Yannick Jauzion : Au revoir l’artiste !

Je me souviens d’avoir lu pour la première fois le nom de Yannick Jauzion il y a plusieurs années déjà sur un vieux Rugbyrama. Il apparaissait déjà dans l’effectif de l’équipe première du Sporting-Club Graulhétois au poste d’ouvreur, son très jeune âge et ses mensurations de deuxième-ligne avaient attirés mon attention et m’avaient fait pressentir qu’on était-là face à un futur grand. Surtout qu’avec Graulhet, il était à la bonne école : Vincent Moscato, Fabien Pelous, David Auradou, Henri Sanz, Guy Laporte ou bien encore Benoît Bellot son passés, eux aussi, par le club tarnais ! Je me souviens aussi d’un essai inscrit avec Colomiers, autre grand club formateur, entre les poteaux d’un adversaire dont j’ai oublié le nom, la puissance qu’il dégageait sur un terrain était déjà impressionnante. Puis vint sa première sélection. Lors d’une tournée suicide en Afrique du Sud, Bernard Laporte avait décidé de lancer toute une nouvelle génération de jeunes joueurs dans le grand bain : Fred Michalak, Clément Poitrenaud, Nicolas Jeanjean et Yannick Jauzion. Malgré la victoire, Yannick n’aura pas autant convaincu que les autres jeunes pousses. Bien que très puissant, le joueur semblait manquer de fond de jeu et de technique individuelle. Il ne sera rappelé que bien plus tard. Il explosera lors des saisons 2003 et 2004 avec le Stade Toulousain. Depuis, il est devenu incontournable en équipe de France et est considéré comme l’un des meilleurs centres de la planète ovale. Cette dernière saison était un peu triste à voir. Il a très peu joué mais a bien joué. Souvenez-vous de ce choc au Stadium entre le RC Toulon et le Stade Toulousain de sa passe pour Gaël Fickou qui file à l’essai. Bien sûr, j’aurais apprécié comme vous, le voir jouer encore une année ou deux au plus haut niveau dans un club comme l’USAP ou Castres qui semblaient sur les rangs. Finalement, le tarnais a décidé de prendre sa retraite. Je lui souhaite donc une longue et heureuse vie de retraité !

Publicités

Fédérale 1 : l’US Colomiers Champions de France Amateurs

Loin des stades remplis par 80 000 personnes, des clubs aux budgets gigantesques et aux infrastructures pharaonesques, des pluies d’étoiles, des feux d’artifice, des corps de gladiateurs super musclés, de l’arbitrage vidéo et des caméras de Canal Plus, je vous propose un rugby joué par une masse de corps imparfaits devant une poignée de spectateurs (quelques milliers tout au plus), où les stades semblent d’un autre âge, avec un calendrier incohérent et surtout une formule incompréhensible, bref le paradis des nostalgiques de l’amateurisme. Ce monde existe encore et plus que toujours, c’est le monde de la Fédérale, l’élite du rugby amateur. L’épilogue de cette version 2007-2008 de la Fédérale 1 qui a vu quarante-huit équipes s’affronter s’est déroulé le week-end dernier. Le champion est connu de tous puisqu’il s’agit de l’Union Sportive de Colomiers, le club de la banlieue toulousaine, ancien caïd du rugby pro français, vice champion d’Europe en 1999, vice champion de France en 2000, vainqueur de la Conférence Européenne en 1998, et déjà vainqueur de la Fédérale 1 en 2005. Après un premier retour raté, l’US Colomier retrouvera donc l’univers du rugby pro. On ne peut que se réjouir de retrouver ce club à un tel niveau, quand on sait qu’historiquement il a toujours accordé un grand crédit à son centre de formation et a toujours pratiqué un jeu basé sur l’offensive un peu à l’image du RC Montpellier d’aujourd’hui.

Son malheureux adversaire de la finale, lui est beaucoup moins connu, il s’agit de l’US Bressane Pays de l’Ain, les joueurs violets et blanc ont perdu leur finale 36-3, une sorte de vaccin qui leur donne un avant goût de ce qui les attends de l’autre côté de la barrière. La différence entre la Fédérale 1 et la ProD2 est telle que beaucoup réclament d’ailleur, la mise en place d’une division promotionnelle afin que les clubs aient le temps de se structurer, une telle division aurait toutefois l’inconvénient d’affaiblir encore un peu plus notre rugby amateur. Toujours est-il que nous souhaitons bonne chance à ses deux clubs…