Challenge européen : la grande mascarade !

Hier soir l’USAP a remporté son match de Challenge européen face aux Espagnols de Guernika sur le score stratosphérique (le mot est à la mode depuis l’exploit d’un certain Felix Baumgartner) de 90 à 12. La même équipe de Guernika avait déjà perdu de plus de 85 points, alors qu’elle jouait à la maison, face à Worcester. De leur côté les anglais, principaux rivaux de l’USAP dans cette poule ont également passé 90 points à Rovigo, club italien auquel l’USAP avait mis 79 points la semaine dernière ! Il n’est pas question ici de blâmer l’USAP ou Worcester qui respectent leurs adversaires en mettant tous les points qu’ils peuvent leur mettre, pas question de blâmer non plus Guernika et Rovigo qui relèvent le défi avec leurs moyens. En effet, il faut savoir que Guernika n’est pas champion d’Espagne mais que les meilleurs clubs espagnols comme celui de Valladolid ne voyaient pas d’intérêt à cette compétition et on ne peut qu’être d’accord avec eux. Il serait peut être bon d’imaginer une Coupe d’Europe des clubs issus des championnats amateurs ou semi-professionnels : avec les meilleurs espagnols, italiens, portugais, russes, belge, néerlandais, tchèque, roumain, géorgiens et allemand. Puis les deux finalistes pourraient intégrer le Challenge européen.

Advertisements

7 réflexions au sujet de « Challenge européen : la grande mascarade ! »

  1. Nan mais pitié arrêtez le massacre!! Cela ne rime strictement à rien!! Et que l’on ne me sorte pas le sempiternel exemple de la France qui a progressé dans le V Nations après avoir pris tôle sur tôle dans les années 20 à 50. Certes on peut progresser en affrontant bien meilleur que soit, mais pas dans ces conditions actuelles, avec des amateurs qui affrontent des pro sur-entraînés uniquement 4 fois par an. A ce compte là, Guernika ne perdra que de 30pts dans 1 siècle!!
    Ton idée est bonne.
    Moi je suis pour passer de 2 divisions en coupe d’Europe à 3. Faire de la H-Cup LA division d’élite en passant de 24 équipes à 16 seulement, en qualifiant les 5 premiers des championnats anglais, français et celte, ainsi que la vainqueur de la 2ème division européenne. Ce serait une compétition plus courte avec uniquement les meilleurs de chaque championnat. La division 2 (Challenge) serait plus relevée avec des équipes comme Sale, Biarritz, Glasgow, Scarlets, Trévise qui s’y retrouveraient engagées. Et la nouvelle division 3 verrait s’affronter les équipes roumaines, espagnoles, etc, avec des équipes de division 2 anglaises, françaises comme La Rochelle ou Bristol. Ce sera déjà plus intéressant.

    • Commentaire assez long mais qui j’espère sera instructif
      La situation évolue!
      D’abord sachez qu’a l’Est il y a des clubs bien plus intéressants que les clubs italiens et espagnols. Il faut aussi noter que la franchise des Bucharest Wolves obtient des résultats corrects (avec cette saison, 2 victoires face Calvisano et Agen). La saison prochaine, la franchise sera remplacée par le champion roumain, à savoir le RCM Timisoara. Le championnat roumain est passsé pro depuis 2 saisons et on y trouve quelques bons sudistes (William Helu passé par Bristol, qui a joué la RWC avec les Tonga; Sean Morrell, international fidjien; il y a également une petite colonie de namibiens dont 5 ont joué la Coupe du Monde, ainsi qu’un bon nombre de Sud’Af (avec souvent une expérience en Currie Cup ou Vodacom Cup) et Néo-Z.
      Timisoara, entrainé par l’ancien springbok Chester Williams, a annoncé pour la saison prochaine les arrivées des géorgiens Bidzina Samkharadze (1/2 de mélée, 60 sélections) et Giorgi Khositashvili (pilier, 3 sélections), du flanker Sud africain Randall Morrison (ex-Golden Lions), du Namibien McGrath Van Wyk (ailier, 9 sélections), Stephen Shannon (ouvreur néo zélandais), Valentin Poparlan (2e ligne, 23 sélections) et Marian Gorcioaia (n8, 1 sélection). Le club annoncera aussi dans les prochaines semaines l’arrivée de 2 trois-quarts, en plus des cadres actuels, à savoir 9 joueurs actuellement sélectionné par les Bucharest Wolves et une poignée d’étrangers. Je ne pense pas que Timisoara sera plus ridicule que Bucharest

      Dès 2014 sera jouée une compétition incluant les meilleurs clubs Roumains, Russes, Géorgiens et Ukrainiens.
      Il faut savoir qu’il n’y a pas qu’en Roumanie qu’il y a un championnat pro. Les Russes le sont depuis plusieurs années.
      Il y a 3 gros clubs russes qui ont un niveau ProD2.
      – Enisey-STM, champion en titre basé à Krasnoyarsk en Sibérie, qui a un effectif très complet, mixant internationaux russes, et quelques étrangers dont l’ancien 10 des Highlanders Ryan Bambry, la star kazakhe Anton Rudoy ou le moldave Dumitru Arhip, qui vient de signer aux Ospreys. Ces 2 dernières saisons ils ont, lors de leur tournée en Europe, battu 2 clubs de premières division italienne (Lazio 14-37 et L’Aquila 12-24) et ont aisément battu l’équipe réserve du Connacht 5-35
      – Krasny Yar, finaliste, également basé à Krasnoyarsk, qui se prépare chaque pré-saison chez les Crusaders et ramène des néo-Z dans leurs valises. Ainsi, le demi de mélée Toby Morland (ex-Munster, Highlanders, Blues), l’arrière Glen Horton (ex-Highlanders) ainsi John Dodd (ouvreur, ex-Southland), Glen Gregory (flanker, ex-Tasman) et Tom Fleming (numéro8) évoluent au club.
      – VVA Podmoskovye, basé à Monino dans la banlieue de Moscou, qui a envoyé 14 joueurs en Coupe du Monde (un record avec le Leinster). Ces 2 dernières saisons, le club a tout de même perdu Vasily Artemyev (Northampton), le moldave Vadim Cobilas (Sale Sharks), le lituanien Karolis Navickas (Bordeaux) et la star russe Viktor Gresev (joker médical aux London Wasps, depuis au Krasny Yar). Ce qui n’a pas empêché l’équipe de battre ces 2 dernières années Grenoble (alors leader de ProD2) 45-40 et de résister face à Northampton A. 36-14 et Sale A. 27-19, pourtant renforcé

      Concernant enfin la Géorgie, le ministère de la défense a crée une équipe, l’Army Tbilissi. Le club a « rapatrié » un bon nombre de géorgiens (Giorgi Jimsheladze, Clermont espoirs – Lasha Tavarktiladze, Farul Constanta – David Gurgenadze, int. espagnol, Carcassonne – Rati Nutsubidze, Glendale Raptors USA ou encore Ilia Surguladze, Vienne Federale2). Le club a également recruté un bon nombre d’internationaux évoluant en Géorgie. De quoi faire de l’ombre au Lelo Tbilissi et sont armée d’internationaux (Khmaladze, Kiasashvili, Belkania, Gugava…)

      On ne sait pas encore quel en sera le format. Juste qu’elle débutera en 2014 et que le vainqueur gagnera sa place en Amlin Cup.

      Aujourd’hui quelle légitimité peut avoir un promu du Top14 on un 4e du championnat italien? méritent-ils plus leur place que les meilleurs clubs russes, roumains, géorgiens?

  2. Commentaire avisé très intéressant ! J’attends de voir si les clubs de l’est seront meilleur que les Méditerranéens. Les clubs espagnols ont gagné leurs qualifications en Amlin sur le papier. Valladolid a battu Bordeaux-Bègles aux début des années 2000 dans cette même compétition, seulement les clubs espagnols qui étaient en train de se structurer en ligue professionnelle ont été durement touché par la crise, comme pas mal de chose chez eux. Si le rugby roumain aujourd’hui moribond, qui dans les années 80 était pratiquement du même niveau que les Gallois et les Français et probablement meilleur que les Anglais de l’époque, pouvait se refaire une santé via les clubs (en espérant que ça aura des répercutions sur le XV national), ça serait une bonne chose.

    Russie, Roumanie, Géorgie, Espagne, Portugal, je pourrais rajouter la Belgique ou bien la Tchéquie. Il y a un énorme potentiel en Europe.

    Alors on pourrait imaginer une Coupe d’Europe resserrée (5 Français, 5 Anglais, 5 Pro12 et un champion). Un Challenge dont le niveau serait rehaussé. (On peut imaginer une sorte de coupe intertoto pour qualifier le champion des champions entre Italiens, Portugais, espagnols et « orientaux »). Enfin une troisième compétition avec des clubs plus modestes et pourquoi pas des clubs allemands, néerlandais ou autres…

  3. Je suis partisan d’une Heineken Cup élitiste à 16 clubs (5 Français, 5 Anglais, 5 Pro12 (soit les 5 premiers, soit le meilleur irlandais + le meilleur gallois + le meilleur écossais + le meilleur italien + le 2e meilleur le mieux classé) + la nation du vainqueur Amlin Cup).

    Et un Challenge Européen élargi à 32 clubs avec les tous autres clubs français, anglais et Pro12 (soit 22 clubs)
    Ainsi le champion roumain, russe, espagnol, géorgien, portuguais, italien, écossais (pas gallois et irlandais car ces derniers fonctionnent en province – un Cardiff Blues contre Cardiff RFC n’aurait que peu de sens)
    Reste 3 places, peut être en créant des qualifs entre les 2e roumain, russe, espagnol, géorgien, portuguais, italien, ecossais + les champion d’Ukraine, d’Allemagne (les allemands écrasent les clubs belges et néerlandais en North Sea Cup) et peut être polonais (2-3 clubs assez interessants)

    • Intéressant, peut être plus intéressant qu’une troisième coupe d’Europe qui n’est viable que si les gros clubs français, anglais et celtes mettent la main à la poche.

  4. L’effectif de Timisoara qui jouera l’Amlin Cup l’an prochain :

    Piliers :
    Giorgi Khositashvili (Géorgie ; 3 sélections en 2008)
    Sami Maris (6 sélections en 2010, en ProD2 à Périgueux la saison dernière)
    Gigi Militaru (1 match en Amlin Cup avec Bucarest cette saison)
    Horaciu Pungea (2 sélections en 2012, 4 matchs avec Bucarest cette saison)
    Alexandru Tarus (international -20 ans)

    Talonneurs :
    Eugen Capatana (3 sélections 2012-2013, 4 matchs avec Bucarest cette saison)
    Marian Gorcioaia (1 sélection en 2012)
    Otar Turashvili (5 sélections en 2012, 4 matchs avec Bucarest cette saison)

    Deuxième ligne :
    Marian Drenceanu (3 matchs avec Bucarest cette saison, 8 en tout)
    Dorin Lazar (4 matchs avec Bucarest cette saison, 6 en tout)
    Valentin Poparlan (23 sélections, 3 matchs avec Bucarest cette saison, 21 en tout)

    Troisième ligne :
    Stelian Burcea (capitaine 36 sélections, 35 matchs avec Bucarest)
    Daniel Carpo (40 sélections, 5 matchs avec Bucarest cette saison, 30 en tout)
    Randall Morrison (Afrique du Sud ; passé par les Golden Lions en Vodacom Cup)
    Laurentiu Tanase
    Vasile Rus (13 sélecitons 2007-2012, 2 matchs avec Bucarest cette saison, 11 en tout)

    Demis de mélée :
    Valentin Calafeteanu (51 sélections 2004-2012, 18 matchs avec Bucarest)
    Victor Dumitru
    Bidzina Samkharadze (Géorgie ; 60 sélections entre 2004 et 2012)

    Ouvreurs :
    Florin Fantanaru (2 matchs avec Bucarest)
    Gabriel Conache (international -20 ans)
    Jody Rose (Afrique du Sud ; passé par les Golden Lions en Currie Cup et Vodacom Cup)

    Centres :
    Paula Kinikinilau (Tonga ; passé par Otago en NPC)
    Stephen Shennan (Nouvelle-Zélande ; formé aux NZ Warriors (rugby à XIII), rookie of the year 2009)
    Johnny Sola (Nouvelle-Zélande)
    + un centre (en contact avancé avec un NZ évoluant au Japon)

    Ailiers :
    Madalin Lemnaru (21 sélections 2009-2012, 3 matchs avec Bucarest cette saison, 16 en tout)
    Viliami Moala (Tonga ; international à 7)
    McGrath Van Wyk (Namibie ; 9 sélections 2009-2011)

    Arrière :
    Catalin Fercu (58 sélections, 4 matchs avec Bucarest cette saison, 24 en tout)

    Bucarest = Bucarest Wolves, franchise qui joue l’Amlin Cup)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s