XV de France : Ce n’est pas (encore) la fin du monde

J’ai pris le temps nécessaire pour analyser sereinement la deuxième défaite consécutive dans le tournoi des 6 Nations, ce qui permet de relativiser ce qui nous arrive. Peut-être s’est-on vu un peu trop vite champions du monde après les victoires face à une Australie peu habituée à ses longues saisons (le Super 15 puis le Championnat de l’hémisphère sud prennent désormais plus de dates) ou face à une réserve de l’ équipe d’Argentine.

Premier constat, cette défaite face au Pays-de-Galles ressemble énormément à celle subie une semaine plus tôt à Rome : Une première mi-temps très moyenne et une baisse de régime inquiétante en seconde période. Mon explication ? c’est que nos joueurs sont déjà fatigués par les nombreuses joutes du championnat. Pensez, par exemple, que Fred Michalak enchaîne sa deuxième saison non-stop, sans avoir bénéficié de trêve estivale. Je pense que l’idée de nos entraîneurs était de jouer sur la continuité suite aux performances de cet automne, puis de faire entrer du sang neuf, des jeunes et des hommes en formes, pour la tournée d’été en Nouvelle-Zélande, finalement Philippe Saint-André va devoir, malgré lui, lancer dans le grand bain un peu plus vite que prévu ces joueurs.

Toutefois, j’ai pu observer une nette amélioration sur l’organisation défensive par rapport au match de Rome, amélioration certes entachée par une défaite à domicile.

Les joueurs ont joué leur dernier joker et certains vont devoir repasser par la case départ. Il faut monter un groupe commando pour affronter l’Angleterre dans son antre. Je ne pense pas que les joueurs qui sortent du groupe Maxime Mermoz, Yannick Forrestier, Damien Chouly, Romain Taofifenua et Fulgence Ouedraogo soient bannis à jamais du XV de France. La route qui mène à la prochaine Coupe du Monde est longue et le groupe des 33 joueurs se désignera dans les derniers jours. Dans le cas de Romain Taofifenua, il s’agira même d’emmagasiner un peu plus d’expérience en Top 14 (sont club étant en manque de seconde ligne suite à une série de blessure, il risque de jouer un peu plus qu’avant) et mon petit doigt me dit qu’il risque bien de faire parti du voyage pour la Nouvelle-Zélande.

Enfin, les Bleus doivent retrouver leur jeu offensif qui fait défaut. Le problème, c’est que le jeu n’a pas eu le temps de se mettre en place qu’il avait déjà été décodé par les autres équipes, d’où l’intérêt aussi de faire rentrer de nouveaux joueurs face à l’Angleterre.

La France vient de manquer ses deux matchs présentés comme les plus faciles. Reste à jouer les deux matches les plus difficiles avant de recevoir l’Écosse. Ne dit-on pas que le XV de France n’est jamais aussi redoutable que lorsqu’on n’attend plus rien de lui ?

Le groupe France :
Avants : Vincent Debaty (Clermont), Thomas Domingo (Clermont), Benjamin Kayser (Clermont), Dimitri Szarzewski (Racing-Métro), Luc Ducalcon (Racing-Métro), Nicolas Mas (Perpignan), Yoann Maestri (Toulouse), Christophe Samson (Castres), Jocelino Suta (Toulon), Antonie Claassen (Castres), Thierry Dusautoir (c, Toulouse), Yannick Nyanga (Toulouse), Louis Picamoles (Toulouse).

Arrières : Maxime Machenaud (Racing-Métro), Morgan Parra (Clermont), Frédéric Michalak (Toulon), François Trinh-Duc (Montpellier), Mathieu Bastareaud (Toulon), Benjamin Fall (Racing-Métro), Wesley Fofana (Clermont), Florian Fritz (Toulouse), Vincent Clerc (Toulouse), Yoann Huget (Toulouse).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s