L’idée d’un championnat de franchises fait son chemin. Selon JMD, elle est même inéluctable  Si la Fédération ne prend pas les devants, ce sont les clubs eux mêmes qui opteront pour cette option. Ce message a été posté par un lecteur, JMD en réponse à un billet posté il y a 4 ans En toute franchise (1, 2 et 3). Plutôt que des franchises utilisant pour socles des clubs du Top 14 comme je l’ai imaginé dans le manifeste de Mister Rugby, JDD imagine un vrai championnat interprovincial, rappelant que certaines de ces formations ont remporté des victoires historiques face à des équipes aussi prestigieuses que les All Blacks ou les Wallabies lors de tournées d’automne. J’ajouterais qu’avec l’expansion des marques régionales (Sud de France, Sud-Ouest, Auvergne, Alsace, etc.) qui cherchent à donner une visibilité à l’internationale ce projet gagne en crédibilité. 

De notre envoyé spécial, JMD

Depuis 5 ans et même 3 ans les choses ont bien sûr évolué même si nous n’avons toujours pas de franchises, évolution très positive concernant l’Union Bordeaux-Bègles puisque le club se maintient depuis 2 ans en Top 14, de plus il fidélise un public, il y a une tradition rugbystique à Bordeaux qui ressurgit. L’équipe a enregistré la deuxième affluence au stade avec ses délocalisations à Chaban-Delmas, une enceinte que l’Union pourrait peut-être squatter en permanence puisque les footeux vont déménager dans leur grand stade flambant neuf. Concernant Agen par contre l’affaire se complique, mais le club n’est pas mort pour faire partie une jour des 14 franchises, bien qu’Agen pourrait avec l’Union bordelaise constitué la province Aquitaine (équipe Grand Bordeaux ?) ou équipe Aquitania si on veut lui attribuer une dénomination antique. Cette formation Bordeaux-agenaise a dans le passé rencontré les équipes de l’hémisphère sud en tournée, je me souviens d’un match contre l’Australie en 1993. Mais il se pourrait que Bordeaux désire conserver sa propre identité de même qu’Agen. Concernant Dax et Mont de Marsan il y a quelques années on a parlé de fusion, ses deux clubs peuvent constituer donc une franchise « Landes » mais tout aussi bien intégré également la franchise Aquitaine aux côtés d’Agen voire de Bordeaux. Autre possibilité, explorons les toutes, Dax et Mont de Marsan pourrait donc le plus vraisemblable être associées à Bayonne et Biarritz pour constituer l’équipe Côte Basque Landes (Force-Basque Côtes Sud) équipe Atlantica pour prendre un terme antique… qui elle aussi a déjà existé sous l’appellation du comité Côte Basque Landes et avait notamment battu les All blacks en 1990. A moins que Bayonne et Biarritz fusionnés souhaitent restés indépendants des landais. En associant les finances des 4 clubs, la province Côtes Basque Landes correspondrait actuellement à un budget de 45€, ce qui n’est pas rien.

Le Racing Métro est issu de la fusion de deux clubs de même que le Stade Français Paris et l’on peut dire que cela a fonctionné. Si un temps on s’est interrogé sur la viabilité de deux clubs pros dans la capitale, aujourd’hui il ne fait aucun doute que c’est tout à fait viable, et effectivement le derby au Stade de France est un ingrédient tout à fait intéressant au sein même du Top 14. Une seule franchise Île-de-France de France n’est pas nécessaire, deux équipes c’est bien mieux.

Depuis 2010 et l’étude de la Ligue, les franchises semblent se constituer naturellement sans l’intervention de la Ligue, ainsi ça pourrait lui faciliter le travail à l’avenir. Clermont et Toulon sont deux équipes très autoritaires sportivement, le Stade Toulousain n’est pas autre chose qu’une franchise, il n’est pas concevable que ce club puisse descendre de division, déjà qu’une année sans titre, Brennus ou H Cup n’est pas bien vécu par les toulousains et engendre dans la ville rose une surconsommation d’antidépresseurs creusant un peu plus le déficit déjà énorme de la sécurité sociale. Je le répète une relégation en ProD2 est totalement inenvisageable pour le Stade Toulousain qui chaque année se donne les moyens de ses ambitions. En absorbant les budgets de Castres, Colomiers, Montauban, Auch et Albi, ce qui parait très improbable, l’équipe Toulouse Midi Pyrénéen serait vraiment le plus grand club du monde, quoique niveau pognon pas beaucoup plus riche que l’équipe Basquo-landaise. Nous savons en 2013 que Albi ne pourrait pas avoir sa franchise. Concernant Toulon, elle pourrait représenté donc l’équipe de la French Riviera…l’équipe Côte-d’Azur avait battu les Wallabies à Mayol. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une franchise à Nice et une autre à Marseille puisque Toulon désormais si médiatique pourrait représenter la grosse écurie régionale avec le soutient de Nice et de Marseille.

Le Top 14 c’est comme un conseil municipal où tout le monde veut devenir le Maire, le Racing Métro ambitionne le titre pour 2014 et Lyon qui n’est plus en Top 14 aspire légitimement à y revenir, et devenir plus fort que la formation Clermontoise qui pourtant n’a jamais été aussi impressionnante. Bourgoin-Jallieu ne peut plus espérer que d’être vampirisé par Lyon pour de nouveau rejoindre l’élite.

Perpignan et Montpellier semblent être deux places suffisamment fortes pour avoir leur écurie respectives franchisées, bien qu’une association Languedoc-Roussillon incluant Narbonne et Béziers ne serait pas dégueulasse. Grenoble est là surprenant promu qui a apporté du piment à la compétition cette année.

On se vente en France d’avoir la meilleure compétition du monde, hors nous ne l’avons pas encore, le Super Rugby demeure la référence. Il suffit de regarder Youtube, en popularité internationale la compétition phare de l’hémisphère sud est nettement plus célèbre que le Top 14 qui a néanmoins atteint un engouement sans précédent et qu’il est en train de devenir tout autant que l’équipe de France la vitrine du rugby français. Cependant, le Top 14 est encore très en deçà de sa notoriété potentielle. Sur les sites anglophones le Top 14 est bien moins évoqué que le Super Rugby qui est seulement comparé à la H CUP.

Si nous le voulions vraiment, nous pourrions déjà avoir réellement et sans contexte le meilleur championnat. Le France est un beau pays, un vrai centre d’attraction magnétique pour les touristes de part son Histoire, ses monuments, sa diversité géographique etc. Tout ceci est très important, outre l’aspect financier attractif, c’est la France elle-même que les joueurs étrangers veulent découvrir. Il y a quelques années on disait que la culture des clubs était trop forte en France, et c’est vrai mais les mentalités évoluent heureusement. Les nations celtes ont opté pour des équipes de province parce que c’était vital pour elles. Hors si on veut vraiment avoir le meilleur championnat possible, les franchises sont essentielles en France. Comme les équipes ne descendront pas elles attireront forcément les partenaires financiers, avec la fusion des clubs on aura de gros budgets, encore plus de stars viendront. Décrocher le Brennus à quelque chose de mythique, c’est l’apothéose d’une fresque équipe pour les joueurs de l’équipe qui le remporte. Jonny Wilkinson qui a pourtant soulevé la Webb Ellis Cup avec le XV de a rose, a avoué au micro de Canal+ qu’il avait réalisé ce que le Brennus représentait après avoir perdu la finale avec Toulon contre Toulouse en 2012. Plus le Top 14 gagnera en célébrité plus le Brennus deviendra un Graal à obtenir pour tout rugbyman quelque soit on origine et sa nationalité.
Il ne s’agit pas de savoir si il y aura des franchises, il s’agit de savoir quand elles seront instaurées et par quelles provinces ou/et clubs elles seront représentées

Publicités

Quand les Celtes donnent une leçon aux Français et aux Britanniques

Le Pro12, un concept original pour le rugby

Je pensais avec avoir fait le tour de la question des franchises. Mais finalement plusieurs éléments s’étant déroulés ses derniers temps, sportifs ou extra-sportifs, semblent indiquer que les propositions faites dans le Manifeste « Projet Mister Rugby » soient plus que jamais d’actualité. 

La domination sans partage des clubs celtes

Nous nous sommes longtemps demandés lequel des deux championnats entre le Français et l’Anglais était le meilleur. Nous pouvons assurément répondre aujourd’hui : Ni l’un, ni l’autre. Ce sont les clubs issus du Pro12 qui mènent la danse. A l’heure où j’écris ces lignes sur 8 clubs en passe d’être quart-de-finaliste de la Coupe d’Europe, 6 sont celtes, 1 est anglais et 1 français. Bien sûr, nous attendons le match couperet entre Clermont et l’Ulster, bien sûr aussi l’histoire de cette compétition nous aura appris que la vérité d’une édition est rarement celle de la suivante. Mais tout de même !

Le Liberty Stadium

Alors le Top 14 Orange est-il devenu un sous championnat ? 

Certainement pas. Il reste le championnat le plus attractif du monde, celui qui remplit le plus les stades, le championnat le plus disputé, et même si le jeu est rarement spectaculaire il s’agit d’un championnat intense. Tout n’est pas à jeter, loin de là. Mais nous sommes obligés de constater que le contraste est saisissant entre les franchises galloises, irlandaises et écossaises d’un côté qui ont l’esprit complètement tourné vers la compétition continentale et des clubs comme Montpellier ou Biarritz de l’autre qui songent plus à leur maintien en Top 14 qu’à des rêves de finale européenne. Les celtes n’ont pas ce problème là car il n’existe pas de descente dans leur championnat, du coup ils n’hésitent pas à se focaliser sur la Heineken Cup quitte à délaisser quelque peu leur championnat qui apparaît alors comme un championnat de consolante. Tout le contraire de ce qui se passe en France. Pour synthétiser, on peut dire que le Top 14 est le championnat le plus attractif, mais le Pro12 celte est celui qui possède les meilleurs clubs européens.

Ironiquement, le Stade Toulousain, premier qualifié français pour les quart-de-finale doit son salut à la victoire surprise du petit poucet du championnat celte, le Connacht, face au caïd du championnat anglais, les Harlequins. Tout un symbole !

Le pire c’est que lorsque les clubs français gagnent ils ne fructifient pas leurs victoires. Perpignan et Biarritz, deux grands des années 2000, sont en train d’en faire l’amère expérience. Le maire de la cité catalane vient d’annoncer qu’il n’y aura pas de stade de 20 000 places pour l’USAP comme cela était annoncé depuis plusieurs années. Le premier magistrat se justifie « Les résultats du club n’ont pas pesé. Je connais assez le sport pour savoir qu’il se nourrit de hauts et de bas. C’est uniquement les critères économiques qui guident ma décision ». Comprenez « Même s’il le club avait été l’actuel leader du championnat, cela ne changerait rien car avec un tel championnat cela n’offre aucune garantie. ». Alors que d’un côté de la Manche les deux eternels rivaux qu’étaient les clubs de Swansea et de Neath se sont organisés autour d’une franchise commune, celle des Ospreys, devenant l’une des plus redoutables formations d’Europe, les clubs basques de Biarritz et de Bayonne occupent les profondeurs du championnat français. Là où les Ospreys jouissent aujourd’hui d’un superbe stade flambant neuf, le Liberty Stadium, l’agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz est écartelée entre deux projets fratricides d’agrandissement des stades Jean Dauger et Aguiléra. Les franchises celtes, assurée de jouer la Coupe d’Europe tous les ans ont investi dans des stades très haut de gamme, outre le Liberty Stadium(20 000 places), citons Thomond Park (27 000), le Cardiff City Stadium (27 000) ou le Park-y-Scarlets (15 000). Quel club français pourrait se venter de bénéficier d’avoir de telles installations ? Gallois et Irlandais ne nourrissent aucuns complexes face aux budgets pharaoniques des clubs du Top 14 Orange. Pas question pour eux de se lancer dans une course à l’artillerie lourde dont ils savent qu’ils sortiraient perdant, en achetant telle ou telle star sudiste. Les Gallois ont massivement investit dans la formation. A l’heure où Philippe Saint André se demande où il va trouver des ailiers et des piliers polyvalents de calibre international, de jeunes gallois, tels que Scott Williams, George North, John Davies ou Sam Warburton font le bonheur de leur sélection nationale. Pourtant si le BO a une équipe vieillissante, l’USAP est sans doute le club qui fut le plus actifs sur le marché des transferts des -20 ans. Seulement devant le risque d’une relégation, les entraîneurs hésitent trop à lancer dans le bain leurs 5 ou 6 internationaux dans les équipes de jeunes ; ils ont bien trop peur de leur manque d’expérience. Du coup, de toute la jeune garde catalane, seul le seconde-ligne Romain Taofifenua accumule les minutes de temps de jeu.

Un projet de club régional dans le Limousin

C’est probablement à partir d’un tel constat que le rugby limousin réfléchit très sérieusement à se lancer dans le grand bain d’un club régional. Ce qui constituerait une première en France, tous sports confondus. Plusieurs zones d’hombres existent cependant, où jouerait ce club ? À Limoges qui devrait disposer d’ici deux ou trois ans d’un nouvel écrin de 20 000 places ? Ou à Brive ? Si je crois profondément aux synergies pour des clubs appartenant à une même agglomération, je suis plus sceptique quand il s’agit de deux clubs appartenant à des villes distantes d’une bonne heure de route. Toutefois, le projet limousin a le mérite d’exister et d’essayer d’apporter des solutions dont d’autres devront s’inspirer.

 J’aurais pu continuer ma liste d’exemple avec le club de Lyon. Probablement le club en France qui offre les perspectives de croissances les plus intéressantes pour notre rugby avec notamment la possibilité de déménager pour le Stade Gerland d’ici trois ou quatre ans. Malheureusement, il semblerait que le club lyonnais soit sur le point de redescendre dans les oubliettes de la ProD2. Pour le remplacer par qui ? Par Dax ? Par Oyonnax ? Par des clubs qui seraient amenés de toute façon à jouer eux aussi à leur tour l’ascenseur ? Est-ce un modèle économique viable pour le sport professionnel ? Bien sûr que non !

 Anticipons l’avenir !

Philippe Saint-André rappelait récemment que la France est la première économie du rugby. Une réalité qu’on a un peu tendance à oublier. Ce statut devrait nous pousser à réfléchir un peu plus et à opter pour un système de championnat un peu plus élaboré. Le rugby français a connu une croissance hors-norme ces dernières années. Mais c’est peut-être bien la fin de notre Belle Epoque. La Ligue 1, de football devrait avec l’arrivée d’une dizaine de nouveaux stades passer à un cap supérieur, plus proche de ce qui existe en Allemagne ou en Angleterre. Les sports d’intérieurs comme le basket ou le hand bénéficieront, eux aussi, de nouvelles salles derniers cri, qui leur permettront eux aussi d’emboiter le pas et de ne plus passer pour les parents pauvres du sport pro hexagonal. Parallèlement à cette concurrence nouvelle, la situation économique en Europe obligera de plus en plus les collectivités locales à se désengager du sport professionnel. L’avenir n’est pas noir. Il est juste changeant et il appartiendra à ceux qui sauront le plus l’anticiper.

C’était la « France Rugby League » du Petit Caporal

Le Petit Caporal, Jacques Fouroux, passe à l'offensive en 1994

Nous étions au début des années 90, « Le petit caporal », Jacques Fouroux, lassé d’être mis de côté par une fédération garante de l’amateurisme et gérée à l’époque comme une république bananière décide de prendre les armes et de passer à l’ennemi. Paris, le 7 novembre 1994, Jacques Fouroux annonce lors d’une conférence de presse prévue à cet effet le lancement de la France Rugby League, un tournoi de rugby à XIII professionnel ! A cette époque une telle nouvelle fait l’effet d’une bombe. A ses côtés se trouve Kenneth Arthurson, président de l’International Rugby League Board, on apprend que les puissantes fédérations australiennes et anglaises appuient pleinement le projet de Jacques Fouroux et l’accompagneront dans son développement. Premier fait d’armes du « Petit Caporal », L’OPA sur le rugby à XIII français a été réalisée d’une main de maître ! La FFR13, n’a pas le choix et est obligée d’appuyer coûte que coûte ce projet Fouroux. Si l’annonce fait l’effet d’une bombe, la présentation de cette France Rugby League crée la stupéfaction générale : On annonce la création de 16 formations régionales et « à l’image des équipes cyclistes » le nom d’un sponsor sera accolé à celui de la région, l’entrée au stade sera gratuite, un show musical accompagnera chacune des rencontres, les rencontres se dérouleront en 4 quarts-temps comme au foot US, la saison sera calquée sur celle de l’hémisphère sud et la compétition se déroulera de mars à juillet. Juridiquement, la France Rugby League prendra la forme d’une SAOS et sera propriétaire à 51% de chacune des 16 équipes régionales. Jacques Fouroux oublie ses premiers amours et annoncent aux journalistes « le rugby à XV c’est 20 minutes de temps de jeu effectif ; le XIII c’est soixante minutes ». Les fédérations anglaises et australiennes seraient disposées à prêter quelques-uns de leurs joueurs pour relever un peu plus le niveau de jeu. Rappelons qu’à cette époque la France découvrait les joies du sport à la sauce américaine, la jeunesse de notre pays admirait les exploits des Mickael Jordan et se levait à 2 heures du matin pour regarder la finale du Superbowl sur Canal+. Lors de cette conférence de presse aucun nom de sponsor n’est avancé, pourtant Jacques Fouroux annonce que cette « League » sera financée essentiellement par le secteur privé. Il se murmure rapidement que M6, la petite chaîne qui monte au début des années 90 serait intéressée pour racheter les droits.

Avec ses 8 formations régionales, la France Rugby League espérait bien devenir le pendant français de la célèbre ARL australienne

En 1995, la première édition embryonnaire ne se jouera finalement qu’avec 8 formations régionales basées à Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Perpignan, Avignon et Carcassonne lors des mois d’août et septembre. Le succès est au rendez-vous, les stades sont pleins, certaines rencontres se jouent devant 10 000 spectateurs, ce qui constitue un véritable petit exploit pour l’époque ou le XV peinait à remplir ses stades. La finale est annoncée au Stade de la Méditerranée de Béziers et ses 17 000 places, citadelle du rugby à XV. La pression de Bernard Lapasset, président de la FFR sur la mairie de Béziers est énorme, on menace la municipalité de ne plus accueillir un match des All Blacks comme prévu si elle organise la finale de cette France Rugby League. Finalement, la finale se jouera à Carcassonne, dans un stade beaucoup plus petit et déjà acquis à la cause treiziste, la rencontre voit la victoire de Toulouse-Midi-Pyrénées sur celle de Perpignan-Roussillon-Catalogne devant 9 000 spectateurs et devant les caméras de Canal plus.

Le PSG XIII malgré des débuts prometteurs, sera lui aussi un flop...

« Le petit caporal » connaîtra son Waterloo. Alors que le véritable envole était pour 1996, la France Rugby League est obligé de réduire la compétition à 6 équipes, les formations d’Avignon-Provence et de Lyon-Rhône-Alpes passent à la trappe. Toulouse-Midi-Pyrénées remporte sa deuxième finale consécutive face  à Marseille-Méditerranée. Alors qu’on annonçait une multitude de quinziste franchir le Rubicon, seule une poignée de marginaux oseront franchir le pas. Probablement, que le Napoléon du rugby français s’est dispersé entre cette France Rugby League et l’expérience du Paris-Saint-Germain en Super League anglaise, qui elle aussi s’avèrera être un flop. Le 1er septembre 1996, Jacques Fouroux démissionne de toutes ses fonctions, la France Rugby League meurt avec lui. Jacques Fouroux, grand visionnaire, avait compris avant tout le monde que le rugby se trouvait à une époque charnière, que le professionnalisme était inéluctable, il s’était juste trompé de camps. Le rugby à XV est passé lui aussi professionnel en août 95, avant de connaître une ascension vertigineuse que ni même l’illuminé « Petit Caporal » n’aurait pu prévoir.