All Blacks vs. France : Nous ne raterons ça pour rien au monde !

Chaque sport possède un derby qui lui assure sa renommée. En football les Espagnols l’ont appelé El clasicó ! Bien sûr que Néo-Zélandais et Français entretiennent d’autres rivalités avec d’autres nations. La Bledisloe Cup entre les All Blacks et leurs voisins australiens nous a donné lieu à quelques (très) beaux matchs. La rivalité entre les deux géants du sud, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud, nous réserve des matchs captivants. Que dire des crunchs entre Anglais et Français ? Toutefois, cette concurrence historique entre rosbifs et froggies va bien au delà du rugby et même au delà du sport.

La rivalité Nouvelle-Zélande – France, au contraire, ne concerne que le rugby. C’est bien cela qui les rend aussi puissants, aussi uniques. Les deux pays n’ont rien en commun, ils sont de tailles différentes, n’ont pas de rivalité historique, n’ont jamais entretenu de relation Mère-Patrie/Colonie et ne partagent pas non plus de frontières. Le clasicó de l’ovale est seulement sportif. Même lors de l’affaire Rainbow Warrior, les enjeux sont restés sur le terrain. Il y eut bien quelques journalistes qui tentèrent de lancer vainement des polémiques autour des matchs notamment après l’affaire Bastareaud. Rien de plus.

La vérité, c’est que les deux équipes s’apprécient. Les All Blacks ont énormément de respect pour ces Bleus qui les ont fait tombés plusieurs fois en Coupe du Monde alors qu’ils étaient grands favoris, ils adorent ce côté latin décalé, ils sont amants du beau-jeu à la française et redoutent la fierté combattante des tricolores, avec en point d’orgue le souvenir de la fameuse « bataille » de Nantes en 1986. Les Français reconnaissent les All Blacks, comme la meilleure équipe au monde, parfois arrogants face aux autres nations européennes, les Bleus font preuve d’une grande humilité à chaque fois qu’ils rencontrent les hommes en noir, de peur sans doute de se prendre 60 points.

Alors ne ratez surtout pas ce trophée Dave Gallaher, du nom d’un soldat néo-zélandais tombé lors de la Première Guerre Mondiale. Ces tests-matchs entre Bleus et All Blacks ont contribué à la légende de notre sport !

USAP vs. Bayonne : la saison des marrons


La rencontre entre l'Aviron bayonnais et l'USAP a été entachée de nombreux incidents

Distribution de marrons, de caramels, de pruneaux sur les terrains du Top 14 Orange. La rencontre entre Perpignan et Bayonne deux clubs à la recherche de bons victoires fut particulièrement houleuse. Loin de vouloir jeter la pierre à Grégory Lecorvec reconnaissons tout de même que celui-ci n’a rien d’un enfant de choeur. Les phases finales approchent, vu le tableau et le nombre de prétendants aux phases finales ce type de match risque malheureusement de se reproduire. Résultat : Remy Martin, Gregory Le Corvec, David Marty, et Aretz Iguiniz regarderont les prochains matchs depuis les tribunes. La LNR préfère rester intransigeante pour ce que genre de match ne se multiplie pas à l’approche des phases finales. Du coup,  l’USAP se met en difficulté toute seule à alors que se profile l’un des matchs les plus importants de son histoire. Dans de telles conditions le derby basque à Anoeta entre le Biarritz Olympique et l’Aviron Bayonnais ce week-end s’annonce comme un match à haut risque. Au moment où le XV de France traverse l’une des plus grave crise de son histoire, il serait bon que le Top 14 donne une autre image s’il ne veut pas donner au grand public une image super négative de notre sport. Car les médias, surtout ceux qui se désintéressent du rugby tout au long de l’année, adorent ce genre de séquences qui tournent ensuite en boucle sur les chaînes d’infos en continue telle que BFMTV ou I-Télé.