BT Vision change tout !

La Premier Rugby, vient de signer un contrat de 150 millions de livres sterling avec le diffuseur BT Vision, ce qui va changer la donne du rugby européen et même mondial. Les clubs français doivent immédiatement renégocier le contrat qui le lie à Canal Plus s’ils ne veulent pas que le Top 14 ne devienne pas la nouvelle Ligue 1 du rugby. 

Le championnat anglais qui depuis trois ou quatre ans était un peu en retrait par rapport aux championnats français et celte semble reprendre des couleurs. Comme moi, vous avez dû noter les performances des clubs d’outre-manche en Coupe d’Europe, l’excellent jeu des Harlequins, des Saracens et à un degré moindre des Tigres du Leicester.

Il y deux ou trois ans, le Top 14 était vraiment en train de prendre le dessus sur son rival anglais : les matchs se jouaient à guichet fermé, les délocalisations faisaient recettes, les clubs faisaient venir des stars comme Tana Umaga, Jonny Wilkinson, Sonny Bill Williams, Mark Gasnier, Juan Hernandez, etc. Les présidents des clubs se sont mis alors à espérer que l’offre télé suivrait malheureusement pour eux l’absence de concurrence a laissé Canal Plus en position de force pour signer un contrat qui lui est très largement favorable. Aujourd’hui, les spectateurs boudent les matches, la crise est passée par là, ce qui paradoxalement n’a pas empêché les clubs de revoir leur politique tarifaire pour l’achat de billets à la hausse ! A quelques exceptions prêt, les infrastructures et les stades n’ont pas été autant rénovés qu’ils auraient dû l’être.

De son côté, la Premier Rugby, entité qui gère le rugby professionnel en Angleterre, peut se frotter les mains. Le nouveau réseau de chaînes de télévision britannique BT Vision vient d’arracher à son concurrent Sky les droits du championnat de rugby local pour un montant de 150 millions de £, soit environ 180 millions d’euros ! Sachant qu’ils ne seront que douze clubs à en profiter et que la D2 anglaise n’entre pas dans le périmètre de redistribution on peut imaginer que les clubs anglais vont rapidement récupérer le retard qu’ils avaient pris en terme de budget sur leurs homologues français qui ne peuvent s’appuyer sur une telle manne. De plus la Premier Rugby connaît un succès populaire comparable à ce que connaissait le Top 14 il y a deux ou trois ans, les délocalisations bien que moins nombreuses qu’en France font recettes et Twickenham est rempli pour recevoir le derby londonien entre Quins et Sarries ! Si on ajoute à ça, la domination de la langue anglaise qui permet d’attirer plus facilement des investisseurs venus d’autres pays et une meilleure exposition médiatique, les Français ont du pain sur la planche pour que le Top 14 ne devienne pas la nouvelle Ligue 1 du rugby. Surtout qu’avec la perspective du Mondial 2015, le rugby anglais va bénéficier d’un coup de projecteur sur lequel les clubs français ne peuvent compter (à moins que ce Mondial ne soit remporté par les Bleus).

Paul Goze, le nouveau président de la Ligue, a d’ailleurs fait de la renégociation du contrat qui lie le rugby professionnel français à Canal Plus une priorité. Heureusement, l’arrivée de la nouvelle chaîne qatarie Be In Sport a considérablement changé la donne. Il faut espérer que Canal Plus comprenne que si elle veut garder cette relation privilégiée qu’elle a eu avec le rugby français elle devra revoir à la hausse ce contrat, peut être même avant son terme. Le diffuseur du Top 14 doit comprendre que du montant de ce contrat dépendra la crédibilité du produit qu’il vend.

Publicités

Les Harlequins champions d’Angleterre !

Les Harlequins de Londres ont remporté leur premier titre de champion de d’Angleterre face à Leicester. Les Quins se sont imposés 30 à 23 grâce à 20 points de son ouvreur All Black Nick Evans (6 pénalités et 1 transformation) et deux essais de Williams (9e) et de Robshaw (56e). Les Tigers sont restés au contact grâce à des essais de Mafi (30e) et d’Allen (66e) et 13 points du jeune ouvreur Ford.

Les « Quins », emmenés par le capitaine de l’équipe d’Angleterre Chris Robshaw, ont confirmé leur domination après avoir fini premiers de la saison régulière. La supériorité des Harlequins en première mi-temps a été concrétisée par un essai en coin de Williams. Mais les Londoniens se sont faits surprendre sur un ballon perdu en touche sur leur propre lancer, qui a permis à Mafi d’aplatir après une longue course. Les « Quins » ont semblé se diriger vers une facile victoire à la suite de l’essai de Robshaw, marqué au bénéfice d’une brèche laissée dans la défense par les « Tigers », qui leur donnait un avantage de 17 points (30-13). Mais Leicester a relancé le suspense grâce à une action née d’une pénalité rapidement jouée du demi de mêlée Ben Youngs et conclue sous les poteaux par Allen.  Les Harlequins ont été chercher leur premier titre de champion par une défense acharnée sur leur propre ligne lors des deux dernières minutes.

Avec cette victoire, le club londonien, déjà vainqueur du Challenge européen l’an passé, redore pour de bon son blason, trois ans après l’affaire du faux sang qui l’avait discrédité.  En 2009, dans un match de Coupe d’Europe, l’équipe avait simulé une blessure à l’aide d’une capsule de farces et attrapes pour faire entrer un remplaçant. Le scandale avait été suivi d’une cascade de sanctions. Un bon nombre des nouveaux champions parmi lesquels Robshaw, Care, mais aussi le pilier Marler et le centre Turner-Hall, prendront l’avion dès la semaine prochaine pour l’Afrique du Sud où l’Angleterre se rendra en tournée. Pour sa part, Leicester échoue pour la deuxième fois de suite à Twickenham et compte désormais cinq défaites lors de ses huit dernières finales.

Aviva Premiership : L’autre championnat !

Match au sommet du championnat anglais entre les Saracens et les Harlequins à Wembley devant plus de 83 000 spectateurs !

Le rugby est en train de prendre une nouvelle dimension. La semaine dernière le Stade Français a rempli la MMARena dans une région où le rugby professionnel n’avait encore jamais mis les pieds. Ce week-end pour le clasico, les Franciliens avaient vu les choses en grand en recevant le Stade Toulousain, comme à son accoutumé,  au Stade de France. Mais ce succès populaire du rugby des clubs ne se limite plus au seul championnat français. Les Anglais ont depuis deux ans pris le relais en organisant des matchs à Twickenham ou à Wembley. Nos voisins d’outre-manche viennent de battre le record du monde pour un match de clubs : Le derby londonien entre Saracens et Harlequins s’est joué devant plus de 83 000 spectateurs dans le très mythique stade de Wembley. Ce record, qui fut pendant longtemps détenu par le Stade français pionnier de la délocalisation, ne pourra plus être battu sur le sol français car l’Hexagone ne dispose pas de stade aussi grand que celui de Wembley. Peu importe,  avec son record du nombre de matchs délocalisés le Top 14 Orange n’est pas à la traîne par rapport au championnat anglais, et puis, c’est le rugby d’une manière générale qui est le grand gagnant. Le match entre les deux clubs londoniens a vu la victoire des Quins sur leurs rivaux des Saracens qui recevaient. Il s’agissait d’un match au sommet puisque les deux clubs occupent respectivement la première et deuxième place de cette Aviva Premiership. Les petits promus d’Exeter continuent de surprendre leur monde : Ils ont battu les London Irish 18 à 11 et sont 5ème, ce qui leur donne le droit de rêver de disputer l’année prochaine la grande Coupe d’Europe. Finalement le choc qui voyait s’opposer deux anciens champions d’Europe, Northampton et Bath, aura vu la victoire des Saints (Northampton) sur leurs rivaux du jour.

Mister Rugby