Biarritz deux victoires en deux matchs malgré tout

Biarritz sans convaincre vient d’arracher une précieuse victoire face au Sporting Union Agenais. De bon augure avant de se déplacer à Toulouse et Montpellier. Les Lot-et-Garonnais, eux, se contenteront du point de bonus défensif. 

Après sa piètre prestation à Mont-de-Marsan le weekend dernier le BO entendait bien montrer ses ambitions et envoyer un message fort à ses adversaires directs que son le FC Grenoble, l’USAP, le Racing et le Stade Français pour la 6ème place qualificative pour les phases finales. Malheureusement pour eux, malgré les ambitions affichées notamment en première mi-temps, le BO a eu du mal à passer au braquet supérieur. Les Basques, surpris par l’essai plein d’opportunisme de Fonua en début de première mi-temps, se contenteront de la victoire. Si le Biarritz Olympique ne convainc guère par son jeu, le bilan comptable est intéressant avec deux victoires en deux matchs. Ces résultats sont primordiaux avant d’affronter le Stade Toulousain et Montpellier chez eux.

Le Sporting Union Agenais était venu à Biarritz pour gagner et relancer une saison bien mal engagée. Malgré leur réalisme, le SUA n’a pas convaincu. Il me semble que ces Biarrots étaient prenables notamment dans les 5 dernières minutes quand les Agenais sont revenus à 5 points et ont commencé à produire du jeu. Seulement, par manque de solution offensive, peut-être par un manque de condition physique (nous étions aux alentours de 75ème minutes) les Agenais finiront toujours par se débarrasser du ballon en bout de ligne par du jeu au pied. Rendant la tâche un peu plus facile au Biarrots. Tout n’est pas perdu, puisque les Agenais qui luttent pour le maintient viennent de prendre un précieux points de bonus défensif et mettent ainsi la pression sur leurs adversaires bordelais qui, eux, devront faire un déplacement délicats à Perpignan malgré leurs nombreux blessés.

Mister Rugby

Usap: le bon jour du président

https://i1.wp.com/www.lexpress.fr/pictures/950/486572_le-deuxieme-ligne-de-l-usap-romain-taofifenua-perce-dans-la-defense-agenaise-lors-de-la-12e-journee-du-top-14-de-rugby-le-30-novembre-2012.jpg

https://i1.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/1/1b/Logo_Top14_2012.jpgMême si tout ne fut pas facile, l’Usap a dominé de manière logique (39-13) un SU Agen qui n’aura pas su tenir la distance ce vendredi, à Aimé-Giral, où les Catalans, auteurs de cinq essais, ont salué d’une victoire bonifiée la nouvelle présidence de Daniel Besson, le successeur de Paul Goze.  

L’opposition agenaise n’avait ce vendredi, à Aimé-Giral, certainement pas la qualité des champions de France, mais il aura fallu malgré tout à Nicolas Mas et ses partenaires se relever les manches pour finir par prendre largement la mesure de leurs adversaires après le repos, forts d’une mainmise de tous les instants sur cette rencontre. Si l’on excepte dix minutes d’un opportunisme total en fin de première période, Agen, qui ne comptait qu’un petit point de retard à la pause (14-13), n’aura tout simplement pas su tenir la distance. Un mal récurrent cette saison pour l’équipe de Philippe Sella qui, avant cette rencontre, avait déjà concédé seize de ses vingt-cinq essais en seconde période. Trois de plus seront venus grossir cette statistique, en même temps que sa faiblesse en conquête, et notamment en mêlée fermée, avait une fois encore placé ce SUA d’emblée en difficultés.  Nicolas Mas pouvait savourer : « Il a vite fallu se remettre dans le championnat. La victoire avec le bonus est là et tout le monde est content, c’est le principal, lâchait le pilier de l’équipe de France au micro de Canal + SportEn première période, nous n’avons pas respecté le plan de jeu ni les Agenais. Nous sommes partis dans un rugby débridé avec beaucoup trop de fautes. Agen nous a mis à mal en revenant à un point, mais nous avons rectifié le tir en seconde période« . Et offert un succès à cinq points à leur président. 

Lagarde, le pire et le meilleur

Agen a sans doute des intentions au coup d’envoi de ce toujours périlleux déplacement en terres catalanes. Mais pour exister à ce niveau et espérer menacer cette Usap, le SUA part avec un handicap récurrent et, on serait tenté de dire, rédhibitoire : une mêlée fermée, véritable talon d’Achille d’une équipe qui cède sur cet exercice après moins de dix minutes de jeu. La première épreuve de force imposée par Cap’tain Mas et sa première ligne met au supplice son homologue lot-et-garonnaise, qui paye sans doute aussi sa réputation si peu glorieuse dans ce secteur de jeu. Les pénalités pleuvent, au point d’envoyer le pilier Laurent Cabarry au frigo pour dix minutes, avant que M. Gauzere n’ait d’autre choix que d’offrir l’essai de pénalité aux Perpignanais (7-0, 9e). On a connu meilleur entame pour se mettre en confiance à Aimé-Giral…

Gavée de munitions, l’Usap, après ces trois semaines de trêve internationale, elle, retrouve ses automatismes et enfonce le clou dans la foulée sur cette attaque en première main sur laquelle la défense agenaise, bien naïve, tombe dans le panneau des leurres sang et or et laisse un boulevard à David Marty pour le deuxième essai des locaux (14-0, 14e). Pour son premier match de la saison, Raphaël Lagarde, positionné à un poste d’arrière inhabituel pour lui, a peut-être pêché par inattention, même si son ailier Tagotago ne l’a certainement pas aidé sur ce coup-là. L’ancien Montpelliérain semble promis à une longue soirée avec ces deux échecs au pied en suivant (20e, 24e). On se trompe lourdement. Sa réaction est même superbe. Deux éclairs sur deux premiers mouvements offensifs limpides des Agenais : la passe après contact de Vincent Roux profite à Tagotago, qui n’a plus qu’à servir Lagarde en bout de ligne pour l’essai de la révolte suaviste (14-5, 30e). L’ex-joueur de Marc Delpoux sous le maillot de l’UBB joue un drôle de tour à son ancien entraîneur avec ce déboulé et ce jeu au pied d’une précision diabolique, qui envoie Miguel Avramovic à dam (14-10, 35e). Irrésistible face à des Perpignanais soudain fébriles, malgré leur outrageuse domination en conquête (70 % de possession), Lagarde s’offre un drop juste avant la pause (14-13, 41e). Le doute est permis pour Mas et ses partenaires à l’heure de regagner les vestiaires…

https://i2.wp.com/cdn-sports.ladmedia.fr//images/media/rugby/top-14/articles/top-14-tout-bonus-pour-l-usap/florian-cazenave-adrien-plante/4471792-1-fre-FR/Florian-Cazenave-Adrien-Plante_w484.jpg

KO pour les visiteurs du soir, réduits à un zéro pointé en seconde période

« Il faut se remettre au boulot… » L’appel au réveil de ses troupes du capitaine catalan est au moins aussi clair que celui de son entraîneur, dont résonnent encore les vestiaires à la reprise, mais cette Usap, bien que capable de perpétuer de plus belle sa mainmise sur le ballon, n’en profite que trop peu. Deux pénalités de James Hook (47e, 57e) ne suffisent pas à éloigner la menace agenaise (20-13). Il faut la rentrée de l’Anglais Richard Haughton, décisif sur son attaque de la ligne adverse, pour créer la brèche longtemps retardée par le SUA et envoyer Farid Sid à l’essai (25-13, 59e). Si un possible hors-jeu sur la dernière a échaudé le banc agenais, le ballon chipé par Florian Cazenave dans les mains de Mathieu Lorée provoque l’ire de Mathieu Blin et David Darricarrère. Au bout du contre de 80 mètres, c’est le break pour l’Usap (32-13, 66e). Qui se libère d’un cinquième essai en force, signé Guilhem Guirado, pour un bonus aux allures de KO pour les visiteurs du soir, réduits à un zéro pointé en seconde période. Dans la tribune, Daniel Besson, le nouveau président, accompagné de Paul Goze, pouvait savourer la première victoire de son mandat.

https://i1.wp.com/acestgratuit.free.fr/images/logo_sports.fr_1.jpg

Top 14 Orange : Les promus font de la résistance, Biarritz respire

Derrière la charge d'Augustin Creevy, c'est tout Montpellier qui passe à l'attaque pour dominer le Racing. (Lequipe.fr)

Les promus Bordeaux-Bègles, vainqueur avec bonus du Stade Français (39-6), et Lyon, qui a tenu en échec le deuxième Clermont (6-6), ont signé de belles performances à l’occasion de la 14e journée du Top 14. Pour sa part, le dernier Biarritz a également sonné le réveil en remportant un succès solide (25-6) sur Toulon, pourtant troisième au classement.

Fin de série pour le Stade-Français

Les Bordelais ont réussi là où Clermont, le Racing-Métro, Perpignan et Biarritz ont échoué: battre le Stade Français. Les Parisiens restaient sur une série de huit victoires toutes compétitions confondues depuis le 5 novembre. Les promus y ont mis fin avec la manière, en s’offrant le bonus offensif venu récompenser cinq essais. Les Parisiens ont notamment payé leur indiscipline sanctionnée de trois cartons jaunes. Les Girondins réalisent une très bonne opération dans la lutte pour le maintien. A l’issue de la rencontre, le président de Bordeaux-Bègles Laurent Marti a annoncé que Marc Delpoux ne serait plus le manageur des Girondins sans préciser sa future destination. « Marc Delpoux va nous quitter, a annoncé le dirigeant. Marc a participé au développement de ce club, il a préféré partir vers un autre projet que je peux absolument comprendre ».

Résumé : Bordeaux vs. Paris

Un nul qui fait le bonheur de Lyon

Le premier relégable, Lyon, a réussi une belle performance en maîtrisant Clermont. Au classement, le LOU reste relégable mais se rapproche à deux points du premier non-relégable, Bayonne. Les Auvergnats perdent, eux, du terrain en tête sur le leader toulousain qui les devance désormais de cinq longueurs. Ils comptent ainsi six points d’avance  sur Castres. »Nous nous sommes trop débarrassés du ballon en première période pour pouvoir imposer notre jeu. Le score est logique. C’était un bon combat, devant comme derrière », a estimé l’entraîneur de Clermont Vern Cotter, pointant « un peu de fatigue » chez ses joueurs.

Barnard fait un carton plein pour Agen

De son côté, l’ouvreur Conrad Barnard a ramené Agen dans le Top 6 en inscrivant dans des conditions météorologiques difficiles tous les points de son équipe, victorieuse de Brive (15-9). Après deux défaites contre Toulon (34-12) et au Racing-Métro (26-8), Agen a su assurer l’essentiel pour signer un huitième succès qui lui permet de se hisser à la cinquième place du Championnat.

Castres retrouve le chemin du succès

Luc Ducalcon face à Nicolas Mas, le choc des titans aura tourné en faveur du Castrais

Castres termine bien l’année sur une victoire face à Perpignan. Un succès, qu’il ne trouvait plus depuis le 22 octobre, en s’offrant même le bonus offensif face à Perpignan (33-6) pour conforter sa place dans le carré de tête. Avec cette victoire et ce bonus, on a 40 points, on est dans les clous. « On a notre destin en mains pour figurer, pour la troisième année de suite, dans le Top 6, ce qui serait un petit exploit quand on voit l’armada de nos concurrents », a expliqué l’entraîneur de Castres Laurent Labit. Perpignan, qui voulait confirmer son sursaut, termine finalement l’année 2011 en fâcheuse posture (11e).

Montpellier rate le bonus offensif

Montpellier s’est relancé dans la course à la phase finale du Top 14 avec sa victoire face au Racing-Métro (29-14), toutefois teintée de regrets après avoir vu le bonus offensif s’envoler à la dernière minute. Corrigés sur leur pelouse par le champion toulousain la semaine dernière (45-25), les Héraultais s’étaient interdit la défaite face aux Franciliens, rivaux potentiels pour une place dans le Top 6 du Championnat. Le MHR avait fait coup double, victoire et bonus offensif, la bonne affaire… jusqu’à la 79e minute lorsque Bobo s’échappait sur son aile gauche pour enlever un point précieux aux Montpelliérains.

Résumé : Montpellier vs. Racing

Troisième victoire de la saison pour Biarritz

Le BO a entamé la phase des matches retour par une victoire aussi nette que logique qui lui offre un peu de soulagement et d’espoir pour la suite. Le club basque, qui a pu s’appuyer sur la botte de son demi de mêlée international Dimitri Yachvili (17 points), reste dernier du Championnat mais ne pointe plus qu’à une longueur de Lyon et à trois du premier non-relégable, Bayonne.

Source : France Télévision Sport

Agen en pôle position, le MHR en position très délicate

Finaliste l'année dernière, le MHR se retrouve en position de relégable cette saison.

Agen continue son petit bonhomme de chemin après son succès devant Montpellier en clôture de la 9e journée (18-12). Performant en conquête, le SUALG a su dompter au mieux un ballon glissant, s’en remettant à la botte de Barnard, auteur de six pénalités. Bonus défensif pour un MHR irrégulier.

Sans trop faire de bruit, Agen est en train de s’installer bien confortablement parmi les qualifiables du championnat. En clôture de la 9e journée, le SUALG a de nouveau surpris en épinglant Montpellier (18-12), le finaliste de la saison dernière. Pas de grandes envolées mais une rigueur certaine en conquête et une défense agressive de la part d’Agenais solides et appliqués. Et qui possèdent dans leurs rangs un buteur très efficace en la personne de Conrad Barnard. Le demi d’ouverture lot-et-garonnais a sanctionné à six reprises l’indiscipline de Montpelliérains qui ont baissé physiquement en fin de rencontre.

Sur une pelouse grasse et devant composer avec un ballon humide, les deux équipes se sont évertuées à conserver au mieux leurs munitions. En vain. Les erreurs de main ont été légions, rendant le match assez haché. Le MHR, qui restait sur une défaite à domicile devant Castres, se montrait entreprenant en début de rencontre mais butait sur une bonne défense agenaise. Bustos Moyano débloquait le tableau d’affichage (4e) et Fernandez sur drop (13e) s’avouait réaliste au pied. Mais cette avance allait rapidement fondre et la pause était atteinte sur un score de parité logique (9-9).

Deux poteaux pour Barnard

L’indiscipline chronique des deux formations empêchaient les attaques de se mettre en valeur. Axant le jeu sur la conquête et les chandelles, Agen s’adaptait au mieux et tentait quelques coups dans le sillage d’une paire de centres Pelesasa-Avramovic très perforante. Mais il était écrit que cette rencontre n’attendrait pas des sommets et il fallut se contenter d’un duel de buteurs. Le SUALG s’est approché à deux reprises de l’en-but héraultais mais à chaque fois, la défense de Montpellier a récupéré le ballon sur pénalité.

Subissant de plus en plus, Montpellier a fini par craquer, multipliant les fautes en fin de rencontre et s’attirant les foudres de l’arbitre Pascal Gaüzère. Heureusement pour le MHR, les deux dernières tentatives de Barnard touchaient les poteaux (72e, 79e), gardant ainsi le point du bonus défensif. Agen, toujours cinquième, n’a pas brillé mais a mieux su faire les choses que Montpellier, son banc s’avouant également plus décisif. Un résultat à confirmer la semaine prochaine àToulon. Le MHR, lui, reste sous la menace de la zone de relégation et le déplacement à Lyon présage une sacrée bataille pour le maintien.

Source : Rugbyrama.fr