Biarritz deux victoires en deux matchs malgré tout

Biarritz sans convaincre vient d’arracher une précieuse victoire face au Sporting Union Agenais. De bon augure avant de se déplacer à Toulouse et Montpellier. Les Lot-et-Garonnais, eux, se contenteront du point de bonus défensif. 

Après sa piètre prestation à Mont-de-Marsan le weekend dernier le BO entendait bien montrer ses ambitions et envoyer un message fort à ses adversaires directs que son le FC Grenoble, l’USAP, le Racing et le Stade Français pour la 6ème place qualificative pour les phases finales. Malheureusement pour eux, malgré les ambitions affichées notamment en première mi-temps, le BO a eu du mal à passer au braquet supérieur. Les Basques, surpris par l’essai plein d’opportunisme de Fonua en début de première mi-temps, se contenteront de la victoire. Si le Biarritz Olympique ne convainc guère par son jeu, le bilan comptable est intéressant avec deux victoires en deux matchs. Ces résultats sont primordiaux avant d’affronter le Stade Toulousain et Montpellier chez eux.

Le Sporting Union Agenais était venu à Biarritz pour gagner et relancer une saison bien mal engagée. Malgré leur réalisme, le SUA n’a pas convaincu. Il me semble que ces Biarrots étaient prenables notamment dans les 5 dernières minutes quand les Agenais sont revenus à 5 points et ont commencé à produire du jeu. Seulement, par manque de solution offensive, peut-être par un manque de condition physique (nous étions aux alentours de 75ème minutes) les Agenais finiront toujours par se débarrasser du ballon en bout de ligne par du jeu au pied. Rendant la tâche un peu plus facile au Biarrots. Tout n’est pas perdu, puisque les Agenais qui luttent pour le maintient viennent de prendre un précieux points de bonus défensif et mettent ainsi la pression sur leurs adversaires bordelais qui, eux, devront faire un déplacement délicats à Perpignan malgré leurs nombreux blessés.

Mister Rugby

Usap: le bon jour du président

https://i1.wp.com/www.lexpress.fr/pictures/950/486572_le-deuxieme-ligne-de-l-usap-romain-taofifenua-perce-dans-la-defense-agenaise-lors-de-la-12e-journee-du-top-14-de-rugby-le-30-novembre-2012.jpg

https://i1.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/1/1b/Logo_Top14_2012.jpgMême si tout ne fut pas facile, l’Usap a dominé de manière logique (39-13) un SU Agen qui n’aura pas su tenir la distance ce vendredi, à Aimé-Giral, où les Catalans, auteurs de cinq essais, ont salué d’une victoire bonifiée la nouvelle présidence de Daniel Besson, le successeur de Paul Goze.  

L’opposition agenaise n’avait ce vendredi, à Aimé-Giral, certainement pas la qualité des champions de France, mais il aura fallu malgré tout à Nicolas Mas et ses partenaires se relever les manches pour finir par prendre largement la mesure de leurs adversaires après le repos, forts d’une mainmise de tous les instants sur cette rencontre. Si l’on excepte dix minutes d’un opportunisme total en fin de première période, Agen, qui ne comptait qu’un petit point de retard à la pause (14-13), n’aura tout simplement pas su tenir la distance. Un mal récurrent cette saison pour l’équipe de Philippe Sella qui, avant cette rencontre, avait déjà concédé seize de ses vingt-cinq essais en seconde période. Trois de plus seront venus grossir cette statistique, en même temps que sa faiblesse en conquête, et notamment en mêlée fermée, avait une fois encore placé ce SUA d’emblée en difficultés.  Nicolas Mas pouvait savourer : « Il a vite fallu se remettre dans le championnat. La victoire avec le bonus est là et tout le monde est content, c’est le principal, lâchait le pilier de l’équipe de France au micro de Canal + SportEn première période, nous n’avons pas respecté le plan de jeu ni les Agenais. Nous sommes partis dans un rugby débridé avec beaucoup trop de fautes. Agen nous a mis à mal en revenant à un point, mais nous avons rectifié le tir en seconde période« . Et offert un succès à cinq points à leur président. 

Lagarde, le pire et le meilleur

Agen a sans doute des intentions au coup d’envoi de ce toujours périlleux déplacement en terres catalanes. Mais pour exister à ce niveau et espérer menacer cette Usap, le SUA part avec un handicap récurrent et, on serait tenté de dire, rédhibitoire : une mêlée fermée, véritable talon d’Achille d’une équipe qui cède sur cet exercice après moins de dix minutes de jeu. La première épreuve de force imposée par Cap’tain Mas et sa première ligne met au supplice son homologue lot-et-garonnaise, qui paye sans doute aussi sa réputation si peu glorieuse dans ce secteur de jeu. Les pénalités pleuvent, au point d’envoyer le pilier Laurent Cabarry au frigo pour dix minutes, avant que M. Gauzere n’ait d’autre choix que d’offrir l’essai de pénalité aux Perpignanais (7-0, 9e). On a connu meilleur entame pour se mettre en confiance à Aimé-Giral…

Gavée de munitions, l’Usap, après ces trois semaines de trêve internationale, elle, retrouve ses automatismes et enfonce le clou dans la foulée sur cette attaque en première main sur laquelle la défense agenaise, bien naïve, tombe dans le panneau des leurres sang et or et laisse un boulevard à David Marty pour le deuxième essai des locaux (14-0, 14e). Pour son premier match de la saison, Raphaël Lagarde, positionné à un poste d’arrière inhabituel pour lui, a peut-être pêché par inattention, même si son ailier Tagotago ne l’a certainement pas aidé sur ce coup-là. L’ancien Montpelliérain semble promis à une longue soirée avec ces deux échecs au pied en suivant (20e, 24e). On se trompe lourdement. Sa réaction est même superbe. Deux éclairs sur deux premiers mouvements offensifs limpides des Agenais : la passe après contact de Vincent Roux profite à Tagotago, qui n’a plus qu’à servir Lagarde en bout de ligne pour l’essai de la révolte suaviste (14-5, 30e). L’ex-joueur de Marc Delpoux sous le maillot de l’UBB joue un drôle de tour à son ancien entraîneur avec ce déboulé et ce jeu au pied d’une précision diabolique, qui envoie Miguel Avramovic à dam (14-10, 35e). Irrésistible face à des Perpignanais soudain fébriles, malgré leur outrageuse domination en conquête (70 % de possession), Lagarde s’offre un drop juste avant la pause (14-13, 41e). Le doute est permis pour Mas et ses partenaires à l’heure de regagner les vestiaires…

https://i2.wp.com/cdn-sports.ladmedia.fr//images/media/rugby/top-14/articles/top-14-tout-bonus-pour-l-usap/florian-cazenave-adrien-plante/4471792-1-fre-FR/Florian-Cazenave-Adrien-Plante_w484.jpg

KO pour les visiteurs du soir, réduits à un zéro pointé en seconde période

« Il faut se remettre au boulot… » L’appel au réveil de ses troupes du capitaine catalan est au moins aussi clair que celui de son entraîneur, dont résonnent encore les vestiaires à la reprise, mais cette Usap, bien que capable de perpétuer de plus belle sa mainmise sur le ballon, n’en profite que trop peu. Deux pénalités de James Hook (47e, 57e) ne suffisent pas à éloigner la menace agenaise (20-13). Il faut la rentrée de l’Anglais Richard Haughton, décisif sur son attaque de la ligne adverse, pour créer la brèche longtemps retardée par le SUA et envoyer Farid Sid à l’essai (25-13, 59e). Si un possible hors-jeu sur la dernière a échaudé le banc agenais, le ballon chipé par Florian Cazenave dans les mains de Mathieu Lorée provoque l’ire de Mathieu Blin et David Darricarrère. Au bout du contre de 80 mètres, c’est le break pour l’Usap (32-13, 66e). Qui se libère d’un cinquième essai en force, signé Guilhem Guirado, pour un bonus aux allures de KO pour les visiteurs du soir, réduits à un zéro pointé en seconde période. Dans la tribune, Daniel Besson, le nouveau président, accompagné de Paul Goze, pouvait savourer la première victoire de son mandat.

https://i1.wp.com/acestgratuit.free.fr/images/logo_sports.fr_1.jpg

L’essentiel du Top 14

Le journal Métro vous propose tout ce qu’il faut savoir sur la 7ème journée de Top 14.

Le match

Montpellier – Castres : 19-12. C’était le choc de l’après-midi entre deux équipes habituées à jouer les phases finales. Un match tellement intéressant sur la feuille que la pluie avait décidé d’assister elle aussi à la partie. Une météo qui a obligé les joueurs à être un peu moins ambitieux dans le jeu à la main et à revenir aux fondamentaux du rugby : la conquête et le combat. Dans ces conditions, les Héraultais s’en sont mieux sortis, marquant tout de même un essai par Hape qui avait suivi une déviation sur chandelle de Trinh-Duc (14-12, 66e).Pour le reste, Paillaurgue tenait la baraque au pied face à un Kockott lui aussi affuté.

Le top
Agen a remporté le match de la peur face à Bordeaux Bègles (19-15). Les deux équipes habitant le fond du classement du Top 14, la tension était palpable au début de la partie. A domicile, les Agenais maitrisent le mieux leurs émotions pour marquer le seul essai de la partie. Sur une montée de Coux, Monribot ne contrôlait pas le cuir, mais le Bordelais   Delboubes remettait du talon le cuir dans la course de Robinson qui ne se faisait pas prier (19e). Le reste de la partie étant un échange de buteur entre Barnard pour les locaux et Lopez. La fin de match partait en cacahuète avec une bagarre générale à la suite de laquelle Narjissi et Forbes prenaient un jaune. Lozada et Treloar, pas calmés, mangeaient eux, un rouge.

Le flop
Gros flop du Racing Metro qui a pris le bouillon chez le promu grenoblois (27-13). Les Franciliens, brouillons et mal organisés, n’ont jamais vraiment existé dans ce match. Première banderille à la 22e minute, les gros de Grenoble poussant au ras, la balle ressortait pour Hunt qui s’ouvrait la porte et aplatissait. Deuxième acte avec la percée de Stewart qui oublie les copains et se fait reprendre à deux mètres. Mais Pelissé a suivi et outrage la ligne d’en but du Racing. Pour le troisième essai, Courrent joue rapidement un coup franc pour servir Vanderglass qui s’en va aux points. Piètre consolation, le Racing prive Grenoble du bonus par une percée de Bergamasco pleine axe.

Le joueur de la journée
Vuidravuwalu. Avec le Stade français, à Clermont, le jeune fidjien jouait pour la première fois titulaire en Top14. L’occasion de planter deux essais et offrait une passe décisive. Easy.

Résumé vidéo de la deuxième journée de Top 14

Voici un petit résumé vidéo de la deuxième journée de Top 14 avec les meilleurs moments des matchs Bordeaux vs. USAP, Racing vs. Toulon, Montpellier vs. Clermont-Auvergne et Biarritz vs. Agen. Quelques belles actions malgré le manque d’automatisme dû au début de saison et au changement du réglement (notamment dans le secteur de la mêlé fermée).

Clermont s’impose, le Stade Français totalise

Le Stade Française assure au MMArena en faisant exploser les Agenais ! Djibril Camara félicite son équipier argentin, Felipe Contepomi

Clermont s’est imposé (29-23) face à Perpignan samedi lors de la 21e journée de Top 14, mais n’a pas profité du faux-pas la veille du Stade Toulousain à Bordeaux, en ne prenant pas le bonus offensif. Clermont reste 2e devant Toulon qui a battu le Racing-Métro (32-20). Castres se hisse à la 4e place après sa victoire sur Montpellier (27-18) et le Stade Français se replace en atomisant Agen 53-27. Biarritz gagne au LOU (17-34).

L’assurance du Stade Français 

Pour son expérience de délocalisation au MMArena du Mans, le Stade Français n’a fait dans la dentelle. Il voulait offrir un spectacle à un public habituellement sevré de rugby, il a tout fait pour cela. Solides dans la conquêtes, dynamiques, perforateurs dans l’axe, les Parisiens ont rapidement débordés les Agenais et avaient déjà inscrit trois essais en 1re période. Le festival s’est poursuivi après la pause, grâce aussi il est vrai à des Lot-et-Garonnais qui avaient besoin de points mais qui n’ont jamais fermé le jeu. Au final, la vague rose a enflammé le stade manceau et permis au Stade Français avec ce large succès 53-27 (dont 28 points de Contepomi !) de revenir dans la course à la qualification, au moins pour les barrages.

Le joueur du jour : Jonny Wilkinson

L’ouvreur anglais a été l’un des grands artisans de la victoire du RCT face au Racing Metro 92 (32-20). Auteur de 22 points, Wilkinson a été quasi-parfait au pied avec 8/9 dans ses tentatives à la botte. Grâce à ce succès, les Toulonnais confortent leur troisième place au classement, les Racingmen cédant pour leur part la 6e place, la dernière qualificative pour les play-offs, au Stade Français.

Résumé : Toulon vs. Racing

Le chiffre du jour: 40

Le nombre de victoires enregistrées par l’équipe de Clermont dans son stade Michelin. Les Auvergnats sont vraiment très difficiles à manoeuvrer sur leurs terres. Pour Perpignan a bien failli mettre un terme à cette série. Les Catalans, premiers non relégables, n’avaient d’autre alternative que de venir s’imposer à Clermont pour pouvoir respirer un peu. L’USAP a toujours été dans le rythme, plus motivée que jamais dans une rencontre pour le moins rugueuse. Avec deux essais chacun, les deux équipes se tenaient encore à 20-20 juste avant l’heure de jeu. Ensuite, l’impact clermontois a commencé à se faire davantage sentir et les Jaunards ont maîtrisé le ballon. Ils se sont détachés sur les fautes adversaires grâce à trois pénalités de Skrela qui permettait à ses couleurs de s’imposer 29-20. Mais les Clermontois ont souffert face à la rage des Perpignanais qui n’ont pas été payés en retour puisqu’ils restent toujours dans une position délicate.

Le BO s'impose à Lyon est de paie par la même occasion un grand bol d'air frais. Le LOU, lui sombre chaque jour un peu plus.

Le BO en appétit, le LOU reste sur sa fin

Le Biarritz Olympique a remporté aux dépens de  Lyon, un succès important (34-17) dans l’optique de son maintien en Top 14  au terme d’un match face au dernier du classement qu’il a globalement  maîtrisé et au cours duquel les Biarrots n’ont jamais été menés. 12e au coup d’envoi, le BO, qui a laissé échappé dans la dernière minute le point du bonus offensif, a tout de même obtenu une troisième victoire consécutive qui lui permet de s’éloigner de la zone rouge. En revanche, cette nouvelle défaite paraît condamner définitivement le club  lyonnais, qui ne s’est plus imposé depuis le 28 janvier. Malgré toute sa bonne volonté et son engagement, l’équipe lyonnaise paraît chercher son second souffle et aura bien du mal à se débarrasser de sa lanterne rouge.

Le réalisme castrais

Déjà vainqueur au match aller, Castres a réussi un bon coup en s’imposant devant Montpellier, un concurrent direct pour la qualification. Le réalisme castrais a fait la différence face à des Montpelliérains qui ont montrés de belles choses, qui ont beaucoup mis de jeu mais n’ont pas su bonifier leurs occasions, ni concrétiser dans leurs temps forts, et ont laissé beaucoup trop de points au pieds. Plus sobre et mais plus efficace dans son rugby, Castres a construit sa victoire en s’appuyant encore une fois sur son buteur Romain Teulet (17 points). Les Castrais ont fait une bonne affaire en prenant l’ascendant sur les Héraultais, même si ceux-ci n’ont pas dit leur dernier mot pour les phases finales.

La déclaration: Xavier Sadourny (entraîneur de Lyon):

« C’est sans doute terminé pour nous. Il faut repartir avec des joueurs qui sont mentalement plus frais, moins atteint et préparer la saison prochaine. Mais nous jouerons notre carte à fond pour être réglos vis à vis des actionnaires du club, des partenaires, du public aussi qui était encore nombreux aujourd’hui ».

Le Stade français : Il assure !

Le MMArena recevra un match de Top 14 Orange lors de la 21ème journée : Stade français vs. SU Agen

La décision du Stade français de délocaliser lors de la 21ème journée de Top 14 Orange son match face à Agen à la MMArena de la ville du Mans et d’ores et déjà très critiquée sur la toile. De mon côté je préfère saluer encore le courage du club parisien qui, dans la continuité de ce que proposait déjà Max Guazzini, a encore une fois tout compris au sport pro. Acculé au Stade Charléty les Parisiens capables d’attirer près de 80 000 spectateurs au Stade de France multiplie les mauvaises performances dans cette enceinte coincée près du périf’ et initialement prévue pour les compétitions d’athlétisme. Peu importe ! Le Stade français, fidèle à son image, a décidé d’aller de l’avant. Le match se jouera dans la ville du Mans qui dispose depuis quelques mois d’un magnifique stade ultramoderne. Premier stade français à avoir eu recours à la technique du nommage. Le comité du Pays-de-Loire est actuellement en plein boom (+50% d’effectif ces dernières années) et dispose de 38 clubs et de plus de 8 000 licenciés ! Si le club invite tous les enfants des écoles de rugby de toutes les villes se trouvant en proximité du Mans (Angers, Laval, Tours, Alençon, Chartres, etc.) le succès populaire sera assuré. Je prends même le pari que le Stade français ne sera pas très loin de remplir les 25 000 places du stade. Le Top 14 possède la une formidable opportunité de toucher des gamins qui n’ont pas l’habitude de voir du rugby de haut niveau. Avec ses délocalisations au Stade de France, le club parisien a acquis une véritable notoriété nationale et ne doutons pas que cette première en province sera un succès pour peu que le Stade français utilise les mêmes ingrédients que ceux utilisés dans l’enceinte dionysienne. De plus cette affiche entre Aquitains et Franciliens ne devrait pas être sans enjeu car les deux clubs sont en confrontation directe pour les places qualificatives.  A un moment ou le rugby semble accuser un peu le coup après avoir connu une croissance exponentielle 15 années durant, cette décision me semble tout à fait salutaire pour notre sport. J’espère que le Stade français saisira d’autres opportunités les saisons prochaines, avec pourquoi pas un beau match (pour une réception de Clermont ou de Toulon par exemple) au futur grand stade de Lille-Métropole ?

Agen en pôle position, le MHR en position très délicate

Finaliste l'année dernière, le MHR se retrouve en position de relégable cette saison.

Agen continue son petit bonhomme de chemin après son succès devant Montpellier en clôture de la 9e journée (18-12). Performant en conquête, le SUALG a su dompter au mieux un ballon glissant, s’en remettant à la botte de Barnard, auteur de six pénalités. Bonus défensif pour un MHR irrégulier.

Sans trop faire de bruit, Agen est en train de s’installer bien confortablement parmi les qualifiables du championnat. En clôture de la 9e journée, le SUALG a de nouveau surpris en épinglant Montpellier (18-12), le finaliste de la saison dernière. Pas de grandes envolées mais une rigueur certaine en conquête et une défense agressive de la part d’Agenais solides et appliqués. Et qui possèdent dans leurs rangs un buteur très efficace en la personne de Conrad Barnard. Le demi d’ouverture lot-et-garonnais a sanctionné à six reprises l’indiscipline de Montpelliérains qui ont baissé physiquement en fin de rencontre.

Sur une pelouse grasse et devant composer avec un ballon humide, les deux équipes se sont évertuées à conserver au mieux leurs munitions. En vain. Les erreurs de main ont été légions, rendant le match assez haché. Le MHR, qui restait sur une défaite à domicile devant Castres, se montrait entreprenant en début de rencontre mais butait sur une bonne défense agenaise. Bustos Moyano débloquait le tableau d’affichage (4e) et Fernandez sur drop (13e) s’avouait réaliste au pied. Mais cette avance allait rapidement fondre et la pause était atteinte sur un score de parité logique (9-9).

Deux poteaux pour Barnard

L’indiscipline chronique des deux formations empêchaient les attaques de se mettre en valeur. Axant le jeu sur la conquête et les chandelles, Agen s’adaptait au mieux et tentait quelques coups dans le sillage d’une paire de centres Pelesasa-Avramovic très perforante. Mais il était écrit que cette rencontre n’attendrait pas des sommets et il fallut se contenter d’un duel de buteurs. Le SUALG s’est approché à deux reprises de l’en-but héraultais mais à chaque fois, la défense de Montpellier a récupéré le ballon sur pénalité.

Subissant de plus en plus, Montpellier a fini par craquer, multipliant les fautes en fin de rencontre et s’attirant les foudres de l’arbitre Pascal Gaüzère. Heureusement pour le MHR, les deux dernières tentatives de Barnard touchaient les poteaux (72e, 79e), gardant ainsi le point du bonus défensif. Agen, toujours cinquième, n’a pas brillé mais a mieux su faire les choses que Montpellier, son banc s’avouant également plus décisif. Un résultat à confirmer la semaine prochaine àToulon. Le MHR, lui, reste sous la menace de la zone de relégation et le déplacement à Lyon présage une sacrée bataille pour le maintien.

Source : Rugbyrama.fr