L’idée d’un championnat de franchises fait son chemin. Selon JMD, elle est même inéluctable  Si la Fédération ne prend pas les devants, ce sont les clubs eux mêmes qui opteront pour cette option. Ce message a été posté par un lecteur, JMD en réponse à un billet posté il y a 4 ans En toute franchise (1, 2 et 3). Plutôt que des franchises utilisant pour socles des clubs du Top 14 comme je l’ai imaginé dans le manifeste de Mister Rugby, JDD imagine un vrai championnat interprovincial, rappelant que certaines de ces formations ont remporté des victoires historiques face à des équipes aussi prestigieuses que les All Blacks ou les Wallabies lors de tournées d’automne. J’ajouterais qu’avec l’expansion des marques régionales (Sud de France, Sud-Ouest, Auvergne, Alsace, etc.) qui cherchent à donner une visibilité à l’internationale ce projet gagne en crédibilité. 

De notre envoyé spécial, JMD

Depuis 5 ans et même 3 ans les choses ont bien sûr évolué même si nous n’avons toujours pas de franchises, évolution très positive concernant l’Union Bordeaux-Bègles puisque le club se maintient depuis 2 ans en Top 14, de plus il fidélise un public, il y a une tradition rugbystique à Bordeaux qui ressurgit. L’équipe a enregistré la deuxième affluence au stade avec ses délocalisations à Chaban-Delmas, une enceinte que l’Union pourrait peut-être squatter en permanence puisque les footeux vont déménager dans leur grand stade flambant neuf. Concernant Agen par contre l’affaire se complique, mais le club n’est pas mort pour faire partie une jour des 14 franchises, bien qu’Agen pourrait avec l’Union bordelaise constitué la province Aquitaine (équipe Grand Bordeaux ?) ou équipe Aquitania si on veut lui attribuer une dénomination antique. Cette formation Bordeaux-agenaise a dans le passé rencontré les équipes de l’hémisphère sud en tournée, je me souviens d’un match contre l’Australie en 1993. Mais il se pourrait que Bordeaux désire conserver sa propre identité de même qu’Agen. Concernant Dax et Mont de Marsan il y a quelques années on a parlé de fusion, ses deux clubs peuvent constituer donc une franchise « Landes » mais tout aussi bien intégré également la franchise Aquitaine aux côtés d’Agen voire de Bordeaux. Autre possibilité, explorons les toutes, Dax et Mont de Marsan pourrait donc le plus vraisemblable être associées à Bayonne et Biarritz pour constituer l’équipe Côte Basque Landes (Force-Basque Côtes Sud) équipe Atlantica pour prendre un terme antique… qui elle aussi a déjà existé sous l’appellation du comité Côte Basque Landes et avait notamment battu les All blacks en 1990. A moins que Bayonne et Biarritz fusionnés souhaitent restés indépendants des landais. En associant les finances des 4 clubs, la province Côtes Basque Landes correspondrait actuellement à un budget de 45€, ce qui n’est pas rien.

Le Racing Métro est issu de la fusion de deux clubs de même que le Stade Français Paris et l’on peut dire que cela a fonctionné. Si un temps on s’est interrogé sur la viabilité de deux clubs pros dans la capitale, aujourd’hui il ne fait aucun doute que c’est tout à fait viable, et effectivement le derby au Stade de France est un ingrédient tout à fait intéressant au sein même du Top 14. Une seule franchise Île-de-France de France n’est pas nécessaire, deux équipes c’est bien mieux.

Depuis 2010 et l’étude de la Ligue, les franchises semblent se constituer naturellement sans l’intervention de la Ligue, ainsi ça pourrait lui faciliter le travail à l’avenir. Clermont et Toulon sont deux équipes très autoritaires sportivement, le Stade Toulousain n’est pas autre chose qu’une franchise, il n’est pas concevable que ce club puisse descendre de division, déjà qu’une année sans titre, Brennus ou H Cup n’est pas bien vécu par les toulousains et engendre dans la ville rose une surconsommation d’antidépresseurs creusant un peu plus le déficit déjà énorme de la sécurité sociale. Je le répète une relégation en ProD2 est totalement inenvisageable pour le Stade Toulousain qui chaque année se donne les moyens de ses ambitions. En absorbant les budgets de Castres, Colomiers, Montauban, Auch et Albi, ce qui parait très improbable, l’équipe Toulouse Midi Pyrénéen serait vraiment le plus grand club du monde, quoique niveau pognon pas beaucoup plus riche que l’équipe Basquo-landaise. Nous savons en 2013 que Albi ne pourrait pas avoir sa franchise. Concernant Toulon, elle pourrait représenté donc l’équipe de la French Riviera…l’équipe Côte-d’Azur avait battu les Wallabies à Mayol. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une franchise à Nice et une autre à Marseille puisque Toulon désormais si médiatique pourrait représenter la grosse écurie régionale avec le soutient de Nice et de Marseille.

Le Top 14 c’est comme un conseil municipal où tout le monde veut devenir le Maire, le Racing Métro ambitionne le titre pour 2014 et Lyon qui n’est plus en Top 14 aspire légitimement à y revenir, et devenir plus fort que la formation Clermontoise qui pourtant n’a jamais été aussi impressionnante. Bourgoin-Jallieu ne peut plus espérer que d’être vampirisé par Lyon pour de nouveau rejoindre l’élite.

Perpignan et Montpellier semblent être deux places suffisamment fortes pour avoir leur écurie respectives franchisées, bien qu’une association Languedoc-Roussillon incluant Narbonne et Béziers ne serait pas dégueulasse. Grenoble est là surprenant promu qui a apporté du piment à la compétition cette année.

On se vente en France d’avoir la meilleure compétition du monde, hors nous ne l’avons pas encore, le Super Rugby demeure la référence. Il suffit de regarder Youtube, en popularité internationale la compétition phare de l’hémisphère sud est nettement plus célèbre que le Top 14 qui a néanmoins atteint un engouement sans précédent et qu’il est en train de devenir tout autant que l’équipe de France la vitrine du rugby français. Cependant, le Top 14 est encore très en deçà de sa notoriété potentielle. Sur les sites anglophones le Top 14 est bien moins évoqué que le Super Rugby qui est seulement comparé à la H CUP.

Si nous le voulions vraiment, nous pourrions déjà avoir réellement et sans contexte le meilleur championnat. Le France est un beau pays, un vrai centre d’attraction magnétique pour les touristes de part son Histoire, ses monuments, sa diversité géographique etc. Tout ceci est très important, outre l’aspect financier attractif, c’est la France elle-même que les joueurs étrangers veulent découvrir. Il y a quelques années on disait que la culture des clubs était trop forte en France, et c’est vrai mais les mentalités évoluent heureusement. Les nations celtes ont opté pour des équipes de province parce que c’était vital pour elles. Hors si on veut vraiment avoir le meilleur championnat possible, les franchises sont essentielles en France. Comme les équipes ne descendront pas elles attireront forcément les partenaires financiers, avec la fusion des clubs on aura de gros budgets, encore plus de stars viendront. Décrocher le Brennus à quelque chose de mythique, c’est l’apothéose d’une fresque équipe pour les joueurs de l’équipe qui le remporte. Jonny Wilkinson qui a pourtant soulevé la Webb Ellis Cup avec le XV de a rose, a avoué au micro de Canal+ qu’il avait réalisé ce que le Brennus représentait après avoir perdu la finale avec Toulon contre Toulouse en 2012. Plus le Top 14 gagnera en célébrité plus le Brennus deviendra un Graal à obtenir pour tout rugbyman quelque soit on origine et sa nationalité.
Il ne s’agit pas de savoir si il y aura des franchises, il s’agit de savoir quand elles seront instaurées et par quelles provinces ou/et clubs elles seront représentées

Publicités

« Pour » ou « Contre » uniformiser les calendriers des hémisphères nord et sud ?

La nouvelle est passée assez inaperçue de ce côté-ci de la Manche, mais fait grand bruit au Royaume Uni et en Irlande. Selon certains tabloïds britanniques (WalesOnline, Dailymail) un consortium de dirigeants de clubs de l’Aviva Premiership et du Top 14 Orange souhaiteraient que caler la saison de l’hémisphère nord sur celle de l’hémisphère sud. Objectif ? En finir avec le saucissonnage des compétitions et surtout devoir jouer une partie de la saison sans internationaux. Avec en point de mire, une Coupe du Monde des clubs qui auraient lieux tous les deux ans !

Le rugby à XIII européen a franchi le pas il a  plusieurs années en calant la saison de la Superligue sur celle de l’ARL.

Mais une telle décision n’apporterait-elle pas plus de problème qu’elle en résoudrait ? Essayons d’y voir un peu plus clair en mettant sur une balance les arguments « Pour » la fusion des calendriers nordiste et sudiste, et les arguments « Contre ».

Uniformisation des calendrier nord-sud, Challenge mondial interclub, le rugby à XIII a franchis le pas. Pour un succès en demi-teinte

« Pour » le calage du calendrier de l’Hémisphère nord sur celui de l’Hémisphère sud.

 *  Nous évitons le saucissonnage des compétitions qui rend peu lisible le rugby professionnel d’aujourd’hui.

* Les internationaux seraient à disposition des sélections à des moments bien définis et les clubs pourraient les récupérer ensuite. Il n’y aurait plus cette aberration actuelle où des joueurs payés par leurs clubs doivent s’absenter lors de fenêtres nombreuses et mal définies pour des matchs internationaux. C’est l’argument de poids, car en France comme en Angleterre se sont les clubs les payeurs. Payeurs = décideurs, cela semble assez logique.

*  Exit les matchs dans la boue, avec des groupés pénétrants et des grands coups de savates, des terrains impraticables (comme celui du Stadium ce week-end). Place à un jeu plus proche de celui de l’hémisphère sud, avec plus de jeu. Tant pis pour les nostalgique, tant mieux pour les amateurs du rugby moderne.

*  Les confrontations nord-sud ne seraient plus faussées comme elles le sont aujourd’hui. Les joueurs seraient dans des états de formes identiques lorsqu’ils se rencontreraient lors des compétitions internationales.

à Nous évitons la confrontation directe avec le football qui est aujourd’hui le principal frein au développement du rugby.

« Contre » le calage du calendrier de l’Hémisphère nord sur celui de l’Hémisphère sud. 

* Le rugby est un sport d’hiver, en agissant ainsi nous ne ferions qu’accentuer le phénomène d’un rugby à deux vitesses, celui des amateurs et celui des professionnels.

*  En France et en Italie, la chaleur est insupportable en été. Difficile de jouer au rugby dans ses conditions. Bien sûr, il existe la solution de jouer les matchs en nocturne après 23 heures.

*  C’est à mon avis le principal argument « contre » : Comment diable faire venir du monde dans les stades quand tout le monde est en vacances. Imaginez-vous un seul instant que les clubs parisiens qui viennent d’investir une petite fortune dans des stades hauts de gammes accepteraient dans des coquilles vides ?

* En France, le rugby rentrerait en compétition avec le Tour de France. Le Tour de France c’est de 5 à 10 pages dans tous les quotidiens, c’est le premier événement sportif annuel au niveau mondial. Je préfère encore affronter la Ligue 1.  Pire encore, tous les 4 ans l’actualité du rugby passerait loin derrière celle des Jeux Olympiques.

*  Le tournoi des 6 Nations se disputerait en début de saison, et on peut légitimement penser que le niveau de jeu serait assez médiocre.

Fran Cotton lit-il le Blogue de Mister Rugby ? Oui à en croire son nouveau projet pour le rugby anglais

Conclusion : la refonte du calendrier permettrait certes, de résoudre certains problèmes mais de nouveaux problèmes au moins aussi importants arriveraient sur le devant de la scène. L’ancien pilier international anglais, Fran Cotton, prétend que cette idée d’uniformisation des calendriers est vieille comme le rugby et qu’elle nous empêche aujourd’hui au rugby anglais de se concentrer sur les vrais problèmes et d’apporter les vraies solutions. Je n’en pense pas moins. Selon lui, la France et l’Angleterre, sont les deux seules nations à posséder encore un système de club et que seule la France peut supporter (je suis moins convaincu que lui sur cette dernière affirmation). Son projet pour le rugby anglais ? Un projet invraisemblablement identique à celui proposé sur ce blogue pour le rugby hexagonal(cf : Projet Mister Rugby), à savoir un système de franchise sans montée ni descente avec des licences accordées pour trois à cinq saisons, un nombre de clubs participants aux phases finales plus importants. L’objectif faire évoluer les structures du rugby anglais.

Projet Mister Rugby : le débat est lancé sur la toile !

Le manifeste pour une autre organisation du rugby lancé sous le nom Projet Mister Rugby a été repris et publié –à ma demande- sur plusieurs blogues ovales de la toile et non des moindre : Le blogue de l’ancien commentateur vedette de France 2 Pierre Salviac rugbyolimpic.com l’a publié, Rugby Connection en a fait de même suscitant au passage de nombreuses réactions d’internautes. Le blog Sudrugby.com, spécialisé dans le rugby de l’hémisphère sud y a même consacré un post complet qui se veut critique et constructif. Je ne prétends pas détenir la vérité, l’idée première étant bien de faire des propositions pour le rugby d’élite et surtout de lancer le débat. Vous pouvez participer à ce débat sur le forum de rugbyrama.fr où les internautes, pour ou contre, se sont passionnés autour du projet (il y a plus de 15 pages de discussion autour du projet). D’autres blogues devraient s’y intéresser et notamment La Tête en Mêlée le blogue rugby du journal Libération. Je regrette seulement que Midi Olympique à qui j’ai envoyé un exemplaire n’ait pas souhaité pour l’instant relayé un débat qui a bel et bien été lancé sur la toile.

Mon projet pour le rugby français

Devant les mauvais résultats du XV de France et après plusieurs mois de travail je me suis essayé à imaginer ce que pourrait être le rugby français de demain, un système que je voudrais performant sur le plan sportif et économiquement viable. Retrouvez ce projet sur la page Projet Mister Rugby . Il s’agit d’une synthèse des idées proposées depuis plusieurs années sur ce blogue. Donnez vos opinions! Critiquez-le ! Proposez des améliorations à ce projet ! Je compte également sur vous pour le diffuser autour de vous en le partageant sur des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter.