Les Wallabies changent la donne avant la Coupe du Monde

L'ancien parisien Radike Samo réalise un grand match

BRISBANE, Australie (Reuters) – A 12 jours de l’ouverture de la Coupe du monde, l’Australie a fait sensation en battant la Nouvelle-Zélande, grandissime favori de la compétition, sur le score de 25-20 et trois essais à deux, samedi, à Brisbane.

Cette victoire permet aux Wallabies de remporter le Tri Nations pour la première fois depuis 2001.

Elle change surtout la donne et montre que les All Blacks, souvent empruntés et maladroits, ne sont pas invincibles comme si l’obligation de gagner le Mondial sur leurs terres pesait déjà sur eux.

« C’est un résultat significatif pour nous puisque nous n’avions pas réussi à le faire (ndlr: gagner le Tri Nations) depuis 2001 », a déclaré Robbie Deans, entraîneur néo-zélandais des Wallabies qui n’avait battu les All Blacks que deux fois en 14 matches.

« Nous avions eu de bonnes séquences de jeu contre ces gars dans le passé mais nous n’avions pas tenu les 80 minutes », a-t-il ajouté. « Quant à la Coupe du monde, disons que nous avons placé la barre un peu plus haut et qu’ils auront hâte de se venger », a-t-il ajouté.

Pour cette finale du tournoi des nations de l’hémisphère Sud, l’entraîneur des All Blacks, Graham Henry, avait aligné un XV qui ressemblait fort à ce qui pourrait être son équipe-type pour la Coupe du monde.

Graham Henry s’est dit davantage préoccupé par les blessures subies par les troisièmes lignes Kieran Read et Adam Thomson que le fait d’aborder la Coupe du monde après deux défaites consécutives contre les Springboks et les Wallabies.

« Ces deux défaites signifient que nous ne devons pas être complaisants avec nous-mêmes », a-t-il dit.

Sévèrement battus 30-14 à l’Eden Park d’Auckland le 6 août, les Wallabies ont pris le match à leur compte d’entrée et ont livré une première mi-temps époustouflante.

Après un premier essai refusé par l’arbitre vidéo à Adam Ashley-Cooper sur un arrachage de ballon dans l’en-but par Mils Muliaina, ils ont créé une première entaille dans la superbe néo-zélandaise au quart d’heure de jeu.

GÉNIAL GENIA

L’honneur de marquer le premier essai est revenu au demi de mêlée Will Genia qui a conclu un enchaînement de neuf phases de jeu par un départ au ras d’un regroupement sous les poteaux.

Vingt minutes plus tard, c’est le n°8 Radike Samo qui a fait éclater la défense néo-zélandaise entre Kieran Read et Dan Carter.

L’ancien joueur du Stade Français a dévoré une moitié de terrain et a résisté à une dernière tentative de plaquage en tenaille sur la ligne de Mils Muliaina et Cory Jane.

Grâce aux deux transformations et à deux pénalités de Quade Cooper, toujours majestueux dans son rôle de chef d’attaque, les Wallabies menaient 20-3 à la mi-temps.

Réduits à la portion congrue d’une pénalité de Dan Carter, les All Blacks ont tenté d’imposer une épreuve de force et d’usure à la reprise.

Une effrayante séquence de plus de 20 phases de jeu a fini par déstabiliser la défense australienne. Dan Carter a ouvert un intervalle et y a glissé le ballon à Conrad Smith dont la course à l’essai a été limpide.

A l’heure de jeu, Conrad Smith s’est transformé en passeur pour lancer le centre Ma’a Nonu à contre-pied de la défense australienne.

Avec les deux transformations de Dan Carter, les All Blacks venaient de recoller au score. Ils semblaient même en passe d’imposer leur puissance aux irrespectueux Wallabies.

Ces derniers pourtant ont trouvé les ressources physiques et mentales pour enrayer la déferlante noire.

Un autre coup de génie de Will Genia a fait basculer le match. Le demi de mêlée des Wallabies s’est échappé au ras d’un regroupement. Il a servi dans le tempo idéal Digby Ioane venu en soutien. L’ailier a offert l’essai à l’arrière Kurtley Beale.

Quade Cooper a raté la transformation puis une pénalité mais ces deux fautes de goût n’ont pas changé le cours du match.

Source : challenges.fr

Publicités

La fièvre jaune déferle sur Hong Kong !

Les Wallabies célèbrent leur victoire sur leurs rivaux Néo-Zélandais

 

C’est dans une coquille du Hong Kong Stadium à moitié vide que se déroulait la troisième rencontre entre All Blacks et Wallabies pour la Bledisloe Cup. La Mecque du rugby à 7, n’est ni Twickenham ni l’Eden Park d’Auckland, mais c’est avec ce type d’initiative que le rugby pourra devenir un sport à dimension mondiale, comme le sont le foot ou le basket aujourd’hui. Les Wallabies étaient sur une série de dix matchs sans victoire face à leurs cousins kiwis. En 18 rencontres entre les deux nations de l’Océanie qui eurent lieu ces cinq dernières années, les Wallabies n’en remportèrent que deux. Après les échecs cet été (ou plutôt cet hivers australe) à Christchurch, Sydney et Melbourne peu étaient ceux qui aurait misé un dollars sur une victoire australienne à Hong Kong. Pourtant les spécialistes et les amateurs de beau jeu ont souligné la qualité des prestations aussies, la fraicheur de leur jeune génération et l’ambition de leurs actions offensives. Alors qu’on ne voyait guère qui pouvait rivaliser avec les All Blacks à un an de la Coupe du Monde, ce succès, obtenu sur le fil grâce à un superbe essai de James O’Connor dans les arrêts de jeu, relance tout.

Quant aux néo-zélandais, auteurs d’une bonne prestation, pourront toujours se consoler avec ce succès en Bledisloe Cup, la huitième consécutive.

Certains railleront devant le peu de succès du rugby en terre chinoise, pour votre gouverne sachez que le succès des Wallabies sur les terribles All Blacks a été l’un des dix sujets les plus traité sur le réseau social Twitter aujourd’hui, tous pays et tous thèmes confondus !

Les Blacks enchaînent

Bis repetita pour la Nouvelle-Zélande qui s’est imposée lors de la cinquième journée du Tri-Nations face à l’Australie (20-10), enregistrant son quatrième succès d’affilée dans la compétition. Dominateurs mais sans plus, les All Blacks se rapprochent un peu plus de la victoire finale.

Mils Muliaina plonge pour l'essai et la victoire en Bledisloe cup

Un « petit bonus » aurait suffit. Pour valider une bonne fois pour toutes un règne sur l’hémisphère sud que personne n’oserait toutefois contester, la Nouvelle-Zélande n’avait besoin que d’un succès bonifié pour réaliser l’exploit de plier mathématiquement le Tri-Nations après seulement cinq des neuf journées. Mais samedi, dans le froid de Christchurch, les All-Blacks ne sont pas parvenus à rééditer les performances qui leur avaient permis de surclasser par deux fois une bien triste Afrique du Sud (32-12, puis 31-10), avant de balayer l’Australie la semaine passée (49-28).

Les Kiwis se sont contentés d’une petite victoire (20-10), qui leur permet tout de même de compter pas moins de 15 points d’avance alors qu’il ne reste que trois matches à l’Australie pour recoller. Des Wallabies qui ont bien cru devoir à nouveau subir pendant 80 minutes la puissance des Blacks, lorsque dès la 6e minute, Rokocoko est à l’origine d’un contre aussi magnifique que supersonique, conclu en fond de ligne par Muliaina. Le ton est donné, mais les Australiens ne s’en laissent pas compter, et Beale, parti de son propre camp, répond quasi-immédiatement (7-7, 9e).

Malheureusement, les Blacks sont intraitables et Smith vient à son tour récompenser la poussée néo-zélandaise, avec un nouvel essai en coin (14-7, 13e). Mais par la suite, la rugosité des Wallabies a raison des intentions des hommes de Graham Henry, qui se contentent alors de repousser sans trembler les assauts australiens. Giteau (18e) et Carter (35e) se répondent face aux poteaux, avant que le même Giteau et Weepu ne manquent chacun de puissance sur de longs coups de pied. La seconde période, fermée, passe trop vite pour des Australiens valeureux mais peu inspirés. Carter, à 35 mètres, se charge de clôturer le score (20-10, 69e) et de sceller la neuvième victoire de rang des All-Blacks contre les Wallabies, record de la période 1936-1947 égalé. Histoire de faire encore un peu plus peur à un peu plus d’un an de la Coupe du monde…

Source : Orange Sport, Photo : Rugby heaven