Les droits du Top 14 au centre de tous les regards

Canal+ détient les droits télé du Top 14 jusqu’en 2016. La LNR peut cependant dénoncer le contrat cette année.

Par Fabienne Schmitt et Christophe Palierse

Le Top 14, c’est terminé pour cette saison : la finale qui a consacré Castres champion de France a atteint, samedi, des records d’audience. Mais, en coulisse, c’est un tout autre match qui pourrait commencer. Car les propos tenus la semaine dernière dans nos colonnes par Paul Goze, président de la Ligue nationale de rugby (LNR), ne sont pas très rassurants pour Canal+, qui détient les droits TV du championnat de France de rugby jusqu’en 2016. « Notre contrat (…) comporte une option pour le dénoncer entre septembre et fin décembre », a-t-il rappelé. La Ligue nationale de rugby dispose, de fait, d’une porte de sortie au bout de deux ans, autrement dit cette année. Dénoncer le contrat signé avec Canal+ aboutirait à en renégocier les termes,et notamment le prix payé par la chaîne cryptée. Surtout, cela aurait pour conséquence le lancement d’un appel d’offres ouvert à tous pour trouver un partenaire télévisuel. A tous, donc à Canal+ naturellement, mais aussi à sa désormais grande rivale sur les droits TV : la chaîne Qatari BeIN Sport.
Pour l’heure, la LNR n’a « rien décidé » sur la dénonciation, ou pas, du contrat, confie Paul Goze. « Nous regardons », dit-il simplement. Mais c’est un regard particulièrement attentif que doit avoir la LNR sur ce dossier. D’abord, parce que tout le monde se souvient dans quelles conditions Canal+ a acquis les droits du championnat de France de rugby en 2011. Seule candidate, la chaîne cryptée avait osé limiter sa proposition à 18 millions d’euros par an pour deux matchs par journée, s’attirant les foudres de la LNR qui avait aussitôt estimé Canal+ « hors-jeu ». Finalement, la chaîne avait obtenu l’exclusivité des droits, y compris mobile et vidéo à la demande, pour 31,7 millions par an, dont 4,5 millions de part variable en fonction des audiences et de l’évolution du nombre de ses abonnés. Un montant inférieur aux 33 millions consentis par Canal+ et Orange lors du précédent appel d’offres.

BeIn Sport en embuscade

La pilule a dû laisser un goût amer à la LNR, dont on imagine mal qu’elle ne cherche pas, le moment venu, à renégocier le contrat. D’autant que les audiences des matchs de rugby sont très bonnes… et que les comptes du rugby français sont dans le rouge. Sur la saison 2011-2012, la perte nette du Top 14 atteint 13 millions d’euros (+ 3 millions d’euros sur un an). Toute rentrée d’argent serait donc la bienvenue
Reste à savoir si BeIN Sport serait intéressée. La chaîne Qatari a-t-elle contacté la LNR ? « Je ne répo ndrai pas à cette question », affirme Paul Goze, qui a tout intérêt à laisser planer l’incertitude. Pour sa part, BeIN Sport reste discrète, mais ses dirigeants disent depuis des mois qu’ils veulent diversifier les sports sur leurs chaînes, qui font aujourd’hui la part belle au football. BeIN, qui a déjà les droits de la Super League et de la NRL dans le rugby à treize, pourrait ainsi être intéressée par une compétition aussi prestigieuse que le Top 14. Pour la chaîne cryptée, l’éventuelle perte du championnat de France de rugby serait un coup très dur. Canal+ ambitionne en effet de faire du rugby le deuxième sport de la chaîne, après le football. Voilà qui promet encore un combat musclé.

Publicités

Be in Sport : Une révolution dans le sport français

Robert Lui lors d'un match entre Tigers et Saint George, la NRL devrait devenir l'un des produits phares de Be In Sport la nouvelle chaîne sportive.

L’arrivée de deux nouvelles chaînes sportives payantes dans le paysage audiovisuel français appartenant au groupe qatari Al Jazeera font grand bruit dans le monde du sport professionnel. Le Blogue de Mister Rugby essaie aujourd’hui de prévoir les conséquences de cette concurrence nouvelle entre le groupe français Canal + et les deux petites nouvelles. Le rugby peut espérer tirer son épingle du jeu… à l’unique condition de savoir se réformer en profondeur :

Be in Sport, et Be in Sport 2 ainsi devraient s’appeler les deux nouvelles chaînes sportives appartenant au groupe audiovisuel qatari Al Jazeera. On nous annonce déjà que l’arrivée de ces deux chaînes payantes gérées par Charles Biétry va considérablement bouleverser le paysage du sport professionnel français. C’est déjà vrai dans le milieu du football où les deux chaînes sont en train de faire une razzia : ils ont d’ores et déjà acquis une partie des droits de la Ligue 1, la Ligue des Champions, de la Ligue Europa et même des Euro 2012 et 2016 ! Quelles pourraient-être les conséquences pour le rugby ?

Aux dires de Charles Biétry, le rugby à XV ne l’intéresse pas pour l’instant. En revanche, l’ancien président du PSG Omnisport qui a déjà connu l’expérience du PSG Rugby League a décidé de mettre le paquet sur le rugby à XIII qui devrait être l’un des produits phares de ses nouvelles chaînes. Le nouveau directeur de la chaîne a annoncé au journal L’Indépendant «Ce sera l’un de nos produits majeurs. Je sais que le rugby à XIII est un superbe sport. Sans vouloir dénigrer le XV, on se rend compte que 15 joueurs par équipe sur un terrain, ça fait beaucoup. »  La chaîne devrait suivre tous les matchs des Dragons Catalans et un ou deux matchs de Superligue supplémentaire chaque semaine. « Mais on aura aussi la NRL (championnat australien) et le State of Origin » ajoute Biétry. Par ailleurs, les dirigeants de la chaîne sont en pourparler avec les dirigeants de la FFR13 pour diffuser les matchs de l’équipe de France. Pas question pour Charles Biétry de filmer les matchs de XIII avec 4 caméras seulement comme le faisait les équipes d’Orange Sport : « On aura les mêmes moyens que ceux que je mettrai sur le foot. » conclue-t-il.

Et le rugby à XV dans tout ça ?

Le Top 14 peut profiter de cette concurrence nouvelle à condition de se réformer.

Pour l’instant il n’intéresse pas la nouvelle venue. Et pour cause, tous les droits : 6 Nations, Coupe du Monde, Coupe d’Europe et Top 14 sont déjà distribués. En revanche, le rugby n’est pas vu comme un sport de seconde zone du côté des Qatar qui investissent actuellement tous azimuts (immobilier, mode, tourisme, sports, etc.), certains qataris aimeraient d’ailleurs créer un championnat du monde des clubs entre les meilleures formations des deux hémisphères. Cette compétition à toutefois peut la chance d’exister. Il ne serait pas surprenant de voir Be in Sport se lancer sur le rugby au moment de renégocier les droits. Pour le Top 14 Orange, l’arrivée de la chaîne qatarie arrive une année trop tard. Les clubs français auraient pu espérer une meilleure proposition et une meilleure exposition en jouant sur la concurrence entre les deux groupes Canal + et Al Jazeera.

L’enjeu du côté de Charles Biétry sera de prouver qu’il y a de la place pour un autre groupe d’envergure dans un paysage audiovisuel français au marché limité. Orange Sport et CFoot se sont cassé les dents. Eurosport n’a jamais pu faire une concurrence sérieuse au groupe Canal plus qui règne en maître. Mais les moyens d’Al Jazeera sont, eux, considérables.

Ce qui est certains, c’est que l’arrivée d’un tel groupe devrait changer la donne. On peut imaginer, par exemple, que la Ligue 1, avec l’arrivée de la nouvelle manne financière que devraient lui apporter Al Jazeera et ces nouveaux stades, qui faisait clairement figure de sous championnat prennent une nouvelle dimension plus proche des championnats allemand, anglais, espagnol ou italien. A priori, les deux nouvelles venues devraient bénéficier au rugby français, mais les résultats escomptés ne sont pas toujours au rendez-vous. Il faudra finement jouer. Il est peut être temps pour le rugby français de faire une vraie réforme en profondeur (calendrier, rénovation des stades, conquête de nouveaux territoires, etc.) pour pouvoir bénéficier pleinement de cette concurrence nouvelle. Si le rugby ne le fait pas, d’autres sports sauront saisir cette énorme opportunité.