XV de France : Doit-on sélectionner Nakaitaci et Vakatawa ?

Philippe Saint-André va annoncer la semaine prochaine les noms des joueurs qui partiront pour la tournée en Nouvelle-Zélande. Même si l’ossature du groupe France semble avoir été trouvée depuis la tournée en Argentine et les tests d’automne, on s’attend à voir de nouvelles têtes. Des jeunes qui vont apporter du sang frais à ce groupe qui semblait à bout de souffle lors du Tournoi. Il se murmure que les trois-quarts fidjiens Noa Nakaitaci (Clermont-Auvergne, centre-ailier, 22 ans, 1,90m/94 kg) et Virimi Vakatawa (Racing, ailier, 21 ans, 1,85m/92kg) seraient sur les tablettes du sélectionneur. On sait que Philippe Saint-André a demandé des précisions à l’IRB pour savoir si les deux étaient sélectionnables. En effet, les deux joueurs sont issus de la formation française. Façonnés aux joutes du Top 14, ils ont ajouté à leur dextérité et à leur pointe de vitesse naturelles des qualités défensives qui en font potentiellement des futurs très grands joueurs. Les deux joueurs ont décliné il y a quelques mois une sélection avec les Îles Fidji ce qui a provoqué la foudre de l’entraîneur Robert Boisvert. Alors faut-il sélectionner ces deux joueurs ?

Malgré le nombre invraisemblable de talents qui sortent de ces îles, les Fidji reste un petit pays qui a du mal à lutter à armes égales avec les grosses nations de l’ovale. Si les joueurs issus des îles pouvaient jouer pour leur sélections d’origines nous aurions des Coupes du Monde beaucoup plus disputées et donc beaucoup plus passionnantes.

D’un autre côté, ces deux joueurs ont été formés par des clubs français, ils sont arrivés il y a trois ans (donc très jeunes). On sait que Vakatawa a une copine française et, après tout, notre pays depuis tout temps a vocation à intégrer.

D’autres joueurs sont concernés le pilier droit de l’ASM d’origine sud-africaine Daniel Kotze (26 ans,1,87m/120kg) est lui aussi sélectionnable et intéresse également les sélectionneur à un poste où la France semble dépourvu, il pourrait rejoindre son compatriote Antonie Claassen qui lui a déjà rejoint le groupe France lors du Tournoi des 6 Nations.

La question de sélectionner ou non des joueurs étrangers dans le XV de France a déjà été posée à maintes reprises. Toutefois avec l’arrivée imminente d’une génération de JIFF issus de pays lointains , la question prend une toute nouvelle dimension. Car si aujourd’hui 4 joueurs sont concernés, demain ils seront plus d’une dizaine. Est-on prêt à voir un XV de France dont 7 ou 8 éléments sont d’origines étrangères ? Le XV de France aurait-il toujours ce supplément d’âme qui lui permet de renverser des montagnes ?

Je serais tenter de répondre que s’ils sont les meilleurs à leur poste, il faut les sélectionner. Nos adversaires anglais, australiens et néo-zélandais n’ont pas ces états d’âmes et sélectionnent depuis longtemps des joueurs étrangers. Toutefois, j’aimerais que dorénavant on se fixe en France la règle suivante : les joueurs sont sélectionnables s’ils ont entamé des démarches auprès des autorités pour acquérir la nationalité française, ce qui suppose qu’ils pourraient la transmettre à leurs enfants et potentiellement s’installer définitivement en France. D’autre part, il me semblerait juste que les joueurs en question passe un test de Français (niveau B1 de CECRL) qui correspond au niveau seuil demandé aux immigrés qui veulent devenir français.

Mister Rugby

Publicités

Tournée d’automne : les Pumas surprennent le Pays-de-Galles

PARIS (Sipa-AP) — Le pays de Galles s’est fait surprendre samedi à domicile 12-26 par l’Argentine lors de la première semaine des tests d’automne. L’Italie est difficilement venue à bout des îles Tonga (28-23) alors que l’Angleterre s’est baladée face aux Fidji (54-12).

Malgré sa dernière place au récent Four-Nations, ce tournoi très relevé dans l’hémisphère sud a permis à l’Argentine de progresser. Les Pumas ont dominé la possession du ballon et ont surtout montré plus d’ambition dans le jeu au Millennium Stadium de Cardiff que les vainqueurs du Tournoi des six nations. Juan Imhoff et Gonzalo Camacho ont inscrit un essai chacun alors que les Gallois ont dû se contenter de la botte de Leigh Halfpenny pour marquer au tableau d’affichage.

« C’est une grande victoire pour nous », a déclaré le capitaine argentin Juan Martin Fernandez Lobbe. « Ce nouveau groupe attendait une telle victoire depuis longtemps. » La dernière victoire argentine à Cardiff remonte à 2001.

Pays-de-Galles vs. Argentine (intégralité)

La Rose en démonstration

A Twickenham, l’Angleterre s’est bien préparé pour les tests bien plus difficiles qui l’attendent contre d’autres nations de l’hémisphère sud.

Charlie Sharples et Manu Tuilagi ont chacun signé un doublé. Le XV de la Rose a alourdi l’addition avec des essais d’Ugo Monye et Tom Johnson ainsi qu’un essai de pénalité. Toby Flood a tapé 17 points au pied.

« On a mis du temps à démarrer mais on est finalement parvenu à entrer dans le match », a confié le capitaine anglais Chris Robshaw. « On a marqué lorsqu’on a enchaîné les temps de jeu. »

Les Fidjiens ont sauvé l’honneur grâce à des essais de Nikola Matawalu et Seko Kalou.

Résumé Angleterre – Fidji

L’Italie en difficulté

A Brescia, l’Italie a dû batailler pour bien débuter sa campagne d’automne contre une équipe tongienne très agressive.

Lorenzo Cittadini et Leonardo Ghiraldini ont aplati dans l’en-but pour les Transalpins, qui ont aussi bénéficié d’un essai de pénalité.

Les Tongiens ont répliqué par des essais de Sona Taumalolo et Fetu’u Vainikolo. Mais la botte de Kris Burton, auteur de 13 points, a permis de faire la différence.

Trois joueurs de part et d’autre, dont le capitaine italien Sergio Parisse, ont reçu un carton dans ce match.

Test-match Italie vs. Tonga

Séries Mondiales de rugby à 7 : la France en progrès !

La Gold Coast, son soleil, ses plages de surfeurs, ses casinos, ses parcs d’attractions et désormais sont célèbre tournoi de rugby à 7 intégré aux Séries mondiales.

Seize sélections nationales étaient présente lors de cette première épreuve du circuit mondial : La Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, les États-Unis, le Canada, les Fidji, l’Australie, l’Écosse, les Tonga, l’Angleterre, les Samoa, le Kenya, l’Espagne, l’Argentine, le Pays-de-Galles, la France et le Portugal.

La France a d’abord battu l »Argentine (14 à 7) avant de s’incliner de justesse face au Pays-de-Galles (17 à 21). La victoire lors du dernier match de poule face au Portugal (12 à 5) assura la deuxième place qualificative pour les quarts-de-finale de la compétition car parallèlement les Argentins battront, assez largement, les Gallois. En quart, les Bleus ont retrouvé les Sud-Africains, vainqueurs des Néo-Zélandais en match de poule. Une marche encore trop haute pour les Bleus qui apprennent petit à petit. L’exploit les Bleus le réaliseront en demie finale de la « plate » (sorte de consolante) où ils remporteront leur match face aux Samoa (quatrième des dernières séries mondiales et vainqueurs du tournoi de Las Vegas, également vainqueurs des Séries Mondiales 2010). En finale les Argentins s’inclineront face aux Argentins tandis que les Fidji, eux, s’imposeront dans la cours des grands face à la Nouvelle-Zélande qui s’est refait une santé phase finale en remportant ses matchs face à l’Argentine et au Kenya.

Enfin, la grande surprise vient des Espagnols, le 7 du Lion s’imposera dans la finale « Bowl » face à l’Angleterre après avoir remporté leurs matchs en quart face aux Tonga (!) et aux Pays-de-Galles !

La prochaine manche aura lieu à Dubaï, fin novembre, début décembre.

Résumé Première journée du Tournoi de la Gold Coast

 

Résumé deuxième journée du Tournoi de la Gold Coast

Séries mondiales de rugby à 7: La Nouvelle-Zélande encore sacrée

Le rugby à 7 a encore offert à Londres des images renversantes !

Malgré une défaite (7-31) face aux Fidji, vainqueurs en finale face aux Samoa (38-15), la Nouvelle-Zélande, troisième après son succès sur l’Argentine (40-0), a décroché ce week-end, lors du tournoi de Londres, à Twickenham, son 10e titre dans les World Series de Rugby à VII. Un sacre que les Kiwis, crédités de 3 succès cette saison (Port Elizabeth, Wellington, Glasgow), ont assuré à la faveur d’une victoire sans appel en quarts de finale sur l’Afrique du Sud (36-0), qui leur permet de devancer les Fidjiens de six petits points au classement final de la compétition. Un classement où la France, éliminée dès les poules à Londres, émarge à la neuvième place. Alors que son entraîneur Gordon Tietjens, artisan des 10 titres néo-zélandais, entre au Hall of Fame, Tomasi Cama, auteur cette saison de 390 points et 34 essais, a lui été désigné joueur de l’année.

Source : Sports.fr

Hong-Kong les Fidjiens dans leur jardin !

Les Blacks auront beau montrer leur muscles, ce sont bien les Fidjiens qui remportent la reine des étapes de ce circuit mondial

Les Îles Fidji ont remporté ce dimanche la sixième étape des séries mondiales de rugby à 7 en battant leurs voisins néo-zélandais en finale sur le score de 35 à 28 et après avoir vaincu Argentins (26-7) et Anglais  (14-7) respectivement en quart et demi-finale. Cependant les Kiwis mènent toujours les séries mondiales avec 111 points et deux petites longueurs d’avance sur les vainqueurs du tournoi de Hong-Kong. Quant aux Bleus, après des débuts prometteurs lors des premières manches des séries mondiales ils ont une nouvelle fois raté le coche en perdant contre l’Australie (31-10), les Fidji (26-12) et l’Ecosse (14-12).

La prochaine étape aura lieu au Japon le week-end prochain.

Mister Rugby

Résumé deuxième journée

Résumé première journée

Les Gallois : les All Blacks de l’hémisphère nord !

Les Gallois ont proposé un jeu flamboyant de grande qualité

Le jeu

La qualification quasiment assurée, cette rencontre devait être une formalité pour les Gallois dans cette poule de la mort. Et le début de match des hommes de Warren Gatland confirma rapidement la donne. Face à des Fidjiens brouillons et peu tranchants, le Pays de Galles a rapidement pris la mesure de ce match pour creuser l’écart d’entrée (17-0, 21eme). Le reste fut du même acabit, avec une domination nette du XV du Poireau malgré un nombre de fautes qu’il faudra réduire lors du prochain match (17 pénalités concédées !). Les Gallois avancent néanmoins sereinement vers les quarts de finale après s’être sorti des griffes des Samoa et des Fidji, ce qui n’était pas gagné d’avance.

Si les Samoans ont proposé un niveau de jeu probablement supérieur à certains quarts de finaliste, il n’en aura pas été de même pour les Fidji. Trop brouillons lors des phases offensives, peu à l’aise en conquête, fébriles en défense, les coéquipiers de Nicky Little ont déçu lors de ce Mondial, avec un niveau de jeu bien loin de celui qui leur avait permis d’accrocher un quart de finale en 2007. Les Fidjiens terminent avec une seule victoire (face à la Namibie). Mais, contre les autres équipes de la poule, ils n’auront pas existé. A l’image de ce dernier match face au Pays de Galles.

Les Gallois
Peter NORTH a su montrer la voie grâce à ses jambes de feu. Un essai, deux passes décisives : les Fidjiens l’ont plus souvent vu de dos que de face… Le jeune ailier de 19 ans est pour l’instant la révélation de cette Coupe du Monde. Au centre, ScottROBERTS a aussi fait forte impression, avec deux essais au compteur. HALFPENNY a lui aussi participé à la fête avec une réalisation en deuxième période. PRIESTLAND a été impeccable dans le jeu et dans ses tirs au but (6/6). Devant, le Pays de Galles s’est appuyé sur plusieurs joueurs incisifs en défense : on pense notamment àCHARTERIS, à Ryan JONES, ou encore à WARBURTON (auteur d’un essai et principal sauteur en touche de sa formation). La première-ligne JONES-BENNETT-JENKINS a parfaitement conduit la mêlée fermée. Jenkins fut aussi très présent défensivement. Le meilleur plaqueur de son équipe.

Les Fidjiens
Si les arrières fidjiens ont essayé, leur jeu n’est plus aussi flamboyant que lors du Mondial 2007. Certes, KERESONITAGICAKIBAU et VULIVULI ont créé des brèches dans la défense adverse, mais sans pour autant parvenir à faire de différence réelle. Quand, en plus, les erreurs défensives sont légion, il est difficile de rivaliser. LITTLE a essayé tant bien que mal d’orienter le jeu, mais sans réussite. Chez les avants, Sakiusa MATADIGO n’a pas eu sa présence défensive habituelle, manquant plusieurs plaquages à un poste de flanker certes inhabituel. Un bon point en revanche pour NASIGA, très bon en touche (cinq prises de balle). La première-ligne a souffert pendant tout le match. Comme le reste de l’équipe.

Source : Rugby365.fr

Coupe du Monde : Les matchs du jour

Lucas Amorosino, le sauveur côté argentin

Argentine 13- Ecosse 12 

Grâce à son succès sur le fil face à l’Ecosse (13-12), l’Argentine a fait un pas de géant vers la qualification pour les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby. Les Pumas, auteurs d’une fin de match renversante grâce à un essai de Lucas Gonzalez Amorosino, rencontreront la Géorgie le 2 octobre pour assurer leur place. La situation se complique grandement pour l’Écosse, dans le devoir de battre l’Angleterre le 1er octobre pour continuer la compétition.

Ruaridh Jackson tente le drop

Un match fermé, crispant. Puis une fin de rencontre renversante. Le face-à-face entre l’Ecosse et l’Argentine avait des faux airs de huitièmes de finale dans cette avant-dernière journée de poules dans le groupe B. Malheur aux vaincus pouvait-on presque entendre depuis le Wellington stadium. Pendant 70 minutes, sous le poids de la pression, les deux formations ont offert un spectacle sans beaucoup de relief. C’est au pied que la majeure partie de la rencontre entre Paterson côté écossais et Contepomi côté argentin. Mais à la 74e min, Lucas Gonzalez Amorosino, auteur d’un slalom dans la défense du XV du Chardona offert la libération aux Pumas, troisièmes de l’édition 2007 de la compétition.

L’Ecosse qui a joué de manière plus ambitieuse, essayant de prendre  les Pumas par les extérieurs, a été trop maladroit dans les derniers gestes,  manquant plusieurs occasions de prendre le large au cours de la partie. La suite s’annonce difficile pour les hommes entraînés par l’Anglais Andy  Robinson: ils doivent à tout prix s’imposer face au XV de la Rose le 1er  octobre, à Auckland, pour avoir une chance de se qualifier pour la suite de la  compétition. Depuis la première édition en 1987, les Ecossais sont toujours parvenus à  se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Les Pumas affronteront la Géorgie pour leur dernier match, le 2 octobre à  Palmerson North (île du nord) et devraient se qualifier pour les quarts.

La Russie célèbre un de ces deux essais

Irlande 62 – Russie 12 

L’Irlande s’est imposée facilement dimanche face à une équipe de Russie combative mais limitée 62-12 (36-0 à la mi-temps) dans la poule C de la Coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande.

Heaslip, O’Brien et les Irlandais en grande forme

Affublée de son nouveau statut de leader de poule après sa belle victoire contre l’Australie 15-6 le week-end dernier, l’Irlande  s’avançait sur le pré avec l’idée de développer du jeu, chose qu’elle n’avait pas encore entreprise dans cette Coupe du Monde. En une mi-temps face à un adversaire limité et en plein apprentissage du haut niveau, le XV du Trèfle a rempli sa mission. Deux premiers essais de Fergus McFadden et Sean O’Brien avec des passes après contact et du soutien dans l’axe laissaient augurer un score fleuve. Les Irlandais ne tombaient pas dans la facilité et prenaient le point de bonus offensif avec trois nouveaux essais avant la mi-temps. A 36-0, l’Irlande  gérait mais les Russes s’enhardissaient. L’arrière Vasily Artemyev échappait à la défense verte sur un côté fermé bien lancé par le demi de mêlée, Alexander Yanyushkin.

L’Irlande  repartait de l’avant et voulait continuer à se rassurer dans son jeu. Keith Earls, positionné au centre,  inscrivait un doublé dans cette rencontre qui ressemblait fort à un galop d’essai pour les joueur du Trèfle avant la rencontre décisive contre l’Italie dimanche prochain à Dunedin. Un succès permettrait à l’Irlande  de préserver sa première place dans cette poule C et d’être dans une moitié de tableau a priori favorable lors des phases finales avec sans doute la présence d’équipes de l’hémisphère nord comme la France ou l’Angleterre.

Lovobalavu plaque vainement Tuilagi

Samoa 27 – Fidji 7

Les Samoa ont pratiquement enterré les espoirs de qualification des Fidji pour les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby après leur victoire (27-7), dimanche dans la poule D.

Les Samoa devront s’imposer dans leur dernier match face aux champions du  monde sud-africains, vendredi 30 septembre, pour éventuellement espérer  atteindre les quarts. Les Fidjiens devront, eux, s’imposer avec le bonus et  priver les Gallois d’un point de bonus lors de leur dernier match dimanche 2  octobre à Hamilton. Les Fidjiens pourront regretter une première période qu’ils n’ont pas su  négocier face à des Samoans dominateurs en mêlée et dans le jeu au sol qui leur  ont imposé leur jeu et les ont acculés dans leur camp. Les Samoans ont capitalisé sur leurs nombreuses fautes par l’ouvreur Tusi  Pisi (4, 9, 26, 44), également auteur d’un drop (13). Au bout de 26 minutes, le « Manu Samoa » menait 12 à 0 après avoir également  vu deux essais refusés à la vidéo aux ailiers Sailosi Tagicakibau (8) et  Alesana Tuilagi (17).

Les Fidjiens n’ont pas su renverser la pression et se sont montrés  incapables de développer le jeu de trois-quarts qui fait leur réputation. Approximatifs, jamais lancés et avec un temps pluvieux qui n’a rien  arrangé, ils se sont très rarement créé des occasions de marquer. Seremaia Bai  a manqué une pénalité de40 mètresface aux poteaux (30), puis ils ont ensuite  échoué à concrétiser au retour des vestiaires une séquence devant la ligne qui  les aurait remis dans le match (48). Pleins de réalisme, les Samoa ont pris le large avec un essai de Kahn  Fotuali’i (62) puis de Geroge Stowers (70), rendant vain celui du troisième  ligne fidjien Netani Edward Talei (67).

Sources : Texte France télévision, Photos : Espnscrum.com