Comme des Chiefs !

Les Chiefs emmenés par Taumalolo et SBW remportent pour la première fois le Super XV. Photo : Lequipe.fr


Les Chiefs ont remporté la finale du Super Rugby en dominant largement des Sharks qui jouaient le match de trop (37-6).

Champions du monde en 2011, les Néo-Zélandais sont aussi champions du Super Rugby en 2012 grâce à la victoire des Chiefs de Waikato qui ont inscrit leur nom pour la première fois au palmarès de la compétition. Les Chiefs se sont imposés dans une finale qui aura finalement été à sens unique (37-6) face à des Sharks exangues. Pour Frédéric Michalak et son gang de requins, c’était probablement le match de trop. Les quelques 40 000 kilomètres avalés depuis les barrages pesaient très lourd dans les jambes sud-africanes, trop lourd. Les Sharks ont bien fait illusion durant les vingt premières minutes, le temps de montrer que leur organisation défensive était bien en place. Mais face à l’enthousiasme de la jeunesse d’Hamilton, les bonnes intentions ont vite volé en éclat.

Pour son dernier match avec la franchise de Waikato, Sonny Bill Williams n’a pas tardé à se mettre en lumière. Le centre est partout, surtout dans la défense adverse. Après avoir cassé deux plaquages, il offre un ballon d’essai à la flèche Nanai-Williams pour un premier essai (19e, 7-3). Le reste de la rencontre ne sera qu’une lente agonie pour des Sharks qui n’auront jamais été aussi maladroits au cours de leur saison. Menés 13-3 à la pause, les coéquipier de Frédéric Michalak avaient peut-être quelques illusions sur leur capacité à revenir dans la finale. Las, le retour tonitruant des Chiefs les calmait immédiatement. Dès la 46e, Thompson inscrivait un essai en force qui récompensait la longue pression exercée par les locaux devant la ligne adverse (20-3). A l’heure de jeu, Masaga qui venait d’entrer en jeu, tuait le match d’un essai en contre venu d’un nouveau plaquage de Sonny Bill Williams (62e, 27-6).

Les plaquages, voilà bien un domaine où les Sharks ont été défaillants… Dominés de la tête et des épaules par des Chiefs euphoriques, ils ne pouvaient que regarder, impuissants, Sonny Bill Williams parachever son oeuvre d’un plongeon entre les perches (78e, 37-6). Le Super Rugby compte un nouveau champion et il a bien fière allure.
Bertrand Lagacherie

Source : Lequipe.fr

Publicités

Super 15 : le point sur la première journée

Malgré l'arrivée de leur nouvelle star Sonny Bill Williams, les Chiefs ont été défaits à domicile dès la première journée par leurs voisins des Highlanders

Lions vs. Cheetahs : 27-25

Portés par un excellent Elton Jantjies, auteur de tous les points de son équipe et de la pénalité de la victoire à sept minutes du coup de sifflet final, les Lions ont débuté leur saison par une victoire face aux Cheetahs.

Stormers vs. Hurricanes : 39-26

Accrochés par les Hurricanes pendant une heure, les Stormers se sont échappés dans les dernières minutes pour entamer la saison de Super 15 de la meilleure des manières, avec notamment des essais de Gio Aplon et Siyo Kolisi.

Waratahs vs. Reds : 21-25

Les Reds, tenants du titre, se sont imposés à la dernière seconde chez les Waratahs (21-25) samedi lors de la 1ere journée de Super 15. Vendredi, les Sharks de Michalak (aucun point) avaient chuté contre les Bulls.

Chiefs. vs. Highlanders : 19-23

Bien que menés en première période, les Highlanders ont trouvé les ressources pour dominer les Chiefs (19-23) à l’extérieur.

Bulls vs. Sharks : 18-13

Pour leur entrée dans la saison 2012 du Super XV, les Sharks de Frédéric Michalak se sont inclinés sur la pelouse des Bullsn, portés par Morne Steyn, auteur de tous les points de son équipe.

Source : rugby365.fr

Super Reds !

Will Genia homme du match de cette magnifique finale !

Leaders de la saison régulière, les Queensland Reds ont confirmé leurs excellentes dispositions de l’année 2011 en remportant samedi à Brisbane leur premier titre en Super Rugby après avoir pris le meilleur sur les Canterbury Crusaders (18-13) en finale. Devant leur public du Suncorp Stadium, les Australiens ont pu compter sur le talent de Ione et Genia pour faire chuter Carter et les siens.

La finale de rêve a tenu toutes ses promesses. Le choc des Titans entre les Queensland Reds et les Canterbury Crusaders a donné lieu samedi à une orgie de rugby conclue par le premier titre de la province australienne en Super Rugby. Devant leur public du Suncorp Stadium de Brisbane, Quade Cooper et les siens ont remporté (18-13) un sommet d’ovalie qui vient confirmer le changement de statut d’une formation passée eu deux ans de la treizième place du défunt Super 14 aux sommets du Super 15. Leaders tout au long de la saison régulière, les Reds placent là une cerise de choix au sommet de l’alléchant gâteau élaboré en 2011.

Pour un coup d’essai, les Australiens ont donc réalisé un coup de maître. Novices à ce niveau de la compétition, les Maroons ont su imposer leur loi face aux expérimentés Crusaders, recordmen de victoires en Super Rugby avec sept sacres. Avec un mérite évident puisque les Néo-Zélandais s’illustrent dans un premier acte qu’ils dominent stérilement. Jusqu’à ce que Dan Carter justifie son statut de star mondiale du rugby. Le All-Black tape pour lui-même et récupère un ballon qu’il s’en va aplatir entre les perches avant de transformer (7-3, 34e). Le duel stratosphérique des 10 a bel et bien commencé, Quade Cooper se chargeant, grâce à deux pénalités (32e, 38e), de maintenir les Reds au contact à la pause (7-6).

Les bijoux de Ione et Genia

Si le premier acte est animé mais pauvre en points, le second est d’un tout autre acabit. Alors que les Crusaders semblent sûrs de leur force et creusent un peu plus l’écart grâce à une pénalité de l’inévitable Carter (10-6, 49e), les Reds prennent une première fois les devants. Et de quelle manière. Digby Ione donne l’impression de franchir le mur du son pour transpercer la défense néo-zélandaise et signer le premier essai des siens (13-10, 51e). Carter profite d’un hors-jeu adverse pour égaliser (13-13, 56e). Le sort de la rencontre est incertain et aucune des deux équipes ne semble disposée à abdiquer.

Entre alors en ligne de compte la fraîcheur physique et sur ce plan, les Reds semblent mieux armés et le prouvent au cours d’une fin de partie qui tourne à leur avantage. Après un essai refusé à Rob Simmons pour un en-avant (59e), le salut des Reds vient finalement de Will Genia. Le demi de mêlée brille de mille feux lorsqu’il feinte la passe de ses 40 mètres, crochète Carter avant de sortir les canes et d’aplatir au terme d’une course folle de 60 mètres (18-13, 68e). Les coups de pied ratés par Cooper dans les dernières minutes n’empêchent pas Ewen McKenzie, deux ans après son éviction du Stade Français et après deux finales perdues avec les Waratahs, de remporter son premier titre en Super Rugby. Et les Crusaders, désireux de l’emporter en hommage aux disparus du tremblement de terre de Christchurch en février dernier, de verser quelques larmes…

Source : Sports.fr


Quade Cooper fait son one man show

Le style racé, la tête haute, des feintes de passes d’un autre siècle, passes sautées, c’est un vrai récital que nous a proposé en demi-finale du Super 15 le jeune ouvreur des Queensland Reds. Le jeune et prodigieux numéro 10 australien nous rappelle les anciennes gloires de ce sport, Serge Blanco, Jonathan Davies (première partie), David Campese, Mark Ella… On peut en revanche se poser des questions sur la défense des Blues qui a l’air quand même très naïve face aux facétie du jeune australien.

 

Michalak is Back !!!

Retour gagnant avec les Sharks pour Fred Michalak

La presse sudiste est unanime la France possède  avec Fred Michalak un super ouvreur !

Moribond à Toulouse où il a essuyé alternativement le banc de touche et les gradins de la tribune d’honneur Fred Michalak retrouve de sa superbe dès qu’il enfile la tunique noire des Sharks. Lors de son premier match de Super Rugby en tant que titulaire contre les Bulls, les éternels rivaux des Sharks, l’ouvreur français à fait valoir tout son talent claquant un magnifique drop des 40 mètresà la huitième minute. Rien de tel pour se mettre en confiance ! L’ancien numéro 10 du Stade toulousain et du XV de France réussira également une pénalité et une transformation en coin. Pas mal pour un joueur dont on disait qu’il était fragile dans cet exercice.

Au-delà des quelques gestes spectaculaires dont il a le secret, Fred a réussi un match plus qu’honorable pour une première sortie, très complet aussi bien en défense qu’en attaque. Le contraste est tellement saisissant qu’on se demande si on parle bien du même Michalak que celui qui jouait dans le Top 14 ? Quand on voit un tel talent on comprend mieux la confiance presque aveugle de Bernard Laporte en ce joueur. L’ancien secrétaire d’état souhaitait faire de l’ouvreur français son leader de jeu au Stade français. Il semblerait cependant que le jeu instinctif de Fred Michalak, ses appuies soit plus fait pour un style de jeu façon Super Rugby que dans un jeu européen beaucoup plus calculateur. Aussi compétent soit-il le staff toulousain a probablement eu tort de vouloir l’utiliser en 9. Fred Michalak est un ouvreur, c’est ainsi que lui le sent. Pourquoi vouloir l’utiliser autrement. Il fait parti de ce type de joueurs un peu artistes qui ont besoin d’être mis en confiance pour pouvoir s’exprimer.

Alors à 29 ans le toulousain a encore un bel avenir devant lui.

Super Rugby : Les plus beaux essais de la 1ère journée

Rien à redire sur l’intensité du Super Rugby. Si le match Angleterre – France d’hier fut intense, on est loin de la qualité de l’hémisphère sud pour ce qui est des courses et du jeu de passe. Bien sûr il est difficile de comparer deux compétitions qui n’ont rien à voir. Mais cela pose la question de l’intérêt de faire jouer les matchs sur des terrains boueux. En ce sens l’initiative du Racing qui propose une pelouse synthétique et un toit va dans le bon sens.