Yannick Jauzion : Au revoir l’artiste !

Je me souviens d’avoir lu pour la première fois le nom de Yannick Jauzion il y a plusieurs années déjà sur un vieux Rugbyrama. Il apparaissait déjà dans l’effectif de l’équipe première du Sporting-Club Graulhétois au poste d’ouvreur, son très jeune âge et ses mensurations de deuxième-ligne avaient attirés mon attention et m’avaient fait pressentir qu’on était-là face à un futur grand. Surtout qu’avec Graulhet, il était à la bonne école : Vincent Moscato, Fabien Pelous, David Auradou, Henri Sanz, Guy Laporte ou bien encore Benoît Bellot son passés, eux aussi, par le club tarnais ! Je me souviens aussi d’un essai inscrit avec Colomiers, autre grand club formateur, entre les poteaux d’un adversaire dont j’ai oublié le nom, la puissance qu’il dégageait sur un terrain était déjà impressionnante. Puis vint sa première sélection. Lors d’une tournée suicide en Afrique du Sud, Bernard Laporte avait décidé de lancer toute une nouvelle génération de jeunes joueurs dans le grand bain : Fred Michalak, Clément Poitrenaud, Nicolas Jeanjean et Yannick Jauzion. Malgré la victoire, Yannick n’aura pas autant convaincu que les autres jeunes pousses. Bien que très puissant, le joueur semblait manquer de fond de jeu et de technique individuelle. Il ne sera rappelé que bien plus tard. Il explosera lors des saisons 2003 et 2004 avec le Stade Toulousain. Depuis, il est devenu incontournable en équipe de France et est considéré comme l’un des meilleurs centres de la planète ovale. Cette dernière saison était un peu triste à voir. Il a très peu joué mais a bien joué. Souvenez-vous de ce choc au Stadium entre le RC Toulon et le Stade Toulousain de sa passe pour Gaël Fickou qui file à l’essai. Bien sûr, j’aurais apprécié comme vous, le voir jouer encore une année ou deux au plus haut niveau dans un club comme l’USAP ou Castres qui semblaient sur les rangs. Finalement, le tarnais a décidé de prendre sa retraite. Je lui souhaite donc une longue et heureuse vie de retraité !

Publicités

Pas de Mondial-2011 pour Chabal, Jauzion et Poitrenaud

Marc Lièvremont vient d'annoncer sa présélection de 32 joueurs pour le Mondial, seuls 30 partiront

Le staff du XV de France a livré son verdict sur les 32 joueurs présélectionnés pour la Coupe du monde de Rugby 2011 en Nouvelle-Zélande (9 septembre – 23 octobre). Sébastien Chabal, Yannick Jauzion et Clément Poitrenaud en sont les grands absents.

Les rêves de Coupe du monde se sont envolés, mercredi, pour Sébastien Chabal, Yannick Jauzion et Clément Poitrenaud. En conférence de presse, Marc Lièvremont, l’entraîneur des Bleus, a dévoilé une liste de 32 joueurs qui a, en quelque sorte, officialisé les informations qui filtraient depuis quelques jours.

En dehors de l’éviction programmée de ces trois cadres du XV français, l’annonce de la liste des présélectionnés pour le Mondial néo-zélandais (9 septembre – 23 octobre) n’a pas réservé de surprise majeure.

Seule la sélection du Toulousain Cédric Heymans, particulièrement performant en club depuis plusieurs semaines, sonne comme un pari, alors que le joueur n’est plus apparu sous le maillot bleu depuis 2009.

Chabal poussé dehors par les jeunes

Marc Lièvremont, interrogé sur le cas Chabal, a assuré qu’il n’avait pas tenu compte des frasques médiatiques du joueur du Racing-Métro : « Nous l’avons jugé uniquement sur ses performances sportives. […] Je vois depuis un an un jeune numéro 8 du nom de Lakafia qui est extrêmement performant et qui a réussi l’exploit de pousser Imanol Harinordoquy sur le côté de la troisième ligne à Biarritz. Il y a aussi Louis Picamoles, dont on connaît le potentiel. C’est un grand espoir du rugby français de demain. »

Le staff de l’équipe de France, en décidant de ne pas retenir Yannick Jauzion et Clément Poitrenaud, a opté pour la continuité. Les deux cadres toulousains, qui comptent 117 sélections à eux deux,avaient été évincés du groupe au lendemain de la défaite contre l’Italie (22-21), en mars dernier, lors du Tournoi des VI Nations.

Les trois grands absents du groupe avaient participé aux deux dernières Coupes du monde, en 2003 et 2007. Tout comme le Biarrot Jérôme Thion, que le staff des Bleus a également écarté.

La « déception » Bastareaud

Malgré une liste élargie à 32 joueurs en raison des blessures, certains postulants sont restés sur le carreau. Julien Malzieu (Clermont) et Florian Fritz (Toulouse), notamment, n’ont pas été retenus, tout comme le jeune ouvreur du Racing-Métro Jonathan Wisniewski, jamais sélectionné en bleu mais auteur d’une fin de saison éblouissante avec son club en Top 14.

L’absence de Mathieu Bastareaud a également été confirmée. Marc Lièvremont a évoqué sa « déception » quant aux performances du jeune trois quarts centre du Stade Français, à qui il estime avoir « tendu la main ». « Il n’a pas fait le nécessaire pour qu’on puisse miser sur lui », a-t-il regretté.

Une troisième ligne de feu

Lièvremont a par ailleurs décidé de partir en Nouvelle-Zélande avec six piliers. Fabien Barcella (Biarritz) et Thomas Domingo (Clermont), blessés mais espérés, font partie de la liste, tout comme Nicolas Mas (Perpignan), Sylvain Marconnet (Biarritz), Luc Ducalcon (Castres) et Jean-Baptiste Poux (Toulouse).

La première ligne de la mêlée sera également renforcée par les deux talonneurs habituels des Bleus William Servat (Toulouse) et Dimitri Szarzewski (Stade Français), de retour de blessure.

En deuxième ligne, le staff des Bleus a décidé de renouveler sa confiance à Lionel Nallet (Racing) et Julien Pierre (Clermont), ainsi qu’à Pascal Papé (Stade Français) et Romain Millo-Chluski (Toulouse).

La troisième ligne des Bleus devrait pouvoir bénéficier du retour de son capitaine Thierry Dusautoir (Toulouse), blessé. Il sera aligné aux côtés d’Imanol Harinordoquy (Biarritz), Julien Bonnaire (Clermont) et Fulgence Ouedraogo (Montpellier). Louis Picamoles (Toulouse) et Raphaël Lakafia (Biarritz), préférés à Alexandre Lapandry (Clermont) seront également du voyage.

Quelques incertitudes

Morgan Parra (Clermont) et Dimitri Yachvili (Biarritz), ont tous les deux été reconduits au poste de demi de mêlée. L’ouverture sera partagée par David Skrela (Toulouse) et François Trinh-Duc (Montpellier).

Au centre, Fabrice Estebanez (Brive) partagera l’affiche avec les deux Perpignanais Maxime Mermoz et David Marty ainsi qu’Aurélien Rougerie (Clermont), même si des incertitudes pèsent sur la présence de ce dernier, blessé.

L’inamovible Vincent Clerc (Toulouse) sera le principal atout des Bleus aux ailes, épaulé par Yoann Huget (Bayonne) et Alexis Palisson (Brive) malgré des prestations critiquées pendant le Tournoi.

Damien Traille (Biarritz), dont la polyvalence a été louée par le sélectionneur du XV de France, a été choisi au poste d’arrière avec Heymans.

Cette liste n’est pas totalement définitive, en raison de l’incertitude qui plane sur le retour de trois cadres actuellement blessés : Thomas Domingo (genou), Fabien Barcella (tendon d’Achille) et Aurélien Rougerie (malléole).

Le staff du XV de France a jusqu’au 22 août pour publier une liste définitive des trente joueurs qui évolueront sous le maillot bleu à l’automne prochain.

En Nouvelle-Zélande, le XV de France sera opposé aux All Blacks dès les phases de poule. Son groupe comprend également les Tonga, le Japon et le Canada.

La liste des 32 joueurs retenus par le staff du XV de France :

1ère ligne : Fabien Barcella (Biarritz), Thomas Domingo (Clermont), Nicolas Mas (Perpignan), Sylvain Marconnet (Biarritz), Jean-Baptiste Poux (Toulouse), William Servat (Toulouse), Dimitri Szarzewski (Stade Français), Luc Ducalcon (Castres).

2ème ligne : Lionel Nallet (Racing-Métro 92), Pascal Papé (Stade Français), Julien Pierre (Clermont), Romain Millo-Chluski (Toulouse)

3ème ligne : Thierry Dusautoir (Toulouse/Cap), Julien Bonnaire (Clermont), Imanol Harinordoquy (Biarritz), Fulgence Ouedraogo (Montpellier), Raphaël Lakafia (Biarritz), Louis Picamoles (Toulouse)

Demis de mêlée : Morgan Parra (Clermont), Dimitri Yachvili (Biarritz)

Demis d’ouverture : David Skrela (Toulouse), François Trinh-Duc (Montpellier)

Trois quarts centres : David Marty (Perpignan), Aurélien Rougerie (Clermont), Fabrice Estebanez (Brive), Maxime Mermoz (Perpignan).

Arrières – Ailliers : 
Cédric Heymans (Toulouse), Damien Traille (Biarritz), Maxime Médard (Toulouse), Alexis Palisson (Brive), Vincent Clerc (Toulouse), Yoann Huget (Bayonne).

Source : France24.com/fr 

Les explications de Marc Lièvremont sur le cas Chabal