deuxième-ligne, le match à Barcelone fut un succès et c’est lui qui a réussi à faire venir Dan Carter au club. Combien de sponsors d’envergure ont suivi ? Combien d’entrepreneurs barcelonais ont investi dans le club nord catalan ? Le club va devoir renégocier l’année prochaine des contrats importants comme ceux de Maxime Mermoz, Jérôme Porical, Damien Chouly et Guilhem Girado. Que des JIFF qui attirent les clubs qui jusqu’à présent avaient investit dans « de l’étranger » ! Il n’y a pas de morales dans les affaires et Paul Goze risque de l’apprendre aux dépend de son club fétiche.

 Comme solution des rumeurs, toujours des rumeurs !

Comme solutions, il n’y a que des rumeurs… Comme celle qui voudrait que Marc Lièvremont revienne au club à la tête du sportif. Pourquoi pas ? Sa dernière expérience comme entraîneur de club fut fructueuse. On parle ici et là d’un possible mécène qui serait prêt à racheter le club, comme presque tous les autres clubs du Top 14 Orange en ont un. Mais pour l’instant ce mystérieux investisseur est resté étrangement bien discret. En tout cas, il faut souhaiter la réussite de Paul Goze car la descente de Perpignan en ProD2 serait dramatique pour le rugby tant ce club est atypique.

Lourdes, Graulhet, Mont-de-Marsan, Béziers, … Perpignan rejoindra-t-il la liste des grands clubs qui finissent bien par mourir un jour ?

Publicités

7 réflexions au sujet de « USAP : La maison catalane est en feu ! »

  1. Il est vrai que c’est difficile à imaginer, personne n’aurait pu croire à un destin pareil pour l’usap en cette saison post coupe du monde. Je ne crois pas que le club va descendre mais les ambitions à la baisse certainement. Au fait comment des clubs aussi prestigieux comme le Bo et l’Usap se retrouvent ils là?

  2. Comment ils se retrouvent là? Pour une simple et bonne raison: quand on n’arrête de progresser, on stagne puis on se met à reculer. Evidemment, l’aspect financier joue pour beaucoup là-dedans étant donné que les moyens de ces 2 clubs sont maintenant très éloignés de ceux des cadors. Autrefois riches, ce sont aujourd’hui des moyens à peine aisés.
    Le BO passe une bonne partie de sa politique salariale dans le paiement de ses internationaux historiques pour réussir à les garder, du coup il ne reste plus grand chose pour attirer des joueurs de bon calibres. Résultat, le recrutement consiste à espérer jouer des bons coups gagnants (Ngwenya un jour, les frères Lund une autre fois, Lakafia), mais surtout à relancer des joueurs en perte de vitesse (Baby, Héguy, Marconnet) et ça ne marche pas toujours. Le BO est mal mais il sera complètement mort quand sa phalange August-Harinordoquy-Yachvili-Traille partira. Et comme la formation des espoirs est très moyenne (centre de formation pas très bien classé), le BO est condamné à terme, sauf révolution de palais.
    L’USAP est mal dirigée par Goze. Brunel et le Brennus 2009 sont l’héritage laissé par Dagrenat, l’ancien président. Les seuls fait d’arme de Goze sont Carter, Hook et le quart à Montjuic. L’équipe vit trop en vase clos et n’a pas su trouver le juste milieu entre recrutement d’étrangers à outrance et politique de sélection catalane. Contrairement au BO, l’USAP est réputé pour sa formation. Mais cela ne peut pas suffire à terme. Entre 2008 et 2011, l’USAP n’a recruté personne, mis à part Hook. Forcément à un moment donné, ça sent le renfermé. Il y a juste eu 2 recrutements comme jokers médicaux avec Tchale-Watchou et Coetzee qui se sont révélés des coups gagnants. Sinon, nada, quedalle. L’USAP perd Azéma comme entraîneur des trois-quarts, Goze place Manas et depuis1 an le jeu est pourri. L’USAP perd une pointure en la personne de Brunel, Goze le remplace par Delmas, largement moins bon et pas accepté par les joueurs à cause d’idées sur le jeu trop révolutionnaires. Pourtant, avec les économies accumulées depuis 4 ans, il y a largement de quoi mieux recruter, à toutes les strates. Aujourd’hui, le club parle de recruter Charteris et d’autres joueurs de bon niveau, seulement le club joue aujourd’hui le maintien et plus la H-Cup. Il n’y a plus que pour les euros que venir à l’USAP est intéressant, alors qu’il y a 2 ans, le challenge sportif valait le détour. Du coup, on parle de plus en plus du départ des meilleurs éléments (Guirado à Toulouse, Chouly à Clermont, Mermoz à Paris ou en Australie, Porical au Racing).

  3. Je pense que l’on va bientôt revenir à un championnat de France comme il y a 5 ans. C.a.d 5-6 clubs riches qui trustent les premières places et les autres. Pourquoi? Pour ces raisons:
    – inflation des budgets, or les arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel, en tout cas, pas à la même hauteur pour tous.
    – trop de clubs dépendent d’un mécène unique.
    – les anciens historiques des petites villes ont de plus en plus de mal à suivre le rythme effréné.
    – le réservoir de très bons joueurs dans le monde n’est pas suffisant pour assouvir les soifs de grandeur de tous les clubs; d’autant que les nations font de plus en plus de protectionnisme avec le chantage/la carotte de la sélection.
    – même des clubs de grande villes ne sont pas forcément soutenus à hauteur de leurs espérances (Bordeaux et Lyon s’attendaient probablement à plus de soutien financier).
    – si les petites villes descendent, ce n’est pas encore demain la veille que les grandes arriveront (Marseille en faillite, Nice en presque faillite, Strasbourg et Lille encore loin d’être en D2).

    Tout ça me fait penser que prochainement, on devrait avoir un championnat coupé en deux, comme avant et plus aussi homogène qu’aujourd’hui. Et je pense que le championnat du haut se jouera avec Toulouse, Clermont, le Racing, Toulon, Montpellier et Paris. Avec un trublion de temps en temps.

  4. Complètement d’accord avec l’analyse de Castaignède (encore une fois) :
    – Pour le BO, ça fait longtemps que je dis que le club basque connaîtra des problème une fois la génération Harinordoquy partie. En effet, le club n’a jamais investit dans des infrastructures. La concurrence du club bayonnais est chaque jour de plus en plus forte. D’une manière générale, je pourrais dire la même chose de Toulon. Aligner les chèques pour faire venir les meilleurs de l’hémisphère sud est une politique du court terme, mais je pense qu’il faudrait profiter de l’élan populaire autour du RCT pour investir dans des infrastructures plus modernes.
    – Pour l’USAP c’est plus surprenant pour moi. Car le club a investit dans des boutiques, des brasseries et surtout un stade avec des loges. Mais les résultats escomptés ne sont pas au rendez-vous. Certains joueurs formés au club ont le niveau, d’autres manquent de tranchant. Mais peut-être que cette politique finira par payer. Je remarque que certains clubs, moins prestigieux, comme Agen et Castres s’en sortent bien avec une équipe sans star.

    En effet, je pense que dans 5 ou 6 ans le Racing et le Stade français devraient avoir une longueur d’avance. Quant on voit les infrastructures dont disposera le Racing, on peut imaginer que leur budget explosera… De combien disposeront-ils 50 millions d’euros, 70 ? 100 ?

    • Je ne suis pas sûr que la pression bayonnaise soit si forte. C’est déjà le souc 6 mois de l’année chez eux et leur classement n’a rien d’effrayant pour leur voisin biarrot.
      A Toulon, Boudjellal voulait transformer le stade de Mayol mais la mairie a refusé. Comme elle a refusé la construction d’un nouveau stade en banlieue toulonnaise, là où il y a plus de place. La politique est un art difficile, mais dans le sud, cela devient impossible. Il faut être le copain des politiques là-bas, sinon tu l’as dans l’os avant même de réfléchir à une nouvelle idée. Falco est une tête de *** dans pas mal de domaines où il freine des 4 fers pour chaque projet (tramway récemment après l’avoir pourtant promis).
      Pour l’USAP, ton analyse est incomplète. Certes, le stade et les infrastructures sont essentielles, mais elle ne font pas tout. Le sportif ne vient pas tout seul juste parce que tu as des loges dans ton stade et que tu peux aller boire dans des bars estampillés USAP. Goze n’a strictement rien fait depuis 3 ans pour améliorer le staff et les joueurs à disposition du staff, bien au contraire. Chaque départ n’a pas été remplacé par un aussi bon voire meilleur (Manas pour Azéma, Boulogne pour Durand).

      • Concernant l’USAP, je n’ai pas voulu répéter ce qui avait déjà été dit dans l’article 🙂

  5. Merci pour vos analyses éclairées. Il est à noter en effet, l’excellent parcours de Agen et Castres voire Bordeaux pour le moment et dans une certaine mesure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s