Coupe d’Europe : La gratin pour Castres !

L’ERC a procédé cet après-midi au tirage au sort de la prochaine Coupe d’Europe dont la finale aura lieu au Stade de France. Les clubs français seront donc les clubs à abattre. Castres, qui n’a joué qu’une seule fois les phases finales de la Coupe Heineken, hérite d’une poule à la hauteur de son nouveau statut !

 

Poule 1

Castres aura fort à faire dans cette poule 1. Les Tarnais retrouvent les Northampton Saints, vice champion de l’Angleterre et vainqueur de l’édition 2000 de la compétition continentale. L’affrontement entre le champion de France et les triple champions d’Europe du Leinster, récent vainqueurs du Challenge européen, vaudra son pesant d’or. Les Gallois des Ospreys complètent cette Poule 1.

Poule 2

Toulon aura une poule a priori plus abordable, ils croiseront sur leur chemin leurs bourreaux de la finale de Challenge européen 2010 les Cardiff Blues. Les Glasgow Warriors et les Chiefs d’Exeter tenteront de sortir de réaliser l’exploit face au nouveau Champion d’Europe.

Poule 3

Toulouse semble se diriger vers un mano a mano avec les Saracens de Londres. Les Zèbres, bons derniers du Pro12 (ex-ligue celte) et la province irlandaise du Connacht arbitreront ce duel entre Londoniens et Haut-Garonnais.

Poule 4

Clermont et le Racing ont l’habitude de se retrouver en Coupe d’Europe, ce sera encore le cas la saison prochaine. Les deux clubs français héritent d’une poule particulièrement alléchante avec les Harlequins de Londres et la franchise galloise des Scarlets.

Poule 5

Montpellier, auteur d’un recrutement quatre étoiles, aura également le droit à de belles confrontations. Les Héraultais retrouveront les Leicester Tigers, champion d’Angleterre, la province irlandaise de l’Ulster. Les Italiens du Benetton Trévise tenteront, comme ils en ont l’habitude, de déjouer les pronostiques.

Poule 6

Perpignan voit se profiler deux belles affiches face aux irlandais du Munster, double champion d’Europe, Edimbourg et Gloucester seront les autres adversaires que retrouveront l’USAP sur sa route.

Publicités

Mondial 2015 : la France tête de série mais pas à l’abri

La Coupe du Monde de rugby 2015 en Angleterre débute lundi à Londres avec le tirage au sort des poules que la France aborde avec le rang de tête de série aux côtés de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie et de l’Afrique du Sud, un privilège qui n’exclut pas quelques surprises.

https://i0.wp.com/www.lavoixdunord.fr/sites/default/files/articles/ophotos/20121202/121201-france-argentine.jpg

ne seule fois, en sept éditions, le XV de France a dû affronter l’une des trois nations majeures de l’hémisphère Sud en phase de poule de Coupe du Monde: les All Blacks en 2011, en Nouvelle-Zélande de surcroît. Un mois avant de s’incliner en finale à l’Eden Park (8-7).

Trois ans auparavant, en 2008, le XV de France de Marc Lièvremont n’avait pas réussi à arracher le statut de tête de série pour le fameux tirage au sort. Celui de Philippe Saint-André y est parvenu en 2012 en réalisant un sans-faute face à l’Australie (33-6), l’Argentine (39-22) et les îles Samoa (22-14) lors des test-matches de novembre. Sage précaution: l’Angleterre, dépossédée de la quatrième place, s’est réveillée samedi en terrassant les All Blacks à Twickenham (38-21).
Les Français ont donc évité All Blacks, Wallabies et Springboks au moins jusqu’au quarts de finale. Avantage déterminant ? Il n’y a pas de science exacte en la matière. Lors des deux dernières Coupes du Monde en 2007 et 2011, les finalistes, l’Angleterre et la France, figuraient dans la poule du futur vainqueur, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande.
A ce jeu, les Français pourraient bien se retrouver dans la poule de l’Angleterre, nation organisatrice, rival historique éliminé en quart de finale en 2011 (19-12). De quoi pimenter d’ores et déjà le prochain déplacement des Français à Twickenham le 23 février dans le Tournoi des six nations.
A défaut du XV de la Rose, les Français récolteront l’Irlande, les surprenantes îles Samoa ou l’Argentine. Les Pumas seront en 2015 un adversaire redoutable pour la première place de la poule, forts d’une expérience de quatre ans dans le Four Nations. A défaut, les souvenirs des confrontations avec les Argentins en France en 2007 sont encore vifs.
Les progrès de l’Argentine et des îles Samoa mais aussi la série noire du pays de Galles, les difficultés de l’Italie et la crise en Ecosse concoctent un troisième chapeau particulièrement relevé. Sans oublier les îles Tonga qui viennent de s’imposer en Ecosse et qui avaient administré une leçon inoubliable aux Français à Wellington en 2011 (19-14).
Les hasards du tirage au sort pourraient donc créer une poule à trois nations majeures européennes alors que l’hémisphère Nord n’a touché le trophée qu’une seule fois en sept tentatives, grâce à l’Angleterre de Jonny Wilkinson en 2003. Les nations qui composeront les quatrième et cinquième chapeaux seront connues à l’issue du long processus des qualifications régionales et des barrages.
Les chapeaux du tirage au sort (à partir de 15h00 GMT):

Chapeau 1: Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Australie, France
Chapeau 2: Angleterre, Irlande, Samoa, Argentine
Chapeau 3: Pays de Galles, Italie, Tonga, Ecosse
Chapeau 4: Océanie 1, Amérique 1, Asie 1, Europe 1
Chapeau 5: Afrique 1, Amérique 2, Europe 2, repêchage
https://i2.wp.com/www.lavoixdunord.fr/sites/all/modules/custom/vdn/vdnmenuheader_custom/images/lavoixdessports.gif

Championnat du sud : les Blacks sacrés, les Pumas adoptés, les Wallabies déprimés

La Nouvelle-Zélande, en démonstration samedi en Argentine (54-15), a survolé la 1re édition du Four Nations de rugby, compétition des grandes nations de l’hémisphère Sud marquée par l’intégration réussie des Argentins et la crise menaçante en Australie.

Les All Blacks, champions du monde à domicile en octobre 2011, ajoutent une nouvelle ligne à leur palmarès après avoir remporté le Tri-Nations à dix reprises depuis 1996, avant l’intégration des Argentins cette année.

Après la dernière journée samedi prochain, qui établira le classement définitif derrière les All Blacks pour l’Afrique du Sud (2e), l’Australie (3e) et l’Argentine (4e), ces quatre nations auront un mois pour préparer la tournée de novembre dans l’hémisphère Nord.

Elles affronteront des nations européennes en lutte pour une place de tête de série lors du tirage au sort du Mondial-2015, le 3 décembre à Londres.

Auparavant, All Blacks et Wallabies s’affronteront une dernière fois le 20 octobre à Brisbane, en Australie. En Europe, les All Blacks éviteront la France, leur victime de la finale du Mondial-2011 (8-7). L’Australie, puis l’Argentine sont en revanche attendues en France les 10 et 17 novembre.

En attendant, la transition chez les All Blacks est une réussite. Leur nouvel entraîneur Steve Hansen, ex-adjoint de Graham Henry parti après le sacre mondial, débute son mandat par un trophée.

Les Néo-Zélandais n’ont plus perdu depuis août 2011 (15 victoires consécutives). Et s’ils ont été quelque peu bousculés à domicile par les Sud-Africains (21-11) et même par les Argentins (21-5), leur performance samedi à La Plata, avec sept essais inscrits aux Pumas, a clairement rappelé la hiérarchie.

L’année 2013 sera aussi riche en défis côté néo-zélandais avec la triple réception du XV de France en juin, probablement sans le capitaine Richie McCaw, qui devrait prendre un « congé sabbatique » d’au moins six mois après la tournée de novembre.

Les Springboks en chantier

Malgré la correction reçue à La Plata, l’Argentine a globalement réussi son intégration à la compétition, véritable révolution pensée par les dirigeants du rugby mondial après sa 3e place au Mondial-2007 et mise en pratique cette année.

Un manque d’expérience et de ressources physiques, inévitables pour une première, expliquent les résultats des Pumas qui doivent pour l’heure se contenter d’un match nul face aux Springboks. Avant une dernière tentative samedi face à l’Australie pour marcher dans les traces de l’Italie, qui avait gagné un match dès l’année de son admission dans le Tournoi des six nations en 2000.

Ce premier Four Nations fut aussi l’occasion d’un délicat baptême du feu pour l’entraîneur des Springboks Heyneke Meyer. Le successeur de Peter de Villiers a encore un match face aux All Blacks samedi à Soweto pour rehausser son bilan.

Après la retraite de plusieurs cadres (Smit, Matfield, Botha) et les blessures de nombreux joueurs (Burger, Fourie, Brussow), Meyer a lancé plusieurs jeunes pousses y compris au poste d’ouvreur, le jeune Greg Goosen ayant suppléé le critiqué Morné Steyn samedi face aux Wallabies. Le chantier est en cours.

L’Australie, balayée samedi à Pretoria (31-8), sort de nouveau affaiblie de la compétition. Deux nouvelles désillusions face aux All Blacks, une catastrophe évitée de peu à domicile face à l’Argentine et une seule victoire face aux Springboks forment le bilan de Robbie Deans.

En poste depuis 2008, l’entraîneur néo-zélandais est fortement critiqué et les déclarations au vitriol tenues cette semaine par l’ouvreur Quade Cooper contre sa Fédération et chargeant implicitement son entraîneur, auquel il préfère son mentor des Queensland Reds Ewen McKenzie, ont singulièrement plombé l’ambiance australe.