Coupe d’Europe : La gratin pour Castres !

L’ERC a procédé cet après-midi au tirage au sort de la prochaine Coupe d’Europe dont la finale aura lieu au Stade de France. Les clubs français seront donc les clubs à abattre. Castres, qui n’a joué qu’une seule fois les phases finales de la Coupe Heineken, hérite d’une poule à la hauteur de son nouveau statut !

 

Poule 1

Castres aura fort à faire dans cette poule 1. Les Tarnais retrouvent les Northampton Saints, vice champion de l’Angleterre et vainqueur de l’édition 2000 de la compétition continentale. L’affrontement entre le champion de France et les triple champions d’Europe du Leinster, récent vainqueurs du Challenge européen, vaudra son pesant d’or. Les Gallois des Ospreys complètent cette Poule 1.

Poule 2

Toulon aura une poule a priori plus abordable, ils croiseront sur leur chemin leurs bourreaux de la finale de Challenge européen 2010 les Cardiff Blues. Les Glasgow Warriors et les Chiefs d’Exeter tenteront de sortir de réaliser l’exploit face au nouveau Champion d’Europe.

Poule 3

Toulouse semble se diriger vers un mano a mano avec les Saracens de Londres. Les Zèbres, bons derniers du Pro12 (ex-ligue celte) et la province irlandaise du Connacht arbitreront ce duel entre Londoniens et Haut-Garonnais.

Poule 4

Clermont et le Racing ont l’habitude de se retrouver en Coupe d’Europe, ce sera encore le cas la saison prochaine. Les deux clubs français héritent d’une poule particulièrement alléchante avec les Harlequins de Londres et la franchise galloise des Scarlets.

Poule 5

Montpellier, auteur d’un recrutement quatre étoiles, aura également le droit à de belles confrontations. Les Héraultais retrouveront les Leicester Tigers, champion d’Angleterre, la province irlandaise de l’Ulster. Les Italiens du Benetton Trévise tenteront, comme ils en ont l’habitude, de déjouer les pronostiques.

Poule 6

Perpignan voit se profiler deux belles affiches face aux irlandais du Munster, double champion d’Europe, Edimbourg et Gloucester seront les autres adversaires que retrouveront l’USAP sur sa route.

Vidéo : Les plus meilleurs moments de la Coupe d’Europe

Voici une petite vidéo très sympa des meilleurs moments de la Coupe Heineken 2013 proposée par le site internet RugbyVids qui s’est spécialisé dans le montage des moments forts des grandes compétitions internationales et nationales de rugby à XV. Je vous laisse apprécier ces magnifiques images.

Un Castres olympique assomme Clermont !

C’est finalement Castres qui aura l’honneur de « monter » à Paris pour essayer de décrocher le précieux bouclier de Brennus. Les Toulonnais, fort d’un nouveau titre de champion d’Europe, seront bien sûr favoris de la finale. Cependant, les Varois devront se méfier grandement de leurs adversaires tarnais. Les Castrais ne sont pas arrivés en finale du Top 14 par hasard. L’année dernière déjà le CO avait été sur le point de rejoindre les Toulonnais en finale. Les joueurs castrais avaient bien failli faire sortir l’ogre toulousain sur les terres de ce dernier.

Une domination outrageuse de la mêlée tarnaise

La domination des Tarnais sur les Auvergnats fut sans conteste. A l’image du Stade Toulousain hier, Clermont était méconnaissable, on a du mal à imaginer que cette même équipe a malmené tous ces adversaires 9 mois durant. Visiblement, les joueurs du Puy-de-Dôme ont eu du mal à encaisser leur courte défaite en finale de Coupe d’Europe. La victoire des Castrais a été nette et sans bavure, la domination fut totale. L’aspect le plus frappant fut bien sûr l’outrageuse domination du paquet d’avant tarnais en mêlée sur sa rivale du jour.

Un Rory Kockott étincellement 

Le match dans le match entre les deux numéro 9, Rory Kockott et Morgan Parra, tourna très largement en faveur du demi-de-mêlée sud-africain, auteur de 20 points ce samedi. Comme un symbole le centre Wesley Fofana, brillant toute la saison, a commis une grossière erreur en récupérant un ballon qui n’était plus jouable suite à un en-avant commis par l’un de ses équipiers sous les poteaux ; ce qui permit au Castres Olympique de maintenir son adversaire à distance. La prestation du vis-à-vis de Wesley Fofana a été en revanche impeccable : Romain Cabanes chipa un ballon qui était adressé au centre international français pour marquer un essai en contre de 80 mètres. Un coup de poignard dont les Jaunards n’auront pu se remettre.

Cette équipe de Castres composée de joueurs aussi talentueux que Forrestier, Samson, Capo-Ortega, Diarra, Claassen, Kockott, Talès, Andreu ou Dulin, pour n’en citer que quelques uns à fière allure. De là à faire tomber en finale le Rugby-Club Toulonnais ?

Mister Rugby

Coupe d’Europe : Estampillée Top 14 !

Cette quatrième finale de Coupe d’Europe 100% française entre les deux nouveaux géants du championnat avait des allures de matchs de Top 14 : Malgré les trois essais inscrits les défenses et les buteurs ont pris le pas sur l’attaque. Même si la victoire toulonnaise s’est dessinée dans les vingt dernières minutes, les rouges et noirs de la rade ont vraisemblablement construit leur victoire en première mi-temps durant laquelle la défense toulonnaise fut intraitable. Je suis surpris d’entendre un commentaire d’une personne aussi avisée que ne devrait l’être Pierre Villepreux qui prétendait que l’ASM Clermont-Auvergne aurait dû jouer d’avantage en première mi-temps ! Comme si les jaunards n’avaient pas essayé ! Ils se sont heurté à une redoutable défense varoise qui n’était pas sans me rappeler celle du XV de France sous l’ère Laporte.

Cette finale s’est apparentée à une joute du championnat domestique aussi parce que les score entre les deux équipes était très serré et que comme en Top 14, tout s’est joué dans le money time. Sur l’action de la dernière seconde j’ai même vu dans ma tête les Clermontois filer à l’essai, les supporteurs clermontois exploser de joie  et Aurélien Rougerie soulever cette Coupe d’Europe. Avant de me rendre compte que la passe de Sivivatu était mal ajustée et que finalement ce sont les Toulonnais qui peuvent exulter !

On ne peut qu’applaudir ces toulonnais qui ont réalisé une très belle prestation dans la compétition continentale et qui ont su déjouer les pronostiques. Il s’agit du premier titre des Varois qui avaient échoué à maintes reprises. Certains pourront décrier la victoire d’un rugby commercial, d’une vision friquée de notre sport au dépend de notre XV national. Je ne partage pas ce point de vue. Le rugby est devenu un sport professionnel. Je puis vous assurer en écoutant les commentaires des speakers des télévisions britanniques qu’on nous envie ces effectifs pléthoriques des clubs français. En foot, le Barça, le Real Madrid, Manchester United et le Milan AC n’auraient pas un tel palmarès sans avoir eu recours à la main d’œuvre étrangère. Même les franchises NBA qui ont très longtemps fonctionné avec des effectifs essentiellement composés de joueurs américains font désormais appel à des joueurs venus des quatre coin du monde (avec notamment une belle colonie de joueurs tricolores). Le rugby vit avec son temps et le XXIème siècle est celui de la mondialisation. Cela sera-t-il défavorable au XV de France ? Pas forcément ! Pour continuer le parallèle avec les autres sports, je soulignerai que les États-Unis continuent de dominer la planète de la grosse balle orange et les Espagnols sont rois au pays des manchots ! Certains me disent qu’il y a peu de joueurs français sur la feuille de match mais avec Toulon, Clermont et Montpellier qui ont disputé les phases finales de la Coupe d’Europe un grand nombre d’hexagonaux ont connu le très haut niveau. Cependant, la Ligue doit continuer son travail en renforçant les quotas de JIFF, je pense qu’on arrivera ainsi à un bel équilibre !

Je ne pourrai pas terminer ce post en ayant une pensée particulière pour les Clermontois qui doivent être aussi déçus que les Toulonnais sont heureux. Ils ont réalisé de très belles choses et auront l’occasion de rebondir, car l’ASM Clermont-Auvergne n’est pas seulement une pléiade d’internationaux, c’est aussi un grand club qui ne cesse de se structurer depuis bientôt 20 ans et dont la démarche n’est pas sans me rappeler celle du Stade Toulousain quadruple champion d’Europe.

Mister Rugby

Top 14: Toulon et Clermont se relèvent avec éclat

Le leader du Top 14 Toulon et son dauphin Clermont, qui traversaient une passe difficile en championnat, ont répondu brillamment aux critiques en écrasant respectivement Montpellier (51-6) et Mont-de-Marsan (56-3), samedi lors de la 18e journée.

Chacune ayant décroché le bonus offensif, les deux équipes sont toujours séparées de six points. Le grand perdant de la journée est donc Toulouse, battu 19-18 à domicile face à Perpignan vendredi soir et qui décroche de la course à l’accession directe aux demi-finales, à cinq points de Clermont.

Toulon, humilié à Bordeaux samedi dernier (41-0), a livré un récital face à Montpellier, avec cinq essais à la clé. Ce succès permet aussi de retrouver le sourire après avoir essuyé des turbulences en interne, notamment à propos de la prolongation de contrat des entraîneurs adjoints Pierre Mignoni et Olivier Azam. Montpellier, de son côté, a été totalement étouffé, loin de la belle copie rendue face à ce même RCT en Coupe d’Europe il y a un mois (23-3). Le MHR voit sa 4e place sous la menace de Castres, qui affrontait Biarritz à Aguilera à partir de 20h40. Clermont, battu lors de ses deux dernières sorties, a imité avec brio le RCT en faisant du petit bois de la lanterne rouge, marquant sept essais. Sans ses internationaux (Fofana, Domingo, Kayser, Debaty), l’ASM n’a jamais été inquiété et peut aborder en confiance ses deux prochains matches, à l’extérieur, à Grenoble puis au Stade Français.

Derrière, la course aux barrages est toujours aussi serrée. Grenoble (6e) s’est réveillé face à Agen (27-13) après avoir largement perdu ses deux derniers matches. Il était temps car le rythme de ses concurrents ne faiblit pas. Ainsi, le Racing-Métro a enchaîné un cinquième succès d’affilée, contre Bayonne (15-10) et malgré le premier essai en 18 mois du Néo-zélandais Joe Rokocoko.

Et le Stade Français (9e) a conservé son invincibilité à domicile en venant à bout de Bordeaux-Bègles (30-14), en dépit de l’exclusion pour injure en première période de son capitaine Sergio Parisse. En bas de tableau, les défaites de Bayonne (11e), Bordeaux-Bègles (12e), Agen (13e) et Mont-de-Marsan (14e) ont donc figé les positions.

Clermont qui rit, Clermont qui pleure

Les Auvergnats archi-dominateurs en Coupe d’Europe sont tombés sur plus forts qu’eux en championnat. Les Catalans réalisent une belle performance en battant à la régulière leurs anciens rivaux auvergnats. Toulouse en profite pour récupérer l’une des deux premières places qualificatives pour les demi-finales. 

Perpignan – Clermont : 26-19
Les Catalans réussissent la belle performance de la soirée en s’imposant à domicile contre le deuxième du championnat. Auteur pourtant de solides quarante premières minutes, l’ASM a subi en fin de match encaissant deux pénalités de Hook (20-19 puis 23-19) avant qu’un drop de Mélé dans les dernières minutes ne viennent donner la victoire à l’USAP. Ce résultat permet à Perpignan de se relancer au classement tandis que Clermont cède sa deuxième place à Toulouse.

Stade Français – Grenoble : 35-6
Cette fois-ci, il ne se sont pas loupés. Pour sa quatrième opposition face aux Grenoblois, les Franciliens ont fait régner leur loi à Charléty même si tout n’a pas été simple. Bousculés en début de match, les Parisiens se sont retrouvés menés (0-6) après deux pénalités de Pélissié. La suite n’est qu’une démonstration de l’envie parisienne qui a inscrit quatre essais, deux par période, Dupuy s’occupant de valider les transformations (3/4) et pénalités pour son équipe. Avec le point du bonus offensif en poche, le Stade Français garde ses rêves de demi-finale intacts.

Toulon – Mont-de-Marsan : 15-9
Restant sur deux revers successifs contre le Racing en Top 14 et Montpellier en H Cup, les hommes de Bernard Laporte se devaient d’assurer, au moins, le bonus offensif face à la lanterne rouge chez eux à Mayol. Peine perdue ! Le RCT s’est vu offrir une très belle opposition de la part de Mont-de-Marsan qui a empoché un bonus défensif mérité au prix d’une énorme défense durant tout le match. Masoe et Palisson ont tous les deux inscrit un essai en première période mais cette victoire n’a de rassurant que le nom.

Bordeaux-Bègles – Racing : 15-22
L’absence des leaders Szarzewski et Estebanez, suspendus, n’a pas tant gêné que cela les Franciliens en Gironde où ils ont réussi à s’imposer pour empocher leur troisième victoire de rang. Malgré une première période maladroite qui a vu Bordeaux mener rapidement 6-0 grâce à deux pénalités de Lopez dans les dix premières minutes, le Racing a su faire respecter son rang de favori grâce à notamment un essai de Dumoulin à la 57eme minute. Il faudra bien plus que ça pour les Bordelais dans leur mission maintien, même si les bases de l’espoir sont posées.

Agen – Montpellier : 9-13
Être en infériorité pour mieux dominer. C’est la leçon du soir offerte par Agen ! Réduit à 14 après l’expulsion contestée de Seymour pour une charge aérienne sur Trinh-Duc (22e), les Agenais ont su résister face aux Montpelliérains, incapables de tirer parti de leur avantage numérique. Les trois pénalités de Barnard ont eu le don de garder la tête du SUA hors de l’eau mais ce sont bien les Héraultais qui repartent vainqueurs pour rester au contact du haut du tableau. Du côté de l’Atlantique, l’obtention du bonus défensif paraît être une bien maigre consolation alors que l’équipe reste aux portes de la Pro D2.

Toulouse – Biarritz : 19-14
Toulouse a clôturé la journée par une victoire à l’arraché car Biarritz a bien failli mettre un terme à la série de 38 victoires à domicile des Rouge et Noir. Alors qu’ils menaient 16-8, les partenaires de Vincent Clerc, qui est sorti sur blessure, ont vu les Biarrots revenir petit à petit (16-11 puis 16-14). Finalement, le Stade Toulousain a tenu son maigre avantage (19-14) et reprend la deuxième place au classement à Clermont. Mais la prestation ne devrait pas rassurer Guy Novès, le manager toulousain, puisque les Biarrots n’ont pas été loin d’inscrire trois essais en seconde période.

Source : www.rugby365.fr

Fortunes diverses pour les clubs français en coupes d’Europe

La dernière journée des matchs de poules aura lieu demain. Bien qu’on ne sache pas encore exactement le nombre de clubs français engagés en quart-de-finales ont peut avancer que la campagne européenne aura été fructueuse pour les Français. 

Montpellier a joué avec le cœur d’un club orphelin de son ancien entraîneur, le regretté Eric Béchu, décédé cette semaine. Le plus bel hommage que le club ait pu faire est bien cette première qualification en quart-de-finale de la Coupe d’Europe obtenue après une magnifique victoire (23-3) face à Toulon. Les Toulonnais devront attendre dimanche pour savoir si oui ou non, ils joueront leur quart-de-finale à domicile. Le RCT, qui vient d’accuser deux défaites en trois matchs, se trouve toutefois en ballottage favorable pour recevoir en quart, ce qui est bien sûr un avantage considérable. Clermont est le troisième club qualifié. Les Clermontois font encore mieux que le MHR et le RCT puisque le club auvergnat a remporté tous ces phases de poules. Non content d’être invaincu à domicile, les jaunards viennent d’aller arracher avec la manière leur troisième victoire à l’extérieur en allant s’imposer face à la franchise galloise des Scarlets de Llanelli sur le score de 29 à 0 ! Les Clermontois ont désormais la garantie de recevoir lors des quart-de-finales et se présentent désormais comme des favoris de la compétition phare européenne aux côtés des Saracens, des Harlequins et du RC Toulon.

Le Stade Toulousain pourrait imiter Clermont, Toulon et Montpellier, les Haut-Garonnais doivent réussir l’authentique exploit d’aller s’imposer au Welford Road chez les terribles Tigres de Leicester. Un match nul serait également suffisant à leur bonheur. Une défaite bonifiée pourrait offrir une place hypothétique de meilleur deuxième… Autant ne pas trop compter sur ce point de bonus défensif. Le match de demain entre les deux clubs qui a eux deux pèsent 6 titres de champions d’Europe vaudra son pesant d’or !

Le Racing et Castres bien qu’ayant tous les deux fait une campagne européenne plus qu’honorable sont désormais éliminés de toute compétition continentale. Tarnais et Franciliens pourront se concentrer sur le Top 14. En effet, les deux clubs sont toujours dans la course aux phases finales.

Enfin Biarritz bien qu’éliminé de la grande Coupe d’Europe après sa défaite à domicile face aux Harlequins pourra se consoler en jouant les quarts du Challenge européen. En effet, ils se sont qualifiés in extremis après la défaite surprise des Saints de Northampton à Glasgow.

Le BO pourrait retrouver un autre club français puisque l’USAP, qui termine première de sa poule devant les Worcester Chiefs, s’est qualifié pour les quarts du Challenge européen. Le Stade français s’est également qualifié après sa victoire lors du match délocalisé à Valencienne face aux London Welsh mais aura la difficile tâche de jouer son quart-de-finale à Bath.