Toulouse humilie Toulon

Toulon, le leader jusqu’ici invaincu du Top 14 a connu avec une équipe remaniée, un coup d’arrêt samedi, battu (32-9) pour la première fois de la saison par une équipe de Toulouse, qui a juste laissé échapper le point du bonus offensif, en clôture de la 7e journée.

Déjà auteur de tous les points de son équipe lors de la finale gagnée (18-12) sur Toulon en juin dernier, Luke McAlister a été, avec 27 points (un essai, six pénalités et deux transformations), le maître à jouer d’une équipe toulousaine rarement mise en danger et conquérante notamment en mêlée.

On ne change pas une équipe qui gagne. Cette maxime, Guy Novès le manageur toulousain, l’avait faite sienne en renouvelant l’équipe victorieuse à Bayonne (35-6) pour ce choc entre le champion en titre et le leader du Top 14.

Pari gagné puisqu’en une mi-temps, les Toulousains avaient déjà pris un avantage conséquent (19-3) grâce à une mêlée conquérante faisant reculer leur adversaire à tout coup, notamment en première période où les Varois étaient sanctionnés.

De quoi donner à McAlister, auteur de tous les points de son équipe durant les 40 premières minutes dont un essai plein de hargne en repoussant les Toulonnais sur son chemin (24e), l’occasion de briller.

Pour cette « revanche » de la finale gagnée (18-12) par les Toulousains face aux Varois et devant un Stadium complet avec plus de 35.000 spectateurs, la pluie s’était invitée et les conditions de jeu étaient pourtant moins favorables au jeu mais Toulouse avait la volonté d’emballer le match.

A l’inverse, Bernard Laporte, en laissant au repos huit cadres et en faisant tourner son effectif avec pour capitaine Bruno, n’a pas réussi son coup de poker et Michalak, de retour à Toulouse, n’a pas brillé et s’est contenté d’inscrire les points de son équipe sur trois pénalités.

Pour le RCT, en tête du Top 14 avec un sans-faute (6 victoires sur 6, dont 4 à l’extérieur), la pression était pourtant moindre que pour un Stade Toulousain, certes invaincu à domicile mais ayant déjà perdu trop de points en déplacement (à Biarritz et contre l’Usap à Barcelone).

Après une mi-temps qui leur avait été défavorable, les Toulonnais étaient encore pénalisés. Jenkins, titularisé pour la première fois, était sanctionné pour plaquage haut sur Picamoles (47e).

A l’heure de jeu, plusieurs cadres toulonnais, Masoe, Van Niekerk, Hayman et Giteau, faisaient leur entrée donnant au RCT une assise plus forte.

Si les Toulousains, qui recherchaient le bonus offensif, franchissaient à deux reprises l’en-but, leurs tentatives n’étaient pas validées après vidéo (49e et 69e).

Jusqu’au second essai de Maestri, l’ex-Toulonnais, qui donnait alors aux siens un avantage encore plus fort (77e).

Publicités

Top 14: Toulon passe la sixième, le Stade Français redémarre

Matt Giteau plonge vers l’en-but castrais et offre une sixième victoire de rang à Toulon. ‘source : espnscrum.com

Avec 27 points glanés sur 30 possibles, les Toulonnais comptent quatre longueurs d’avance sur Clermont, vainqueur avec bonus (44-20) de Grenoble et sept sur le double champion en titre Toulouse, chez qui ils se déplacent samedi prochain.

Biarritz peut s’intercaler entre les deux poursuivants en cas de victoire au Racing-Métro dans le dernier match (coup d’envoi 20H40).

Le RCT n’en finit pas d’impressionner. Emmenés par une charnière Michalak-Wilkinson inédite et prometteuse, les Varois ont affiché leur maîtrise et leur efficacité pour disposer de Castrais volontaires mais maladroits. Des essais de Giteau (6), Orioli (28) et Smith (72) ont offert aux Varois leur troisième bonus offensif de la saison.

Derrière, Clermont a gardé le rythme en prenant les cinq points de la victoire bonifiée (5 essais à 2) contre Grenoble après avoir balbutié son rugby chez l’autre promu, Mont-de-Marsan, la semaine dernière.

Montpellier s’est rapproché du peloton des poursuivants avec sa victoire bonifiée (23-15) à Bordeaux-Bègles.

Au bord de la crise après quatre matches sans victoire (3 défaites, 1 nul), le Stade Français s’est offert un peu de répit avec sa victoire arrachée à l’orgueil contre Perpignan. Avec 23 points (8 sur 9 au pied), l’ancien arrière de l’Usap Jérôme Porical a grandement contribué à la victoire parisienne.

Les Parisiens décollent un peu du bas de tableau toujours occupé par Mont-de-Marsan (14e), toujours sans point après sa défaite (28-16) à domicile contre Agen, Bayonne (13e) et Bordeaux-Bègles (12e).

Source : directmatin.fr

Le Racing bat les biarrots qui voient le RCT prendre le large. Photo : livesport.fr

Le Racing-Métro 92 stoppe Biarritz

Le Racing Metro a tenu bon à domicile face à Biarrtiz (13-12) dans un match très défensif. Les deux équipes se sont beaucoup données, l’envie prenant bien souvent le dessus sur la technique. Mais la rencontre ne fut pas sans intérêt, toujours intense, elle fût parfois crispante. La Racing ouvrait rapidement le compteur essai. Sur une passe manquée de Peyrelongue, Baby ramassait en bout de ligne et tentait le coup de pied par-dessus. Saubade à la tombée s’en allait aplatir (10-0, 10e). Le seul essai de la partie sur une balle perdue, comme symbole de ce match où les défenseurs ont fait beaucoup de mal aux offensifs. Pour le reste, c’était un duel de buteur, Germain d’un côté et Peyrelongue de l’autre et Biarritz qui recollait au score à la 43e minute sur une ultime tentative réussie du buteur maison. Peyrlongue à mi-distance puis Traille de loin auront l’occasion de faire passer les Basques devant, raté. Les Biarrots repartent donc avec le point du bonus défensif et des certitudes en défense. Ils repartent aussi avec le Racing qui leur recolle au derrière, à une semaine du derby Basque face à Bayonne.

source : metrofrance.fr

Toulon arrache sa qualification face au Racing-Métro

La joie des joueurs de Toulon après leur qualification pour les demi-finales du Top 14 de rugby face au Racing-Métro (Photo : lci.tf1.fr)

Au terme d’un match étouffant, et après avoir été largement mené, Toulon s’est qualifié pour les demi-finales du Top 14 de rugby en battant le Racing-Métro 17 à 13.

Toulon a souffert pour l’emporter à domicile. Mais l’essentiel est acquis – à savoir – la qualification pour les demi-finales du Top 14 de rugby, à l’issue d’un match de barrage remporté 17 à 13 face au Racing-Métro. En demi-finale, dimanche 3 juin à Toulouse, Toulon affrontera Clermont. L’autre demi-finale opposera la veille le Stade Toulousain à Castres, vainqueur de Montpellier (31-15) vendredi en match de barrages. « Bravo au Racing qui a fait un très gros match. Cela a basculé pour nous. Cela aurait pu basculer pour eux sur une dernière pénalité. C’est la loi du sport« , a reconnu le manageur de Toulon Bernard Laporte au micro de Canal+, après cette rencontre à rebondissements.

Il est vrai qu’après un début de rencontre équilibré, le Racing s’était rapidement détaché, de sorte qu’il menait 13 à 3 à la pause grâce à un essai de Benjamin Fall et 8 points au pied de Sébastien Descons et François Steyn, contre une seule pénalité réussie par l’ouvreur toulonnais Jonny Wilkinson en quatre tentatives. L’Australien Matt Giteau suppléait son buteur défaillant pour inscrire les six premiers points de la reprise, ramenant les Varois dans les cordes à l’heure de jeu (9-13, 62) avant l’essai du 3e ligne Steffon Armitage, servi par Smith au terme d’une course de cinquante mètres (11-13, 66).

Mené au score pour la première fois de la partie après 66 minutes, le Racing perdait l’occasion de reprendre le score en fin de match, Hernandez puis Wisniewski manquant chacun une pénalité. Une ultime mêlée victorieuse permettait à Matt Giteau de parachever son oeuvre après la sirène. Après un tel scénario, les Toulonnais ne veulent pas s’arrêter là. « Il faudra faire moins de fautes » contre Clermont, en demi-finale, a reconnu Bastareaud. « On y va en outsider mais on a notre carte à jouer. »

Quand Marca s’intéresse au Top 14

Marca, certains d’entre vous ne connaissent peut-être pas pourtant il s’agit du quotidien le plus vendu d’Espagne avec ces presque 3 millions de lecteurs journaliers le sportif pro-madrilène fait 10 fois mieux que l’Equipe le champion français (à titre de comparaison après la victoire des Bleus en Coupe du Monde 98, l’Equipe avait vendu 1 600 000 exemplaires). Ce journal ne s’intéresse en règle générale que très peu au rugby, cependant il vient de consacrer un article sur notre Top 14. Pour vous, je me suis transformé en traducteur de Courrier International et je vous ai traduit cette article.

Transferts : De l’Hémisphère sud au… Top 14 français !

Matt Giteau, David Smith, Luke Rooney, Andre Pretorius, Bakkies Botha, Joe Rokocoko, Neemia Tialata, Mark Chilsom, Luke Burgess, Gary Botha, Luke McAlister, Sitiveni Sivivatu… le vieux continent n’est plus un « cimetière à éléphants »pour les grands joueurs de l’hémisphère sud… En tout cas plus pour tout le monde. 

ANTONIO L. CANELADA. Madrid 21/06/11 – Traduction Mister Rugby 😉

Mark Giteau et Bryan Habana se retrouveront-ils tous les deux sur les terrains du Top 14 ?

Les joueurs du Super 15 qui décident de changer d’air et qui viennent jouer sur le vieux continent, souvent pour des salaires qui se comptent en millions, sont chaque jour plus nombreux. Les plafonds salariaux imposés dans certains championnats comme celui de l’Aviva Premiership anglaise rendent impossibles les tractations avec les stars de l’Hémisphère sud tandis que le Top 14 est en train de devenir la destination idéale de ces messieurs. Les temps changent, et le rugby change… Ceux qui restent pour pouvoir défendre les couleurs de leur pays sont de moins en moins nombreux.La France est en train de changer la donne du rugby moderne, espérons que celui-ci n’ira pas tout droit dans le mur.

Comme à chaque fois qu’on parle d’argent dans le Top 14 nous vient à l’esprit le cas de Mourad Boudjellal, le président millionnaire du RC Toulon. Les arrivées provenant du Super 15 pour la prochaine saison sont de hautes volées. Matt Giteau arrive dans le club français comme le transfert quatre étoiles, mais il ne sera pas le seul à changer d’hémisphère, le RCT a aussi signé le joueur de la Western Force, David Smith ; Après un petit tour du côté des Melbourne Rebels Luke Rooney revient au club. Andre Pretorius, lui, intégrera le RC Toulon en qualité de joker Coupe du Monde*  comme on dit en France, il sera chargé de remplacer Wilkinson et Giteau pendant que ces deux joueront le Mondial en Nouvelle-Zélande.

Bakkies Botha vient renforcer la deuxième ligne toulonnaise et de sacré manière !

Le dernier gros coup est celui du joueur des Bulls, Bakkies Botha, qui arrive pour renforcer le cinq de devant toulonnais. Bon joueur certes, mais pas toujours des plus intelligents, malgré son expérience il lui arrive encore de commettre des fautes pour jeu violent qui oblige souvent son équipe à jouer en infériorité numérique. On ne doit cependant pas oublier qu’il forme avec Victor Matfield une paire de deuxième-lignes considérée par beaucoup depuis plusieurs années comme la meilleure du monde. De plus, on parle pour l’équipe de Mourad Boudjellal de stars sudistes telles que Rocky Elsom, Brian Habana ou Shalk Burger. Stars à volonté !

De son côté, l’Aviron Bayonnais est l’une des équipes qui s’est le plus renforcée avec des joueurs estampillés Super 15 pour être à la hauteur la saison prochaine. D’abord avec le transfert du All Black Joe Rokocoko arrivant des Blues, bien qu’ayant réalisé une piètre saison loin de son pic de forme, il sera un renfort de taille pour l’aile bayonnaise. L’autre gros transfert est celui de Neemia Tialata, un énorme pilier de 28 ans, comptant 43 caps avec les All Blacks et qui jouait avec la franchise des Hurricanes depuis 2004. Comme s’il manquait quelque chose l’avant des Brumbies Mark Chilsom accompagnera Rokocoko et Tialata dans leur aventure du Top 14.

Le Stade toulousain, l’un des géants de ce sport en France, champion en titre, ne pouvait pas manquer ce rendez-vous de l’intersaison. Il a intégré dans ses rangs des joueurs du calibre de Luke Burgess, en provenance des Waratahs ; Gary Botha, le talonneur des Bulls et fort d’une première expérience en Europe avec les Harlequins de Londres ; Gurthrö Steenkamp qui vient lui aussi des Bulls, un fantastique pilier qui apportera beaucoup au champion tricolore ; la cerise sur le gâteau est le célèbre All Black en provenance des Blues Luke McAlister qui sera l’un des transferts record de ce Top 14.

Notons également les transferts pour le compte du quinze de l’ASM Clermont Auvergne du trois-quart aile Sitevini Sivivatu, capable aussi de jouer à l’arrière, qui compte 43 sélections avec les All Blacks malgré qu’il soit aux Îles Fidji. Le Biarritz Olympique a contracté le joueur de la Western Force, Matt Dunning et compte sur l’arrivée du très controversé Danny Cipriani dont le retour en Europe, après être resté un an du côté des Melbourne Rebels, est plus que probable… Rien de définitif cependant car l’ouvreur anglais a fait connaître son intention de continuer avec la franchise de Melbourne malgré une saison jugée irrégulière et polémique.

De son côté, le Lyon Olympique Universitaire, nouveau promu, connu plus simplement sous le nom de LOU a contracté le joueur des Stormers Ricky Januarie. Notons également l’arrivée de l’Argentin Leguizamon en provenance du Stade français, le vice champion du Challenge européen. De son côté et avec les moyens du bord actuel Agen a incorporé dans son effectif  le joueur des Waratahs Pat O’Connor tandis que ledit Stade français s’est déjà assuré des arrivées de Lei Tomiki des Reds et du grand Felipe Contepomi en provenance de Toulon et qui cherchait une échappatoire suite à l’arrivée de Giteau.

Ainsi… le vieux continent n’est plus un « cimetière à éléphants » pour les grands joueurs de l’hémisphère sud… En tous cas, plus pour tous.

* en français dans le texte original

Source : Marca

Voir l’article original