Super 15 : le point sur la première journée

Malgré l'arrivée de leur nouvelle star Sonny Bill Williams, les Chiefs ont été défaits à domicile dès la première journée par leurs voisins des Highlanders

Lions vs. Cheetahs : 27-25

Portés par un excellent Elton Jantjies, auteur de tous les points de son équipe et de la pénalité de la victoire à sept minutes du coup de sifflet final, les Lions ont débuté leur saison par une victoire face aux Cheetahs.

Stormers vs. Hurricanes : 39-26

Accrochés par les Hurricanes pendant une heure, les Stormers se sont échappés dans les dernières minutes pour entamer la saison de Super 15 de la meilleure des manières, avec notamment des essais de Gio Aplon et Siyo Kolisi.

Waratahs vs. Reds : 21-25

Les Reds, tenants du titre, se sont imposés à la dernière seconde chez les Waratahs (21-25) samedi lors de la 1ere journée de Super 15. Vendredi, les Sharks de Michalak (aucun point) avaient chuté contre les Bulls.

Chiefs. vs. Highlanders : 19-23

Bien que menés en première période, les Highlanders ont trouvé les ressources pour dominer les Chiefs (19-23) à l’extérieur.

Bulls vs. Sharks : 18-13

Pour leur entrée dans la saison 2012 du Super XV, les Sharks de Frédéric Michalak se sont inclinés sur la pelouse des Bullsn, portés par Morne Steyn, auteur de tous les points de son équipe.

Source : rugby365.fr

Publicités

Super Reds !

Will Genia homme du match de cette magnifique finale !

Leaders de la saison régulière, les Queensland Reds ont confirmé leurs excellentes dispositions de l’année 2011 en remportant samedi à Brisbane leur premier titre en Super Rugby après avoir pris le meilleur sur les Canterbury Crusaders (18-13) en finale. Devant leur public du Suncorp Stadium, les Australiens ont pu compter sur le talent de Ione et Genia pour faire chuter Carter et les siens.

La finale de rêve a tenu toutes ses promesses. Le choc des Titans entre les Queensland Reds et les Canterbury Crusaders a donné lieu samedi à une orgie de rugby conclue par le premier titre de la province australienne en Super Rugby. Devant leur public du Suncorp Stadium de Brisbane, Quade Cooper et les siens ont remporté (18-13) un sommet d’ovalie qui vient confirmer le changement de statut d’une formation passée eu deux ans de la treizième place du défunt Super 14 aux sommets du Super 15. Leaders tout au long de la saison régulière, les Reds placent là une cerise de choix au sommet de l’alléchant gâteau élaboré en 2011.

Pour un coup d’essai, les Australiens ont donc réalisé un coup de maître. Novices à ce niveau de la compétition, les Maroons ont su imposer leur loi face aux expérimentés Crusaders, recordmen de victoires en Super Rugby avec sept sacres. Avec un mérite évident puisque les Néo-Zélandais s’illustrent dans un premier acte qu’ils dominent stérilement. Jusqu’à ce que Dan Carter justifie son statut de star mondiale du rugby. Le All-Black tape pour lui-même et récupère un ballon qu’il s’en va aplatir entre les perches avant de transformer (7-3, 34e). Le duel stratosphérique des 10 a bel et bien commencé, Quade Cooper se chargeant, grâce à deux pénalités (32e, 38e), de maintenir les Reds au contact à la pause (7-6).

Les bijoux de Ione et Genia

Si le premier acte est animé mais pauvre en points, le second est d’un tout autre acabit. Alors que les Crusaders semblent sûrs de leur force et creusent un peu plus l’écart grâce à une pénalité de l’inévitable Carter (10-6, 49e), les Reds prennent une première fois les devants. Et de quelle manière. Digby Ione donne l’impression de franchir le mur du son pour transpercer la défense néo-zélandaise et signer le premier essai des siens (13-10, 51e). Carter profite d’un hors-jeu adverse pour égaliser (13-13, 56e). Le sort de la rencontre est incertain et aucune des deux équipes ne semble disposée à abdiquer.

Entre alors en ligne de compte la fraîcheur physique et sur ce plan, les Reds semblent mieux armés et le prouvent au cours d’une fin de partie qui tourne à leur avantage. Après un essai refusé à Rob Simmons pour un en-avant (59e), le salut des Reds vient finalement de Will Genia. Le demi de mêlée brille de mille feux lorsqu’il feinte la passe de ses 40 mètres, crochète Carter avant de sortir les canes et d’aplatir au terme d’une course folle de 60 mètres (18-13, 68e). Les coups de pied ratés par Cooper dans les dernières minutes n’empêchent pas Ewen McKenzie, deux ans après son éviction du Stade Français et après deux finales perdues avec les Waratahs, de remporter son premier titre en Super Rugby. Et les Crusaders, désireux de l’emporter en hommage aux disparus du tremblement de terre de Christchurch en février dernier, de verser quelques larmes…

Source : Sports.fr


Michalak is Back !!!

Retour gagnant avec les Sharks pour Fred Michalak

La presse sudiste est unanime la France possède  avec Fred Michalak un super ouvreur !

Moribond à Toulouse où il a essuyé alternativement le banc de touche et les gradins de la tribune d’honneur Fred Michalak retrouve de sa superbe dès qu’il enfile la tunique noire des Sharks. Lors de son premier match de Super Rugby en tant que titulaire contre les Bulls, les éternels rivaux des Sharks, l’ouvreur français à fait valoir tout son talent claquant un magnifique drop des 40 mètresà la huitième minute. Rien de tel pour se mettre en confiance ! L’ancien numéro 10 du Stade toulousain et du XV de France réussira également une pénalité et une transformation en coin. Pas mal pour un joueur dont on disait qu’il était fragile dans cet exercice.

Au-delà des quelques gestes spectaculaires dont il a le secret, Fred a réussi un match plus qu’honorable pour une première sortie, très complet aussi bien en défense qu’en attaque. Le contraste est tellement saisissant qu’on se demande si on parle bien du même Michalak que celui qui jouait dans le Top 14 ? Quand on voit un tel talent on comprend mieux la confiance presque aveugle de Bernard Laporte en ce joueur. L’ancien secrétaire d’état souhaitait faire de l’ouvreur français son leader de jeu au Stade français. Il semblerait cependant que le jeu instinctif de Fred Michalak, ses appuies soit plus fait pour un style de jeu façon Super Rugby que dans un jeu européen beaucoup plus calculateur. Aussi compétent soit-il le staff toulousain a probablement eu tort de vouloir l’utiliser en 9. Fred Michalak est un ouvreur, c’est ainsi que lui le sent. Pourquoi vouloir l’utiliser autrement. Il fait parti de ce type de joueurs un peu artistes qui ont besoin d’être mis en confiance pour pouvoir s’exprimer.

Alors à 29 ans le toulousain a encore un bel avenir devant lui.

Un Super rugby de plus en plus show !

Pendant que les joueurs du Top 14 Orange sont  en vacances, que nos internationaux se préparent de manière dispersée je ne sais pas où. Le « rugby » de l’hémisphère sud est à son paroxysme. La nouvelle formule du Super Rugby (ne m’appelez plus jamais Super 14 !) a complètement relancé une compétition qui battait de l’aile. Des essais à gogo, des pom-pom girls, des placages à la carotide, des mascottes, des spectateurs complexés de ne pas être américains qui s’empiffrent d’hamburgers XXXL, des en-avants dignes des plus belles passes des Quater-backs, un petit air de NBA, de rugby à 7 et de championnat mexicain de foot : C’est jusqu’à preuve du contraire le rugby qui gagne !

Super Rugby : Débuts difficiles pour Melbourne

Débuts difficiles pour les Rebels de Cipriani

La toute nouvelle franchise de Melbourne emmenée par Rod Macqueen, l’entraîneur qui offrit à l’Australie son deuxième titre mondial 1999 a concédé pas moins de 7 essais à domicile face à leurs compatriotes du New South Wales. De plus les Rebels ont perdu leur ouvreur James Hilgendorf. Il se murmure déjà aux antipodes que le français Frédéric Michalak désireux de connaître l’Australie pourrait être le remplaçant idéal. Le 10 toulousain avait déjà effectué une première saison dans l’hémisphère sud, en Afrique du sud, au sein de l’équipe des Sharks. Il n’avait pas pu joué le Super 14 à cause d’une blessure mais avait toutefois participé avec brio au succès de son équipe en Currie Cup. Rod Macqueen a cependant ajouter « Nous avons besoin de conseils médicaux sérieux pour se faire un avis sur la nature de la blessure de James. Tant que nous n’aurons pas d’avis tranché, nous ne pourrons pas en dire plus. Michalak est un bon joueur mais c’est encore trop tôt pour spéculer à son sujet ». Lire l’article du Sydney Morning Herald à ce sujet en cliquant ICI.

Les Blues d’Auckland ont battu leurs éternels rivaux les Canterbury Crusaders et leur pléiade de stars sur le score de 24 à 22. Lors de cette première journée il n’y a pas eu de match entre franchises de nations différentes.

Super Rugby : le « Big Show » débute pour les nations du Sud


Hosea Gear des Hurricanes va à l'essai malgré Will Genia des Queensland Reds, le 7 mai 2010 à Wellington en Super 14.

Si le TOP 14 Orange et la PRO D2 vont aborder la dernière ligne droite, un autre championnat, le SUPER 15, commence dès demain soir sous les chaleurs australes. Et pour la première fois de son histoire, le rugby de l’hémisphère sud met en scène quinze équipes, avec l’arrivée de la toute nouvelle province de Victoria, les Melbourne Rebels.

Fini le temps d’une poule unique (NDLR : Super 12 de 1996 à 2006 et Super 14 de 2006 à 2011), l’organisation du championnat va changer. Désormais c’est sous forme de conférences, trois au total (Afrique du Sud, Nouvelle Zélande, Australie), regroupant chacune cinq équipes qui s’affronteront en match aller – retour, que vont s’organiser les rencontres. A cela s’ajouteront les oppositions intercontinentales, ou chaque équipe de chaque pays rencontrera quatre équipes des deux autres nations. Autrement dit, il y aura 8 rencontres (en match aller-retour) entre les 5 équipes de la même conférence et 8 matchs contre les 8 des 10 autres équipes. Soit un total de 16 matchs disputés à l’issue de la phase initiale. Simple…

Au terme de ces mini-championnats, six équipes disputeront les phases finales. Les trois vainqueurs de chaque conférence et les trois autres équipes comptabilisant le plus grand nombre de points. Comme pour le TOP 14 Orange, les deux meilleures formations de la première phase seront directement qualifiées pour les demies, les quatre autres devant passer par la case matchs de barrage. (3e contre 6e et 4e contre 5e).

Qui dit nouveauté, dit nouvelles stars. En tête d’affiche, l’équipe néozélandaise des Crusaders avec le recrutement du phénomène Sonny Bill Williams. Choix de carrière payant pour l’ancien treiziste et centre de Toulon qui, en rejoignant la formation la plus titrée de l’hémisphère Sud et gros fournisseur de joueurs pour les All Blacks, a également pu revêtir le maillot à la fougère argentée. Un parcours quasiment parfait à quelques mois de la Coupe du Monde qui se déroulera dans le pays au long nuage blanc.

Pour les Chiefs, le choix est devenu un privilège ! Ancien toulonnais ! Ancien capitaine des All Blacks ! Fort de ses 37 printemps, Tana Umaga apportera toute son expérience à une formation très jeune et qui aura besoin des conseils avisés de leur légende pour réaliser un bon parcours. Mais cela s’annonce d’ores et déjà très ouvert, car malgré l’appétit des Crusaders, impatients de reprendre leur trophée, la concurrence sera au rendez-vous.

A commencer par l’Afrique du Sud, nouvelle place forte de la compétition, qui, avec trois titres en 4 ans pour les Bulls et deux finales 100% Boks lors des quatre dernières éditions, place d’emblée ses représentants comme favoris. L’Australie ne sera pas en reste. Les Reds et les Brumbies, respectivement 5ème et 6ème de la dernière édition, avaient manqué les phases finales de peu et auront à cœur de faire’ un beau parcours. Comme la Nouvelle Province, les Melbourne Rebels, qui avec l’apport du prodige anglais Danny Cipriani et de Wallabies d’expérience (Mortlock, Blake ou Cordingley) joueront les troubles fête.

C’est donc une nouvelle édition palpitante et forcément spectaculaire qui va s’ouvrir ce vendredi dans l’hémisphère sud. Rendez-vous le 9 juillet 2011 pour savoir quelle formation aura su tirer son épingle du jeu, connaître les nouvelles pépites que le Sud aura fait exploser au grand jour, et quelles tendances se dégagent avant de basculer sur l’autre évènement de l’année, la Coupe du Monde en Nouvelle Zélande.

Conférence australienne

New South Wales Waratahs
Queensland Reds
Brumbies
Western Force
Melbourne Rebels

Conférence néo-zélandaise

Canterburry Crusaders
Auckland Blues
Wellington Hurricanes
Otago Highlanders
Waikato Chiefs

Conférence sud-africaine

Bulls
Stormers
Sharks
Central Cheetahs
Lions

Source : LNR.fr Photo : lexpress.fr