Comme des Chiefs !

Les Chiefs emmenés par Taumalolo et SBW remportent pour la première fois le Super XV. Photo : Lequipe.fr


Les Chiefs ont remporté la finale du Super Rugby en dominant largement des Sharks qui jouaient le match de trop (37-6).

Champions du monde en 2011, les Néo-Zélandais sont aussi champions du Super Rugby en 2012 grâce à la victoire des Chiefs de Waikato qui ont inscrit leur nom pour la première fois au palmarès de la compétition. Les Chiefs se sont imposés dans une finale qui aura finalement été à sens unique (37-6) face à des Sharks exangues. Pour Frédéric Michalak et son gang de requins, c’était probablement le match de trop. Les quelques 40 000 kilomètres avalés depuis les barrages pesaient très lourd dans les jambes sud-africanes, trop lourd. Les Sharks ont bien fait illusion durant les vingt premières minutes, le temps de montrer que leur organisation défensive était bien en place. Mais face à l’enthousiasme de la jeunesse d’Hamilton, les bonnes intentions ont vite volé en éclat.

Pour son dernier match avec la franchise de Waikato, Sonny Bill Williams n’a pas tardé à se mettre en lumière. Le centre est partout, surtout dans la défense adverse. Après avoir cassé deux plaquages, il offre un ballon d’essai à la flèche Nanai-Williams pour un premier essai (19e, 7-3). Le reste de la rencontre ne sera qu’une lente agonie pour des Sharks qui n’auront jamais été aussi maladroits au cours de leur saison. Menés 13-3 à la pause, les coéquipier de Frédéric Michalak avaient peut-être quelques illusions sur leur capacité à revenir dans la finale. Las, le retour tonitruant des Chiefs les calmait immédiatement. Dès la 46e, Thompson inscrivait un essai en force qui récompensait la longue pression exercée par les locaux devant la ligne adverse (20-3). A l’heure de jeu, Masaga qui venait d’entrer en jeu, tuait le match d’un essai en contre venu d’un nouveau plaquage de Sonny Bill Williams (62e, 27-6).

Les plaquages, voilà bien un domaine où les Sharks ont été défaillants… Dominés de la tête et des épaules par des Chiefs euphoriques, ils ne pouvaient que regarder, impuissants, Sonny Bill Williams parachever son oeuvre d’un plongeon entre les perches (78e, 37-6). Le Super Rugby compte un nouveau champion et il a bien fière allure.
Bertrand Lagacherie

Source : Lequipe.fr

Michalak is Back !!!

Retour gagnant avec les Sharks pour Fred Michalak

La presse sudiste est unanime la France possède  avec Fred Michalak un super ouvreur !

Moribond à Toulouse où il a essuyé alternativement le banc de touche et les gradins de la tribune d’honneur Fred Michalak retrouve de sa superbe dès qu’il enfile la tunique noire des Sharks. Lors de son premier match de Super Rugby en tant que titulaire contre les Bulls, les éternels rivaux des Sharks, l’ouvreur français à fait valoir tout son talent claquant un magnifique drop des 40 mètresà la huitième minute. Rien de tel pour se mettre en confiance ! L’ancien numéro 10 du Stade toulousain et du XV de France réussira également une pénalité et une transformation en coin. Pas mal pour un joueur dont on disait qu’il était fragile dans cet exercice.

Au-delà des quelques gestes spectaculaires dont il a le secret, Fred a réussi un match plus qu’honorable pour une première sortie, très complet aussi bien en défense qu’en attaque. Le contraste est tellement saisissant qu’on se demande si on parle bien du même Michalak que celui qui jouait dans le Top 14 ? Quand on voit un tel talent on comprend mieux la confiance presque aveugle de Bernard Laporte en ce joueur. L’ancien secrétaire d’état souhaitait faire de l’ouvreur français son leader de jeu au Stade français. Il semblerait cependant que le jeu instinctif de Fred Michalak, ses appuies soit plus fait pour un style de jeu façon Super Rugby que dans un jeu européen beaucoup plus calculateur. Aussi compétent soit-il le staff toulousain a probablement eu tort de vouloir l’utiliser en 9. Fred Michalak est un ouvreur, c’est ainsi que lui le sent. Pourquoi vouloir l’utiliser autrement. Il fait parti de ce type de joueurs un peu artistes qui ont besoin d’être mis en confiance pour pouvoir s’exprimer.

Alors à 29 ans le toulousain a encore un bel avenir devant lui.

Les Natal Sharks remportent la Currie Cup

Je vous propose les images de la Currie Cup qui est pour moi la compétition domestique la plus existante avec notre Top 14. Cette année la finale avait lieu à l’ABSA Stadium de Durban (anciennement Kings Park). Les Natal Sharks ont dominé assez largement la Western Province et ont remporté leur finale sur le score de 30 à 10. Il s’agit du 6ème titre pour le Natal, province pour laquelle ont joué notamment l’Argentin Juan-Martín Hernandez et le Français Fred Michalak ces dernières saisons. La compétition a vu l’émergence d’une nouvelle étoile : le jeune Patrick Lambié, jeune ouvreur des Sharks, âgé d’à peine 20 ans a passé 25 des 30 points inscrits par son équipe lors de cette finale. Un grand moment de rugby !