Pau fait un pas de plus vers le Top 14

Pau va en finale après sa victoire en demi face à La Rochelle, Un pas de plus vers le Top 14

Invaincue cette saison dans son antre du Hameau, la Section Paloise l’est restée ce samedi en venant à bout deLa Rochelle (16-14) à l’occasion de la première demi-finale d’accession de Pro D2. Les troupes de David Aucagne disputeront à Mont-de-Marsan ou Dax, qui s’affrontent dimanche, le billet pour le Top 14, samedi prochain à Bordeaux.

La Section Paloise a honoré samedi son statut de favorite à l’occasion de la première demi-finale d’accession de Pro D2. Deuxièmes de la saison régulière derrière une formation de Grenobleintouchable et d’ores et déjà promue en Top 14, les Palois ont pris un malin plaisir à garder leur Stade du Hameau inviolé, se hissant en finale d’accession pour entretenir l’espoir de retrouver l’élite de l’ovalie tricolore, six ans après lui avoir dit au revoir. Forte de quatorze victoires et un nul dans son jardin cette saison, la Section s’est donc offert un quinzième succès devant son public dans cet exercice 2011-2012.

Pour ce faire, les hommes entraînés par David Aucagne et Joël Rey ont progressivement imposé leur loi à des Rochelais, faisant montre de patience pour prendre les commandes dans une rencontre équilibrée. Il faut en effet attendre la 35e minute de jeu pour voir le match se débrider, Vainqueur signant le premier voyage en terre promise au terme d’un contre rondement mené par des locaux pourtant réduits à quatorze après le carton jaune reçu par Solofuti pour un plaquage dans les airs sur Soucaze, contraint d’être évacué sur civière (27e), et d’une belle offensive renversée qui profite à l’ailier français passé par Albi (13-6).

Après le repos, Fauqué ramène les Rochelais à quatre longueurs de leurs hôtes (13-9, 43e) avant de devoir quitter l’aire de jeu, la faute à une blessure à un coude (55e). Les affaires des Maritimes semblent alors bien mal engagées, d’autant que Manca, auteur d’un total de onze points, enfonce le clou d’une pénalité en coin (16-9, 56e) et que Laloo, lui, rate la cible (60e). L’ouvreur rochelais remplaçant sera finalement le héros malheureux de cette rencontre, le Palois de naissance ratant la transformation de l’égalisation en fin de partie, après un essai de Ferrou (16-14, 76e), pour laisser la Section rejoindre la première la finale d’accession, où elle défiera un club landais, Mont-de-Marsan et Dax croisant le fer dimanche, samedi prochain à Bordeaux.

Publicités

Brive : Au bord du gouffre !

Une journée riche en émotion à l’image de ce bouillant derby parisien entre le Racing et le Stade Français. (Crédit photo : Espnscrum.com)

Toulon s’est qualifié pour les barrages d’accession aux demi-finales du Top 14 (du 25 au 27 mai) après un succès 25-22 sur le Stade Toulousain, alors que le Racing qui a dominé le Stade Français (19-13) a un pied dedans. Castres est également qualifié à la faveur d’une victoire 30-19 face à Clermont. Perpignan qui a dominé Lyon 34-22 est assuré de se maintenir. En revanche, Brive aura bien du mal à se remettre de sa défaite contre Bordeaux-Bègles (23-9).

Deux ans après sa défaite en demi-finale face à Clermont, Toulon se retrouve en phase finale. Le club varois est quatrième du classement après sa victoire face à Biarritz vendredi soir (21-16), Montpellier est également assuré de disputer la phase finale, pour la deuxième année consécutive. Castres, large vainqueur de Clermont (30-19), a aussi fait un pas significatif vers les barrages mais devra confirmer sa position samedi prochain face à Bayonne.

Brive a perdu une bataille probablement décisive dans la lutte pour le maintien après sa défaite à domicile face à Bordeaux-Bègles. Le club corrézien se retrouve treizième avec cinq points de retard sur Bayonne qui a battu Agen (31-10), l’équipe de son futur duo d’entraîneurs, formé par Christian Lanta et Christophe Deylaud. Les Corréziens en sont réduits à croire à un miracle, une victoire bonifiée à Clermont lors de la dernière journée, et une défaite « sèche » de Bayonne à Castres. Perpignan, vainqueur (34-22) de Lyon –déjà relégué en Pro D2–, Bordeaux-Bègles, Biarritz et Agen sont désormais assurés de leur présence en Top 14 la saison prochaine. La dernière journée de la phase régulière aura lieu samedi prochain.

Résumé RC Toulon vs. Stade Toulousain

Le derby pour le Racing

Dans un Stade de France rempli seulement aux deux tiers, une déception pour ce premier derby francilien à enjeu depuis trois ans, Paris a bien démarré la rencontre en inscrivant un essai par Arias, décalé par Szarzewski, futur Racingman (0-10, 13e). Un essai qui a réveillé les Ciel et Blanc, habillés dans la tenue de leurs aïeux de 1882. Après deux pénalités de Wisniewski, Descons a concrétisé une nouvelle action dangereuse de ses coéquipiers à 15 contre 14 après le jaune de Contepomi pour fautes répétées (13-10, 37e). Lancées dans un mano a mano (16-13, 62e), les deux équipes multipliaient les maladresses et les mauvais choix. Sans être génial, le Racing conservait son avance (19-13, 71e) face à des Parisiens enfin décidés à jouer dans les dernières minutes. Trop tard, le Racing filait très vraisemblablement vers les play-offs pour la troisième année d’affilée. Mathématiquement, le Stade Français conserve en effet un très mince espoir de se qualifier. Il faudrait en effet une large défaite des Franciliens à Agen et un succès du club parisien avec le bonus offensif à Biarritz pour inverser la tendance.

Résumé Racing vs. Stade Français

ProD2 : Grenoble en Top 14 la saison prochaine !

Grenoble retrouve après une longue absence le Top 14

Grâce à sa victoire sur La Rochelle, le FCG est assuré de remporter la Pro D2…

Le FC Grenoble a assuré sa place en Top 14 pour la saison prochaine grâce à sa victoire bonifiée (35-3), avec quatre essais, contre La Rochelle samedi à domicile au stade des Alpes, pour le compte de la 27e journée de Pro D2. A trois journées de la fin, et quoi que fasse Dax (2e) qui se déplace à Carcassonne à 18h30 pour cette 27e journée, les Isérois sont assurés de terminer premiers de Pro D2, une place qui leur garantit un billet pour l’élite.

Avec 100 points au compteur, Grenoble ne peut plus être rejoint par les Landais qui même avec quatre victoires bonifiées ne pourraient terminer qu’à 99 points. Assuré du titre de champion de Pro D2, décroché l’an dernier par son voisin du Lyon OU, le FC Grenoble va retrouver l’élite du rugby français, après sept ans de purgatoire.

Parti du Top 14 en 2004-2005

Les Grenoblois ont quitté l’élite au terme de la saison 2004-2005, la première disputée en poule unique. Après une première saison disputée en Fédérale 1 pour raisons financières et cinq saisons en Pro D2, soldées par une demi-finale d’accession perdue l’an passé contre Bordeaux-Bègles, le club isérois a survolé cette édition 2011/2012.

Champions de France en 1953, les Grenoblois, sous la houlette de Jacques Fouroux, avaient perdu en finale 1993, dans des conditions controversées, face au Castres Olympique.

Source : 20minutes.fr

Le Top 14 passe de l’orange… au vert !

La Ligue va revoir sa politique mercatique

La Ligue Nationale de Rugby a décidé de revoir complètement sa politique mercatique. Thibaut Chatelard, Directeur Marketing et Commercial de la LNR vient d’exposer les grands axes de cette rénovation. 

En premier lieu, le partenariat de nommage, qui consistait depuis 4 ans à juxtaposer le nom de la société Orange à celui de Top 14 arrive à son terme et ne sera pas reconduit. Toutefois le géant français de la téléphonie restera l’un des partenaires majeurs de la ligue. La principale instance du rugby professionnel a donc décidé de développer une nouvelle identité visuelle pour les championnats de Top 14 et de ProD2 qui sera dévoilée dès la fin du mois d’avril et ayant pour but d’offrir une meilleure exposition aux partenaires qui se limiteront désormais au nombre de 12 (2 partenaires majeurs, 4 officiels et 6 fournisseurs officiels).

La LNR vient de lancer un triple appel d’offre afin de trouver un fournisseur officiel :

Dans le domaine des services informatiques dont les objectifs seraient notamment de fournir les statistiques du championnat ou bien encore de développer une application mobile, le chronométreur officiel aura lui pour mission de mettre à disposition des clubs un matériel très haut de gamme et pourra en contre partie incruster son logo lors des retransmissions télévisées. Finalement, la LNR va innover en étant la première ligue professionnelle à intégrer un groupe de travail animé par le Ministère des Sports sur le thème « Sport et Développement durable » et cherche à ce titre un partenaire officiel dans ce domaine. Il ne s’agit pas d’un simple coup de pub, car la ligue va proposer des actions concrètes (transports en commun pour les supporteurs, etc.) afin que l’empreinte environnementale autour des stades soit la plus faible possible. Cette nouvelle restructuration devrait permettre aux partenaires de la LNR de bénéficier d’une visibilité optimale tout au long de la saison. Ainsi la ligue mettra à disposition des stades vierges de toute publicité lors des demi-finales et finales du Top 14.

Pour terminer, Thibaut Chatelard, fraîchement recruté par la LNR,  a rappelé que le rugby se portait mieux que jamais, qu’il était selon une récente étude le sport le plus générateur de valeurs fortes et que l’intérêt pour le ballon ovale était croissant dans toutes les régions.  Par ailleurs, les affluences du Top 14 ont augmenté de +45% depuis la saison 2005-2006, et que notre championnat bénéficie désormais d’une couverture médiatique exceptionnelle qui lui a permis d’avoir une audience cumulée de plus de 50 millions de téléspectateurs et une diffusion dans 164 pays !

Mister Rugby

Le LOU en Top 14 Orange

Lyon deuxième agglomération de France sera l'année prochaine dans le Top 14

Dix-sept ans après avoir quitté l’élite, le LOU, qui s’est assuré le titre en Pro D2 dimanche à Saint-Etienne, jouera en Top 14 la saison prochaine. La conclusion d’une saison faite de hauts mais aussi de bas.  

Enfin, la délivrance. Après de nombreuses tentatives infructueuses, le LOU, qui s’est assuré le titre de champion de France de Pro D2 à la faveur d’un succès laborieux sur la pelouse de Geoffroy-Guichard contre le voisin stéphanois (14-23) dimanche, disputera le Top 14 la saison prochaine. Le suspense dans la course à la montée aura duré jusqu’à l’ultime journée de la saison régulière du championnat. En deuxième division depuis la saison 2002-2003, les Lyonnais avaient régulièrement flirté ces dernières années avec les honneurs de la montée avant de buter sur les marches précédant les sommets. Il y a un an, ils avait vécu leur échec le plus cruel, s’inclinant en finale d’accession face à La Rochelle (32-26), alors même que rien ne semblait pouvoir leur arriver lorsqu’ils comptaient onze points d’avance au tableau d’affichage après moins d’une demi-heure de jeu (9-20). La cicatrice de cette défaite a été longue à se refermer pour les hommes de Raphaël Saint-André. Difficile de repartir pour une année au purgatoire lorsque l’on a tutoyé de si près l’espoir de respirer à nouveau l’air de la cour des grands.

Après onze journées cette saison, le LOU affichait déjà quatre défaites au compteur, toutes concédées hors de ses bases (Bordeaux-Bègles, Aurillac, Narbonne, Albi), et ne pointait qu’au troisième rang du classement, loin de ses ambitions initiales, avec six points de retard sur le leader albigeois. C’est alors que les partenaires de Romain Loursac, meilleur marqueur de son équipe, se sont remis en ordre de marche pour devenir une impitoyable machine à gagner, décourageant tous leurs adversaires les uns après les autres. Ils ont enchaîné onze matchs sans la moindre défaite (neuf victoires et deux nuls) pour prendre la tête du championnat au soir de la 19eme journée avant de se construire une avance confortable, avec huit unités de plus qu’Albi. Mais deux défaites consécutives (à Auch puis à Colomiers) ont instillé le doute dans les esprits rhodaniens et fait ressortir les vieux démons du passé.

L’enjeu a alors pris le pas sur le jeu et les Lyonnais ont perdu en route la maîtrise qui en avait fait une formation quasi injouable au cœur de l’hiver. La victoire acquise au forceps à Tarbes lors de la 27eme journée (8-15) a été le parfait résumé de leurs difficultés à dominer leur sujet dans le sprint final, tout en démontrant leur folle envie de ne rien lâcher, même dans les moments compliqués. La semaine suivante, la réception d’Oyonnax à Gerland devait être l’occasion de faire un grand pas vers l’accession en Top 14 et de s’offrir une belle communion avec le public. Mais les hommes de Frédéric Charrier sont venus tout gâcher en profitant de la fébrilité des locaux pour les crucifier sur un drop de dernière minute de Jonathan Bousquet (18-19). Grenoble, revenu à seulement trois points, le pire a alors été entrevu avant que le LOU ne sauve la mise lors des deux dernières rencontres, avec une victoire acquise dans la douleur contre Pau (19-9) et le difficile succès de la délivrance à Saint-Etienne. Dix-sept ans après avoir quitté l’élite, Lyon y fera son retour la saison prochaine. Une juste récompense pour un club qui n’en pouvait plus d’attendre. 

 Source : rugby365.fr


Agen donne le coup de grâce à La Rochelle

Sylvère Tian auteur de lultime essai dAgen à La Rochelle envoie définitivement les Maritimes en ProD2

Agen a assuré son maintien dans le Top 14 la saison prochaine, vendredi en ouverture de la 24e journée, grâce à sa victoire (29-19) sur le terrain de La Rochelle désormais condamné à repartir en Pro D2. Une redescente qui pourrait être actée samedi si Brive prend un point au classement au cours de son déplacement à Biarritz. La Rochelle rejoindrait alors Bourgoin, d’ores et déjà relégué.

Le pied de Conrad Barnard (19 points), et un essai en contre de Tian au fin fond des arrêts de jeu, auront eu raison de la vaillance rochelaise, encore en vie pour un point, que Brive a la possibilité de décrocher samedi à Biarritz. Agen, fébrile, notamment sur les renvois et les chandelles, trop indiscipliné au goût de l’arbitre M. Raynal qui l’a sanctionné neuf fois lors du premier round (4 sur 6 pour Goosen), assorti d’un carton jaune à Machenaud (19), a eu du mal à sortir du piège. Malgré cela, les hommes de Lanta et Deylaud se sont retrouvés presque  miraculeusement devant au score à la pause, grâce à un essai en force de Fa’asolo (28e). A l’origine, une chandelle mal jugée par Talès, qui profitait à Badenhorst,  d’abord au pied, puis un peu court à la main pour aller au bout. Regroupement,  pilonnages et finalement le 2e ligne tongien franchissait la ligne locale  (12-13).

Un coup sur la tête pour le Stade, volontaire et jamais inquiété jusque-là, d’autant qu’à la reprise Barnard poursuivait son sans faute au pied (6 sur 6 au  final). Au regard des événements de ces dernières semaines, les maritimes auraient pu se désunir mais trouvèrent dans la pénaltouche le remède à leur manque de réalisme dans le jeu. Sur la première tentative, Soucaze, pour un coude en touche, voyait son  essai refusé à la vidéo (50e), mais cette dernière validait le plongeon de  Faasalele sur la deuxième qui remettait ses couleurs devant (19-16, 54e). Quant à la troisième (72e), elle était récupérée par une défense d’Agen héroïque. Marcel-Deflandre, déjà refroidi par deux nouvelles pénalités de  Barnard autour de l’heure de jeu, pensait s’avouer vaincu. Son Stade se jetait corps et âmes dans la bataille, mettait la pression en enchaînant les mêlées fermées, sept au total pour au final, un contre assassin de Tian, synonyme  de maintien et de soulagement.

« On l’a fait dans la souffrance tout au long de la saison. Ce soir, on a joué avec la peur au ventre, les deux  équipes. C’était terrible. Je veux avant tout rendre hommage à La Rochelle qui a aussi fait un excellent  parcours. On sait que pour les équipes comme nous, ça se joue à un ou deux matches. Je veux rester humble mais beaucoup de joie quand même. », a ainsi déclaré Christian Lanta, l’entraîneur d’Agen.