Biarritz deux victoires en deux matchs malgré tout

Biarritz sans convaincre vient d’arracher une précieuse victoire face au Sporting Union Agenais. De bon augure avant de se déplacer à Toulouse et Montpellier. Les Lot-et-Garonnais, eux, se contenteront du point de bonus défensif. 

Après sa piètre prestation à Mont-de-Marsan le weekend dernier le BO entendait bien montrer ses ambitions et envoyer un message fort à ses adversaires directs que son le FC Grenoble, l’USAP, le Racing et le Stade Français pour la 6ème place qualificative pour les phases finales. Malheureusement pour eux, malgré les ambitions affichées notamment en première mi-temps, le BO a eu du mal à passer au braquet supérieur. Les Basques, surpris par l’essai plein d’opportunisme de Fonua en début de première mi-temps, se contenteront de la victoire. Si le Biarritz Olympique ne convainc guère par son jeu, le bilan comptable est intéressant avec deux victoires en deux matchs. Ces résultats sont primordiaux avant d’affronter le Stade Toulousain et Montpellier chez eux.

Le Sporting Union Agenais était venu à Biarritz pour gagner et relancer une saison bien mal engagée. Malgré leur réalisme, le SUA n’a pas convaincu. Il me semble que ces Biarrots étaient prenables notamment dans les 5 dernières minutes quand les Agenais sont revenus à 5 points et ont commencé à produire du jeu. Seulement, par manque de solution offensive, peut-être par un manque de condition physique (nous étions aux alentours de 75ème minutes) les Agenais finiront toujours par se débarrasser du ballon en bout de ligne par du jeu au pied. Rendant la tâche un peu plus facile au Biarrots. Tout n’est pas perdu, puisque les Agenais qui luttent pour le maintient viennent de prendre un précieux points de bonus défensif et mettent ainsi la pression sur leurs adversaires bordelais qui, eux, devront faire un déplacement délicats à Perpignan malgré leurs nombreux blessés.

Mister Rugby

Publicités

Top 14: Perpignan s’impose sur le fil face au Racing métro 17 à 13

Au finish, Perpignan a devancé le Racing Métro (17-13), lors du dernier match de la 9e journée du Top 14 de rugby samedi soir à Aimé Giral.

Une pénalité et un drop de Hook ont libéré les Catalans dans les 8 dernières minutes d’un match accroché, haché, étouffant même. L’USAP se relance au classement, alors que le Racing doit se contenter du bonus défensif, somme toute frustrant pour les hommes de Gonzalo Quesada.

Vent dans le dos, le Racing imposait sa pression en tout début de rencontre. Perpignan se mettait trop vite à la faute et Hernandez frappait deux fois (0-6, 5e).

Il fallait un quart d’heure pour que les Catalans rentrent enfin dans le match. Ben Arous, le néo-international, martyrisé par Mas, cédait trois fois consécutivement en mêlée.

Carton jaune et sentence immédiate : Taumalolo marquait en coin le premier essai du match (8-6, 21e). Perpignan dominait, imposant son rythme, mais sans concrétiser deux franches occasions d’essai. Seul Hook ajoutait 3 points avant la pause (11-6).

Dès l’entame de la seconde période, le Racing échouait deux fois tout près de l’en-but. Imhoff d’abord, puis Jané étaient repris in extremis par les défenseurs locaux.

Opiniâtres, les Franciliens finissaient pourtant par trouver la faille en force par Matadigo (11-13, 49e).

Les débats s’équilibraient alors, les Franciliens tentant d’imposer leur puissance à des Catalans pas assez lucides au pied vent dans le dos.

Il fallait attendre les 8 dernières minutes pour que la rencontre choisisse son vainqueur.

Alors, que l’USAP héritait d’une pénalité dans son camp, les récriminations d’un Racingman donnaient l’occasion à Hook de redonner l’avantage au sien des 45 mètres en face (14-13, 72e).

Le Gallois ajoutait même un drop juste avant la sirène permettant à Perpignan de respirer et au Racing d’afficher ses regrets.

Coupe d’Europe : Castres commence par une lourde défaite en Ulster

Logo Heineken CupCastres a commencé sa campagne de Coupe d’Europe par une lourde défaite sur le terrain de l’Ulster, finaliste l’année dernière et vainqueur avec le point de bonus, 41 à 17, vendredi à Belfast.

Les Irlandais ont marqué quatre essais par Trimble (8), Marshall (22, 42) et Pienaar (80) contre deux aux Français inscrits par Andreu (32) et Garvey (51). Jackson et Teulet ont complété la marque au pied.

Jamais menacé, l’Ulster menait déjà largement à la mi-temps 23 à 10.

Les Castrais, qui ne s’attendaient pas vraiment à réussir un exploit si l’on en croit la composition de leur XV de départ où manquaient plusieurs joueurs majeurs, ont été submergés par les vagues offensives de l’Ulster en début de match.

L’ailier international Trimble a d’abord aplati en coin après une percée de l’arrière néo-zélandais Payne.

Un quart d’heure plus tard, le demi de mêlée Marshall, titulaire à la place de la star Ruan Pienaar, ménagé car il venait juste de rentrer du Four Nations avec l’Afrique du Sud, a creusé l’écart en marquant grâce à un coup de pied à suivre pour lui-même.

En tête 20 à 3 après 22 minutes de jeu, les Irlandais avaient déjà pris une option sur la victoire.

Tenant bien le coup devant, Castres est revenu au score avant la pause grâce à un essai de l’ailier Andreu, superbement servi d’une longue balle au pied par l’ouvreur Bernard.

Mais au retour des vestiaires, ils ne sont jamais parvenus à se rapprocher suffisamment pour mettre en doute le résultat final, malgré l’essai de Garvey, passé au milieu d’une défense irlandaise pour une fois poreuse.

Les Français ont tenté de serrer les rangs en défense en fin de match pour priver l’Ulster du bonus. Mais Pienaar, entré en jeu pour les vingt dernières minutes, a ruiné leurs efforts en concluant par un essai près des poteaux une contre-attaque irlandaise dans les arrêts de jeu.