Tout ce qu’il faut retenir du weekend !

 Top 14 : Castres et Toulouse complète le dernier carré

On connaît enfin le nom des deux vainqueurs des barrages qualificatifs pour les deux demi-finales. Toulouse affrontera Toulon, ce qui constituera une revanche de la dernière finale de Top 14. L’autre demi-finale verra l’affrontement du Castres Olympique face au Clermont-Auvergne. On remarque que nous avons les mêmes demi-finalistes que la saison 2011-2012. Il sera particulièrement intéressant de voir comment les deux clubs qui se retrouvent en finale de Coupe d’Europe (Toulon et Clermont) géreront leur après-finale. En effet, que le club soit Champion ou vaincu, il doit être très difficile de se relancer pour une demi-finale de championnat une semaine après avoir joué une finale continentale. Les deux clubs feront probablement tourner en utilisant leurs effectifs pléthoriques. Pas certain que ce soit suffisant pour barrer les routes du Stade Toulousain et du CO dans leur course vers le titre.

 Pro D2: Brive ou Pau accompagnera Oyonnax en Top 14

 Les Palois se sont imposés face à La Rochelle lors d’un match particulièrement houleux (cf. vidéo ci-dessous) pendant que les Brivistes ont battu Aurillac. La finale aura lieu à Bordeaux, le vainqueur rejoindra Oyonnax, champion de la saison régulière, en Top 14. Les Béarnais avaient perdu la saison dernière lors de la finale au Stade Chaban-Delmas face à Mont-de-Marsan. Ils auront une occasion de se rattraper et de revenir en Top 14 après sept saisons passées en Pro D2. Leurs adversaires du CA Brive-Corrèze n’auront passé qu’une seule saison dans l’antichambre de l’élite et souhaitent bien évidemment retrouver le Top 14 au plus vite. Alors qui de Brive ou de Pau sera le quatorzième club de l’élite ? Réponse la semaine prochaine.

Séries mondiales de rugby à 7

 Ce week-end se déroulait également la dernière étape des Séries mondiales de rugby à 7 dans un stade de Twickenham qui a fait le plein ou presque (71 000 spectateurs), encore une preuve que ce sport gagne en popularité. Les Français auteurs d’une saison plutôt prometteuse se sont écroulés lors de la premières journées, perdant successivement contre les États-Unis (19-17), l’Afrique du Sud (17-14) puis face aux Australiens (35-12) lors de la première journée se sont retrouvés bons derniers de leur poule. Les Bleus se reprendront lors des demi-finales de la bowl en s’imposant face au Canada (28-14) avant de s’incliner face aux Gallois (19-7). Les Néo-Zélandais se sont imposés en finale remportant au passage les Séries mondiales tandis que les Français ont été rétrogradés à la neuvième place. Les filles joueront leur finale aux Pays-Bas la semaine prochaine. Les Françaises affronteront les Sud-Africaines, les Anglaises et les Canadiennes en match de poule.

 Coup de tonnerre dans l’Aviva Premiership

Sensation dans le championnat d’Angleterre, les Saracens, premiers de la saison régulière et favoris du championnat sont tombés. Les Saints de Northampton ont réussi l’exploit de s’imposer à l’Allianz Park avec la manière sur le score de 13 à 27. Ils rejoindront les Leicester Tigers en finale. Les Sarries qui étaient encore en course pour le championnat et la Coupe d’Europe il y a peu, auront tout perdu en l’espace de deux semaines.

 Coupe de France de rugby à XIII, Avignon 24 ans après

 Le Sporting Olympique Avignonnais a pris le dessus sur le XIII Limouxin en finale de la Coupe de France sur le plus petit des scores 38-37. Un petit point suffisant au bonheur des Bisons qui n’avaient plus remporté le trophée depuis… 24 ans ! Quant aux Dragons Catalans, dernier club français encore engagé dans la Cup, ils n’ont pas fait dans le détail face à York City en atomisant le club de D2 anglaise sur le score de 92 à 8. Les Catalans sont donc qualifiés pour les quart-de-finale de la Cup.

Publicités

6 Nations : Ces Bleus n’ont pas à rougir !

Bien sûr, la France a perdu son troisième match consécutif dans le tournoi des 6 Nations, évidemment le spectre de la cuillère de bois plane sur ce XV de France. Mais si on veut bien aller au-delà de ce tournoi, les Bleus continuent de construire leur rugby. Malgré la défaite, le XV de France a présenté un tout autre visage que celui entrevu contre Italiens et Gallois. 

Je tiens à soutenir le XV de France, ses joueurs et ses entraîneurs. Quitte à ne pas être à la mode et me retrouver seul face à tous ce que le monde du rugby compte d’observateurs, de spécialistes, de blogueurs et de consultant. J’assume. Sereinement, je vais essayer d’analyser les raisons de cette défaite contre l’Angleterre.

Une grande équipe d’Angleterre

La première des raisons est bien la qualité de ce XV de la Rose qui est probablement avec les All Blacks la meilleure équipe au monde. Quand on voit la moyenne d’âge de ce quinze, on se dit que les Anglais, qui recevront dans un peu moins de trois ans la Coupe du Monde, sont peut être en route vers un deuxième sacre mondial. Il faut leur rendre hommage, cette capacité à faire le dos rond sous la furia française en première mi-temps, cette capacité à marquer à chaque fois que l’opportunité se présente à eux est bien la marque des grandes équipes. Nous avons eu, un grand match de rugby de très haut niveau et pour cela il faut deux grandes équipes.

Une deuxième mi-temps inquiétante

Ensuite, et c’est peut-être plus inquiétant, c’est cette satané deuxième mi-temps au cours de laquelle les Bleus ont – encore une fois- manqué de jus. Un problème de joueurs ? De remplaçants qui ne seraient pas au niveau des titulaires ? Je ne pense pas. Je crois que le staff avait bien anticipé en mettant sur le banc des titulaires en puissance (Michalak, Machenaud, Fritz, Szarzewski, etc.). Je crois que le problème vient plutôt de notre championnat. C’est un championnat de grande qualité, qui forme les joueurs au plus haut niveau, avec des internationaux du monde entier, c’est indubitablement aussi le championnat le plus usant, le plus éprouvant du monde. Un véritable marathon. Le problème est ici plus structurel. Il faudra bien un moment ou un autre tirer les bonnes conclusions et prendre des mesures adéquates.

Un manque de réalisme et de l’indiscipline qui coûtent cher

Un autre problème et le manque de réalisme des Français. Nos Bleus ont outrageusement dominé les Anglais en première mi-temps pour une avance des plus minimes au tableau d’affichage. A cela il faut ajouter quelques fautes d’indisciplines récurrentes qui nous ont coûté très chers, si on ajoute le manque de réussite inhabituel de Morgan Parra, face à cette équipe d’Angleterre, àTwickenham, c’était beaucoup trop pour pouvoir espérer gagner le match. Ce XV de France a tout pour devenir une grande équipe. Soyez-en certains ! Mais pour cela il faudra qu’il apprenne à être plus réaliste et à marquer dans les moments forts comme le font si bien les Anglais.

Un arbitrage pas à la hauteur de l’événement

Comment ne pas terminer cette autopsie sans dénoncer la prestation scandaleuse de Monsieur Joubert. Le « meilleur arbitre du monde » n’a visiblement plus le niveau international. On ne compte pas le nombre incroyable de fautes anglaises qui n’ont pas été sifflées (Placage sans ballons à plusieurs reprise, écrans avec percutions,  ballons joués au sol, etc.). Le comble du comble est cette dernière pénalité ou Julien Fritz qui dispute un ballon alors qu’il est sur ses appuis se fait pénaliser tandis que le joueur anglais garde le ballon au sol. Que dire de la faute visiblement signalée par un arbitre de touche que Monsieur Joubert ne siffle pas. Je pardonnerai toujours les erreurs d’arbitrages, mais la malhonnêteté non.

L’avenir sera bleu

Il reste encore deux matchs aux joueurs du XV de France. Certains d’entre eux ont donné entière satisfaction (Domingo, Nyanga, Picamole, Dusautoir, Parra, Fofana, Huget ont tous été énormes) peut-être que d’autres ont perdu de précieux points (Michalak n’a malheureusement pas été à la hauteur ; il est temps pour lui que cette saison internationale se termine et qu’il revienne en forme, j’espère pour lui qu’il pourra se refaire une santé en club). Je suis sûr que les Bleus ont le potentiel pour aller s’imposer en Irlande et bien sûr de gagner le match face à l’Ecosse. Il faut continuer de mettre plus de rigueur dans notre jeu. Défensivement, l’équipe était en place, il y a eu du mieux offensivement en première mi-temps. Les joueurs ont le talent, ils ont besoin de jeu, de repaires et de sérénité. La route qui mène à 2015 est encore longue. Si les matchs contre l’Italie et le Pays-de-Galles n’apporteront rien, ce crunch devrait être riche en enseignements et il pourra nous servir de socle pour de futures victoires épiques. J’en suis certain.

Vidéo : Résumé des matchs entre nations Britanniques

Enfin, pour ceux qui voulait voir des beaux matches ce weekend il fallait aller de l’autre côté de la Manche avec un Pays-de-Galles vs. Irlande de haute volée et une victoire anglaise pleine de promesse lors de la Calcuta Cup face à leurs éternels rivaux écossais.

Un XV de la Rose de gala

https://i0.wp.com/images.smh.com.au/2012/12/02/3857638/---gal_eng_v_nz6-20121202062221309205.jpg

Après deux défaites contre l’Afrique du Sud et l’Australie, l’Angleterre a parfaitement réagi en s’offrant la Nouvelle-Zélande, samedi en test-match à Twickenham (38-21). Grâce à trois essais de Barritt, Ashton et Tuilagi, les joueurs de Stuart Lancaster ont fait forte impression face à des All Blacks qui ont raté leur première période. De son côté, l’Australie l’a emporté au Pays de Galles (14-12). 

A ce niveau-là, il serait presque réducteur d’évoquer un simple tremblement de terre. Car si séisme il y a eu à Twickenham, il a traversé les âges. Le succès retentissant des Anglais face aux Blacks (38-21) fait tomber un nombre incalculable de barrières, d’un strict point de vue statistique mais aussi – et surtout – psychologique. Comme chez les Gallois la semaine dernière, il aurait pu être écrit qu’une soudaine accélération suffirait. Menés 12-0 à la pause, sans point à la mi-temps pour la première fois du 21e siècle, les Blacks ont inscrit 2 essais en 3 minutes peu après le retour des vestiaires. Mais la Rose a décidé d’être vénéneuse. « Je n’y croyais pas vraiment avant le match, admettait Chris Robshaw à la BBC. Pour battre les champions du monde, vous avez besoin d’un peu de chance. Et on en a eu. »

Richie McCaw comptait à lui seul plus de sélections que le pack anglais. Le capitaine et Dan Carter étaient même plus capés à eux deux que l’ensemble des titulaires adverses. Seulement, il est certains matches où l’expérience ne peut pas tout faire. Et cette pénalité inhabituellement manquée par l’ancien Perpignanais à 40 mètres en face des poteaux, après 16 minutes de jeu, était bien un signe. L’Angleterre met fin à une série de 9 défaites de suite contre la Nouvelle-Zélande (sa dernière victoire avait eu lieu à Wellington, 15-13), de même qu’elle stoppe celle de 20 victoires d’affilée des champions du monde. Ce septième succès anglais sur les 35 dernières rencontres entre les deux équipes scelle aussi la deuxième plus lourde défaite de l’histoire des Blacks en tests.

McCaw: « Nous serons de retour »

Jamais la Rose n’avait inscrit autant de points contre les Kiwis, qui n’ont pas subi un écart aussi important face à leurs adversaires du jour depuis 1936 et un 13-0. Les courtes défaites contre l’Australie et l’Afrique du Sud sont oubliées, effacées, balayées. Pourtant, 76 ans plus tard et à la 51e minute du match, qui aurait pu croire à un tel scénario ? Après les essais de Savea (48e) et Kieran Read (51e), qui permettaient aux Néo-Zélandais de revenir à un point suite à cinq coups de pied d’Owen Farrell – qui était de retour à l’ouverture – la messe semblait dite. Les Néo-Zélandais ne recollaient qu’à 15-14 mais comme d’habitude, la machine était enclenchée… Le problème, c’est que justement, les Anglais ne voulaient pas faire comme d’habitude.

Les trois essais de Barritt (20-14, 54e), Ashton (25-14, 58e) et Manu Tuilagi sur une interception (32-14, 63e) ont transporté Twickenham dans une sphère démente. « Je suis juste impressionné par les garçons, déclarait Stuart Lancaster, sélectionneur ébahi du XV de la Rose, à la BBC. On a tous souffert mais on est restés soudés, et c’est juste plaisant qu’ils aient leur rayon de soleil. » Ces 10 petites minutes autour de l’heure de jeu comptent déjà parmi les plus belles de l’histoire du rugby anglais, un tour des réseaux sociaux suffisant à s’en assurer. Les deux équipes finiront à trois essais partout, après un dernier passage dans l’en-but de Savea à six minutes du terme. Mais avec deux autres pénalités de Freddie Burns (67e, 73e), le pied aura creusé un écart béant (38-21).

« On a lutté pour revenir, mais l’Angleterre a particulièrement bien joué, concédait un Richie McCaw beau joueur. C’est tout à leur honneur. On s’était préparés pour une grosse bataille et c’est ce qu’il s’est passé, ils nous ont fait sauter. C’est une bonne équipe et ils ont saisi leur chance, on a lâché à un moment vital. C’est décevant, mais nous serons de retour. » La fameuse thèse de la claque salvatrice… On peut faire confiance à McCaw et ses hommes, car le dernier revers aussi lourd remontait à août 1999 et un 28-7 contre l’Australie. Quant au nombre de points encaissés, le 40-26 d’août 2004 contre l’Afrique du Sud était la dernière référence négative. A ce rythme, il faudra au moins attendre 2017 avant la prochaine rouste.

https://i2.wp.com/www.itodis.fr/football/orangesport.jpg

Tournée d’automne : les Pumas surprennent le Pays-de-Galles

PARIS (Sipa-AP) — Le pays de Galles s’est fait surprendre samedi à domicile 12-26 par l’Argentine lors de la première semaine des tests d’automne. L’Italie est difficilement venue à bout des îles Tonga (28-23) alors que l’Angleterre s’est baladée face aux Fidji (54-12).

Malgré sa dernière place au récent Four-Nations, ce tournoi très relevé dans l’hémisphère sud a permis à l’Argentine de progresser. Les Pumas ont dominé la possession du ballon et ont surtout montré plus d’ambition dans le jeu au Millennium Stadium de Cardiff que les vainqueurs du Tournoi des six nations. Juan Imhoff et Gonzalo Camacho ont inscrit un essai chacun alors que les Gallois ont dû se contenter de la botte de Leigh Halfpenny pour marquer au tableau d’affichage.

« C’est une grande victoire pour nous », a déclaré le capitaine argentin Juan Martin Fernandez Lobbe. « Ce nouveau groupe attendait une telle victoire depuis longtemps. » La dernière victoire argentine à Cardiff remonte à 2001.

Pays-de-Galles vs. Argentine (intégralité)

La Rose en démonstration

A Twickenham, l’Angleterre s’est bien préparé pour les tests bien plus difficiles qui l’attendent contre d’autres nations de l’hémisphère sud.

Charlie Sharples et Manu Tuilagi ont chacun signé un doublé. Le XV de la Rose a alourdi l’addition avec des essais d’Ugo Monye et Tom Johnson ainsi qu’un essai de pénalité. Toby Flood a tapé 17 points au pied.

« On a mis du temps à démarrer mais on est finalement parvenu à entrer dans le match », a confié le capitaine anglais Chris Robshaw. « On a marqué lorsqu’on a enchaîné les temps de jeu. »

Les Fidjiens ont sauvé l’honneur grâce à des essais de Nikola Matawalu et Seko Kalou.

Résumé Angleterre – Fidji

L’Italie en difficulté

A Brescia, l’Italie a dû batailler pour bien débuter sa campagne d’automne contre une équipe tongienne très agressive.

Lorenzo Cittadini et Leonardo Ghiraldini ont aplati dans l’en-but pour les Transalpins, qui ont aussi bénéficié d’un essai de pénalité.

Les Tongiens ont répliqué par des essais de Sona Taumalolo et Fetu’u Vainikolo. Mais la botte de Kris Burton, auteur de 13 points, a permis de faire la différence.

Trois joueurs de part et d’autre, dont le capitaine italien Sergio Parisse, ont reçu un carton dans ce match.

Test-match Italie vs. Tonga

Les Harlequins champions d’Angleterre !

Les Harlequins de Londres ont remporté leur premier titre de champion de d’Angleterre face à Leicester. Les Quins se sont imposés 30 à 23 grâce à 20 points de son ouvreur All Black Nick Evans (6 pénalités et 1 transformation) et deux essais de Williams (9e) et de Robshaw (56e). Les Tigers sont restés au contact grâce à des essais de Mafi (30e) et d’Allen (66e) et 13 points du jeune ouvreur Ford.

Les « Quins », emmenés par le capitaine de l’équipe d’Angleterre Chris Robshaw, ont confirmé leur domination après avoir fini premiers de la saison régulière. La supériorité des Harlequins en première mi-temps a été concrétisée par un essai en coin de Williams. Mais les Londoniens se sont faits surprendre sur un ballon perdu en touche sur leur propre lancer, qui a permis à Mafi d’aplatir après une longue course. Les « Quins » ont semblé se diriger vers une facile victoire à la suite de l’essai de Robshaw, marqué au bénéfice d’une brèche laissée dans la défense par les « Tigers », qui leur donnait un avantage de 17 points (30-13). Mais Leicester a relancé le suspense grâce à une action née d’une pénalité rapidement jouée du demi de mêlée Ben Youngs et conclue sous les poteaux par Allen.  Les Harlequins ont été chercher leur premier titre de champion par une défense acharnée sur leur propre ligne lors des deux dernières minutes.

Avec cette victoire, le club londonien, déjà vainqueur du Challenge européen l’an passé, redore pour de bon son blason, trois ans après l’affaire du faux sang qui l’avait discrédité.  En 2009, dans un match de Coupe d’Europe, l’équipe avait simulé une blessure à l’aide d’une capsule de farces et attrapes pour faire entrer un remplaçant. Le scandale avait été suivi d’une cascade de sanctions. Un bon nombre des nouveaux champions parmi lesquels Robshaw, Care, mais aussi le pilier Marler et le centre Turner-Hall, prendront l’avion dès la semaine prochaine pour l’Afrique du Sud où l’Angleterre se rendra en tournée. Pour sa part, Leicester échoue pour la deuxième fois de suite à Twickenham et compte désormais cinq défaites lors de ses huit dernières finales.

Leinster, la passe de trois

Le Leinster remporte sa troisième couronne d’Europe et s’impose désormais comme un géant d’Europe. (Photo : Espnscrum.com)

Les Irlandais du Leinster ont conservés leur H Cup en battant leurs compatriotes de l’Ulster (42-14) lors d’une finale outrageusement dominée par les joueurs de Dublin.

La vague bleue a déferlé sur Twickenham. Les Irlandais du Leinster se sont largement imposés en finale de la H Cup face aux Nord Irlandais de l’Ulster (42-14). Déjà tenante du titre, le Leinster a encore une fois prouvée qu’elle est bien la meilleure équipe d’Europe actuellement. Jamais la province de l’Ulster n’a su, ou n’a pu, contrecarrer les plans des coéquipiers de Brian O’Driscoll. C’est son comparse O’Brien qui ouvrait le score avec toute la famille des gros de Dublin qui poussait derrière lui, il fallait attendre la confirmation vidéo mais le Leinster menait bien (7-3). O’Brien qui profitait d’un vol de ballon d’O’Driscoll pour se promener dans la défense de Belfast ? Rattrapé, il voyait Healy relevé le cuir et l’aplatir.

A la mi-temps, personne ne voyait Ulster avoir la capacité de revenir au score. Cela se confirmait cinq minutes plus tard, un maul perforant emmenait le ballon droit dans l’en but, les défenseurs de l’Ulster se jetaient dans les pieds des gros du Leinster. L’arbitre offrait un essai de pénalité (21-6). Des gros qui permettaient ensuite à Wallace de s’échapper, feinter et servir Tuohy qui visitait une nouvelle fois l’arrière pays de Belfast (24-14). Dès lors la messe était dite. Mais le Leinster prenait un malin plaisir à infliger une fessée à leurs voisins en ajoutant deux nouveaux essais. Le Sud-Africain Van der Merwe   concluait un mouvement mené par les avants du Leinster façon Panzer (35-14). Même le talonneur Cronin prenait de vitesse la défense de l’Ulster, bien lancé par une nouvelle passe laser d’O’Driscoll (42-14). Le Leinster, invaincu depuis décembre 2010 en coupe d’Europe et une défaite à Clermont, a réalisé une véritable démonstration de force. Et laisse l’impression qu’une dynastie vient de victoire vient de naître.

Résumé de la finale de la Coupe Heineken 2012