Championnat du sud : les Blacks sacrés, les Pumas adoptés, les Wallabies déprimés

La Nouvelle-Zélande, en démonstration samedi en Argentine (54-15), a survolé la 1re édition du Four Nations de rugby, compétition des grandes nations de l’hémisphère Sud marquée par l’intégration réussie des Argentins et la crise menaçante en Australie.

Les All Blacks, champions du monde à domicile en octobre 2011, ajoutent une nouvelle ligne à leur palmarès après avoir remporté le Tri-Nations à dix reprises depuis 1996, avant l’intégration des Argentins cette année.

Après la dernière journée samedi prochain, qui établira le classement définitif derrière les All Blacks pour l’Afrique du Sud (2e), l’Australie (3e) et l’Argentine (4e), ces quatre nations auront un mois pour préparer la tournée de novembre dans l’hémisphère Nord.

Elles affronteront des nations européennes en lutte pour une place de tête de série lors du tirage au sort du Mondial-2015, le 3 décembre à Londres.

Auparavant, All Blacks et Wallabies s’affronteront une dernière fois le 20 octobre à Brisbane, en Australie. En Europe, les All Blacks éviteront la France, leur victime de la finale du Mondial-2011 (8-7). L’Australie, puis l’Argentine sont en revanche attendues en France les 10 et 17 novembre.

En attendant, la transition chez les All Blacks est une réussite. Leur nouvel entraîneur Steve Hansen, ex-adjoint de Graham Henry parti après le sacre mondial, débute son mandat par un trophée.

Les Néo-Zélandais n’ont plus perdu depuis août 2011 (15 victoires consécutives). Et s’ils ont été quelque peu bousculés à domicile par les Sud-Africains (21-11) et même par les Argentins (21-5), leur performance samedi à La Plata, avec sept essais inscrits aux Pumas, a clairement rappelé la hiérarchie.

L’année 2013 sera aussi riche en défis côté néo-zélandais avec la triple réception du XV de France en juin, probablement sans le capitaine Richie McCaw, qui devrait prendre un « congé sabbatique » d’au moins six mois après la tournée de novembre.

Les Springboks en chantier

Malgré la correction reçue à La Plata, l’Argentine a globalement réussi son intégration à la compétition, véritable révolution pensée par les dirigeants du rugby mondial après sa 3e place au Mondial-2007 et mise en pratique cette année.

Un manque d’expérience et de ressources physiques, inévitables pour une première, expliquent les résultats des Pumas qui doivent pour l’heure se contenter d’un match nul face aux Springboks. Avant une dernière tentative samedi face à l’Australie pour marcher dans les traces de l’Italie, qui avait gagné un match dès l’année de son admission dans le Tournoi des six nations en 2000.

Ce premier Four Nations fut aussi l’occasion d’un délicat baptême du feu pour l’entraîneur des Springboks Heyneke Meyer. Le successeur de Peter de Villiers a encore un match face aux All Blacks samedi à Soweto pour rehausser son bilan.

Après la retraite de plusieurs cadres (Smit, Matfield, Botha) et les blessures de nombreux joueurs (Burger, Fourie, Brussow), Meyer a lancé plusieurs jeunes pousses y compris au poste d’ouvreur, le jeune Greg Goosen ayant suppléé le critiqué Morné Steyn samedi face aux Wallabies. Le chantier est en cours.

L’Australie, balayée samedi à Pretoria (31-8), sort de nouveau affaiblie de la compétition. Deux nouvelles désillusions face aux All Blacks, une catastrophe évitée de peu à domicile face à l’Argentine et une seule victoire face aux Springboks forment le bilan de Robbie Deans.

En poste depuis 2008, l’entraîneur néo-zélandais est fortement critiqué et les déclarations au vitriol tenues cette semaine par l’ouvreur Quade Cooper contre sa Fédération et chargeant implicitement son entraîneur, auquel il préfère son mentor des Queensland Reds Ewen McKenzie, ont singulièrement plombé l’ambiance australe.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Championnat du sud : les Blacks sacrés, les Pumas adoptés, les Wallabies déprimés »

  1. C’est incroyable la scoumoune qui poursuit les wallabies. Ils ont un XV complet sur le flanc!! Le XV des wallabies blessés donne: Ashley Cooper-O’Connor-Horne-Barnes-Mitchell-Cooper-Genia-Palu-Pocock-Higginbotham-Horwill-Timani-Kepu-Moore-Ma’afu!! Ce XV là pourrait venir à bout de nations comme l’Irlande ou l’Ecosse sans aucun problème!! Et il manque tous ces joueurs aux australiens!! Autant de blessés ça tient à la malédiction!! Je ne vois pas autrement!! Samedi, voici à quoi devrait ressembler le XV aligné par Robbie Deans, faute de mieux: Harris-Shipperley-A.Faingaa-McCabe-Ioane-Beale-Phipps-Samo-Hooper-Dennis-Sharpe-Douglas-Alexander-S.Faingaa-Robinson. Les argentins ont une occasion en or de gagner et s’ils ne le font pas samedi, je ne vois pas quand ils le feront!!
    Argentins qui m’ont plu samedi même s’ils ont pris une pilule (leur première slt après 5 matchs pourtant compliqués). Ils n’ont pas cherché à fermer le jeu comme ils le font d’habitude, au contraire ils ont joué beaucoup. A outrance même car quand on ne maîtrise pas à fond son jeu d’attaque, on le paye très cher face aux All Blacks. 2 des 7 essais All Blacks viennent de ballons d’attaque argentins perdus. Les argentins ont de la chance cette année car ils n’ont pas eu de blessés et c’est tant mieux pour eux, compte tenu de leur réservoir court en joueurs de talent. Ils ont trouvé un sacré 9 avec Martin Landajo, bien supérieur à Nicolas Vergallo.
    Les néo-zed ont récité leur partition à merveille, en prenant bien soin de prouver que leurs « petits » matchs précédents face aux Boks et aux Pumas n’étaient pas la norme. Samedi ils étaient « on fire », efficaces à 1000%. Ils ont trouvé un sacré accélérateur de jeu avec leur nouveau 9 Aaron Smith. Leur 2L jeune et conquérante Romano-Whitelock est énorme, ainsi que leur nouveau ailier le jeune Julian Savea.
    Les Springboks se sont enfin réveillés!! Certes en profitant du contexte de crise australien, mais tout de même, il y a des détails qui ne trompent pas!! Heineke Meyer a redonné sa chance à Andries Bekker, qui est le successeur désigné de Victor Matfield, malgré les blessures qui le perturbent de temps à autre. Il a rappelé un véritable flanker plaqueur-gratteur en la personne de François Louw, a confié les commandes du jeu à 10 qui sait se servir de ses mains et pas uniquement de ses pieds (Johann Goosen en lieu et place de Morné Steyn), a replacé Jean de Villiers à son vrai poste (12 et pas 13), a apporté du sang frais avec Jaco Taute, Juan de Jongh et Elton Jantjes (sur le banc pour les 2 derniers).

    Ce samedi, j’aimerais une victoire de l’Argentine sur l’Australie pour le côté historique de la chose, ainsi que pour récompenser l’investissement mis de ce premier 4N. Mais le choc à ne pas manquer sera évidemment Afrique du Sud-Nouvelle Zélande, les 2 plus grandes nations de ce jeu.
    Je mise sur ce XV de départ pour les Boks: Lambie-Habana-Taute-De Villiers-Hougaard-Goosen-Pienaar-Vermeulen-Alberts-Louw-Bekker-Etzebeth-Du Plessis-Mtawarira. Meyer va vouloir jouer la continuité en misant sur les vainqueurs de l’Australie. Seul Lambie devrait remplacer Kirchner, touché il me semble lors du dernier match.
    Et sur ce XV pour les All Blacks: Dagg-Jane-C.Smith-Ellison-Gear-Carter-A.Smith-Read-McCaw-Vito-Whitelock-Retallick-Faumuiana-Mealamu-Woodcock. La NZ a déjà gagné le 4N avant de jouer, donc Hansen devrait donner du temps de jeu à qq remplaçants pour voir ce qu’ils valent, notamment pour voir les alternatives à Franks ou Nonu.

  2. Je ne m’étais pas rendu compte qu’il manquait tant de monde dans les rangs australiens, mais quand on voit la liste de l’infirmerie c’est impressionnant. De plus, il me semble que l’Australie n’a pas une profondeur de banc comme les Boks ou les Blacks.En effet, je pense que les Pumas auront une chance à saisir, mais j’ai le sentiment que la saison commence à se faire longue pour eux.

    • Effectivement les Pumas commencent à sérieusement tirer la langue. Des joueurs comme Fernandez-Lobbe ou Hernandez commencent à réellement fatiguer.
      Et effectivement, aussi l’Australie a une excellente formation, de très bons joueurs, mais tout cela en nombre réduit. En gros, les australiens doivent choisir leurs joueurs parmi une petite cinquantaine de joueurs. Ça fait court quand les quinze meilleurs sont sur le flanc.

      • On le voit bien notamment avec les franchises comme celle des Melbourne Rebels qui est obligé de se renforcer avec des joueurs étrangers…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s