Le Super 15 redémarre sans ses étoiles du sud

Le Super 15 reprend ses droits avec un derby néo-zélandais entre les Blues et les Crusaders

Le Super 15, spectaculaire championnat des provinces de l’hémisphère Sud, lance sa saison vendredi avec un calendrier et un visage inédits en l’absence de certaines de ses plus grandes vedettes blessées, retraitées ou parties à l’étranger après la Coupe du monde.
Quatre mois après le triomphe des All Blacks le 23 octobre, le rugby reprend ses droits aux antipodes. Comme souvent en année post-Coupe du monde, entre les blessures et le jeu des transferts, les cartes ont été largement redistribuées.

L’attrait souvent lucratif de l’étranger a notamment provoqué un exode vers l’Europe, en Angleterre (Donald, Louw…), en France (Sivivatu, Rokocoko, B. Botha, G. Botha, Steenkamp, Giteau…) et au Japon (Thorn, Muliaina, F. du Preez, Danie Rossouw, Fourie…). Mais, comme toujours, le spectacle sera assuré.

Les Reds, tenants du titre australiens qui ont brillé par leur jeu de mouvement, ont réussi à conserver l’ossature de Wallabies (Genia, Horwill, Ioane...) qui a fait leur succès. La franchise de Brisbane débutera toutefois la défense de son titre sans son maître à jouer Quade Cooper, blessé aux ligaments croisés lors du Mondial, et pas attendu sur les terrains avant avril.
Leurs grands rivaux néo-zélandais des Crusaders partiront, eux, à la chasse à un huitième titre sans leur capitaine Richie McCaw, qui devrait également faire son retour en avril après une opération d’un pied, un mois après celui attendu de Dan Carter, qui soigne sa blessure aux ischio contractée en octobre.
Ils n’en restent pas moins un des grands favoris pour le titre avec leur légion de All Blacks champions du monde (frères Franks, Whitelock, Read, Dagg…).
Ils commenceront la saison vendredi dans un choc face à ceux qui s’annoncent comme un de leurs plus sérieux concurrents, les Auckland Blues, qui ont débauché Piri Weepu et Ma’a Nonu aux Hurricanes. Les deux joueurs viendront renforcer une ligne de trois-quarts qui comptent déjà notamment Toeava et Ranger, derrière un pack solide avec Keven Mealamu, Tony Woodcock, Ali Williams et Jerome Kaino.
Mais le regard du public ne manquera pas de se tourner vers les Chiefs qui ont réalisé un gros coup médiatique en recrutant le « phénomène » Sonny Bill Williams.
Côté sud-africain, les Bulls de Pretoria partent dans l’inconnu après avoir enregistré une vague de 17 départs, dont Victor Matfield, retraité, F. du Preez, Rossouw, B. Botha, G. Botha et G. Steenkamp.
Les meilleures chances semblent se trouver du côté du Cap où les Stormers, demi-finalistes la saison dernière, s’appuient sur un mélange d’expérience (Burger, Bekker, Habana, de Villiers) et de jeunes talents (Aplon, de Jongh…).
L’Australie mise sur les Reds, première franchise du pays à avoir remporté la compétition depuis 2004, pour la représenter. Les Waratahs, qui ont recruté Sarel Pretorius, Adam Ashley-Cooper et Rocky Elsom, espèrent s’inviter dans la lutte pour la finale, qui sera disputée pour la première fois en août, après les tournées internationales de juin.

Source : leparisien.fr

Résumé vidéo du premier match de Super 15 version 2012 avec la victoire sur le fil des Crusaders à Auckland sur le score de 18-19 !

Publicités

Super Reds !

Will Genia homme du match de cette magnifique finale !

Leaders de la saison régulière, les Queensland Reds ont confirmé leurs excellentes dispositions de l’année 2011 en remportant samedi à Brisbane leur premier titre en Super Rugby après avoir pris le meilleur sur les Canterbury Crusaders (18-13) en finale. Devant leur public du Suncorp Stadium, les Australiens ont pu compter sur le talent de Ione et Genia pour faire chuter Carter et les siens.

La finale de rêve a tenu toutes ses promesses. Le choc des Titans entre les Queensland Reds et les Canterbury Crusaders a donné lieu samedi à une orgie de rugby conclue par le premier titre de la province australienne en Super Rugby. Devant leur public du Suncorp Stadium de Brisbane, Quade Cooper et les siens ont remporté (18-13) un sommet d’ovalie qui vient confirmer le changement de statut d’une formation passée eu deux ans de la treizième place du défunt Super 14 aux sommets du Super 15. Leaders tout au long de la saison régulière, les Reds placent là une cerise de choix au sommet de l’alléchant gâteau élaboré en 2011.

Pour un coup d’essai, les Australiens ont donc réalisé un coup de maître. Novices à ce niveau de la compétition, les Maroons ont su imposer leur loi face aux expérimentés Crusaders, recordmen de victoires en Super Rugby avec sept sacres. Avec un mérite évident puisque les Néo-Zélandais s’illustrent dans un premier acte qu’ils dominent stérilement. Jusqu’à ce que Dan Carter justifie son statut de star mondiale du rugby. Le All-Black tape pour lui-même et récupère un ballon qu’il s’en va aplatir entre les perches avant de transformer (7-3, 34e). Le duel stratosphérique des 10 a bel et bien commencé, Quade Cooper se chargeant, grâce à deux pénalités (32e, 38e), de maintenir les Reds au contact à la pause (7-6).

Les bijoux de Ione et Genia

Si le premier acte est animé mais pauvre en points, le second est d’un tout autre acabit. Alors que les Crusaders semblent sûrs de leur force et creusent un peu plus l’écart grâce à une pénalité de l’inévitable Carter (10-6, 49e), les Reds prennent une première fois les devants. Et de quelle manière. Digby Ione donne l’impression de franchir le mur du son pour transpercer la défense néo-zélandaise et signer le premier essai des siens (13-10, 51e). Carter profite d’un hors-jeu adverse pour égaliser (13-13, 56e). Le sort de la rencontre est incertain et aucune des deux équipes ne semble disposée à abdiquer.

Entre alors en ligne de compte la fraîcheur physique et sur ce plan, les Reds semblent mieux armés et le prouvent au cours d’une fin de partie qui tourne à leur avantage. Après un essai refusé à Rob Simmons pour un en-avant (59e), le salut des Reds vient finalement de Will Genia. Le demi de mêlée brille de mille feux lorsqu’il feinte la passe de ses 40 mètres, crochète Carter avant de sortir les canes et d’aplatir au terme d’une course folle de 60 mètres (18-13, 68e). Les coups de pied ratés par Cooper dans les dernières minutes n’empêchent pas Ewen McKenzie, deux ans après son éviction du Stade Français et après deux finales perdues avec les Waratahs, de remporter son premier titre en Super Rugby. Et les Crusaders, désireux de l’emporter en hommage aux disparus du tremblement de terre de Christchurch en février dernier, de verser quelques larmes…

Source : Sports.fr