Finale Top 14 : 2012 rime avec Toulouse !

Combien de bouclier pour Toulouse ? On ne les compte même plus !

Toulouse gagne le bouclier de Brennus en battant en finale un Toulon très accrocheur (18-12), un match où les défenses ont prit le dessus et où la différence s’est fait au pied.

Trois minutes. C’est le temps interminable qu’ont passé les Toulonnais à un mètre de l’en but de Toulouse. La sirène avait retenti, et les gros de la rade poussaient. Toulouse sortaient les barbelés mais voyait le RCT progressé 10 cm par 10 cm. Mais Toulon finissait par faire un en avant et Toulouse remportait le Brennus tant convoité. Trois minutes comme une métaphore de cette finale tendue, défensive mais terriblement intense.
Avant cette fin de match intense, se sont les buteurs qui s’affrontaient dans un duel de snipers. McAlister et Wilkinson ne se lâchaient pas d’une semelle, enchainant les coup de pieds parfaits. Ratant chacun, aussi, deux drops face au poteau. Mais Wilkinson, puis Lapeyre manquaient deux pénalités à plus de 50 mètres, quand McAlister en passaient deux faciles. La différence se faisait là. Elle se faisait aussi sur le carton jaune reçu par Kubriashvili après de multiples mêlées écroulées. La faute sans doute à une trop grande fatigue après avoir joué toute les minutes de la phase éliminatoires puisque sans remplaçants.
Il ne restait plus qu’à Wiliam Servat à aller soulever le bouclier de Brennus pour son dernier geste de rugbymen.

Source : Metrofrance.com

Publicités

Toulon arrache sa qualification face au Racing-Métro

La joie des joueurs de Toulon après leur qualification pour les demi-finales du Top 14 de rugby face au Racing-Métro (Photo : lci.tf1.fr)

Au terme d’un match étouffant, et après avoir été largement mené, Toulon s’est qualifié pour les demi-finales du Top 14 de rugby en battant le Racing-Métro 17 à 13.

Toulon a souffert pour l’emporter à domicile. Mais l’essentiel est acquis – à savoir – la qualification pour les demi-finales du Top 14 de rugby, à l’issue d’un match de barrage remporté 17 à 13 face au Racing-Métro. En demi-finale, dimanche 3 juin à Toulouse, Toulon affrontera Clermont. L’autre demi-finale opposera la veille le Stade Toulousain à Castres, vainqueur de Montpellier (31-15) vendredi en match de barrages. « Bravo au Racing qui a fait un très gros match. Cela a basculé pour nous. Cela aurait pu basculer pour eux sur une dernière pénalité. C’est la loi du sport« , a reconnu le manageur de Toulon Bernard Laporte au micro de Canal+, après cette rencontre à rebondissements.

Il est vrai qu’après un début de rencontre équilibré, le Racing s’était rapidement détaché, de sorte qu’il menait 13 à 3 à la pause grâce à un essai de Benjamin Fall et 8 points au pied de Sébastien Descons et François Steyn, contre une seule pénalité réussie par l’ouvreur toulonnais Jonny Wilkinson en quatre tentatives. L’Australien Matt Giteau suppléait son buteur défaillant pour inscrire les six premiers points de la reprise, ramenant les Varois dans les cordes à l’heure de jeu (9-13, 62) avant l’essai du 3e ligne Steffon Armitage, servi par Smith au terme d’une course de cinquante mètres (11-13, 66).

Mené au score pour la première fois de la partie après 66 minutes, le Racing perdait l’occasion de reprendre le score en fin de match, Hernandez puis Wisniewski manquant chacun une pénalité. Une ultime mêlée victorieuse permettait à Matt Giteau de parachever son oeuvre après la sirène. Après un tel scénario, les Toulonnais ne veulent pas s’arrêter là. « Il faudra faire moins de fautes » contre Clermont, en demi-finale, a reconnu Bastareaud. « On y va en outsider mais on a notre carte à jouer. »

Top 14: Clermont rejoint Toulouse, le Racing se place, Bayonne respire

Benoît Cabello marque un essai face au Stade Français et les Clermontois prennent la première place.

Clermont a rejoint Toulouse en tête du classement du Top 14 de rugby grâce à sa victoire face au Stade Français, tandis que le Racing a pris une option sur la qualification en phase finale et que Bayonne s’est donné un peu de répit en battant Biarritz, samedi lors de la 23e journée.
Avec une 41e victoire consécutive à domicile toutes compétitions confondues (25-9), Clermont se hisse à hauteur de Toulouse, qui conserve cependant sa première place malgré sa défaite (25-10) vendredi à Perpignan.

Les deux équipes ont mis fin à un faux suspense en assurant dès samedi leur présence en phase finale. Mais le plus important pour les deux ténors est la défaite (22-13) de Toulon à Agen qui leur laisse une avance importante pour les deux premières places synonymes d’accession directe en demi-finale.
Toulouse devra réagir samedi prochain face à Brive tandis que Clermont recevra Montpellier. Toulon, de son côté, recevra Castres, concurrent pour les barrages qui accueille Bordeaux-Bègles samedi soir en clôture de la 23e journée.
Le revers toulonnais permet également à Montpellier, qui n’a pas fait de détail face à Lyon (43-12), de revenir à un point de la troisième place et de réaffirmer son ambition de disputer un match de barrage à domicile. Castres a pratiquement imité –quatre essais inscrits, mais sans point de bonus– le club héraultais en disposant facilement de Bordeaux-Bègles samedi soir (44-20).
Le Racing-Métro, fort de sa victoire bonifiée (40-19) face à Brive, a pris une option sur la phase finale. Le club francilien ravit la cinquième place à Castres et compte désormais six points d’avance sur le Stade Français, rentré bredouille de Clermont.
Agen a réalisé un grand pas vers le maintien en battant Toulon à domicile. Le club lot-et-garonnais n’est cependant pas encore mathématiquement à l’abri, pas plus que Perpignan malgré sa victoire face à Toulouse.
Balayé par le Racing, Brive subit un coup d’arrêt et se retrouve de nouveau sous pression avec deux déplacements à venir à Toulouse et à Clermont entrecoupés de la réception de Bordeaux-Bègles. Huitièmes mi-février, les Girondins ne possèdent toujours que trois points d’avance sur le premier relégable, Bayonne.
L’Aviron Bayonnais s’est redonné de l’air en battant Biarritz (24-19) dans un derby basque de bas de tableau. Le BO ramène un point de bonus défensif de son court déplacement et reste sous la menace.

Source : Leparisien.fr 

Le Top 14 passe de l’orange… au vert !

La Ligue va revoir sa politique mercatique

La Ligue Nationale de Rugby a décidé de revoir complètement sa politique mercatique. Thibaut Chatelard, Directeur Marketing et Commercial de la LNR vient d’exposer les grands axes de cette rénovation. 

En premier lieu, le partenariat de nommage, qui consistait depuis 4 ans à juxtaposer le nom de la société Orange à celui de Top 14 arrive à son terme et ne sera pas reconduit. Toutefois le géant français de la téléphonie restera l’un des partenaires majeurs de la ligue. La principale instance du rugby professionnel a donc décidé de développer une nouvelle identité visuelle pour les championnats de Top 14 et de ProD2 qui sera dévoilée dès la fin du mois d’avril et ayant pour but d’offrir une meilleure exposition aux partenaires qui se limiteront désormais au nombre de 12 (2 partenaires majeurs, 4 officiels et 6 fournisseurs officiels).

La LNR vient de lancer un triple appel d’offre afin de trouver un fournisseur officiel :

Dans le domaine des services informatiques dont les objectifs seraient notamment de fournir les statistiques du championnat ou bien encore de développer une application mobile, le chronométreur officiel aura lui pour mission de mettre à disposition des clubs un matériel très haut de gamme et pourra en contre partie incruster son logo lors des retransmissions télévisées. Finalement, la LNR va innover en étant la première ligue professionnelle à intégrer un groupe de travail animé par le Ministère des Sports sur le thème « Sport et Développement durable » et cherche à ce titre un partenaire officiel dans ce domaine. Il ne s’agit pas d’un simple coup de pub, car la ligue va proposer des actions concrètes (transports en commun pour les supporteurs, etc.) afin que l’empreinte environnementale autour des stades soit la plus faible possible. Cette nouvelle restructuration devrait permettre aux partenaires de la LNR de bénéficier d’une visibilité optimale tout au long de la saison. Ainsi la ligue mettra à disposition des stades vierges de toute publicité lors des demi-finales et finales du Top 14.

Pour terminer, Thibaut Chatelard, fraîchement recruté par la LNR,  a rappelé que le rugby se portait mieux que jamais, qu’il était selon une récente étude le sport le plus générateur de valeurs fortes et que l’intérêt pour le ballon ovale était croissant dans toutes les régions.  Par ailleurs, les affluences du Top 14 ont augmenté de +45% depuis la saison 2005-2006, et que notre championnat bénéficie désormais d’une couverture médiatique exceptionnelle qui lui a permis d’avoir une audience cumulée de plus de 50 millions de téléspectateurs et une diffusion dans 164 pays !

Mister Rugby

Top 14 Orange : Perpignan renverse Toulouse

Perpignan a infligé une seconde défaite de rang au Stade Toulousain, déjà battu en Coupe d’Europe le week-end dernier, lors du match avancé de la 23e journée du Top 14 (25-10). Sérieux et appliqué, à défaut d’être brillant, l’USAP est bien parti pour se maintenir au sein de l’élite grâce à ce succès.

Deux victoires de rang. Cela n’était plus arrivé aux Perpignanais depuis septembre dernier ! Les Catalans sont donc enfin parvenus à aligner deux succès consécutifs en battant le Stade Toulousain. Au delà du prestige conféré, c’est surtout une excellente opération comptable que réalise l’USAP, toujours en opération survie en Top 14. Pour Toulouse, en revanche, l’heure est à la remise en question. Déjà éliminés sans gloire en quart de finale de la H Cup le week-end dernier par Edimbourg (19-14), les hommes de Guy Novès concèdent un nouveau revers inquiétant. Comme face aux Ecossais, les Stadistes ont ainsi affiché des lacunes criantes en conquête (mêlées enfoncées, touches défectueuses) et un manque d’inspiration en phase offensive (11 en-avant). Plus généralement, les Rouge et Noir semblent cruellement manquer de jus en cette fin de saison. Inquiétant en vue des futures échéances et des demi-finales qui se profilent…

Farid Sid et Michel ont du mal à franchir la défense toulousaine, mais la domination de leurs avants aura été salutaire pour le club catalan

Hook enquille

Une statistique résumait à elle seule l’emprise perpignanaise en ce début de match. Après une demi-heure de jeu, les Toulousains n’avaient passé que onze secondes dans les 22 mètres adverses ! Pourtant, quelques instants plus tard, après plusieurs charges signées Galan, Donguy et Jauzion, Albacete allongeait son double-mètre pour aplatir dans l’en-but ! Ce qui s’appelle du réalisme. Loin de se décourager, l’USAP reprenait pourtant sa domination territoriale et revenait à un petit point juste avant la pause grâce à une deuxième pénalité de James Hook, qui avait déjà ouvert le feu à la 16e minute (6-7, 40e).

La seconde période ne changeait pas la donne, à ceci près que les partenaires de Mermoz parvenaient à pousser les Toulousains à la faute près de leur but. Hook, comme à la parade,ne se faisait pas prier pour enquiller les pénalités (46e, 50e, 57e, 65e). Sous les yeux du sélectionneur Philippe Saint-André, Dusautoir et Beauxis faisaient alors leur entrée dans les rangs haut-garonnais. L’ouvreur n’attendait pas longtemps pour se mettre à l’ouvrage en transformant une pénalité (18-10, 66e). Mais ce n’était qu’un feu de paille. Déjà privés de Matanavu, Picamole et McAlister, qui avaient rejoint à l’infirmerie Clerc, Steenkamp ou Millo-Chluski, le Stade était trop juste pour espérer revenir sur des Catalans qui concluaient l’affaire en beauté avec un essai en contre de Michel dans les ultimes secondes (25-10, 80e). Grâce à cette victoire, l’USAP remonte à la 9e place du classement et se donne une énorme bouffée d’air frais dans sa lutte pour le maintien.

Source : France télévision