Championnat du sud : Sans faute pour les All Blacks, l’Argentine apprend douloureusement

La Nouvelle-Zélande en championne du monde

La Nouvelle-Zélande, déjà assurée de remporter le Four nations de rugby, s’est offert un sans-faute en battant l’Afrique du Sud 32 à 16, bonus offensif à la clef, samedi au Soccer City de Johannesburg lors de la 6e et dernière journée.

Menés 16 à 12 à la pause, les All Blacks ont accéléré en seconde période, inscrivant 20 points pour glaner un sixième succès en six matches et parachever leur triomphe dans cette première édition à quatre nations du tournoi phare de l’hémisphère sud.

« Notre deuxième mi-temps a été bien meilleure et les gars ont réussi à mettre la pression. Nous avions travaillé dur durant toute la semaine et ça a payé aujourd’hui », s’est félicité le capitaine néo-zélandais Richie McCaw, qui a fêté de la meilleure des manières sa 100e sélection.

Le capitaine sud-africain Jean de Villiers a lui regretté que les Boks « aient dû courir après le score. Notre jeune équipe a parfois paniqué et concédé des pénalités stupides ».

Auteurs d’une bonne entame et maîtres du ballon, les Springboks se sont montrés bien trop maladroits, étant par exemple incapables d’exploiter leur supériorité numérique en fin de match après l’exclusion temporaire d’Israel Dagg.

Quelque peu bousculés en conquête, les champions du monde s’en sont remis au talent de l’ouvreur Dan Carter (12 points) et à l’inspiration des trois-quarts, impressionnants de vitesse.

Dans un match sans autre enjeu que l’honneur, les Sud-Africains avaient pourtant pris un meilleur départ, menant rapidement 10 à 0 grâce à un essai de l’ailier Bryan Habana (12e), transformé par le jeune ouvreur Jonathan Goosen (20 ans), qui ajoutait également une pénalité (20e).

Les Blacks réagissaient sous l’impulsion de leur virevoltant ailier Hosea Gear. A l’origine de l’essai du 2e ligne Sam Whitelock (25e) en perçant le rideau défensif sud-africain, Gear servait ensuite sur un plateau Aaron Smith (33e) pour mettre les Néo-Zélandais en tête (12-10).

Les Sud-Africains reprenaient toutefois la main avant la pause, grâce à deux pénalités d’Elton Jantjies (22 ans), entré à la place de Goosen, visiblement touché à un genou.

Les espoirs des 80.000 spectateurs ont cependant été douchés dès le coup d’envoi de la seconde période. Ma’a Nonu concluait une belle action dont le détonateur fut Israel Dagg, capable de se débarrasser de quatre Sud-Africains pour percer.

Onze minutes plus tard, Conrad Smith enfonçait le clou, bien décalé par Carter lors d’une attaque en première main dans les 22 mètres sud-africains. L’ouvreur gonflait ensuite le score par une transformation, un drop et une pénalité.

L’équipe d’Argentine a enregistré son 5e revers dans le Four Nations, en étant battu à domicile par l’Australie (25-19). Rodrigo Roncero y a fêté sa 55e et dernière sélection sous le maillot des Pumas. Pour ce premier Four Nations de l’histoire, les Wallabies terminent donc 2e derrière les All Blacks, qui ont fini l’épreuve par une 6e victoire, en Afrique du Sud (32-16).

Résumé Afrique du Sud vs. Nouvelle-Zélande

 

L’Argentine n’y arrive toujours pas

L’Australie a remporté une victoire capitale (25-18) en Argentine, qui lui permet de terminer le Four Nations à une deuxième place inespérée après une campagne décevante dans le jeu. Les Wallabies devancent l’Afrique du Sud au bénéfice du nombre de victoires (3 victoires, 3 défaites contre 2 victoires, 1 nul, 3 défaites). Pour leur première participation au prestigieux tournoi de l’hémisphère Sud, les Pumas terminent sans aucune victoire, mais avec un match nul contre l’Afrique du Sud (16-16, 2e journée).

Sous le feu des critiques après de très ternes prestations, les Australiens ont décroché ce précieux succès sans briller, si ce n’est sur une combinaison limpide qui a envoyé Digby Ioane à l’essai à un quart d’heure de la fin. Ils ont capitalisé sur l’indiscipline argentine par la botte de Mike Harris (18 points). Les Pumas, qui rêvaient de décrocher un premier succès après avoir malmené plusieurs de leurs adversaires dans les matches précédents, ont été cette fois en panne d’inspiration devant leur public de Rosario. Ils ont finalement réussi à marquer en force par Juan Imhoff un essai pour l’honneur (76e).

La rencontre a marqué les adieux du pilier historique des Pumas, Rodrigo Roncero (35 ans), après 55 sélections en 14 ans de carrière internationale.

Argentine vs. Australie

Source : Sport.francetv.fr, 20minutes.fr photos :espnscrum.com

Une réflexion au sujet de « Championnat du sud : Sans faute pour les All Blacks, l’Argentine apprend douloureusement »

  1. Sans être géniaux, les All Blacks ont réussi le grand chelem!! Il faut dire que les All Blacks sont dans la continuité de leur titre, avec l’adjoint de Graham Henry promu patron en chef plus qq jeunes pouces intégrées de ci de là (Retallick, Romano, A.Smith, Savea). Pourtant, les All Blacks ont été mis en danger à domicile par les Boks et les Pumas, ce qui démontre une certaine marge de progression.
    Les australiens étaient aussi dans la continuité avec Robbie Deans, mais avec un trop grand nb de blessés pour espérer rivaliser.
    Les sud-africains ont un plan de jeu trop conservateur, ont subi le départ de nombreux leaders et doivent faire avec la méforme de certains cadres (Hougaard, Morné Steyn, De Villiers). Les argentins étaient bizuts et se sont étiolés physiquement au fil du tournoi. Phelan aurait dû faire plus tourner son effectif pour redonner du peps. Il n’a pas assez fait jouer Creevy, Sanchez, Imhoff, Senatore.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s