Saint-André, une bonne recrue pour le XV de France ?

Philippe Saint-André le nouvel homme fort du XV de France

Samedi, face à l’Italie, l’ancien ailier tricolore fera ses grands débuts à la tête de l’équipe de France.

En nommant Philippe Saint-André à la tête du XV de France, Pierre Camou, le président de la FFR, espère en terminer avec douze saisons marquées par les excès et les polémiques. De 1999 à 2007, Bernard Laporte avait confisqué la lumière avec ses emportements et ses mots crus. Choisi pour sa mesure, son successeur, Marc Lièvremont, a péché par naïveté, n’hésitant jamais à confier publiquement ses attentes un peu folles puis ses violentes déceptions. Le premier n’avait pas porté le maillot bleu mais mené le Stade Français au titre de champion de France. Le second, 25 sélections comme joueur, n’avait qu’une très mince expérience d’entraîneur. «PSA», lui, n’a pas de trou dans son CV: 69 sélections (dont 34 comme capitaine) et douze saisons comme manager (Gloucester, Bourgoin, Sale, Toulon)…

Le patient anglais

Saint-André a débuté sa carrière d’entraîneur en Angleterre. Un défi pour le Drômois qui, deux ans plus tôt, ne maîtrisait pas la langue de Shakespeare quand il a débarqué outre-Manche pour y terminer sa carrière de joueur. Marqué par le professionnalisme anglo-saxon, entre respect du coach et ambiance feutrée, il a appris à diriger sans effets de manche. Ne haussant le ton qu’en dernière extrémité. Une solide amitié lie Laurent Seigne et Philippe Saint-André depuis leur rencontre il y a plus de vingt ans sous le maillot bleu avant d’œuvrer à Gloucester et Bourgoin. « Pour aller du point A au point B, même s’il y a des embûches, Philippe prendra son temps, sera persévérant et souple, confie Seigne au Figaro. Il sait se contenir mais quand ça dépasse l’acceptable, le coup de gueule est terrible…» Peu de risque, cependant, qu’il ne dérape en conférence de presse. Pondéré et roué, PSA ne se laissera pas piéger. À l’inverse, il n’hésitera pas à user des éléments de langage chers aux politiques pour éviter de répondre à une question embarrassante.

Règles de vie

Avertissement aux Bleus. La bonhomie de leur nouveau sélectionneur est trompeuse. L’ancien capitaine du XV de France est exigeant, carré, strict. Il ne transige pas avec les valeurs que son père, en mémoire d’un grand-père résistant exécuté par les SS en 1944, lui a très tôt inoculées. « Je suis à cheval sur certaines règles comme le respect, le travail, le don de soi… » Dès son premier discours, il a prévenu les joueurs: « celui qui ne les respectera s’exclura de lui-même». Mardi encore, lors de sa première annonce d’équipe, il a répété le message. « Face à l’Italie, je peux accepter que les joueurs se trompent sur l’organisation du jeu mais ils n’ont pas le droit de faillir sur les valeurs de ce sport: le combat, l’envie d’avancer. Je veux de l’enthousiasme! »

Association de compétences

Vu sa remarquable carrière de joueur et son vécu d’entraîneur, Saint-André pourrait faire l’affaire tout seul. Le genre de prétention à laquelle il est étranger. « Je suis là pour fédérer les compétences », martèle-t-il depuis sa nomination. Et de le prouver dans les faits en faisant des pieds et des mains pour obtenir que le Stade Toulousain et Biarritz lui «prêtent» Yannick Bru et Patrice Lagisquet. Deux adjoints dont l’expertise ne souffre d’aucune contestation. À l’ancien talonneur du XV de France la charge des avants ; à l’ex-ailier tricolore les lignes arrières et la défense. Avec toute latitude pour mettre en place les organisations élaborées en commun. « Philippe n’a pas de problème d’ego, révèle Seigne. Comme tous les grands joueurs, il est humble et c’est facile de travailler avec lui. »

Respecter le jeu

Pas de révolution, ni d’idées grandiloquentes. Le jeu, pour PSA, commence par «les fondamentaux»: remporter le combat, occuper le terrain, ne pas commettre de faute. Un pragmatisme qui n’exclut pas quelques fantaisies. N’oublions pas que, joueur, il fut impliqué dans les deux plus belles actions du XV de France: à la conclusion de «l’essai du siècle» à Twickenham en 1991, à l’initiative de «l’essai du bout du monde» à Auckland en 1994… « Pour Philippe, on ne joue jamais trop les ballons bons à jouer », précise Seigne. Aux Bleus de faire les bons choix. Ne pas tenter l’impossible. Mais ne pas être trop frileux. En un mot: être pragmatique. « Ma philosophie, c’est d’abord de gagner», résume Philippe Saint-André.

LeFigaro.fr

Publicités

10 réflexions au sujet de « Saint-André, une bonne recrue pour le XV de France ? »

  1. En effet, on ne peut rien dire sur son passif en tant que ex joueur international et entraineur chevronné. Après, j’ai du mal à mesurer où Sant André va t il exactement marquer de sa patte ce XV de France. Seulement dans la capacité à réunir les compétences ou est on en droit de demander plus à un sélectionneur national notamment en terme de jeu et d’état d’esprit par exemple? Peut on penser que le jeu par les fondamentaux qu’il proclame ne sera t-il pas un peu rerstrictif? Comment va t-il inculquer sa philosophie de la gagne? En tout cas, j’ai hate de voir ce premier match et de voir des nouveaux tels que Fofana, Debaty, Maestri en action au niveau international,

  2. En France, il y a deux écoles. Les idéalistes et les pragmatiques. Je ne suis pas certain que dans les autres pays le clivage puisse être aussi fort qu’en France. En général, la FFR prône l’alternance, fatigué d’un physico-pragmatique comme l’était Berbizier, elle laisse les clé à la bande à Skréla et leur rugby total qu’on aura attendu 4 années durant, puis on remis en place un pragmatico-physique : Bernard Laporte, avant de redonner la main à Marc Lièvremont un adepte du « la balle à l’aile, la vie est belle ».

    Je peux seulement dire une chose. C’est que finalement, même que l’on parle de, où de résultats jeu les résultats des entraîneurs précédemment cités. Laporte passe aujourd’hui pour un adepte du rugby à une passe et de grands coups de savates. C’est trop rapidement oublié le super grand chelem de 2002 et la série de 3 victoires consécutives face aux nations du sud qui lui valu le titre de meilleur entraîneur du monde donné par l’IRB. A cette époque les Bleus pratiquaient un jeu spectaculaire et efficace. Skréla et Villepreux, après de cuisants échecs étaient revenus a plus de pragmatisme, résultat : La France remporta un superbe grand chelem avec un jeu magnifique en 98.
    Seul Marc Lièvremont n’a jamais rien en terme de jeu. Ce qui ne lui enlèvera jamais quelques belles victoires et une série de défaites historiques. On retiendra de lui qu’il est aujourd’hui l’entraîneur qui a été le plus proche d’offrir un titre à la France. Et c’est bien ce qui compte.

    Avant de rêver de grandes envolées, je propose qu’on retrouve rapidement une base solide. Pas question de se prendre 60 points contre les néo-z, ou 40 points face aux Pumas ou Springboks. Il est temps de redonner à la France son rang. Le jeu viendra petit à petit. Et de toute façon il n’est jamais bon de le dévoiler trop tôt. Je propose que la France se construise dans les victoires et non plus dans les défaites.

  3. Merci pour cet éclairage. En effet, peut être que ce système de jeu correspond plus au rugby français. Comme dit Daniel Herrero, le rugby français produit depuis son origine de grands combatants.

  4. Je tiens à préciser à ce monsieur l’internaute ironique que j’entretiens ce blogue à mes heures perdues. Que je ne suis pas blogueur professionnel, que j’ai un vrai travail qui me prend bien plus de 35 heures par semaines (comme la plupart des Français d’ailleurs), que j’ai une vie familiale, sociale et associative. En effet, je reprends des articles de journaux trouvés sur le net. Cela permet de créer du trafic sur mon blogue, et de montrer à mes lecteurs que je ne suis pas « mort ». Je ferai remarquer également que les articles copiés d’autres journaux indiquent toujours la source et comportent toujours un lien (vers l’article originale ou vers le site Internet).J’ajoute que je suis le premier à regretter de ne pas pouvoir avoir plus de temps pour écrire mes articles. J’essaie de proposer aux lecteurs de ce blogue, les meilleurs articles, les plus belles photos et les plus belles vidéos du net, l’objectif étant que les internautes puissent les commenter.
    Si votre message n’est pas apparu en ligne avant, c’est tout simplement que je n’ai pas eu le temps le mettre et que je n’ai pas pour habitude de censurer qui que ce soit.
    Maintenant si ça ne vous plait pas, libre à vous de circuler.

  5. Bonjour,

    Loin de moi l’idée de critiquer MisterRugby, il me semblait que le figaro.fr vous copiait, ce qui me semblait relativement inconvenant compte tenu des ressources en écriture dont cette rédaction dispose. Je n’ai jamais pensé que c’était l’inverse; ce qui, en passant, ne me dérange pas du tout. Je sais le temps que prends un blog, j’ai d’ailleurs arrêté de m’occuper du mien, et je suis reconnaissant à vous comme à d’autres de me permettre de voir des vidéos et d’apprécier l’évolution du sport via, par exemple, votre projet.
    D’ailleurs, dans ma hâte, je n’avais jamais prêté attention au fait vous mentionnez la source. J’ai donc fait un faux procès au Figaro.
    Toutes mes plates donc! Etant libre de circuler comme de rester, je vais choisir la seconde option si vous le permettez :).

    Bon weekend!

  6. Vraiment désolé. Je pensais vraiment que vous étiez ironique. Vos commentaires seront toujours la bienvenue ! Puisque vous vous intéressez à l’évolution de notre sport je vous propose de lire l’article 400 000 (cette fois j’ai fait l’effort de l’écrire avec mon propre clavier) qui est une réponse notamment aux accusations de Mourad Boudjellal qui a traité le milieu du rugby de « raciste » et de « franchouillard ».

  7. Saint-André est pragmatique, je pense que ce sont des qualités fort utiles quand on a aussi peu de temps pour mettre au point son équipe. Il ne rêve pas d’un jeu qu’il ne peut pas atteindre, pour autant il n’interdit pas de jouer à la main quand la situation l’impose. Il ne lance pas des jeunes au feu sans les encadrer, ce qui permet de ne pas griller nos espoirs. Il s’entoure des meilleures compétences. Pour moi, Saint-André est l’homme de la situation en chef de chantier qui distingue les objectifs et les classe par priorité. J’adhère totalement;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s