Top 14 Orange : Les promus font de la résistance, Biarritz respire

Derrière la charge d'Augustin Creevy, c'est tout Montpellier qui passe à l'attaque pour dominer le Racing. (Lequipe.fr)

Les promus Bordeaux-Bègles, vainqueur avec bonus du Stade Français (39-6), et Lyon, qui a tenu en échec le deuxième Clermont (6-6), ont signé de belles performances à l’occasion de la 14e journée du Top 14. Pour sa part, le dernier Biarritz a également sonné le réveil en remportant un succès solide (25-6) sur Toulon, pourtant troisième au classement.

Fin de série pour le Stade-Français

Les Bordelais ont réussi là où Clermont, le Racing-Métro, Perpignan et Biarritz ont échoué: battre le Stade Français. Les Parisiens restaient sur une série de huit victoires toutes compétitions confondues depuis le 5 novembre. Les promus y ont mis fin avec la manière, en s’offrant le bonus offensif venu récompenser cinq essais. Les Parisiens ont notamment payé leur indiscipline sanctionnée de trois cartons jaunes. Les Girondins réalisent une très bonne opération dans la lutte pour le maintien. A l’issue de la rencontre, le président de Bordeaux-Bègles Laurent Marti a annoncé que Marc Delpoux ne serait plus le manageur des Girondins sans préciser sa future destination. « Marc Delpoux va nous quitter, a annoncé le dirigeant. Marc a participé au développement de ce club, il a préféré partir vers un autre projet que je peux absolument comprendre ».

Résumé : Bordeaux vs. Paris

Un nul qui fait le bonheur de Lyon

Le premier relégable, Lyon, a réussi une belle performance en maîtrisant Clermont. Au classement, le LOU reste relégable mais se rapproche à deux points du premier non-relégable, Bayonne. Les Auvergnats perdent, eux, du terrain en tête sur le leader toulousain qui les devance désormais de cinq longueurs. Ils comptent ainsi six points d’avance  sur Castres. »Nous nous sommes trop débarrassés du ballon en première période pour pouvoir imposer notre jeu. Le score est logique. C’était un bon combat, devant comme derrière », a estimé l’entraîneur de Clermont Vern Cotter, pointant « un peu de fatigue » chez ses joueurs.

Barnard fait un carton plein pour Agen

De son côté, l’ouvreur Conrad Barnard a ramené Agen dans le Top 6 en inscrivant dans des conditions météorologiques difficiles tous les points de son équipe, victorieuse de Brive (15-9). Après deux défaites contre Toulon (34-12) et au Racing-Métro (26-8), Agen a su assurer l’essentiel pour signer un huitième succès qui lui permet de se hisser à la cinquième place du Championnat.

Castres retrouve le chemin du succès

Luc Ducalcon face à Nicolas Mas, le choc des titans aura tourné en faveur du Castrais

Castres termine bien l’année sur une victoire face à Perpignan. Un succès, qu’il ne trouvait plus depuis le 22 octobre, en s’offrant même le bonus offensif face à Perpignan (33-6) pour conforter sa place dans le carré de tête. Avec cette victoire et ce bonus, on a 40 points, on est dans les clous. « On a notre destin en mains pour figurer, pour la troisième année de suite, dans le Top 6, ce qui serait un petit exploit quand on voit l’armada de nos concurrents », a expliqué l’entraîneur de Castres Laurent Labit. Perpignan, qui voulait confirmer son sursaut, termine finalement l’année 2011 en fâcheuse posture (11e).

Montpellier rate le bonus offensif

Montpellier s’est relancé dans la course à la phase finale du Top 14 avec sa victoire face au Racing-Métro (29-14), toutefois teintée de regrets après avoir vu le bonus offensif s’envoler à la dernière minute. Corrigés sur leur pelouse par le champion toulousain la semaine dernière (45-25), les Héraultais s’étaient interdit la défaite face aux Franciliens, rivaux potentiels pour une place dans le Top 6 du Championnat. Le MHR avait fait coup double, victoire et bonus offensif, la bonne affaire… jusqu’à la 79e minute lorsque Bobo s’échappait sur son aile gauche pour enlever un point précieux aux Montpelliérains.

Résumé : Montpellier vs. Racing

Troisième victoire de la saison pour Biarritz

Le BO a entamé la phase des matches retour par une victoire aussi nette que logique qui lui offre un peu de soulagement et d’espoir pour la suite. Le club basque, qui a pu s’appuyer sur la botte de son demi de mêlée international Dimitri Yachvili (17 points), reste dernier du Championnat mais ne pointe plus qu’à une longueur de Lyon et à trois du premier non-relégable, Bayonne.

Source : France Télévision Sport

Biarritz – Bayonne : A l’ancienne !

Le Biarritz Olympique remporte sa deuxième victoire dans ce qui fut un vrai derby à l’ancienne. Le Blogue de Mister Rugby ne reviendra pas sur les événements « extrarugbystiques » survenus lors du match et vous ne verrez pas sur ce Blogue les images qui circulent sur toutes les télé, et sur toutes les versions en lignes de tous les quotidiens de France, y compris ceux qui se désintéressent pourtant toujours de ce sport. Et s’il faut qu’il y ait des sanctions, j’ai trop de respect pour ce que doit sentir en ce moment un joueur du Biarritz Olympique et ses proches pour remuer le coûteau dans la plaie. 

J’aime ce sport et que les amateurs de buzz aillent sur d’autres médias qui se sont fait un plaisir de retransmettre ces images. 

Duels dans les airs entre Jérome Thion et Rob Linde, à l'image du vrai duel d'avants !

Une pénalité de Julien Peyrelongue inscrite à la dernière seconde a permis à Biarritz de remporter sur le fil un derby basque explosif et capital dans la course au maintien (21-19), mardi en match en retard de la 10e journée de Top 14.

Le BO est toujours en vie. Pour quelques secondes, il s’est évité une cruelle désillusion qui aurait pu s’avérer rédhibitoire.

Au sortir de ce 100e derby bouillant, irrespirable sur la fin, Biarritz quitte même la dernière place du championnat qu’il cède à Lyon, qui pourrait la lui reprendre dès mercredi en recevant Montpellier, et recolle surtout à la meute du ventre mou.

Et à voir la joie des Biarrots au coup de sifflet final, on est en droit de penser qu’ils ont définitivement lancé leur saison, leur course à obstacles qui devra les voir dépasser au moins deux clubs pour sauver leur tête dans l’élite.

Les Bayonnais, eux, ont cru l’espace de sept minutes à une performance monumentale, après cet essai de Lacroix qui lui donnait l’avantage pour la première fois du match (18-19, 73) alors que l’Aviron évoluait à quatorze.

Mais une dernière mêlée biarrote, dominatrice tout au long de la partie, obtenait une pénalité que ne manquait pas Peyrelongue (80), pour battre des Bayonnais, finalement trop indisciplinés pour espérer meilleur sort.

On prédisait un derby de feu, le pays basque a été servi, dès la 3e minute par une petite chamaillerie d’usage qui donnait le ton.

La première attaque était initiée par Phillips et finissait même derrière la ligne d’en but avec Iguiniz à la conclusion en coin (6).

Un essai qu’allait accorder l’arbitre irlandais M. Fitzgibbon avant de se raviser et de l’annuler en raison d’un échange viril loin du jeu entre Harinordouy et Marmouyet.

Cet incident était surtout à signaler pour l’intrusion sur le terrain du père d’Imanol Harinordoquy, Lucien, venu en découdre pour défendre son fils.

Bouillant, explosif, le match prenait enfin de la consistance juste après, et le score enflait au gré de l’indiscipline collective (6-3, 16) avant que Damien Traille ne corse l’addition sur deux drops bien sentis après deux belles séances d’occupation.

Et si la tension restait palpable, l’emprise semblait biarrote (18-6, 53). La sortie pour dix minutes de Thion pour un placage haut redistribuait les cartes et Boyet convertissant deux pénalités (18-12, 65), redonnant l’espoir à l’Aviron.

Malgré la sortie pour dix minutes de son flanker Flavell pour une cravate sur Balshaw (66), Bayonne jouait sa chance à fond et, à la suite d’une passe au pied de Boyet, Gerber grillait Ngwenya sur le rebond puis cadrait Haylett-Petty avant de servir Lacroix à hauteur pour l’essai (73).

Résultat du match en retard de la 10e journée du Championnat de France de rugby joué mardi:

Biarritz – Bayonne 21 – 19

Source :AFP