Evry Centre-Essonne et Thiais-Orly : les deux finalistes pour accueillir le Grand Stade de la FFR

Le projet d'Evry Centre-Essonne

La FFR a décidé de pré-sélectionner deux villes pouvant accueillir le futur stade qu’elle veut construire. Les deux villes choisies sont donc Thiais-Orly et Evry Centre-Essone, deux localités proches du centre national de Marcoussis. Achères, Sevran, le Val-d’Orge et Massy ont donc été recalés. L’annonce de l’implantation de ce stade qui accueillera notamment le XV de France à l’horizon 2017 sera faite au cours du premier semestre 2012.

« Je suis très heureux du résultat auquel nous aboutissons aujourd’hui avec deux formidables projets potentiels pour la FFR. » Voilà les premiers mots de Serge Blanco, en charge du projet à la Fédération française de rugby. depuis des mois, il travaille. Et la FFR n’a jamais été aussi proche de rendre palpable son ambition de posséder son propre stade. Ils étaient neuf à être retenus lors de l’appel à candidature, plus que six depuis le 8 septembre, et ils ne sont plus que deux désormais. « Je voudrais surtout souligner l’exceptionnel investissement des six candidats en lice pour cette deuxième phase. C’est le lot de ce type de processus que de choisir et je tiens à remercier très sincèrement les élus et les équipes des six sites, qui ont tous fourni d’importants efforts pour développer de très beaux projets », a ajouté Serge Blanco. Thiais Orly d’un côté, Evry Centre Essonne de l’autre, voilà le duel proposé.

Pour le premier, c’est le site du Senia qui a été proposé par les communes d’Orly, de Thiais, de Rungis, de Chevilly-Larue et le Conseil général du Val de Marne. Un « site urbain à proximité immédiate de Paris, de l’aéroport d’Orly et sa future garde TGV », insiste la FFR. Le site de 15 hectares, situé à 6km de Paris, mise sur l’engagement d’un éco-quartier de 11 hectares vers Chevilly-Larue, la proximité du marché de Rungis et d’une future Cité de la gastronomie. Pour le deuxième, c’est la communauté d’agglomération Evry Centre Essonne qui a présenté le site de l’hippodrome de Ris-Orangis, avec un « site naturel en bordure de forêt, à 25 km de Paris, avec un potentiel de développement significatif autour du stade », souligne la FFR. Au total, 133 hectares, dont 80 sur le site de l’hippodrome aujourd’hui inutilisé. Les collectivités engagées sur ce dernier projet pourraient s’associer aux deux autres candidatures du département de l’Essonne qui n’ont pas été retenues du Val d’Orge (communes de Brétigny-sur-Orge et du Plessis-Pâté) et de Massy.

Les réflexions vont donc se poursuivre et s’affiner dans les mois à venir, la décision de la FFR devant tomber au cours du premier semestre 2012. L’instance fédérale souhaite construire à l’horizon 2017 un stade d’une capacité de 82 000 places, doté d’un toit rétractable et d’une pelouse amovible, capable bien entendu d’accueillir les matches du XV de France, ceux de la finale du championnat de France, ainsi que d’autres manifestations (concerts, spectacles…).

Source : France Télévision

Publicités

5 réflexions au sujet de « Evry Centre-Essonne et Thiais-Orly : les deux finalistes pour accueillir le Grand Stade de la FFR »

  1. Le 1er projet a pour lui sa proximité avec tous les moyens de transport possibles. Contre lui le manque de place et le manque de verdure. Le 2nd projet a pour lui justement la présence d’un bel espace forestier.
    J’aurais bien aimé que Massy soit retenu. Ce stade avait pour lui 2 choses importantes à mes yeux: sa gare TGV située sur le trajet Nantes-Lyon-Marseille et son côté rugby avec le grand club formateur que la ville possède.

  2. En fait Evry me semble vraiment loin de Paris, je pense que nous sommes à 30 km du centre -ville, quand on est provincial et qu’on monte à Paris pour voir un match de rugby, c’est aussi pour se faire un petit week-end sympa dans la ville lumière. Je ne me vois pas prendre l’avion arriver à Orly, manger dans un fast-food, regarder mon match et repartir. Thiais-Orly me semble vraiment dans un espace trop étroit. Il serait intéressant de voir aussi les projets de transports en commun du Grand Paris pour se faire une idée.

  3. Le Grand Paris, j’attends de voir. Ça fait 40 ans qu’on promet monts et merveilles et rien ne se fait. Alors avec la crise actuelle et la réticence à se lancer dans de grands projets, j’ai qq craintes.
    Mais de toute manière, aucun projet n’était à 5 km slt de Paris. Il faudra des réseaux de RER nouvelle génération efficaces.

  4. Pour le Grand Paris, nous n’avons pas le choix. C’est justement parce qu’il y a une crise que nous avons besoin de structure comme le Grand Paris. C’est étrange mais, sans faire de politique, la France est un pays sur-administré, mais bizarrement il n’y a pas d’administration pour l’agglomération de Paris. On sera obligé d’y arriver, car justement il faudra faire des économies.

  5. C’est vrai que le Grand Paris est une nécessité. Laisser la situation déperrir serait la pire des choses, ce serait un giga bordel dans 20 ans. Et investir dans le futur est une manière de relancer le présent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s