Un Castres olympique !

Que ce Top 14 se porte bien ! Toulon, champion d’Europe s’incline face à Castres, Champion de France. Clermont est vice champion d’Europe et le Stade français finaliste du Challenge européen ! Cela montre à la fois l’homogénéité et la qualité de ce championnat, avec pour cerise sur le gâteau la magnifique victoire surprise de Castres.

Karena Wihongi, Christophe Samson, Rodrigo Capo-Ortega, Ibrahim Diarra, Anthony Claassen, Rory Kockott, Rémy Talès, Brice Dulin, Joe Tekori pour n’en citer que quelques uns, cette équipe avait fière allure certes, mais de là à prétendre qu’elle allait dominer leurs adversaires du jour, Toulon et sa pléiade de stars…

Un essai signé Kockott

Pourtant les Castrais ont vraiment dominé cette finale. Les leaders de jeu, Rory Kockott ou Rémy Talès ont marqué cette rencontre de leur empreinte. Le moteur de la Ferrari toulonnaise s’est quant à lui enrayé. L’essai, plein de vice, de Kockott qui feinte une passe vers Talès en position de drop avant d’aller aplatir le ballon entre les poteaux dans les arrêts de jeu fut une merveille ! Le numéro 9 peut remercier Anthony Claassen qui fait l’effort de rester plusieurs secondes durant sous les placages de la troisième ligne adverse rendant ainsi possible l’essai.

Cet essai castrais planté dans les arrêts de jeu de la première mi-temps obligeait donc le RCT à envoyer du jeu en deuxième période. Ce qui n’est pas vraiment dans l’ADN du club qui préfère se reposer sur une grosse défense et le pied de son numéro 10. Castres réputé pour sa défense intraitable s’est alors fait un plaisir d’aller agresser des Toulonnais pris à leur propre jeu !

Malgré les deux ou trois erreurs de Brice Dulin sur des coups de pied en touche suite à des pénalités, Toulon ne reviendra pas dans le match. De plus, la mêlée castraise qui avait subi en début de match s’est petit à petit ressaisie pour inverser progressivement la tendance. Wihongi puis Tekori imposèrent leur puissance dans le petit périmètre.

Rémy Talès, à la Wilkinson !

Alors qu’aux alentours de la 60ème minutes tout le stade attendait les drops assassins de sa majesté, Sir Jonny Wilkinson, ce fut Rémy Talès qui planta deux drops coups sur coups pour le Castres Olympique, anéantissant les derniers espoirs de titre Toulonnais. Le 10 toulonnais aura été Champion du Monde, Champion d’Europe mais devra encore attendre avant d’obtenir le titre de Champion de France !

Les modèle castrais !

L’ancien All Black, Gary Whetton, champion de France avec Castres en 1993 disait lors d’une interview accordée au journal Midi Olympique que le modèle castrais qui consistait en un savant mélange de joueurs locaux et d’internationaux étrangers s’opposait à la logique galactique du RCT. Alors que certains clubs, comme le Stade Toulousain, sont en train de repenser leur stratégie de recrutement pour s’inspirer modèle toulonnais, la belle victoire du Castres Olympique, neuvième budget du Top 14 arrive à point nommé. Pour tous les clubs qui ne disposeront jamais des budgets des Toulouse, Clermont ou Toulon le nouvel exemple à suivre est peut-être celui de Castres.

Mister Rugby

Publicités

Une bourde présidentielle !

Vous le savez ce blogue traite du rugby, pas de politique. Ce blogue n’est ni de droite, ni de gauche, ni centriste, ni altermondialiste ni frontiste. Comment toutefois ne pas sortir un carton rouge au Président de la République qui vient, une nouvelle fois, de faire une énorme gaffe ?

Depuis toujours le Président de la République a un devoir de réserve, il ne se prononce pas sur ses préférences sportives entre deux clubs hexagonaux. Cela semble logique puisqu’il est le Président de tous les Français. Cette logique semble cependant échapper à François Hollande qui lui s’est prononcé clairement pour la victoire des Castrais lors de son passage dans la sous-préfecture tarnaise. « A qui vais-je remettre la coupe ? » (Il s’agit en fait d’un bouclier monsieur le Président) « A l’un d’entre vous j’espère ! ».

On sait naturellement que Jacques Chirac était proche du CA Brive-Corrèze que Nicolas Sarkozy, grand fan de cyclisme, n’aimait pas trop le rugby. Néanmoins, tous les Présidents avaient jusqu’à présent respecté ce devoir de réserve. Tous sauf, François Hollande, qui a visiblement du mal à assumer son costume de chef de l’Etat et qui en moins d’une minute commet trois gaffes : « On se voit vendredi ? […] A qui vais-je remettre la coupe […] à l’un d’entre-vous j’espère ». Cela fait un peu beaucoup pour une personne chargée de diriger la cinquième puissance mondiale !

Cette gaffe a légitimement provoqué la colère du président Mourad Boudjellal indigné devant ce manque total de respect. « Prendre parti envers un club ou l’autre ne fait pas partie des valeurs de la République (…) Il a choisi son camp. Espérons que ça n’influencera pas l’arbitrage. Et maintenant je vais me battre contre ça », a déclaré jeudi soir un Mourad Boudjellal « vexé et presque blessé » à Var-matin.

Il se dit du côté du Var que les champions d’Europe pourraient refuser de serrer la main au Président. Ce serait je pense une mauvaise idée. Parce que François Hollande, qu’on l’aime ou non, est l’élu du peuple. Si lui, en indiquant sa préférence pour le CO, n’a pas fait preuve de respect envers la fonction qu’il était censé incarner, il appartient à chacun d’entre-nous de respecter celui qui occupe la fonction la plus prestigieuse de notre République ! 

Mister Rugby

Un Castres olympique assomme Clermont !

C’est finalement Castres qui aura l’honneur de « monter » à Paris pour essayer de décrocher le précieux bouclier de Brennus. Les Toulonnais, fort d’un nouveau titre de champion d’Europe, seront bien sûr favoris de la finale. Cependant, les Varois devront se méfier grandement de leurs adversaires tarnais. Les Castrais ne sont pas arrivés en finale du Top 14 par hasard. L’année dernière déjà le CO avait été sur le point de rejoindre les Toulonnais en finale. Les joueurs castrais avaient bien failli faire sortir l’ogre toulousain sur les terres de ce dernier.

Une domination outrageuse de la mêlée tarnaise

La domination des Tarnais sur les Auvergnats fut sans conteste. A l’image du Stade Toulousain hier, Clermont était méconnaissable, on a du mal à imaginer que cette même équipe a malmené tous ces adversaires 9 mois durant. Visiblement, les joueurs du Puy-de-Dôme ont eu du mal à encaisser leur courte défaite en finale de Coupe d’Europe. La victoire des Castrais a été nette et sans bavure, la domination fut totale. L’aspect le plus frappant fut bien sûr l’outrageuse domination du paquet d’avant tarnais en mêlée sur sa rivale du jour.

Un Rory Kockott étincellement 

Le match dans le match entre les deux numéro 9, Rory Kockott et Morgan Parra, tourna très largement en faveur du demi-de-mêlée sud-africain, auteur de 20 points ce samedi. Comme un symbole le centre Wesley Fofana, brillant toute la saison, a commis une grossière erreur en récupérant un ballon qui n’était plus jouable suite à un en-avant commis par l’un de ses équipiers sous les poteaux ; ce qui permit au Castres Olympique de maintenir son adversaire à distance. La prestation du vis-à-vis de Wesley Fofana a été en revanche impeccable : Romain Cabanes chipa un ballon qui était adressé au centre international français pour marquer un essai en contre de 80 mètres. Un coup de poignard dont les Jaunards n’auront pu se remettre.

Cette équipe de Castres composée de joueurs aussi talentueux que Forrestier, Samson, Capo-Ortega, Diarra, Claassen, Kockott, Talès, Andreu ou Dulin, pour n’en citer que quelques uns à fière allure. De là à faire tomber en finale le Rugby-Club Toulonnais ?

Mister Rugby

Castres douche Northampton et se relance

Castres a battu (21-16) une équipe de Northampton émoussée vendredi à Toulouse, lors de la 2e journée de Coupe d’Europe de rugby, et s’est relancé dans cette compétition, même si la priorité des entraîneurs tarnais reste le le Top 14.

Longtemps dominé sous une pluie toute britannique, Northampton s’en tire à bon compte avec un bonus défensif arraché par la botte de Myler et un essai à l’heure de jeu de George Pisi.

Après le large revers subi en Ulster (17-41), Castres, avec son équipe fortement remaniée, se devait, pour ce match délocalisé à Toulouse, de réussir un bon résultat sous peine d’être quasiment éliminé de la compétition européenne.

Forte de son succès bonifié (24-15) contre Glasgow, Northampton et sa pléiade d’internationaux (13 au coup d’envoi) tenait à s’accrocher aux places de tête, après le succès de l’Ulster contre Glasgow (19-8).

Avec deux jours de moins de récupération, les Saints de Jim Mallinder, faibles en conquête, subissaient les premières attaques des Castrais.

Un premier essai de Bonnefond à la conclusion d’une action lancée par un coup de pied de décalage de Talès pour Martial sanctionnait la domination du CO (7-6, 8e).

Si l’actuel leader du championnat anglais se rapprochait grâce à deux pénalités de Myler (17, 24) quand Castres pliait légèrement, les hommes du duo Travers-Labit terminaient la première période plus fort et s’assuraient une avance de sept points (13-6) à la pause.

En infériorité numérique après le carton jaune de Mujati (antijeu), Northampton subissait la loi du CO. Claassen concrétisait la domination après quatre mêlées à cinq mètres (18-6, 52e).

Après un essai opportuniste de George Pisi (60e), les Tarnais résistaient aux derniers assauts de Northampton lors d’une fin de match haletante.

Coupe d’Europe : Castres commence par une lourde défaite en Ulster

Logo Heineken CupCastres a commencé sa campagne de Coupe d’Europe par une lourde défaite sur le terrain de l’Ulster, finaliste l’année dernière et vainqueur avec le point de bonus, 41 à 17, vendredi à Belfast.

Les Irlandais ont marqué quatre essais par Trimble (8), Marshall (22, 42) et Pienaar (80) contre deux aux Français inscrits par Andreu (32) et Garvey (51). Jackson et Teulet ont complété la marque au pied.

Jamais menacé, l’Ulster menait déjà largement à la mi-temps 23 à 10.

Les Castrais, qui ne s’attendaient pas vraiment à réussir un exploit si l’on en croit la composition de leur XV de départ où manquaient plusieurs joueurs majeurs, ont été submergés par les vagues offensives de l’Ulster en début de match.

L’ailier international Trimble a d’abord aplati en coin après une percée de l’arrière néo-zélandais Payne.

Un quart d’heure plus tard, le demi de mêlée Marshall, titulaire à la place de la star Ruan Pienaar, ménagé car il venait juste de rentrer du Four Nations avec l’Afrique du Sud, a creusé l’écart en marquant grâce à un coup de pied à suivre pour lui-même.

En tête 20 à 3 après 22 minutes de jeu, les Irlandais avaient déjà pris une option sur la victoire.

Tenant bien le coup devant, Castres est revenu au score avant la pause grâce à un essai de l’ailier Andreu, superbement servi d’une longue balle au pied par l’ouvreur Bernard.

Mais au retour des vestiaires, ils ne sont jamais parvenus à se rapprocher suffisamment pour mettre en doute le résultat final, malgré l’essai de Garvey, passé au milieu d’une défense irlandaise pour une fois poreuse.

Les Français ont tenté de serrer les rangs en défense en fin de match pour priver l’Ulster du bonus. Mais Pienaar, entré en jeu pour les vingt dernières minutes, a ruiné leurs efforts en concluant par un essai près des poteaux une contre-attaque irlandaise dans les arrêts de jeu.

Toulouse a eu chaud !

Les Toulousain s’en sortent in-extremis face au CO ! Image Courrier-picard.fr

Rory Kockott, auteur de tous les points du Castres olympique, a mis la pression sur Toulouse en signant le premier essai du Championnat à la 55e minute, donnant un avantage de quatre points aux visiteurs après transformation (19-15). La rencontre s’était résumée jusqu’alors à un duel au pied entre le demi de mêlée sud-africain et Lionel Beauxis pour une marque à la pause à l’avantage du Stade Toulousain (15-9). Kockott s’est échappé au ras et slalomé une trentaine de mètres dans la défense toulousaine avant d’aplatir, malgré Vincent Clerc. L’ailier français avait su rattraper Maxwell Evans dans le money time de la demi-finale le 2 juin dernier contre ces mêmes Castrais (25-15), mais le SudAf lui a échappé, comme à Clément Poitrenaud.

Matanavou en sauveur

Comme un clin d’oeil, c’est de Timoci Matanavou qu’est venue la libération pour le Stade. Le Fidjien avait aplati le dernier essai de Toulouse la saison dernière lors du dernier match de la saison régulière, contre Montpellier (20-13). Servi par Edwin Maka (cousin de Finau Maka), à la limite de l’en-avant, il a trouvé l’ouverture à 10 minutes du coup de sirène (23-22, 70e). Malgré une supériorité numérique dans les dernières minutes (carton jaune pour Lamboley, 75e) et une tentative de drop de Bernard (78e), les Castrais n’ont pas su marquer pour s’offrir un premier grand coup dans cette saison 2012-2013. Le CO n’a plus gagné à Toulouse depuis 34 ans, tandis que le Stade reste invaincu sur sa pelouse en deux ans et demi.
 «On est jamais très loin mais on ne gagne jamais, a soupiré Matthias Rolland, le capitaine castrais au micro de Canal+. On  prend un essai un peu bête à la fin. On aurait gagné, ça n’aurait rien changé pour la suite mais ça aurait marqué les esprits.» «On ne démérite pas, enchaîne  Pierre Bernard. Des détails font la différence. Mais ça ne change rien à nos objectifs de la saison.» Un drop manqué, des occupations sans marquer, un peu de fébrilité dans un match où l’arbitre a sifflé une trentaine de fautes… Tout cela contribue à expliquer cette défaite sur le fil, face à un Toulouse pas ravi de sa performance, à l’image de Thierry Dusautoir. «On a bien failli perdre ce match. Les Castrais étaient au niveau auquel on les attendait, mais nous avons fait beaucoup de fautes. Il faut qu’on modifie nos attitudes et qu’on soit plus disciplinés.»
Source : Lequipe.fr