L’essentiel du Top 14

Le journal Métro vous propose tout ce qu’il faut savoir sur la 7ème journée de Top 14.

Le match

Montpellier – Castres : 19-12. C’était le choc de l’après-midi entre deux équipes habituées à jouer les phases finales. Un match tellement intéressant sur la feuille que la pluie avait décidé d’assister elle aussi à la partie. Une météo qui a obligé les joueurs à être un peu moins ambitieux dans le jeu à la main et à revenir aux fondamentaux du rugby : la conquête et le combat. Dans ces conditions, les Héraultais s’en sont mieux sortis, marquant tout de même un essai par Hape qui avait suivi une déviation sur chandelle de Trinh-Duc (14-12, 66e).Pour le reste, Paillaurgue tenait la baraque au pied face à un Kockott lui aussi affuté.

Le top
Agen a remporté le match de la peur face à Bordeaux Bègles (19-15). Les deux équipes habitant le fond du classement du Top 14, la tension était palpable au début de la partie. A domicile, les Agenais maitrisent le mieux leurs émotions pour marquer le seul essai de la partie. Sur une montée de Coux, Monribot ne contrôlait pas le cuir, mais le Bordelais   Delboubes remettait du talon le cuir dans la course de Robinson qui ne se faisait pas prier (19e). Le reste de la partie étant un échange de buteur entre Barnard pour les locaux et Lopez. La fin de match partait en cacahuète avec une bagarre générale à la suite de laquelle Narjissi et Forbes prenaient un jaune. Lozada et Treloar, pas calmés, mangeaient eux, un rouge.

Le flop
Gros flop du Racing Metro qui a pris le bouillon chez le promu grenoblois (27-13). Les Franciliens, brouillons et mal organisés, n’ont jamais vraiment existé dans ce match. Première banderille à la 22e minute, les gros de Grenoble poussant au ras, la balle ressortait pour Hunt qui s’ouvrait la porte et aplatissait. Deuxième acte avec la percée de Stewart qui oublie les copains et se fait reprendre à deux mètres. Mais Pelissé a suivi et outrage la ligne d’en but du Racing. Pour le troisième essai, Courrent joue rapidement un coup franc pour servir Vanderglass qui s’en va aux points. Piètre consolation, le Racing prive Grenoble du bonus par une percée de Bergamasco pleine axe.

Le joueur de la journée
Vuidravuwalu. Avec le Stade français, à Clermont, le jeune fidjien jouait pour la première fois titulaire en Top14. L’occasion de planter deux essais et offrait une passe décisive. Easy.

Top 14 : Les joueurs de la rade prennent le large

Le demi d’ouverture français de Toulon Frederic Michalak passe le ballon le 14 septembre 2012 à Montpellier (photo: 20minutes.fr)

Ceux qui ne cessent de se plaindre de la qualité du jeu proposé en Top 14 et qui ont préféré hier soir sortir boire « une » bière avec leurs amis auraient mieux fait de regarder le match avancé de la cinquième journée de Top 14 entre Montpellier et Toulon.

Nous avons eu le droit à un vrai match de haut niveau avec des relances, des chisteras, des passes sautés, sans oublier ce qui fait la force de notre championnat : du combat à tous les étages. Les deux équipes méditerranéennes ont pourtant pratiqué hier soir un rugby très différent. On sent l’empreinte de Bernard Laporte sur le jeu des rouges et noirs : pressions défensives maximales, pragmatisme et réalisme (comme sur la deuxième mi-temps où les toulonnais ne franchissent qu’une fois la ligne des 22 mètres adverses pour inscrire un essai), bonne gestion des moments forts et faibles ce qui leur permit de mener 16 à 0 à la mi-temps. Malgré une débauche d’énergie spectaculaire, des attaques sensationnelles et de multiples franchissements de la ligne d’avantage adverse les Montpelliérains ne trouvaient les soutiens une fois dans la défense. La deuxième mi-temps se résumera à une course poursuite entre les deux clubs. Les bleu marine trouvèrent des solutions face à ce rideau défensif très agressif grâce à du jeu au pied. On retiendra de ce match que Montpellier a marqué 4 essais et que Toulon n’en aura marqué que deux. L’essai du troisième-ligne-aile Gunther suite à une phase de jeu qui aura duré plus de deux minutes restera dans les annales de ce Top 14 version 2012-2013. Bien sûr les observateurs auront suivi avec attention le match dans le match entre Frédéric Michalak et François Trinh-Duc. On peut dire que ce premier duel aura largement plus mis en valeur l’ouvreur toulonnais. C’est d’ailleurs sur son action de relance depuis l’en-but que l’essai de Gunther est parti.

Pour conclure, on peut dire que journée après journée les joueurs s’adaptent aux nouvelles règles et on retrouve tout de même un jeu assez plaisant.

Morgan Parra : la surprise du chef !

Morgan Parra devient le nouvel ouvreur du XV de France !

AUCKLAND — L’habituel demi de mêlée Morgan Parra sera titulaire au poste de demi d’ouverture du XV de France pour affronter la Nouvelle-Zélande lors du choc de la poule A du Mondial-2011 de rugby, samedi (20h30 locales, 10h30 françaises) à l’Eden Park d’Auckland.

Parra (22 ans, 31 sélections) remplace l’habituel ouvreur François Trinh-Duc (24 ans, 31 sélections), retenu comme remplaçant, et sera associé à la charnière Dimitri Yachvili, avec qui il était jusqu’ici en concurrence pour le poste de demi de mêlée.

Morgan Parra, qui n’a jamais été titularisé à ce poste en équipe de France, est entré à l’ouverture lors du premier match du Mondial face au Japon (47-21), après la blessure de David Skrela, et a également glissé au poste de N.10 en cours de partie dimanche face au Canada (46-19) après avoir été titulaire en N.9.

« Le choix de la charnière n’a pas été une décision facile à prendre. Je crois que François Trinh-Duc, après deux matches assez peu aboutis, paie un peu ces deux matches, avec les rentrées de Morgan qui à chaque fois ont été assez probantes », a déclaré l’entraîneur Marc Lièvremont.

« Je compte sur les ressources de François pour se remobiliser et faire une entrée intéressante, et à Morgan, à qui j’en ai parlé avant de prendre cette décision, d’assurer… Je ne sais pas si c’est un intérim, mais d’assurer une production. Il est bien dans sa tête, décomplexé », a poursuivi l’entraîneur français.

Au total, cinq nouveaux joueurs intègrent le XV de départ par rapport à l’équipe qui avait débuté face au Canada. Le talonneur Dimitri Szarzewski, seul joueur à n’avoir débuté aucun des deux premiers matches des Français dans le Mondial, remplace William Servat.

Le 2e ligne Lionel Nallet retrouve une place de titulaire aux dépens de Romain Millo-Chluski, le 3e ligne et capitaine Thierry Dusautoir revient dans le XV de départ en lieu et place de Fulgence Ouedraogo.

Parra remplace François Trinh-Duc à l’ouverture. Aurélien Rougerie, ailier face au Canada, retrouve une place de second centre aux dépens de David Marty alors que Maxime Médard est titularisé sur l’aile gauche.

Composition du XV de France:

Traille (Biarritz) – Clerc (Stade Toulousain), Rougerie (Clermont), Mermoz (Perpignan), Médard (Stade Toulousain) – (o) Parra (Clermont), (m) Yachvili (Biarritz) – Bonnaire (Clermont), Picamoles (Stade Toulousain), Dusautoir (Stade Toulousain, cap.) – Nallet (Racing-Métro), Papé (Stade Français) – Ducalcon (Castres), Szarzewski (Stade Français), Poux (Stade Toulousain)

Remplaçants: Servat (Stade Toulousain), Barcella (Biarritz), Pierre (Clermont), Harinordoquy (Biarritz), Trinh-Duc (Montpellier), Estebanez (Racing-Métro), Heymans (Bayonne)

Source : AFP