On ne change pas une équipe qui perd

Marc Lièvremont n'opère qu'à deux changements

Marc Lièvremont a dévoilé la liste des Bleus qui affronteront l’Angleterre, samedi en quart de finale. Deux changements : Mas et Harinordoquy sont titulaires.

On ne change pas une équipe qui perd, ou presque. Malgré la cuisante défaite contre les Tonga (19-14) samedi, l’entraîneur du XV de France Marc Lièvremont n’a procédé qu’à deux changements dans son XV de départ pour le quart de finale contre l’Angleterre, ce samedi à Auckland (09h30 françaises), en titularisant le pilier Nicolas Mas et le troisième ligne Imanol Harinordoquy. Il a donc décidé de maintenir la charnière Yachvili-Parra. Car il l’avait annoncé avant le match contre les Tonga : fini les changements! Mais, cette défaite surprise aurait pu venir chambouler ses plans. Que nenni. Ainsi, l’ouvreur François Trinh-Duc est maintenu sur le banc des remplaçants.

Rougérie et Dussautoir blessés mais titulaires

Nicolas Mas, habituel pilier droit titulaire revient. Après avoir manqué les trois derniers matches, la victoire face au Canada (46-19), les défaites contre la Nouvelle-Zélande (37-17) et contre les îles Tonga en raison d’une déchirure aux ischio-jambiers. Il pousse Ducalcon sur le banc. Autre retour : celui du Basque Imanol Harinordoquy, titulaire lors du premier match du Mondial contre le Japon. Malgré sa blessure (une entorse acromio-claviculaire de l’épaule droite)contractée lors du match contre les Tonguiens, le centre Aurélien Rougerie sera bien titualire pour affronter le XV de la Rose. Il récupère le poste de 3e ligne centre. tenu par Raphaël Lakafia. Enfin le capitaine Thierry Dusautoir lui aussi incertain (contusion à l’épaule gauche) est annoncé titulaire. « En cas de problème pour l’un ou l’autre, on avisera », a expliqué Marc Lièvremont ce mardi matin.

« La finalité est de gagner !« 

Et si la France bat l’Angleterre c’est une demi-finale « abordable » qui l’attend puisque elle serait opposée au vainqueur du duel européen entre l’Irlande et le Pays de Galles qui se jouera samedi à Wellington. C’est le moment où jamais de montrer de la fierté c’est ce qu’a expliqué en substance Marc Lièvremont ce matin : « Face aux Anglais, le jeu sera presque accessoire. le contenu m’importera peu, lance-t-il. Mes joueurs ont désormais les clés du camion. S’ils décident de pratiquer un rugby à zéro passe, de ne faire que des portés et de ne monter que des chandelles, et bien qu’ils le fassent. La finalité est de gagner ! »

Composition du XV de France :

Médard (Stade Toulousain) – Clerc (Stade Toulousain), Rougerie (Clermont), Mermoz (Perpignan), Palisson (Toulon) – (o) Parra (Clermont), (m) Yachvili (Biarritz) – Bonnaire (Clermont), Harinordoquy (Biarritz), Dusautoir (Stade Toulousain, cap.) – Nallet (Racing-Métro), Papé (Stade Français) – Mas (Perpignan), Servat (Stade Toulousain), Poux (Stade Toulousain)
Remplaçants : Szarzewski (Stade Français), Barcella (Biarritz), Pierre (Clermont), Picamoles (Stade Toulousain), Trinh-Duc (Montpellier), Marty (Perpignan), Heymans (Stade Toulousain)

Pour Fabrice Estebanez, suspendu trois semaines par l’International Rugby Board pour plaquage dangereux face aux Tonga, la compétition est terminée. Le 3/4 centre français a confié sa peine sur son compte Twitter : « moral au plus bas… ».

Article original : 

Photos : Espnscrum.com

 

 

Publicités

Le champion au rendez-vous

Les Catalans ont parfaitement su gérer ce match, et s'impose en champion !

Il y a des joueurs qui, au moment des phases finales, revêtissent leur habit de lumière et remportent des matches à eux seuls. Jérôme Porical fait partie de cette caste. Ce serait faire injure aux Catalans de réduire leur qualification en finale du Top 14 à un seul homme mais force est de constater que l’arrière des Sang et Or est le grand bonhomme du choc remporté face aux Toulousains. Avec 21 points à son actif, l’arrière de l’USAP a puni l’indiscipline des Rouge et Noir et envoie son équipe à Saint-Denis le 29 mai prochain. Pour Toulouse, le calendrier s’allège, au bonheur de son entraîneur, avant le rendez-vous face à Biarritz samedi prochain.

Bonne entame de Toulouse
«On va au Stade de France pour la 2e fois d’affilée, souligne un Jérôme Porical exténué après le coup de sifflet final. On n’a rien gagné encore, il faudra cravacher dur dans 15 jours. On a eu une première mi-temps difficile car on avait moins de rythme. Après la machine s’est mise en route. Il faut maintenant gagner la finale.» Une analyse pertinente qui résume à elle seule le scénario de la rencontre. Après une première période difficile et marquée par une grosse pression des Toulousains, rapidement devant grâce à un essai de Bézy (0-7, 8e), les Catalans sont revenus au vestiaire avec un retard de quatre points (9-13). Mais l’USAP, dominatrice en touche, avait de quoi espérer dans cette demi-finale. Au contraire des Castrais une semaine plus tôt, les partenaires de Maxime Mermoz ont su tenir le coup face à la furia toulousaine et rester à hauteur à la pause.

Une indiscipline punie par Porical
Malgré l’entrée en jeu de Poux et Lecouls à la pause, la domination catalane en mêlée ne bougeait pas d’un fil. Pis, grâce à leur supériorité en mêlée, les hommes de Jacques Brunel ont validé leur succès au terme d’un deuxième acte complètement maîtrisé. «On manquait de rythme après trois semaines d’arrêt en première période, avoue David Marty. La fraicheur et l’envie de jouer une finale a fait la différence.» La fraîcheur, le mot est lancé. Beaucoup plus fringants face à des Toulousains incapables de produire du jeu et trop indisciplinés, les champions de France ont remis leur destin entre les pieds de leur ouvreur, auteur de tous les points de son équipe. A la 52e minute, après une nouvelle faute en mêlée des Rouge et Noir, Jérôme Porical transformait l’offrande pour permettre à Perpignan de passer devant pour la première fois de la soirée (15-13, 52e). Un avantage qui sera définitif. Grâce à deux nouvelles pénalités, l’USAP validait logiquement son billet pour le Stade de France. Et briguera un deuxième bouclier de Brennus.

Résumé du match sur Eurosport 2 (en Anglais)